Navigation – Plan du site
Lectures

Mario Moretti (avec Carla Mosca et Rossana Rossanda), Brigate Rosse, une histoire italienne

Éditions Amsterdam, 2010, 355 pages
Alain Marzona

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1990, de nombreux écrits et témoignages de protagonistes de ce que l’on nomme communément « les années de plomb » ont paru. Cette période de l’histoire de l’Italie contemporaine qui s’échelonne de la fin des années 1960 au début des années 1980 a aussi servi de cadre à de nombreuses œuvres de fiction littéraires ou cinématographiques. Longtemps refoulés, la mémoire et les événements resurgissent également sur le devant de la scène intellectuelle et politique italienne voire française. Cet ouvrage est le fruit d’entretiens réalisés en 1993 entre l’un des principaux dirigeants – Mario Moretti – du plus influent groupe terroriste – les Brigades rouges – avec deux journalistes italiennes. À travers ce témoignage, l’esprit et l’ambiance de l’époque sont particulièrement bien restitués, notamment les tensions sociales entre ouvriers et patronat. En effet, le commencement de l’histoire des Brigades rouges est indissociable du climat de revendication sociale régnant alors dans les grandes entreprises comme Alfa Romeo, Pirelli ou Siemens. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que ce mouvement ait pris racine puis se soit développé à partir de Milan, plus grand centre industriel d’Italie lors de l’automne chaud de 1969. L’attentat meurtrier de la Piazza Fontana en décembre 1969 à Milan provoque la mise en place de la « stratégie de la tension » et par là-même un raidissement du pouvoir politique à l’égard des mouvements issus de la gauche extra-parlementaire à laquelle est attribué cet acte terroriste. Pour Mario Moretti, le passage à la clandestinité puis la création des Brigades rouges au début des années 1970 répond à la violence de l’État et à sa répression mais aussi au désir des responsables du groupe terroriste de répandre le conflit à l’intérieur de toute la société, et non plus seulement au monde ouvrier, et de propager leurs idées, y compris par les armes. Le détail de la vie dans la clandestinité ainsi que l’influence de certains groupes pratiquant la guérilla urbaine en Amérique latine comme les Tupamaros en Uruguay à partir des années 1960 font partie des développements les plus intéressants de cet ouvrage. Pour les Brigades rouges, l’arrestation de leurs leaders historiques : Renato Curcio et Alberto Francheschini en 1974 puis le décès de Maria Cagol en 1975, lors d’un affrontement avec la police, font que Mario Moretti se retrouve en quelque sorte à la tête de l’organisation. Son action se porte alors sur l’appareil d’État par le biais d’enlèvements, de « jambisations » (coups de feu dans les jambes) voire d’assassinats de représentants symboliques de l’État et en particulier les magistrats. La violence grandissante des Brigades rouges semble répondre à celle des divers groupes d’extrême-droite plus ou moins soutenus par certains secteurs de l’appareil d’État comme l’attentat lors d’un défilé syndical à Brescia en 1974. La séquestration puis l’assassinat du leader de la démocratie chrétienne, Aldo Moro, en mai 1978 – exécution dont Mario Moretti affirme être l’auteur pour la première fois dans ce livre – entraîne le groupe terroriste dans un degré de violence jusqu’alors inédit. Cet événement, assurément l’un des plus dramatiques de l’histoire italienne depuis la Seconde Guerre mondiale, marque à la fois l’apogée des groupes terroristes d’extrême-gauche mais également leur impasse. La société italienne apparaît lors de cet épisode particulièrement soudée et solidaire, condamnant pour une très large part la violence d’essence révolutionnaire. Le chapitre consacré aux 55 jours de détention de Moro par son issue dramatique met en évidence les atermoiements de la classe politique mais également la voie sans retour suivie par les Brigades rouges. L’arrestation de Moretti en mai 1981 – après plusieurs années de clandestinité à tel point que certains observateurs mettaient en doute son existence – constitue sans conteste un coup sans précédent porté à l’organisation, qui mettra fin à la violence armée en 1987, bien que celle-ci continuera dans les années 1980 à commettre des attentats ou des enlèvements.  L’évolution de l’économie italienne à partir de la fin des années 1970, et notamment une certaine désindustrialisation, puis la résurgence des idées néolibérales dans le champ économique, politique et intellectuel ainsi qu’une certaine lassitude de la part de la population ont entraîné le glas des mouvements terroristes. En conclusion, bien qu’il fût sujet à polémiques lors de sa parution en 1994, le témoignage de Mario Moretti apparaît comme l’un des plus importants sur les Brigades rouges et sur les « années de plomb » en général. Cet ouvrage retrace année par année le fonctionnement, l’idéologie, les dissensions internes du groupe armé le plus important d’Europe occidentale avec l’ETA durant près de quinze ans et met en lumière ce que certains observateurs ont décrit « comme une guerre civile de basse intensité ». Introduit par un avant-propos particulièrement instructif, le récit de Moretti peut être également lu et mis en relation avec les témoignages d’autres dirigeants ou sympathisants des Brigades rouges comme Alberto Francheschini, Renato Curcio ou Enrico Fenzi, également traduits en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marzona, « Mario Moretti (avec Carla Mosca et Rossana Rossanda), Brigate Rosse, une histoire italienne », Revue historique des armées [En ligne], 265 | 2011, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7373

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org