Navigation – Plan du site
Lectures

Werner Otto Müller-Hill, Journal de guerre d’un juge militaire allemand, 1944-1945

Traduit et annoté par Jean-Paul Colin, éditions Michalon, 2011, 288 pages
Jean-François Dominé

Texte intégral

1Lorsqu’en mars 1944, le juge militaire allemand Werner Otto Müller-Hill, affecté à Strasbourg, entreprend de tenir un journal, c’est avec deux intentions bien arrêtées. D’abord, il a besoin d’un exutoire. Sous un régime totalitaire et, de surcroît, en période de guerre, il convient de surveiller soigneusement ses propos, et ce d’autant plus qu’on est un antinazi convaincu, ce qui est le cas du juge Müller-Hill (patriote, il s’est engagé dans la Wehrmacht en 1940. Il a alors 55 ans.) « Naturellement, ce que je confie à ce journal, il est impossible de l’exposer dans des conversations, quand on n’est pas pleinement sûr que le partenaire a la même opinion... » Et le juge travaille à son journal dans le plus grand secret. Après la guerre, il le dissimulera de telle sorte que son fils, Benno, ne le découvrira qu’à sa mort en 1977 (c’est Benno Müller-Hill qui a rédigé l’avant-propos et la note finale du document). Et c’est la seconde mission assignée au journal : édifier la postérité, à commencer par son fils, sur la réalité du nazisme et de la guerre. « Mais, peut-être, si je survis à cette guerre, ne serait-il pas inintéressant pou mon fils de lire ces notes d’une totale probité écrites par un juge militaire sur ce qui est – j’en suis convaincu – la dernière phase. »De fait, le diariste se montre d’une remarquable lucidité quant à l’issue de la guerre ; il s’étonne de la crédulité du peuple allemand dupé par les mensonges énormes de la propagande nazie. Mais son inquiétude sur le sort de l’Allemagne ne lui fait pas oublier ses angoisses de père et de mari. Il ne cesse de trembler en songeant aux risques encourus par son épouse, Daisy et son fils de onze ans. Au total, un témoignage riche d’enseignements. Le journal est complété par quatre annexes : deux fac-similés du manuscrit, une proclamation d’Hitler du 24 février 1945 et une carte indiquant la progression des armées alliées du 1er mars au 8 mai 1945. Un portrait de Werner Otto Müller-Hill et des souvenirs d’enfance intitulés « Souvenances »éclairent la personnalité de ce juge hors du commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Dominé, « Werner Otto Müller-Hill, Journal de guerre d’un juge militaire allemand, 1944-1945 », Revue historique des armées [En ligne], 266 | 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7415

Haut de page

Auteur

Jean-François Dominé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org