Navigation – Plan du site
Lectures

Roland Charpiot, Bismarck, un destin prussien

Vuibert, 2011, 261 pages
Olivier Berger

Texte intégral

1Bismarck est assurément un personnage complexe, jugé différemment selon les époques et le côté de la rive du Rhin où l’on se place, entre une opinion française amère et une opinion allemande sympathique vis-à-vis du fondateur de l’unité allemande. Roland Charpiot offre ici une synthèse sur ce grand homme, loin d’une hagiographie, bien que l’auteur ait de l’admiration pour son objet d’étude. Il n’hésite pas à révéler les faces cachées de Bismarck, homme politique certes, mais sensible, attentionné, réaliste dans ses choix, pragmatique. Un homme plein de contradictions. Le lecteur trouvera en cet ouvrage un portrait équilibré du chancelier de fer qui est trop connu par des clichés simplistes. Loin d’être un homme sans culture, c’est un ami des lettres, issu d’un milieu sensible au courant de l’Aufklärung. On apprendra quelques anecdotes présentant Bismarck sous un jour différent. S’il n’oublie pas de servir les intérêts de sa caste aristocratique, il est à l’écoute de la société changeante, marquée par l’émergence d’une bourgeoisie d’affaires et d’un prolétariat industriel naissant. Il a compris que ce sont des données avec lesquelles il faut composer. Tout en cherchant à servir au mieux les intérêts de l’État, il sait faire des concessions aux moments opportuns, changer ses appuis politiques s’ils lui permettent de parfaire l’unité allemande, voire de consolider celle-ci. Après la victoire de 1871 sur la France, Bismarck est conscient de la fragilité de ce nouvel édifice qu’est le Reich allemand et soucieux de respecter l’équilibre européen, il cherche à maintenir la paix entre les grandes puissances. Charpiot a raison de noter que Bismarck incarne les contradictions de la Prusse de son temps. Il est un homme-charnière assurant la transition entre une Allemagne d’Ancien Régime et un monde moderne et une société industrielle qui s’imposent. Trouver et maintenir l’équilibre entre des forces contraires, libéraux et socialistes, catholiques et luthériens, sujets polonais et alsaciens, telle a été la tâche de Bismarck, parfois contre l’avis du roi de Prusse (puis empereur) et son gouvernement, sans crainte d’être impopulaire, avec un instinct qui le trompait rarement. Ses successeurs eurent moins de qualités que lui et n’ont pas su garder cet équilibre forgé par Bismarck. Donc, une excellente synthèse d’un germaniste intégrant les apports de la recherche française et allemande, de J.-P. Bled à L. Gall, en passant par les travaux de l’Anglais Crankshaw, avec la relecture d’ouvrages classiques tels les Pensées et Souvenirs du chancelier. Il manque à sa bibliographie le titre de S. Burgaud sur la politique russe du chancelier. Un livre à lire pour comprendre que l’histoire de l’Allemagne ne menait pas de Bismarck à Hitler et que la réhabilitation de Bismarck est venue, entre autres, d’un historien est-allemand, Engelberg, bien avant la chute du Mur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Berger, « Roland Charpiot, Bismarck, un destin prussien », Revue historique des armées [En ligne], 267 | 2012, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/7482

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org