Navigation – Plan du site
Lectures

Stève Sainlaude, Le gouvernement impérial et la guerre de Sécession (1861-1865), l’action diplomatique

L’Harmattan, 2011, 146 pages
Olivier Berger

Texte intégral

1Le présent livre s’inscrit dans le profond renouvellement historiographique du Second Empire, notamment autour de la personne de Napoléon III. Philippe Séguin a été l’un des premiers historiens à reconnaître à l’empereur une vision mondiale de la politique étrangère. C’est ce domaine qu’explore Stève Sainlaude en s’intéressant aux relations franco-américaines pendant la guerre civile. Dans ses problématiques comme dans son développement, l’auteur se livre à un travail passionnant extrêmement fouillé, en s’appuyant sur des sources largement inédites issues du Quai d’Orsay. Sa bibliographie fait la part belle à des publications anglo-saxonnes, gage de solidité du présent travail. Jusqu’ici, les relations franco-américaines durant la guerre de Sécession n’avaient été analysées que par rapport à leur incidence sur l’expédition du Mexique. On comprend le jeu de la diplomatie française menée personnellement par Napoléon III, contre les positions plus prudentes de ses deux ministres des Affaires étrangères successifs, qui fait passer la politique française comme confuse aux yeux des Américains, voire fausse. En effet, la neutralité impériale cache une tendance à soutenir le Sud, fournisseur de coton indispensable à l’industrie continentale. Cette guerre est un exemple de l’application du droit maritime issu du traité de Paris de 1856, que la France voudrait imposer pour maintenir un équilibre Nord-Sud tout en se déclarant neutre. En effet, la neutralité française s’accompagne d’un souhait de neutralité américaine devant la guerre du Mexique mal engagée. En jouant sur une possible reconnaissance du Sud, vers lequel il penche, Napoléon III espère forcer le Nord à appliquer le droit de la guerre à son adversaire comme à un belligérant régulier, voire faire cesser la guerre, en exploitant la lassitude du Nord. Ainsi pense-t-il protéger les intérêts français, les neutres présents outre-Atlantique, mais sa politique lui est surtout dictée par le souci du Mexique, principale préoccupation devant les conséquences du blocus sur les marchandises sudistes. Prudemment, l’empereur cherche à s’aligner sur l’Angleterre afin d’éviter un isolement, de peur de rompre avec les Nordistes. Il cherche des concessions réciproques tout en changeant plusieurs fois d’orientation. Cependant, l’auteur donne, selon nous, un portrait de Napoléon III un peu sévère, ce dernier n’étant pas un simple rêveur mais un homme d’État influencé par le socialisme de Saint-Simon, pragmatique et énigmatique à la fois. L’insuffisance de l’œuvre écrite de Napoléon III a un lien certain avec la difficulté à juger le personnage, sans tomber dans une histoire partisane. Il faut dire que l’auteur évite ce piège. Avec cet ouvrage, le lecteur redécouvre un aspect méconnu du Second Empire, une bonne raison de lire Stève Sainlaude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Berger, « Stève Sainlaude, Le gouvernement impérial et la guerre de Sécession (1861-1865), l’action diplomatique », Revue historique des armées [En ligne], 268 | 2012, mis en ligne le 03 août 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/7548

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org