Navigation – Plan du site
Dossier

L’impérialisme britannique vu par la Gazette des Ardennes durant la Première Guerre mondiale

British imperialism as seen by la Gazette des Ardennes during First World War
Bernard Wilkin
p. 26-35

Résumés

La France et la Belgique occupées sont, durant la Première Guerre mondiale, l’objet d’une propagande intensive orchestrée par l’autorité allemande. Le journal le plus important est sans aucun doute la Gazette des Ardennes dont le rayonnement s’étend jusqu’en territoire libre. Cet organe pamphlétaire utilise la politique étrangère de la Grande-Bretagne comme thématique principale. L’hostilité historique avec la France ainsi que la politique coloniale agressive sont utilisées sans modération afin de modeler l’image d’un pays cynique, calculateur et dépourvu de toute humanité. Une multitude d’articles, poèmes et caricatures sont publiés durant les quatre années d’existence du journal. Le présent article vise à examiner la façon dont cette propagande fut orchestrée. Les thèmes principaux, ainsi que les formes employées, sont détaillés ainsi que la réponse apportée par la Grande-Bretagne.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’offensive morale menée par les Allemands durant la Première Guerre mondiale auprès des populations occupées de France est largement méconnue. Il existe pourtant un riche ensemble de pamphlets et journaux en langue française conçu par l’occupant qui, en raison de sa complexité et de son intérêt, mérite que l’historien s’y intéresse. Le présent article examine, à travers sources et bibliographie, la façon dont les Allemands utilisèrent des supports écrits et iconographiques afin de dresser l’opinion des populations occupées contre la Grande-Bretagne. Sa politique extérieure, qualifiée d’impérialisme égoïste, fut le fil conducteur d’une guerre intellectuelle agressive visant à fragiliser les relations franco-britanniques. La conception d’une propagande établie par une armée d’occupation et s’adressant à une population qui lui est hostile soulève de nombreuses questions. Les méthodes employées visant à représenter la Grande-Bretagne comme un État belliqueux, troublant l’harmonie mondiale et justifiant dès lors l’entrée en guerre de l’Allemagne, méritent d’être examinées. Nous pourrons ainsi mieux appréhender la portée et l’impact éventuel des arguments moraux présentés aux populations françaises occupées. Il semble également nécessaire d’examiner l’influence des événements politiques et militaires sur la façon dont cette propagande fut conduite. Enfin, nous considérerons pareillement la réponse apportée à cette offensive morale par les alliés. Le présent texte se fonde essentiellement sur le contenu des différentes versions de la Gazette des Ardennes, journal allemand en langue française et vecteur principal des idées propagées par l’armée impériale allemande en France.

Communiquer avec l’occupé

  • 1  Becker (A.), Oubliés de la Grande Guerre, Paris, éditions Nôesis, 1998, p. 34 et 35.

2Dès 1914, la zone occupée de France est privée de tout contact avec le reste du pays. Les autorités allemandes imposent des règles strictes en matière de communication. Ainsi, les appareils téléphoniques, les pigeons voyageurs, pourtant populaires dans le Nord de la France, et les postes TSF sont bannis. Ces mesures sont justifiées par des craintes en matière d’espionnage. De plus, les populations sont confinées dans les territoires qu’elles habitent. Ces mesures cloîtrent les habitants, de la partie du territoire aux mains de l’armée impériale allemande, au sein de leurs villages ou villes. Les nouvelles concernant la guerre sont, par conséquent, rares et les quelques journaux alliés passés en contrebande s’arrachent à prix d’or. Les rumeurs diverses, bien que réccurentes en temps de guerre, deviennent monnaie courante en raison de l’isolation totale imposé par l’occupant 1.

  • 2  Laska (A.), Presse et propagande allemandes en France occupée : des moniteurs officiels (1870-1871 (...)

3Ce dernier comprend rapidement la nécessité d’alimenter les esprits et de satisfaire la curiosité des foules. Les affiches placardées aux murs ainsi que le théâtre sont des vecteurs de communication utilisés dès le début de la période d’occupation. Il devient vite évident aux yeux de l’état-major allemand que la guerre sera longue. La nécessité de créer des journaux en langue française se fait dès lors de plus en plus pressante. Plusieurs directeurs de quotidiens français ayant cessé leurs activités à l’aube de l’invasion sont contactés par l’occupant afin d’initier une presse sous contrôle. Les directeurs sollicités opposent à leurs interlocuteurs un refus catégorique. Face à cette opposition, les Allemands n’ont d’autre choix que d’organiser leur propre presse. Plusieurs journaux de propagande, ainsi que des publications à destination des troupes allemandes d’occupation, sont crées durant les années de guerre. L’un d’entre eux marquera fortement les esprits, il s’intitule : Gazette des Ardennes 2.

  • 3 Idem, p. 129 à 133.

4Ce journal, à la différence, par exemple, de l’austère Bulletin de Lille,qui publie essentiellement les communiqués officiels allemands et des annonces diverses, doit son succès à la créativité de son équipe rédactionnelle ainsi qu’à l’attrait de ses publications au contenu varié. Publié dès le 1er novembre 1914, il est basé à Charleville-Mézière. La gazette aura dès août 1915 un petit frère, une édition richement illustrée, publiée sous format « tabloïd ». L’équipe rédactionnelle ne cache pas son allégeance à l’Allemagne mais prétend mettre de côté ses sympathies par amour de la vérité. Elle est, en réalité, sous le contrôle total de l’appareil militaire impérial. Les rédacteurs sont toutefois principalement français. Le rédacteur en chef est René Prévôt, Alsacien d’obédience allemande, dont les qualités d’écrivain seront reconnues dans les deux camps. La Gazette des Ardennes, en dépit du dégoût exprimé par les Français dans les mémoires et notes officielles, est un succès autant en France occupée que dans les régions libres où elle est introduite par différents moyens tel que la contrebande ou par la poste aérienne. Cette réussite s’explique non seulement par son monopole, mais aussi par la publication de listes de prisonniers de guerre français dans les camps allemands ou par le développement de pages régionales. Les familles, anxieuses quant au sort des leurs, consultent régulièrement ces pages afin de trouver des nouvelles d’un être cher. Dans les régions libres, la méfiance vis-à-vis de cette presse fait toutefois vite place à la haine. La Gazette des Ardennes  devient le symbole de la propagande allemande et est utilisée en exemple par de nombreuses personnalités telles que Maurice Barrès 3.

5L’agressivité déployée à l’encontre de la Grande-Bretagne est enracinée dans les mentalités, mais répond également à une logique pragmatique. L’hostilité entre les deux nations belligérantes, qui s’exprime déjà dans la presse anglaise avant l’éclatement du conflit, est telle que l’état-major britannique juge superflu la création d’un service de propagande à domicile, convaincu que la population suivra d’un seul élan en cas de guerre avec l’Allemagne. De façon plus concrète, la presse allemande d’occupation s’adresse à une population française. Il aurait été maladroit, voire désastreux, de mener une politique de dénigrement à l’encontre de la France. Il faut dès lors trouver un symbole personnifiant la cause contre laquelle le gouvernement impérial doit se battre.

  • 4  Marquis (A. G.), “Words as Weapons : Propaganda in Britain and Germany during the First World War” (...)

6La Grande-Bretagne représente une cible parfaite. Alliée de la France et plus proche que la Russie aux yeux des Français, elle est le choix logique des propagandistes impériaux qui vont s’efforcer d’appliquer l’antique principe « Divide et Impera ». L’étendue de l’Empire britannique et sa puissance économique en font un adversaire de premier plan. L’indignation mondiale, encore fraîche dans la conscience collective, causée par l’attitude des troupes commandées par lord Kitchener, ministre de la Guerre en 1914, lors du récent conflit contre les Boers sert de support à la thèse décrivant la Grande-Bretagne comme une nation à la froide inhumanité cherchant le profit au détriment du droit des peuples. Cette argumentation est nécessaire afin de s’opposer à la propagande alliée, principalement dirigée vers les actes violents commis par l’Allemagne à l’encontre de la Belgique. L’hostilité historique entre la France et la « perfide Albion » est également un sujet qui ne peut être ignoré par un propagandiste compétent. Les rédacteurs ne se privent dès lors jamais d’utiliser l’iconographie historique afin de faire passer leurs thèses 4.

  • 5  Anonyme, Ein dutzend englischer sünden wider das völkerrecht; tatsachen und feststellungen, Berlin (...)
  • 6  Texte original en anglais : “Had England herself never outraged the neutrality of other countries (...)

7Cette stratégie est similaire à celle employée dans les pays neutres. Des livres tels que : Ein dutzend englischer sünden wider das völkerrecht; tatsachen und feststellungen, publié par le gouvernement impérial ; India’s “loyalty“ to England ; Pages d’histoires. Les atrocités anglaises  ou encore Damaging evidence against English hypocrisy sont diffusés au travers de réseaux d’agents et de maisons d’éditions fictives agissant pour le compte de l’Allemagne 5. Ces publications dénoncent la politique britannique en des termes violents : « Si l’Angleterre n’avait jamais violé la neutralité d’autres pays, elle ne serait pas à la tête d’un vaste empire colonial à présent. Car quels sont les moyens et les manières employées afin d’acquérir les différentes parties de cet empire ? Est-ce que l’Angleterre ne consiste pas en une portion des îles qui constituent le Royaume-Uni de nos jours, les parties écossaises et irlandaises ayant également été acquises avec la perfidie et la tricherie qui caractérisent la politique anglaise. »6

Des lettres…

  • 7  Marchand (L.), L’offensive morale des allemands en France, pendant la guerre : l’assaut de l’âme f (...)

8La Gazette des Ardennes utilise une prose similaire pour attaquer la politique étrangère du Royaume-Uni. Celle-ci sera dénoncée après la guerre par un officier interprète ayant travaillé au 2e bureau du Grand Quartier général (GQG). « Nous avons vu à la 2e campagne comment l’État-major allemand a cherché à monter l’esprit du soldat français contre son frère d’armes anglais. Le jour où serait rompue l’alliance franco-anglaise, l’Allemagne aurait partie gagnée. L’enjeu est énorme. Aussi les Allemands reviennent-ils à la charge avec une ténacité inlassable. Ils cherchent à rendre les Anglais odieux, non seulement à nos combattants, mais à toute la population française. »7Il serait impossible de reproduire dans les présentes pages, les nombreux exemples de propagande antibritannique contenus dans les milliers de pages que constituent la Gazette des Ardennes. Ceux-ci sont quotidiens et s’expriment sous différentes formes. Il s’agit d’une part de formuler des critiques et créer de nouveaux débats, une forme offensive de propagande, et d’autre part de répondre aux arguments invoqués par les alliés en utilisant des contre-exemples basés sur l’observation des événements et des pratiques gouvernementales de l’ennemi ; cette forme revêtant un aspect plus défensif. L’actualité concentre logiquement l’attention des rédacteurs.

  • 8 Gazette des Ardennes, 5 novembre 1914, p. 3.

9Les attaques envers la politique étrangère britannique constituent le fil conducteur de la propagande allemande dès le début de la parution du journal. Il faudra toutefois attendre des mois avant que cette campagne atteigne son paroxysme. Le premier réel article à l’encontre de l’impérialisme anglais paraît dans le numéro 5 de la Gazette des Ardennes datant du 29novembre1914. Il s’agit de la reproduction d’une opinion formulée par le ministre de la Guerre néerlandais Colyn dans laquelle il attribue la responsabilité du conflit à l’appétit colonial et maritime d’Albion8. La stratégie de la fin de l’année constitue toutefois en la publication de petits articles dénonçant l’indifférence, voir la violation de la neutralité de divers pays tels que les Pays-Bas ou la Suisse. On y dénonce également de multiples traités secrets entre la Belgique et l’Angleterre. Cette stratégie aux intentions évidentes (il s’agit de justifier l’action allemande) reste toutefois limitée. L’intensification de la campagne à l’encontre de la Grande-Bretagne est liée à la nomination de René Prévôt, recruté au début de l’année 1915 par l’autorité impériale afin de franciser la rédaction composée jusqu’ici de militaires allemands francophones. Ce dernier, docteur ès lettres, insuffle un dynamisme et une stratégie cohérente à un journal ayant peiné jusque-là à se départir de la rhétorique militaire officielle.

10L’histoire est utilisée à de nombreuses reprises. L’hostilité passée entre la France et la Grande-Bretagne représente un terreau fertile pour les propagandistes de Charleville qui s’évertuent à montrer l’hostilité intemporelle de « l’ennemi traditionnel ». Des passages du Mémorial de Sainte-Hélène, soigneusement choisis, pour leur contenu anglophobe, sont distillés. L’édition illustrée entreprend la publication d’un calendrier intitulé « L’ennemi séculaire » qui s’égrène au fil des éditions. Chaque jour de l’année relate un incident opposant Français et Anglais. « À ces différentes époques, nous sommes gouvernés, nous sommes forts, nous leur répondons, et c’est un duel constant entre la perfide Albion et la généreuse France qui ne veut pas se laisser abattre », déclare le rédacteur. Jeanne d’Arc, en sa qualité de martyre, personnifie à la fois la souffrance et la résistance du peuple français face à la domination britannique. Elle est l’objet de nombreux poèmes et illustrations :

« […] Du ciel alors vient un rayon,

Éclaire ses beaux traits de guerrière.

Vierge de bronze, terreur d’Albion,

Gardienne d’Église et de Chaumière !

La foule approche, Dieu dans son âme

Et puis – soudain – tombe à genoux –

Miracle ! Ciel ! Jehanne s’exclame :

  • 9 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 7, 1er novembre 1915.

" Sus aux Anglais ! Éveillez-vous !" »9

  • 10  Hayward (J.), Myths and Legends of the First World War, Stroud, Sutton Publishing, 2002, p. 84 et  (...)
  • 11 Gazette des Ardennes, 13 mai 1915, p. 3.
  • 12  Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 13, Pâques 1916 ainsi que Ponsonby (A.), Falsehood in (...)

11Le doigté de René Prévôt se heurte toutefois aux nombreuses difficultés imposées par les événements. Le naufrage du Lusitania est l’occasion pour les propagandistes alliés de renouveler la campagne morale entamée contre l’Allemagne. Le torpillage est, dans la logique de la narrative pamphlétaire, la confirmation éclatante de la barbarie allemande, déjà exprimée lors de l’invasion de la Belgique. Des journaux comme Le Monde Illustré poussent la manipulation jusqu’à transformer des photographies d’une célébration à Berlin en manifestations de joie à l’annonce du naufrage. L’événement n’est pas sans importance car il survient une semaine seulement avant la publication du « Bryce Report » décrivant les atrocités allemandes. 10 La destruction du navire est annoncée le 13 mai 1915 dans la gazette. Le nombre de victimes est évoqué sans détour mais la responsabilité du naufrage est attribuée au gouvernement britannique : « Il est triste qu’un aussi grand nombre de personnes qui ne participent pas à la guerre aient trouvé la mort dans les flots, victimes du gouvernement anglais et de la fameuse Compagnie Cunard, qui n’eut pas honte de considérer les vies humaines de ses passagers comme une "assurance", lui permettant d’effectuer impunément, sous leur protection, le transport des armes de guerre et de munitions américaines destinées aux armées alliées. » 11 Le ton devient toutefois nettement plus justificatif au fur et à mesure que le temps passe. L’édition illustrée se sent même obligée de reproduire une peinture montrant le sauvetage d’un équipage de navire anglais par des torpilleurs allemands ainsi que la première page du Courrier Français du 22 janvier 1888 montrant une médaille dédiée à des naufragés abandonnés en mer par un navire anglais. Il s’agit sans aucun doute d’une tentative de réponse à la médaille « Goetz » du Lusitania, de conception allemande mais modifiée et diffusée à plus de 250 000 exemplaires 12.

  • 13 Gazette des Ardennes, 30 avril 1916, p. 3.
  • 14 Gazette des Ardennes, 3 mai 1916, p. 1.
  • 15 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 15, Pentecôte 1916.

12La crise que connaît la Grande-Bretagne lors de l’insurrection de Pâques 1916 à Dublin est évidemment une opportunité immanquable pour la propagande allemande. La presse alliée s’était emparée de la violation de la neutralité belge afin d’attaquer les troupes du kaiser ; la répression violente menée dans la capitale irlandaise soulève une campagne de presse renouvelée dans les journaux de propagande allemands. Les faits sont annoncés dans un premier temps avec une certaine sobriété. La Gazette des Ardennes déclare : « Si des faits semblables s’étaient produits en Allemagne, si seulement quelques femmes s’étaient rassemblées devant un magasin, tous les journaux de l’Entente auraient crié que la révolution venait d’éclater en Allemagne, etc. Nous ne voudrions pas les suivre dans cette voie (…) ». 13 Cette retenue est toutefois de courte durée. Les rédacteurs jouent la carte de la culpabilisation, dénonçant l’alliance franco-anglaise comme un renoncement aux valeurs démocratiques. L’éditorial du 3 mai est consacré à la rébellion : « Après les Boers de De Wet, voici les Irlandais de Casement qui rompent le charme des beaux discours de Messieurs Briand, Poincaré et Asquith! Pour les Français qui pensent et qui connaissent leur histoire, le fait doit être doublement cruel. Car pendant des siècles les sympathies françaises allèrent à l’Irlande martyre, à ces mêmes défenseurs de la liberté irlandaise, dont la presse française liée à l’Angleterre se croit obligée de condamner aujourd’hui la "traîtrise"! Hélas, jamais la faillite de la phrase bassement hypocrite n’éclata aussi cruellement à tous les yeux» 14 L’édition illustrée se concentre elle aussi sur la crise irlandaise. Une série de portraits d’insurgés condamnés à mort est reproduite en parallèle avec des vues des dévastations commises par les combats à Dublin 15.

  • 16  Nivet (P.), La France occupée, 1914-1918, Armand Colin, Paris, 2011, p.70.
  • 17 Gazette des Ardennes, 6 janvier 1917, p. 1.

13L’échec des négociations de paix, entamées par les puissances centrales en décembre 1916, est largement commenté. La stratégie est toujours la même. La France, fustigée pour son attitude passive, est à peine évoquée tandis que la Grande-Bretagne et la Russie sont présentées comme les responsables de l’échec des négociations. La manœuvre est habile car elle joue sur le sentiment de lassitude engendré par la guerre. Le moral des armées et des populations connaît un effondrement durant l’année 1917 en raison des pertes, des privations et de l’impasse militaire. De plus, les victimes des bombardements britanniques, systématiquement dénoncés par la propagande allemande, accroissent sensiblement le sentiment d’hostilité 16. Le moment semble idéal pour réaffirmer la légitimité de la lutte germanique contre l’impérialisme anglais. « Le jour où l’on parviendrait à terrasser l’Allemagne, à briser la résistance victorieuse du bloc central, on aurait vite fait de se débarrasser des "principes" encombrants ; et l’Angleterre espère qu’alors le monde, y compris les neutres, l’aideraient à proclamer pour l’éternité la "légalité" de son impérialisme dominateur ! » 17

  • 18 Gazette des Ardennes, 1er novembre 1918, p. 1.

14La situation désespérée dans laquelle se trouve l’Allemagne à la fin de la guerre modifie sensiblement le ton rédactionnel. Si l’Angleterre n’est pas oubliée, les journalistes lui associent plus ouvertement la France. Il est clair, dans l’esprit des auteurs, que la guerre est perdue et que la capitulation est proche. Les écrits se font graves et une certaine amertume se ressent. Il s’en dégage une sorte de testament politique teinté d’avertissements pour l’avenir :  « Dès aujourd’hui, les gens avertis savent à quoi s’en tenir sur la politique d’encerclement, œuvre des ÉdouardVII et Delcassé, ainsi que sur les responsabilités du panslavisme agressif, qui se sentait appuyé par les milieux nationalistes et impérialistes de Paris et Londres. (…) La paix, la sainte paix tant désirée est en marche. Mais pour qu’elle soit vraiment la paix des peuples, il faut que la conscience de l’humanité s’éveille et reste vigilante ! » 18

…et des images

  • 19  Taylor (M.), “John Bull and the iconography of public opinion, c. 1712-1929”, Past and Present, 13 (...)

15La caricature est un support fréquemment utilisé dans la presse de propagande. La Grande-Bretagne, que ce soit par écrit ou sous forme de dessin, est fréquemment représentée en la personne de « John Bull ». Cette personnification, inventée outre-manche en 1712, est rapidement reprise par une série d’auteurs et d’artistes. Son aspect extérieur de gentleman de la classe moyenne, porteur d’un haut-de-forme et d’un gilet aux couleurs de l’Union Jack, en fait une figure populaire, largement utilisée tout au long du XIXe siècle dans la presse populaire britannique. La propagande allemande n’a toutefois pas attendu le début du conflit pour s’emparer de cette incarnation de la Grande-Bretagne. « John Bull » est transformé en capitaliste arrogant par la presse impériale, notamment lors de la signature des accords menant à la Triple Entente. Lorsque le conflit éclate, « John Bull » devient le symbole le plus couramment employé pour dénoncer la politique extérieure du pays qu’il représente. La famille royale est également fréquemment représentée 19.

  • 20  Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 12, 13 avril 1916

16Ainsi, le premier numéro du 2 août 1915 comporte une esquisse publiée avant la guerre dans Kladderadatsch , un journal berlinois, représentant le roi Édouard VII vêtu d’une tenue généralement associée aux capitalistes et fumant un cigare tout en jouant au billard avec les nations européennes afin de heurter au final l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. Le dessin vise à prouver le calcul cynique  de la Grande-Bretagne en matière de politique extérieure et l’utilisation des nations afin d’atteindre ses rivaux germaniques. Ces dessins décrivant les jeux diplomatiques de coulisses sont communs pour l’époque 20.

  • 21 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 6, 8 octobre 1916.

17Plus agressif encore est ce dessin publié dans l’édition du 8 octobre 1915 représentant la tarentule britannique, moitié « John Bull » moitié arachnide, porteuse du haut-de-forme et étendant ses pattes sur la carte de l’Europe en des points stratégiques tels que Malte ou Gibraltar tout en dévorant son allié français. Le nom de la ville de Calais, central sur la caricature, n’est pas un hasard. La Gazette des Ardennes soutiendra à de nombreuses reprises l’intention des Britanniques de reconquérir la cité perdue en 1588. Il convient également de noter la présence de l’aigle allemand, veillant sur son rocher, et porteur de la couronne impériale. Un sous-marin est visible dans le coin droit tandis que les fils de la toile se défont au niveau de l’Allemagne et de la Turquie. L’illustration est accompagnée de citations de Victor Hugo, extraites du livre Le Rhin de 1842, tel que « L’union de l’Allemagne et de la France, ce serait le frein de l’Angleterre et de la Russie, le salut de l’Europe, la paix du monde. » 21

  • 22 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 65, 21 avril 1918.

18La Grande-Bretagne n’est toutefois pas toujours représentée au travers de « John Bull » ou de la royauté. La question de la domination des mers donne l’opportunité aux caricaturistes de se déchaîner. Ainsi, ce dessin, paru en avril 1918, montre le monstre marin portant une culotte aux couleurs de l’Union Jack et s’exclamant : « Donne-moi ton canot, il me le faut pour défendre la liberté des mers ! » 22

  • 23 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 14, 17 mai 1916.

19La Gazette des Ardennes n’hésite d’ailleurs pas à se replonger dans les archives afin de convaincre son public. Le processus le plus crédible reste encore l’utilisation d’un matériel de propagande d’origine française datant d’avant le conflit. Les propagandistes espèrent ainsi démontrer l’objectivité dont ils se réclament. La plume d’un compatriote a plus de chances de marquer les esprits qu’une production se réclamant aux ordres de l’armée impériale. Les tensions historiques ainsi que certains événements spécifiques tels que la guerre des Boers fournissent une quantité de caricatures non négligeables. Dès lors, sont publiés ces dessins comparant l’Empire britannique a un poulpe, thématique finalement proche de celle utilisant la tarentule, ou encore ces séries représentant les massacres des populations boers. Ainsi, par exemple, est reproduite cette image réalisée par le caricaturiste Jean Veber pour le journal anarchiste L’Assiette au Beurre dénonçant l’intervention britannique en Afrique du Sud 23.

  • 24 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 55, 11 janvier 1918.

20La caricature devient de plus en plus omniprésente au fil du temps. Une rubrique lui est consacrée dans chaque numéro illustré dès la fin de l’année 1917. Les dessins polémiques se font toutefois plus sombres à mesure que la situation militaire et économique de l’Allemagne s’aggrave. Un dessin paru en couverture de l’édition 55 du 11 janvier 1918 montre un soldat allemand en tenue de combat. Ce dernier, s’adressant à John Bull et à la Marianne française, montre le vaste cimetière tandis que la légende « Au seuil de la nouvelle année. Voulez-vous encore sacrifier d’avantage» est inscrite au bas de la page. Le ton solennel de l’illustration ainsi que le texte marquent un revirement. Il ne s’agit plus de pointer les causes mais bien les conséquences du conflit. Cette approche novatrice fait preuve d’une subtilité certaine en ce sens qu’elle s’adresse à la lassitude des populations et au dégoût des pertes humaines plutôt qu’a la fibre patriotique. L’Allemand n’est plus le gardien veillant à protéger le monde de l’ambition britannique : il se fait le conciliateur d’une paix rapide 24.

Réactions et conflits

  • 25  Service historique de la Défense/archives de la guerre (SHD/GR),  16 N 1570, Note rédigée par la s (...)

21L’influence de la Gazette des Ardennes attire rapidement l’attention des états-majors français et britanniques. Une première tentative de réponse est organisée via le journal français de propagande conçu par le Service aérien de la propagande, faisant partie du 2e bureau du GQG de l’armée française. Cette publication, La Voix du Pays, est initiée en septembre 1915. Il s’agit d’un journal à destination des populations françaises occupées lancé par avions et ballons. Son contenu ne satisfait toutefois pas les Britanniques. Ceux-ci désirent répondre à la propagande allemande. Ils contactent, par l’intermédiaire de la mission anglaise au sein de l’armée française, l’unité responsable de la rédaction du journal, demandant un accroissement de la mention du rôle des armées britanniques dans la lutte armée. Cette demande n’intéresse que peu les Français comme le révèle cette note interne : « Pour répondre au désir exprimé par l’État-major Britannique, la SR aux Armées demande à la Section de propagande du 2e bureau de l’EMA de relater, dans LaVoix du Pays, quelques hauts faits des armées britanniques ; afin de faire connaître à nos populations des régions envahies l’aide efficace que nous apporte nos Alliés anglais mais il faut se garder de toute exagération dans ce sens et n’entrer que discrètement dans cette voie. »25

  • 26  Sanders (M.) et Taylor (P.), British propaganda during the First World War, Londres, Macmillan Pre (...)

22Lasse d’attendre, l’armée britannique décide de produire sa propre publication intitulée Le Courrier de l’Air, dispersée par avions et par ballons à partir du mois d’avril 1917. Conçue par une unité de propagande secrète nommée MI 7(b) et dépendant du War Office, elle est composée d’intellectuels et de militaires réformés en raison de leurs blessures. Cette presse se montre bien plus violente que son alter-ego française. Les articles s’emploient non seulement à démontrer les intentions belliqueuses de l’Allemagne mais également la corruption morale de ses habitants. L’équipe éditoriale s’évertue également à mettre en avant l’action de l’armée britannique. Les offensives militaires sont soulignées et exagérées 26.

  • 27 Chiffres fournis par la Gazette des Ardennes dans sa manchette.
  • 28  Deruelle (E.), Les carnets d’Eugénie Deruelle, éditions Encrage, Amiens, 2010, p. 433.
  • 29  Stephani (P.), Sedan sous domination allemande 1914-1918, Bernard Grasset éd., Paris, 1919, p. 26 (...)

23Les Belges sont également courtisés par l’armée britannique, probablement désireuse de profiter de l’aura dont bénéficie le pays. Ainsi, Le Courrier de l’Air est principalement destiné à la Belgique. Il ne faut toutefois pas surestimer l’importance de ce journal. Publié à seulement 5 000 exemplaires tout au long de la guerre et empoisonné par des problèmes de distribution et l’imprécision générale que représente les lâchers par avion, il ne peut en aucun cas rivaliser avec son concurrent germanique, dont les éditions combinées dépassent à certains moments les 200 000 copies et qui est vendu en kiosque 27. Cette disparité montre à quel point l’Allemagne ressentait le besoin de mettre la morale de son côté. Il est toutefois difficile, voire impossible, de juger de l’efficacité de cette campagne. Eugénie Deruelle, française occupée, évoque sa douleur en lisant la Gazette des Ardennes28. Mais laissons, sans perdre notre esprit critique, le dernier mot à un autre français occupé, Philippe Stéphani : « Toute la littérature qui a été écrite les siècles derniers contre l’Angleterre est reproduite dans La Gazette des Ardennes. Pas un numéro où il ne soit fait allusion à Jeanne d’Arc ou à Napoléon Ier. Peine inutile : chaque occupé a conscience qu’il devra à l’Angleterre son existence nationale. Et puis… le Boche la déteste, cela suffit pour nous la faire aimer. » 29

Haut de page

Notes

1  Becker (A.), Oubliés de la Grande Guerre, Paris, éditions Nôesis, 1998, p. 34 et 35.

2  Laska (A.), Presse et propagande allemandes en France occupée : des moniteurs officiels (1870-1871) à la Gazette des Ardennes (1914-1918) et à la Pariser Zeitung, Munich, Herbert Utz Verlag, 2003, p. 117 et 118.

3 Idem, p. 129 à 133.

4  Marquis (A. G.), “Words as Weapons : Propaganda in Britain and Germany during the First World War”, Journal of Contemporary History, Vol. 13, N. 13, Londres, Sages, 1978, p. 468.

5  Anonyme, Ein dutzend englischer sünden wider das völkerrecht; tatsachen und feststellungen, Berlin, 1914. Rifat (M.), Damaging evidence against English hypocrisy, Berlin, 1915. Anonyme, Pages d’histoires. Les atrocités anglaises, Paris, 1915. Le dernier ouvrage mentionne Paris comme maison d’édition mais il s’agit très probablement d’une invention de la propagande allemande.

6  Texte original en anglais : “Had England herself never outraged the neutrality of other countries she would not stand at the head of a large colonial Empire now. For in which manner and by what means has she been able to acquire all the component parts of this Empire? Does not England consist of but a portion only even of the Islands which make up the United Kingdom to-day, the Scotch and Irish portions of which were acquired too by the perfidy and trickery that have become the established practice of English policy “. Rifat, (M.) Damaging evidence against English hypocrisy, Berlin, 1915, p. 6.

7  Marchand (L.), L’offensive morale des allemands en France, pendant la guerre : l’assaut de l’âme française, Paris, La Renaissance du Livre, 1920, p. 128-129

8 Gazette des Ardennes, 5 novembre 1914, p. 3.

9 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 7, 1er novembre 1915.

10  Hayward (J.), Myths and Legends of the First World War, Stroud, Sutton Publishing, 2002, p. 84 et 85.

11 Gazette des Ardennes, 13 mai 1915, p. 3.

12  Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 13, Pâques 1916 ainsi que Ponsonby (A.), Falsehood in War, London, George Allen and Unwin Publishing, 1928, p. 124 et 125.

13 Gazette des Ardennes, 30 avril 1916, p. 3.

14 Gazette des Ardennes, 3 mai 1916, p. 1.

15 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 15, Pentecôte 1916.

16  Nivet (P.), La France occupée, 1914-1918, Armand Colin, Paris, 2011, p.70.

17 Gazette des Ardennes, 6 janvier 1917, p. 1.

18 Gazette des Ardennes, 1er novembre 1918, p. 1.

19  Taylor (M.), “John Bull and the iconography of public opinion, c. 1712-1929”, Past and Present, 134, 1992, p. 93-128.

20  Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 12, 13 avril 1916

21 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 6, 8 octobre 1916.

22 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 65, 21 avril 1918.

23 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 14, 17 mai 1916.

24 Gazette des Ardennes : édition illustrée, no 55, 11 janvier 1918.

25  Service historique de la Défense/archives de la guerre (SHD/GR),  16 N 1570, Note rédigée par la section de renseignements à l’attention du Service de propagande aérienne en date du 12 mars 1917.

26  Sanders (M.) et Taylor (P.), British propaganda during the First World War, Londres, Macmillan Press, 1982, p. 237.

27 Chiffres fournis par la Gazette des Ardennes dans sa manchette.

28  Deruelle (E.), Les carnets d’Eugénie Deruelle, éditions Encrage, Amiens, 2010, p. 433.

29  Stephani (P.), Sedan sous domination allemande 1914-1918, Bernard Grasset éd., Paris, 1919, p. 26 et 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Wilkin, « L’impérialisme britannique vu par la Gazette des Ardennes durant la Première Guerre mondiale », Revue historique des armées, 269 | 2012, 26-35.

Référence électronique

Bernard Wilkin, « L’impérialisme britannique vu par la Gazette des Ardennes durant la Première Guerre mondiale », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7572

Haut de page

Auteur

Bernard Wilkin

Doctorant à l’université de Sheffield en Grande-Bretagne, il consacre ses recherches à l’histoire de la propagande durant la Première Guerre mondiale ainsi qu’aux nouvelles technologies telles que l’aviation avant et pendant la Grande Guerre. Il est l’auteur d’un ouvrage et de plusieurs articles parus dans différentes revues internationales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org