Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime

Karthala, 2011, 383 pages
Édouard Ebel

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif très bien illustré, publié sous la direction de Pierre Piazza, rassemble les contributions d’une quinzaine de spécialistes de l’histoire policière. La figure d’Alphonse Bertillon est au centre de cette étude. Ce dernier joue un rôle de précurseur dans la diffusion du modèle d’une police technique et scientifique. Considéré comme l’inventeur de l’anthropométrie judiciaire, de la photographie signalétique, de la rationalisation des fichiers judiciaires, on lui a même attribué, à tort, l’invention de la dactyloscopie. Issu d’une famille de scientifiques, il intègre en 1879 la préfecture de police de Paris en tant qu’employé. S’appuyant sur les travaux statistiques de Quételet, il met en place la méthode anthropométrique permettant, grâce aux mesures osseuses, d’identifier les individus dans leur singularité. À ce titre, les travaux de Bertillon constituent une véritable révolution dans les techniques policières et facilitent la mise en place de structures propres pour lutter contre la récidive. Ces innovations contribuent à la répression de la criminalité mais participent également à la mise en place d’une organisation politique stigmatisant certaines catégories d’individus, comme les Tsiganes par exemple. Le corps – ses marques, ses mesures –, en tant qu’objet central des recherches, participe d’une certaine manière au processus « d’anatomie politique » défini par Michel Foucault. Devenu une célébrité dans son pays, mais reconnu également dans les conventions internationales, Bertillon est au faîte de sa popularité lorsque débute l’affaire Dreyfus. Convoqué comme expert graphologue au conseil de guerre, puis tout au long du procès, il tente de démontrer la culpabilité de Dreyfus en élaborant l’improbable théorie de « l’autoforgerie ». Malgré ce revers, Bertillon devient l’archétype du policier de laboratoire. Cet ouvrage est bien plus qu’une collection de notices biographiques, puisqu’il s’intéresse aux prolongements et aux significations d’une police scientifique qui contribuent à la mise en place de la criminalistique et modifient considérablement les pratiques policières. Les développements sur l’anthropométrie internationale et la police des colonies notamment permettent de mieux comprendre la diffusion de son œuvre sur le plan international. D’une certaine manière, la biométrie ou la vidéosurveillance, dont l’utilisation préoccupe les citoyens et le pouvoir contemporains, sont autant de prolongements du développement d’une police scientifique initiée par les découvertes de Bertillon. Cet ouvrage contribue à la réflexion sur l’utilisation de la science dans le domaine policier et sur ses implications dans les questions de sécurité publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Ebel, « Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime », Revue historique des armées [En ligne], 268 | 2012, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/7546

Haut de page

Auteur

Édouard Ebel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org