Navigation – Plan du site
Lectures

Henri Ortholan, L’armée du Nord, 1870-1871

Bernard Giovanangeli Éditeur, 2011, 158 pages
Olivier Berger

Texte intégral

1Pour clore la trilogie consacrée aux exploits des armées républicaines de 1870, Henri Ortholan vient de rédiger un volume sur l’armée dite « du Nord », formée après la chute de Sedan. Sans doute, comme il le dit, la plus oubliée des armées qui eurent le mérite d’exister et de poursuivre la lutte face aux Prusso-allemands, même avec des troupes mal aguerries. Après des efforts désespérés, quand vient l’armistice, les soldats sont démobilisés dans l’indifférence générale, un classique des défaites… Il n’empêche que leur campagne a été héroïque, avec l’admiration obtenue de leurs vainqueurs, mieux encadrés, mieux préparés et sachant, eux, exploiter les victoires. Dans cette synthèse, l’auteur rappelle les principaux faits d’armes dans l’ordre chronologique, avec des cartes, il explique précisément ce que fut cette armée, composée de troupes hétéroclites, changeant de chefs avant la nomination du célèbre Faidherbe, censé user l’adversaire par des coups de main de type guérilla, afin de fixer des effectifs dans la région au-dessus de Paris, entre Picardie et Normandie. Malgré une intendance insuffisante et des batailles que l’historiographie traditionnelle considérait – sauf Bapaume – comme des défaites, Henri Ortholan montre la ténacité d’une troupe qui fut capable de petits succès et donna du fil à retordre à un occupant craignant une levée en masse. Bien entendu, sans accorder une trop grande importance à la personnalité de Faidherbe, Ortholan souligne l’influence de ce tacticien qui, peu habitué à une guerre moderne, a mis ses qualités au service de la France. Cet officier colonial a su gérer son armée, maniant la carotte et le bâton, tout en étant conscient des faiblesses de la levée en masse, contrairement à d’autres républicains de son acabit, tel un Gambetta. Les amateurs d’histoire peuvent être satisfaits de lire un travail bien construit, clair, dans la lignée des travaux récents sur la guerre franco-allemande et chez le même éditeur qui a publié les études de J.-F. Lecaillon sur ce sujet. En outre, le livre s’appuie sur des classiques comme le livre de F. Roth. Il manque cependant quelques titres à la bibliographie, les sources ne sont pas non plus citées suffisamment. On regrette l’absence de petites anecdotes « insérées » dans la grande histoire, à la manière des récits de guerre rassemblés par Grenest, dont un livre fut consacré à cette armée du Nord. On pourra approfondir la présente étude par la lecture des livres de J. Joguet-Tissot et de W. Blume, qui sont tous les deux des résumés d’opérations établis d’après les volumes rédigés par la section historique du Grand État-Major prussien (à laquelle le lieutenant-colonel Rousset avait répondu dans le même format). Ces livres, d’un point de vue documentaire, sont conformes à la vision de la guerre particulière à la France comme à l’Allemagne, où une bataille ne porte ni le même nom ni le même résultat final. Mais Ortholan s’élève au-dessus des controverses militaires qui marquèrent l’historiographie de la guerre, avant la période de réconciliation franco-allemande. Il a donc raison de rendre hommage à cette « troupe fidèle, qui paye de son humiliation et de sa misère des fautes qui ne sont pas les siennes » (C. de Gaulle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Berger, « Henri Ortholan, L’armée du Nord, 1870-1871 », Revue historique des armées [En ligne], 267 | 2012, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7552

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org