Navigation – Plan du site
Dossier

Rien de bien certain ? Le système de renseignements français avant la campagne de Russie

Nothing is certain? The French intelligence service before the Russian campaign
Andrzej Nieuwazny
p. 43-50

Résumés

À l’automne 1810, sous l’impulsion du ministre russe de la Guerre, le général Barclay de Tolly, des attachés militaires furent mis en place, sous couverture diplomatique, dans les ambassades de Munich, de Dresde et de Madrid, afin d’obtenir des renseignements. Les officiers déjà présents à Vienne, Berlin, et Paris reçurent de nouvelles instructions. Les Russes, efficaces, obtinrent de bons résultats tandis que l’étude des archives démontre la peine des Français pour connaître les agissements russes et ce jusqu’à la veille de la guerre. Outre les informations militaires, ces derniers manquaient de mémoires géographiques, de statistiques fiables et de cartes précises sur le futur théâtre des opérations.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

À la mémoire d’Alain Montarras

Texte intégral

1Le nouveau tarif douanier, ordonné par le tsar Alexandre Ier en décembre 1810, favorable aux navires neutres transportant des marchandises britanniques et défavorable aux produits français importés par terre, marquait la rupture du blocus continental et de l’amitié entre les deux empereurs, jurée à Tilsitt. Les relations franco-russes, déjà tendues, devaient s’envenimer rapidement. Dès lors, on prépara, dans chaque camp, l’affrontement futur, tout en prenant grand soin de ne pas alarmer l’adversaire.

  • 1  Viktor Bezotosny est celui qui a le mieux étudié l’organisation du service de renseignement russe, (...)

2À l’automne 1810, sous l’impulsion du ministre russe de la Guerre, le général Barclay de Tolly, des attachés militaires furent mis en place, sous couverture diplomatique, dans les ambassades de Munich, Dresde et Madrid, afin d’obtenir des renseignements. Les officiers déjà présents à Vienne, Berlin et Paris (le colonel Tchernychev – aide de camp du tsar et agent de liaison de celui-ci auprès de Napoléon) reçurent de nouvelles instructions. Les Russes, efficaces, obtinrent de bons résultats tandis que l’étude des archives démontre la peine des Français pour connaître les agissements russes et ce jusqu’à la veille de la guerre. Outre les informations militaires, ces derniers manquaient de mémoires géographiques, de statistiques fiables et de cartes précises sur le futur théâtre des opérations : goubernias occidentales de la Russie 1.

  • 2  Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), CP Russie 153, f. 58. La preuve des actions (...)

3À cette époque, Napoléon ne disposait d’aucun organisme réservé exclusivement à la collecte et à l’analyse de renseignements. Ces tâches étaient réparties entre le ministère des Relations extérieures, avec un ministre tenu informé régulièrement par ses employés, la police, qui utilisait des agents à l’étranger, le Dépôt de la Guerre qui collectait les cartes et les statistiques étrangères, et l’état-major qui, de façon confuse, récoltait toutes les informations fournies par les militaires. Le maréchal Davout, rompu aux techniques du renseignement (y compris le contrôle du courrier dans les bureaux de poste) après les campagnes de 1805 et 1809, supervisait depuis Hambourg les activités des généraux qui, de Varsovie (Poniatowski) et de Dantzig (Rapp), observaient la frontière russe 2.

L’ambassade surveillée

4La détente des relations avec la Russie après Tilsitt et l’attention portée par Napoléon aux affaires d’Espagne et à la guerre contre l’Autriche lui firent négliger les questions russes. Pourtant, dans les années 1807-1810, il demandait à l’ambassadeur en Russie, Caulaincourt, des informations sur l’armée du tsar. Ces demandes devinrent plus pressantes à partir d’août 1810, lorsque l’empereur rappela au ministre des Relations extérieures, Champagny, la nécessité d’avoir tous les mois des rapports sur les principales armées étrangères. Mais les diplomates français en Russie, étroitement surveillés par la police, avaient du mal à se créer un réseau d’informateurs. Leurs renseignements étaient en partie tirés de journaux, d’annuaires et vérifiés parfois par les confidences d’officiers ou de fonctionnaires russes.

  • 3  Caulaincourt à Champagny, 18 octobre 1810, dans : Mikhaïlowitch (Nicolas), Les relations diplomati (...)

5Si la position privilégiée à la cour de Caulaincourt, partisan de la paix, intime du tsar, lui permettait d’obtenir des informations politiques sans recourir à des moyens secrets qu’il n’aimait pas, il n’en allait pas de même pour les questions militaires. La censure grandissante et la réorganisation du ministère de la Guerre après 1809 privèrent l’ambassadeur d’une partie de ses sources. Les officiers russes des divisions placées sur les frontières, et venant à la capitale, fréquentaient peu les salons, parlaient rarement le français, ou ne savaient rien d’important. De plus, la plupart des étrangers (dont de nombreux émigrés français) étaient hostiles à l’ambassadeur de Napoléon. La surveillance de la police et la méfiance des Russes limitaient l’activité du personnel de l’ambassade 3.

  • 4  Caulaincourt à Champagny, 17 janvier 1811, Les relations diplomatiques, t. V, p. 284.

6Dans cette optique, le 1er janvier 1811, la police russe arrêta et déporta à Viatka le général Nikolaï Khitrovo (gendre du général Koutousov !) accusé d’avoir été trop bavard.« Cela a répandu une telle terreur que toutes les bouches sont fermées plus que jamais et qu’il est impossible d’avoir les détails les plus insignifiants soit sur l’armée soit sur ce qui se passe dans la capitale », se plaignit Caulaincourt. Début février, il justifiait le peu de précision de ses rapports par la pression policière : « Il est impossible maintenant de rien obtenir sur la force réelle et l’organisation de l’armée encore moins sur les mouvements. Il faut même s’attendre à ce que les légations étrangères soient les dernières instruites de tout ce qui peut se passer, puisque la méfiance est devenue extrême et qu’on ne parle ici la langue de personne. »4

  • 5  Caulaincourt semble tirer ses chiffres (637 000 hommes) de la brochure de Carl von Plotho écrite e (...)

7Contre vents et marées, l’ambassadeur remplissait au mieux sa mission. Le 15 décembre 1810, il envoya à Paris un paquet de mémoires et de statistiques, bien accueillis par Champagny, même si ce dernier jugea exagérée l’estimation des forces russes. Par la suite, Caulaincourt fut persuadé que les pressions policières exercées sur les employés des ministères de Saint-Pétersbourg étaient « le résultat d’avis donnés à Paris où il a été commis des indiscrétions sur les renseignements » qu’il avait envoyés. Le 17 janvier 1811, un autre colis quitta l’ambassade avec les schémas d’organisation de l’artillerie et du génie, les listes des officiers supérieurs et le tableau de rémunération de l’armée. L’origine de ces documents, disparus aujourd’hui, reste inconnue. Enfin début mai, peu avant d’être remplacé par le général Lauriston, Caulaincourt envoya à Paris un « nouvel état de répartition des différentes divisions de l’armée russe », « de bonne source », mais non validé car des hommes « qui auraient pu donner des renseignements plus positifs et le moyen de vérifier ceux-ci ne sont pas revenus » 5.

  • 6  AMAE CP Russie 152, supplément, f. 390v, Lauriston à Bassano, 29 janvier 1811.

8La tâche de Lauriston s’annonçait encore plus difficile. Fin mai 1811, il signala au nouveau ministre des Relations extérieures, le duc de Bassano, que « les moyens pour découvrir ce qui se passe, pour avoir des nouvelles de l’armée et des détails militaires sont, dans ce moment surtout, absolument nuls. Tous les Russes ont une circonspection qui leur est commune. On remarque aussi que les officiers n’ont pas la fantaisie qu’on leur trouvait il y a un an. Ils sont très formels vis-à-vis des Français ; ceux-ci sont bien reçus partout. Cette conduite est calculée et ordonnée par le gouvernement qui veut jeter sur la France tout l’odieux de la guerre » 6.

  • 7  Les Russes la retrouveront dans les papiers interceptés en 1812 : Simanskij (P. N.), Pered vojnoj (...)

9Fin 1811 ou début 1812, une liste détaillée de 62 généraux et officiers supérieurs russes fut pourtant composée par le chef d’escadron de Hatte de Longuerue. Aux informations de base sur ces militaires (leur carrière, commandements, etc.) furent jointes les remarques sur leur caractère, situation matérielle, faiblesses (cartes, alcool, etc.) ainsi que sur leur popularité dans l’armée (avec explication dans les cas négatifs). En août 1811, Longuerue rédigea une description de 25 régiments et d’une division d’infanterie, appartenant majoritairement à l’armée de Moldavie 7.

Le réseau diplomatique

  • 8  Montarras (A.), « Le renseignement dans la préparation de la campagne de Russie de 1812», Revue hi (...)

10Déjà en septembre 1810, Napoléon prescrit l’ouverture de plusieurs consulats dans les pays riverains de la Baltique « de manière à former une chaîne de sentinelles qui instruisent de tout ce qu’il peut être important de savoir ». En ce qui concerne le réseau déjà existant, l’ambassadeur à Stockholm, Alquier, devait se focaliser sur la Finlande ; le consul Ledoulx à Bucarest, sur la Moldavie ; et le résident Serra à Varsovie, sur la Lituanie, la Biélorussie et l’Ukraine ; l’ambassadeur Otto à Vienne devait, lui aussi, chercher des renseignements sur les troupes russes dans les contrées ukrainiennes 8.

  • 9  Gotteri (N.), « Lelorgne d’Ideville et le service de renseignements du ministère des Relations ext (...)

11Le besoin de recouper les renseignements envoyés par les postes diplomatiques décida Napoléon à officialiser, fin 1810, un « bureau de la statistique extérieure ». Les trois employés du bureau étaient dirigés par un jeune auditeur au Conseil d’État Élisabeth-Louis-Marie Lelorgne d’Ideville. Cet homme de confiance, beau-frère du secrétaire de Napoléon, le baron Fain, allait devenir un véritable expert de l’armée russe. Il parlait allemand depuis son travail à l’ambassade de Dresde, mais surtout, il connaissait la langue et le pays russes. Expulsé de Saint-Pétersbourg en 1805, suite à l’intervention du ministre des Affaires étrangères russe, le prince Adam Czartoryski, il y retourna pour quelques mois avec la mission du général Savary en 1807 9.

  • 10  Fain (A. J. F.) Mémoires du baron…. Premier secrétaire du Cabinet de l’Empereur..., Paris, 1908, s (...)
  • 11  Napoléon à Champagny, 20 janvier et 7 mars 1811, Correspondance de Napoléon, no 17 286 à 17 426.

12Le travail du bureau de la statistique consistait à condenser, pour chaque armée étrangère, les renseignements arrivés au ministère en « livrets », le cas russe était une priorité. Le baron Fain notait : « Entre ces différentes données, arrivant des côtés les plus opposés, des rapprochements successifs s’établissaient ; une attention fortement préoccupée les comparait, les vérifiait, les complétait. Des résultats à peu près exacts s’obtenaient d’abord, se perfectionnaient ensuite, et l’Empereur, déjà si habile à juger de la force réelle des corps, d’après les probabilités de l’organisation militaire, était parvenu à la longue à se procurer, sur toutes les armées de l’Europe, des éléments approximatifs qui suffisaient pour la plupart de ses combinaisons. »10 Les premiers travaux présentés à l’empereur étaient très incomplets et ce dernier critiqua leur contenu et leur forme. Néanmoins, le 20 janvier 1811, il ordonna l’envoi des copies des livrets aux ambassadeurs en Russie, en Autriche et au Danemark, pour leur servir de modèle 11.

  • 12  AMAE, Mémoires et Documents (MD), Russie, tome XIV, ff. 123-128.

13Envisageant la guerre contre les Russes sur leur propre territoire, Napoléon avait besoin de calculer leur potentiel militaire total. À défaut de données précises, un calcul devait se faire à partir des informations démographiques et économiques tirées des rapports et des statistiques accumulés dans les archives. Les ouvrages de propagande qui devaient accompagner la guerre nécessitaient, à leur tour, des réflexions historiques ou devaient déterminer les caractèristiques du peuple russe 12.

14À la surprise du chef des archives du ministère des Relations extérieures, comte d’Hauterive, à qui, fin décembre 1811, échoua la préparation de la documentation pour le duc de Bassano, un brouillard dense couvrait la Russie d’Alexandre Ier. De longues ruptures diplomatiques après 1789 et le manque d’activité soutenue des diplomates français donnèrent des résultats déplorables. Présentant quelques trouvailles, d’Hauterive ne pouvait que constaterqu’elles « semblent renfermer que de vieilles, incomplètes, incertaines informations sur un pays qu’il est à la vérité très difficile de décrire, attendu son immensité, son état demi barbare et demi policé, et surtout les variations qu’il éprouve par la marche successive et peu régulière de ses progrès vers la civilisation ».

  • 13  AMAE, MD, Russie, tome XXVI, f. 86, 101.

15Choqué, le chef des archives recommenca la recherche pour confirmer, le 1er janvier 1812 :« Que nous n’avons rien de bien certain sur la Russie et particulièrement sur ce qu’il importe le plus de connaître avec détail et certitude, je veux dire la marche de la civilisation de ce pays. Nous ne savons pas jusqu’à quel point le principe de cette civilisation a efficacement porté son action sur quelques parties du système social, politique et militaire, et s’il a rencontré une résistance invincible dans les autres parties. »13 Nous sommes à moins de 6 mois avant la guerre qui devait entraîner Napoléon jusqu’à Moscou.

Varsovie, cheville ouvrière

  • 14  Handelsman publia la circulaire dans : Instructions et dépêches des résidents français à Varsovie, (...)

16La position géopolitique du duché de Varsovie et la présence de nombreux Polonais dans les gouvernements occidentaux de l’Empire russe, maintenant avec les « Varsoviens » des relations commerciales et familiales, prédestinaient Varsovie à devenir un centre d’espionnage axé sur la Russie. Déjà la circulaire du ministre Champagny, envoyée à Varsovie (et à Stockholm) le 10 octobre 1810, mettait l’accent sur la nécessité d’une collecte secrète de renseignements. Le résident Serra devait ainsi tout apprendre sur les divisions russes stationnées à la frontière du duché et en Lituanie. Le ministre conseillait néanmoins d’agir avec la plus grande prudence pour ne pas :« Donner lieu même de soupçonner une méfiance qui n’existe pas, et de transformer des mesures de simple précaution en un plan de perquisition inquiétant pour la Russie. » Car, il continuait, « mieux [vaut] rester dans l’ignorance que de s’exposer à faire naître les soupçons ». Traduisons : Napoléon préparait déjà une guerre à laquelle il n’était pas prêt et évitait, pour cette raison, d’offrir le moindre prétexte à son ami, devenu adversaire, le tsar 14. Rappellons qu’à la même époque, le colonel Tchernychev corrompait à Paris un employé du ministère de la Guerre et copiait les données exactes sur la force militaire de l’Empire.

  • 15  Instructions et dépêches..., tome I, p. 291, 297.

17Serra, qui peinait à organiser un réseau efficace, vit ses efforts brusquement interrompus lorsque Napoléon le muta à Stuttgart. L’instruction donnée en février 1811 par Champagny à Édouard Bignon, envoyé de Karlsruhe à Varsovie, est la suivante : il faut « connaître tous les mouvements de troupes qui pourront avoir lieu dans les pays qui avoisinent le duché ». À cela vint s’ajouter fin mars une demande pour « des détails topographiques et statistiques »de toute la zone ouest de l’Empire russe. Bignon, critique à l’égard des Polonais (« On pourrait dire que ce sont des gens qui ne voient jamais un arbre, parce qu’ils voient toujours une forêt » écrivait-il fin avril 1811), fut néanmoins condamné à coopérer avec eux 15.

  • 16  AN, AF IV 1689, ff. 116-117, Ledoulx à Champagny, 13 février 1811 ; Poniatowski à Davout, 12 mars  (...)

18Déjà, à partir de l’hiver 1810-1811, les Russes élaboraient un plan de guerre offensif dont l’élément crucial était l’adhésion présumée des élites varsoviennes. Le prince Adam Czartoryski devait rallier le prince Poniatowski. Dès février 1811, à la surprise de Napoléon, les rapports de Bucarest et de Stockholm soulignent des mouvements de divisions russes de Moldavie et de Finlande vers les frontières du duché. La méfiance de Davout et de Bignon à l’égard des rapports « varsoviens » qui confirmaient cette nouvelle était extrême, ils soupçonnaient même une intrigue pensée pour accélerer la guerre, indispensable à la reconstruction de l’État polonais. Ce manque de confiance persuada, entre autres, Poniatowski, en avril, à aller en personne à Paris, pour alerter l’empereur 16.

  • 17  Rossiiskii Gosudarstvennyi Arkhiv Drevnich Aktov (RGADA), f. 30, op. 1, d. 274, k. 104-108/v.
  • 18  La correspondance de Bignon et de Sapieha se trouve à la Bibliothèque Czartoryski à Cracovie, rkps (...)

19Avec le temps, Bignon apprécia davantage les Polonais qui risquaient leur vie à son service et l’aidaient à accomplir sa mission. Outre les rapports sur le duché et l’armée russe, le résident préparait de vastes études géographiques et statistiques des goubernias occidentales, avec l’aide de traducteurs polonais. Une partie de ces travaux, ainsi que les papiers de Lelorgne, pris par les Russes en 1812, sont aujourd’hui conservés à Moscou 17. Le plus grand succès de Bignon fut de s’allier le prince Alexandre Sapieha, dont les relations en Lituanie fondèrent un petit réseau d’informateurs sûrs. À l’inverse, sa plus grande erreur fut de recourir aux services de David Sawan, ancien officier, employé déjà par l’état- major polonais, mais « retourné » par les Russes et devenu dangereux pour les émissaires venus du duché 18.

  • 19  Une partie des rapports conservés dans le fonds AF IV des Archives nationales fut publiée par le c (...)

20Le printemps 1811 vit s’établir un système qui devait perdurer jusqu’en juin 1812. Les renseignements étaient collectés indépendamment par l’état-major du duché et Bignon. Poniatowski envoyait ses rapports à Davout et à Maret (parfois aussi au roi à Dresde) et en fournissait des copies au résident. Celui-ci procédait à un travail critique, y joignait ses propres informations, non communiquées aux Polonais, et envoyait le tout à Davout, qui séparait des paquets les dépêches adressées à Maret et les faisait passer à Paris. Un deuxième recoupement se faisait à l’état- major du maréchal à Hambourg et au bureau de Lelorgne 19.

  • 20  Correspondance de Napoléon, no 18 350 ; Maret à Bignon, 31 décembre 1811, Instructions et dépêches (...)

21Napoléon apprécia les efforts du résident et, le 20 décembre 1811, fit part à Maret de son intention de mettre celui-ci, en cas de guerre, à la tête d’une « police secrète » qui « comprendrait la Direction des renseignements sur l’armée russe et les pays ennemis, la traduction des lettres et pièces interceptées, les rapports des prisonniers, etc. » Le 31 décembre, le ministre, qui trouvait les renseignements de Bignon « fort utiles » même si « ni assez liés ni assez suivis », l’invitait à monter une organisation avec des militaires polonais parlant bien le russe ou l’allemand, et connaissant la Livonie, la Courlande, la Volhynie, la Podolie et l’Ukraine, capables chacun de mener un réseau d’espionnage local. Leur première tâche consisterait à l’observation des grandes routes et des fortifications de Pinsk, Dunabourg et Riga. Maret encouragait le résident à demander des hommes nécessaires auprès de Poniatowski 20.

  • 21  RGVIA, fond VUA, d. 471, ff. 3-4v, Bignon à Davout, 8 janvier 1812.

22Flatté par les compliments de ses supérieurs, Bignon fut néanmoins frappé par leur manque de réalisme. Il s’en ouvrit le 8 janvier 1812, à Davout, et tout en revendiquant fièrement la connaissance « à peu de choses près, de ce qui existe des troupes russes dans la longue ligne de la Baltique au Dniepr », il constata amèrement le manque de gens capables de mener l’espionnage : « J’ai sondé ceux dont le patriotisme est le plus sûr, dont la tête est la plus sage et sur lesquels il y aurait le plus de fonds à faire. On se prête à rendre un service de circonstance, mais on échappe bientôt et on est pressé de se mettre à l’écart. » S’adresser à Poniatowski ne pouvait rien changer, car il était dans le même embarras : « Des officiers que l’on jugeait intelligents et habiles (...) ont fait des courses assez grandes et cependant leurs rapports n’ont donné que de très vagues résultats. » 21 Il n’y eut pas plus d’organisation en matière d’espionnage.

  • 22  RGVIA, fond VUA, d. 471, ff. 110 et 116, Bignon à Davout, 10 mai et 19 juin 1812.

23Au printemps 1812, les agents polonais trouvaient toujours des moyens pour suivre de près les divisions ennemies. Mais l’espace, la surveillance accrue de la frontière, les difficultés grandissantes de communication et les arrestations (Sawan !) mirent fin à leurs activités. Le 10 mai, Bignon se plaignait de ne plus trouver « d’émissaires qui veuillent aller en Russie » et de ne recevoir que des rapports peu intéressants. Le 19 juin, sa conclusion était sans appel : « Nous ne recevons plus guère de bons rapports du territoire russe et nous ne pouvons plus aujourd’hui juger que très vaguement la position de leurs armées. » 22 Quatre jours plus tard, la Grande Armée passait le Niémen.

Haut de page

Notes

1  Viktor Bezotosny est celui qui a le mieux étudié l’organisation du service de renseignement russe, Razvedka i plany storon v 1812 godu [Les services de renseignement et les plans des deux parties en 1812], Moskva, 2005, 286 pages.

2  Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), CP Russie 153, f. 58. La preuve des actions du ministre de la Police est sa demande des formulaires de passeports russes vierges adressée à Lauriston en juin 1811 ; Maret à Savary, 27 juin 1811. Archives nationales (AN), F7 4255, la mission de l’Alsacien Hurter se solda par un échec. Les cartons du fonds GR 1 K 1 du Service historique de la Défense (SHD) montrent bien le rôle de Davout dans le renseignement.

3  Caulaincourt à Champagny, 18 octobre 1810, dans : Mikhaïlowitch (Nicolas), Les relations diplomatiques de la Russie et de la France d’après les rapports des ambassadeurs d’Alexandre et de Napoléon, 1808-1812, t. IV, p. 124-125.

4  Caulaincourt à Champagny, 17 janvier 1811, Les relations diplomatiques, t. V, p. 284.

5  Caulaincourt semble tirer ses chiffres (637 000 hommes) de la brochure de Carl von Plotho écrite en 1810 et éditée à Berlin début 1811 : Ueber die Entstehungm die Fortschritte und die gegenwärtige Verfassung der Russischen Armée, Berlin 1811 ; voir aux AMAE, CP Russie 152, f. 4 ; les documents mentionnés annonce Caulaincourt dans sa dépêche du 17 janvier 1811, AMAE, CP Russie 152, f. 51.

6  AMAE CP Russie 152, supplément, f. 390v, Lauriston à Bassano, 29 janvier 1811.

7  Les Russes la retrouveront dans les papiers interceptés en 1812 : Simanskij (P. N.), Pered vojnoj 1812 goda [Avant la guerre de 1812], « Voennyj Sbornik » 1906, n° 1-2 ; Valkovich (A.), Ot residenta v Peterburgie [De la part du résident à Péterbourg], « Rodina » 1992, n° 6-7.

8  Montarras (A.), « Le renseignement dans la préparation de la campagne de Russie de 1812», Revue historique des armées, n° 221, 4/2000, p.7.

9  Gotteri (N.), « Lelorgne d’Ideville et le service de renseignements du ministère des Relations extérieures pendant la campagne de Russie (juin 1812-mars 1813) », Revue d’histoire diplomatique , R : 103, 1989 ; Nieuwazny (A.), Torun centrala napoleonskiego wywiadu ? Lelorgne d’Ideville i jego zwiazki z Polakami [Torun – centrale du service de renseignements de Napoléon ? Lelorgne d’Ideville et ses relations avec les Polonais], dans : Społeczenstwo w dobie modernizacji. Polacy i Niemcy w XIX i XX wieku, Torun, 2000, p. 373-389.

10  Fain (A. J. F.) Mémoires du baron…. Premier secrétaire du Cabinet de l’Empereur..., Paris, 1908, s. 84 ; l’œuvre ultimede Lelorgne, intitulée Emplacement des Troupes Russes, 1er mai 1812. Récapitulation d’après l’État d’Emplacement se trouve aux AMAE, Statistique extérieure, vol. 154 ; AN AF IV 1706 F, k : 222 i v., Rapport demandé par Sa Majesté sur les livrets des armées étrangères, 25 décembre 1810 par le baron Fain.

11  Napoléon à Champagny, 20 janvier et 7 mars 1811, Correspondance de Napoléon, no 17 286 à 17 426.

12  AMAE, Mémoires et Documents (MD), Russie, tome XIV, ff. 123-128.

13  AMAE, MD, Russie, tome XXVI, f. 86, 101.

14  Handelsman publia la circulaire dans : Instructions et dépêches des résidents français à Varsovie, Krakow, 1914, tome I, p. 260-261.

15  Instructions et dépêches..., tome I, p. 291, 297.

16  AN, AF IV 1689, ff. 116-117, Ledoulx à Champagny, 13 février 1811 ; Poniatowski à Davout, 12 mars 1811 dans Correspondance du prince Joseph Poniatowski avec la France, Poznan, 1925, tome III, p. 178-179 ; Askenazy (S.), Le prince Joseph Poniatowski maréchal de France (1763-1813), Plon, 1921, p. 250.

17  Rossiiskii Gosudarstvennyi Arkhiv Drevnich Aktov (RGADA), f. 30, op. 1, d. 274, k. 104-108/v.

18  La correspondance de Bignon et de Sapieha se trouve à la Bibliothèque Czartoryski à Cracovie, rkps 3 763 ; les contacts avec Sawan : Arkhiv Vnechnoï Politiki Rossijskoi Imperii (AVPRI), fond 133 (Kancelarija), op. 468, d. 5223, ff. 4-7 ; Rossiiskii Gosudarstvennyi Voenno-Istoricheskii Arkhiv (RGVIA), VUA, d. 496, f. 198.

19  Une partie des rapports conservés dans le fonds AF IV des Archives nationales fut publiée par le commandant Margueron dans 4 volumes de Campagne de Russie, Charles Lavauzelle [1897-1906].

20  Correspondance de Napoléon, no 18 350 ; Maret à Bignon, 31 décembre 1811, Instructions et dépêches..., tome I, p. 485-486.

21  RGVIA, fond VUA, d. 471, ff. 3-4v, Bignon à Davout, 8 janvier 1812.

22  RGVIA, fond VUA, d. 471, ff. 110 et 116, Bignon à Davout, 10 mai et 19 juin 1812.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrzej Nieuwazny, « Rien de bien certain ? Le système de renseignements français avant la campagne de Russie », Revue historique des armées, 267 | 2012, 43-50.

Référence électronique

Andrzej Nieuwazny, « Rien de bien certain ? Le système de renseignements français avant la campagne de Russie », Revue historique des armées [En ligne], 267 | 2012, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7452

Haut de page

Auteur

Andrzej Nieuwazny

Maître de conférences habilité en histoire, il enseigne à l’université Nicolas Copernic de Torun et est directeur de l’Institut de recherches sur l’époque napoléonienne (OSEN) de l’académie des Sciences humaines de Pultusk (Pologne). Il est notamment co-auteur de : De tout temps amis. Cinq siècles de relations franco-polonaises (Paris, Nouveau monde éditions, 2004, 445 pages).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org