Navigation – Plan du site
Document

Quels ennemis à l’écran ?

Les comptes rendus de censure du chef de bataillon Pierre Calvet (mai 1936-septembre 1938)
Stéphane Launey
p. 73-78

Entrées d’index

Mots-clés :

censure, cinéma, propagande
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir : Sibille (Claire), « Les archives du ministère de la Guerre récupérées de Russie », La gazet (...)
  • 2  Service historique de la Défense, archives de la guerre (SHD/GR), 7 N supplément 570, dossier 1 et (...)

1Les archives du ministère de la Guerre rapatriées de Russie 1 permettent d’éclairer de larges pans relatifs à l’histoire militaire française de l’entre-deux-guerres, comme la perception et l’utilisation du cinématographe par l’armée française. En effet, les dossiers du 3e bureau en charge des opérations militaires et de l’instruction générale au sein de l’état-major de l’armée (EMA) renferment une intéressante correspondance avec la Section cinématographique de l’armée, alors rattachée au Service géographique de l’armée (SGA). Outre les notes et rapports sur l’emploi du film comme moyen d’instruction, on y trouve aussi une collection d’une quarantaine de comptes rendus 2 sur la question délicate de la censure des films. Depuis octobre 1927, le département de la Guerre dispose d’un représentant à la commission de contrôle des films. Responsable de la section cinématographique, le chef de bataillon Pierre Calvet occupe cette fonction depuis le mois de décembre 1932, en remplacement du colonel Pierre Penel, adjoint au chef du SGA, atteint par la limite d’âge.

État des lieux de la censure des films

  • 3  Journal officiel, 8 mai 1936, p. 4762.
  • 4  Ory (Pascal), La belle illusion. Culture et politique sous le Front populaire 1935-1938, Paris, Pl (...)

2Le décret du 7 mai 1936 3 – fruit d’une réflexion interministérielle commencée en 1934, où les vues de l’administration militaire sont relayées par le ministère de l’Intérieur – redéfinit les modalités du contrôle cinématographique, qui demeure toutefois rattaché à l’administration des Beaux-Arts au ministère de l’Éducation nationale. En résumé, toute œuvre cinématographique (hors films documentaires d’actualités soumis à un régime spécial par l’arrêté du 26 mai) ne peut être projetée en public sans un visa délivré par le ministre de l’Éducation nationale, sur avis de la commission de contrôle des films. Cette dernière s’attache à la défense des bonnes mœurs et au respect des traditions nationales, et sa composition confirme la prépondérance des représentants des pouvoirs publics sur ceux de l’industrie privée 4. Les ministères de la Guerre, de l’Air et de la Marine disposent chacun d’un représentant et siègent lorsque des sujets mettent en scène leurs armes respectives.

  • 5  SHD/GR, 3 R 145, dossier 3, bordereau d’envoi du Secrétariat général au Cabinet du ministre de la (...)
  • 6  SHD/GR, dossier administratif du lieutenant-colonel Joseph, Pierre, Baptiste Calvet au Service géo (...)
  • 7  SHD/GR, 8 Ye 39559, dossier de carrière du colonel Joseph, Pierre, Baptiste Calvet (1888-1968). Is (...)

3En amont, pour le département de la Guerre, le rôle du commandant Calvet « consistera vraisemblablement à apprécier les films au point de vue du respect dû aux institutions et à la discipline militaire » 5. Quelques temps après, le général Viviez, chef du SGA, note que la censure « est la partie la plus délicate et non la moins importante de sa mission ; il faut pour remplir ce rôle, un officier d’une rectitude absolue de jugement et de caractère, possédant une certaine autorité dans les milieux cinématographiques (qui n’ont rien de commun avec les milieux militaires) et capable d’y évoluer sans être influencé, ni dupe » 6. Autre signe de son importance prise durant la période étudiée, la mention de sa participation à la commission n’apparaît dans la notation de Pierre Calvet qu’à partir de 1936 puis sans discontinuer jusqu’en 1938, année où il est mentionné que « son avis y fait autorité dans les questions militaires : il aurait encore plus de poids si cet officier était promu au grade supérieur » 7.

  • 8  Bidault (Suzanne), Par une porte entrebâillée ou comment les Françaises entrèrent dans la « carriè (...)
  • 9  La Cinématographie française, 5 novembre 1937.

4Suzanne Borel, alors en poste au Service des œuvres françaises à l’étranger et à ce titre représentante du Quai d’Orsay au sein de la commission, résume le rôle du commandant à celui « de défendre l’honneur de l’Armée – non pas celui de l’armée française, mais celui de l’Armée en soi »8. Elle souligne, en outre, le fait que les ministères de l’Intérieur, de la Guerre et des Affaires étrangères sont les plus assidus à déléguer des censeurs. Le signe de cette prépondérance se concrétise par la circulaire d’Edmond Sée, président de la commission, en date du 25 octobre 1937 et adressée aux producteurs, distributeurs et exploitants. En substance, le visa sera désormais refusé tant aux films tendant à ridiculiser l’armée ou susceptibles d’amoindrir son prestige, qu’à ceux susceptibles de froisser les sentiments nationaux des peuples étrangers et de provoquer, par suite, des incidents diplomatiques. Il en est de même pour les films reproduisant des attaques à main armée, cambriolages avec effraction qui peuvent avoir une influence pernicieuse sur les jeunes gens. L’arrêté stipule que le visa ne sera accordé qu’ « exceptionnellement » 9 aux films de guerre et d’espionnage, et à ceux ayant des scénarios militaires et policiers de toute nature. Pour le ministère de la Guerre, il s’agit de mettre un frein aux vaudevilles militaires, avec la mise en place d’une pré-censure portant sur le découpage avant les prises de vues ; avec l’idée sous-jacente d’éviter aux producteurs d’engager des fonds dans des projets susceptibles de ne pas voir le jour.

5Résumer les enjeux et l’influence du cinéma pendant ces années est relativement aisé. C’est, d’une part, un média populaire comme le montre les recettes exponentielles d’exploitation, confirmées dès les premiers mois de l’année 1939. D’autre part, on constate une embellie dans la production de films français, même si leur poids total ne dépasse pas le quart de l’ensemble des projections, avec une majorité de longs-métrages américains. Ce constat établi, quelles ont été les réactions du représentant de la Guerre à la commission de censure face aux films susceptibles de véhiculer des thèses hostiles à l’institution militaire ?

Guerre civile et communisme

  • 10  Laurent (Natacha), L’Œil du Kremlin. Cinéma et censure en URSS sous Staline (1928-1953), Toulouse, (...)
  • 11  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film La Dernière nuit, 7 juin 1937 (...)
  • 12  Zay (Jean), Souvenirs et solitude, Paris, Belin, 2010, p. 242-243 [1re édition, Julliard, 1946].

6Les productions de l’État soviétique, bien que largement minoritaires (environ 3 %), focalisent les attentions et les refus de la commission. Une partie de ces films se réfère aux journées d’octobre 1917 et à la guerre civile qui s’ensuit ; Staline voulant que le cinéma participe à sa manière aux commémorations. Issus du réalisme socialiste, ces longs-métrages de propagande montrent des héros du peuple en armes, permettant dès lors un processus d’identification pour les spectateurs 10. Pour l’armée et le ministère de l’Intérieur, ces œuvres doivent être surveillées de près et sont qualifiées d’inopportunes, témoignant d’une certaine vigilance par rapport au risque révolutionnaire. Le compte rendu se rapportant à La dernière nuit, de Yuli Raizman, synthétise les reproches faits à ce type de film : « Tout en combat de rues, en mutineries, en brutalités, les différentes thèses s’y affrontent, l’arme à la main. Ce film est une leçon de violence et de guerre civile. Appel à la lutte des classes, il ne peut qu’inciter les plus hésitants à descendre dans la rue et à se transformer en émeutiers. » 11Des tensions diplomatiques finissent par naître à ce sujet entre les deux pays, entraînant le tarissement de l’importation de films soviétiques. Le ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay, regrettera quelques années plus tard, pendant sa captivité, cette obstination de la censure à l’encontre de ces œuvres qui, projetées en séances privées, ont recueillis du coup une publicité inespérée 12.

  • 13  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film Blocus, 4 juillet 1938, visa de la commi (...)
  • 14  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film La Chine riposte, 31 mai 1938 (la commis (...)

7Le positionnement du commandant Calvet sur les films traitant des conflits contemporains, parfois fratricides, donne un éclairage sur ses préoccupations diplomatiques et, par extension, sur celles de la commission. Ainsi, la présentation du long-métrage américain Blocus, de William Dieterle, ayant pour cadre la guerre civile espagnole, fait craindre qu’il « ne soit exploité contre la politique suivie par le Gouvernement français, en imputant à la non-intervention une part de la responsabilité de la famine dont souffre la population civile » 13, due au blocus effectué par des navires étrangers. Malgré l’avis défavorable émis par les représentants de la Guerre et de la Marine, le visa est accordé. Plus lointaine, la guerre sino-japonaise fait quand même l’objet de deux comptes rendus sur des films vus comme tendancieux et partiaux : La Chine riposte (montage d’actualités), « réalisation américaine à tendance communiste »et Fight to the last (film chinois). Le représentant du ministère de la Guerre y désapprouve à chaque fois la représentation faite de l’Empire nippon et de ses troupes, « présentés sous un jour particulièrement féroce » 14.

  • 15  Archives nationales, F21 4695 A, note des Beaux-Arts au ministre de l’Éducation nationale, 17 juin (...)
  • 16  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film Au temps des cerises (sic), 1 (...)

8Qu’en est-il sur le plan intérieur ? Le poids politique du Parti communiste français (PCF) y est conséquent, d’autant que ce dernier n’hésite pas à s’investir dans la production cinématographique. Fruit d’une réalisation collective sous la direction de Jean Renoir, La Vie est à nous met en avant le rempart communiste contre le fascisme belliqueux. L’œuvre est interdite de projection publique à la suite d’un avis d’Albert Sarraut, président du Conseil, redoutant, en pleine période électorale, des rixes avec les mouvements d’extrême-droite 15. Dans Le Temps des cerises, de Jean-Paul Dreyfus (Le Chanois), Pierre Calvet voit « un plaidoyer en faveur de la "retraite des vieillards". C’est un film communiste, habilement conçu, mais son exécution inférieure par le jeu des acteurs et la qualité des images, restreindra sa portée. Quoique traité sans excès et sans violence, ce film ne semble pas opportun ». Mais sachant bien que les autres membres de la commission n’envisagent pas le refus, il se borne à demander quelques suppressions de dialogues, tout en rappelant en conclusion que ces coupures « atténuent à peine le sens du film qui reste (…) une œuvre inopportune » 16.

  • 17  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film La Marseillaise, 24 février 1938, visa d (...)

9Film symbolique du Front populaire produit grâce à une souscription lancée par la Confédération générale du travail (CGT), La Marseillaise, de Jean Renoir, relate l’épopée des fédérés marseillais, de leur rassemblement à la prise des Tuileries le 10 août 1792. Le visa est accordé à l’unanimité, mais l’analyse de Calvet est mitigée, appréciant dans un premier temps que les épisodes révolutionnaires soient montrés sans violence, « avec sympathie à l’égard du peuple, avec correction envers la Cour et les Aristocrates ». Mais il regrette des inexactitudes et l’omission d’événements importants, particulièrement ceux qui aurait pu mettre en avant la grandeur française et celle de son armée. In fine, le commandant met en exergue le prosélytisme du long-métrage, ce dont ses protagonistes ne se cachaient pas :« Les sentiments et les faits de l’époque y sont vus au présent. Dans l’ensemble, il apparait comme un film de politique intérieure. (…) La Marseillaise n’a ni envolée ni dynamisme dans ce film qui s’arrête avant Valmy, où elle allait devenir un hymne national. Elle coopère seulement à l’émeute et l’on oublie sa part dans les victoires des Armées de la République. » 17

Antimilitarisme et pacifisme

  • 18  Sur ce thème voir : Masson (Philippe), « L’Antimilitarisme », Forces armées françaises, no 29, mar (...)

10La notion d’antimilitarisme 18 pendant l’entre-deux-guerres se trouve liée au PCF, même si ce dernier délaisse cette propagande pendant le Front populaire avec l’action de Maurice Thorez. Néanmoins, Calvet demande la suppression du dialogue suivant dans Le Temps des cerises : « C’est comme ma médaille militaire. C’est pas ça (sic) qui nous a beaucoup nourri. C’est l’honneur c’est pas (sic) le bifteck. »

  • 19  SHD/GR, 3 R 145, dossier 3, rapport du 2 avril 1937.
  • 20  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film Les Dégourdis de la 11e, 31 m (...)

11Mais, c’est le vaudeville militaire, alors à la mode, qui se retrouve dans le collimateur car il est susceptible de véhiculer des stéréotypes tournant en dérision l’armée. Ces films de comique troupier sont souvent des adaptations, notamment de Georges Courteline, d’un genre qui a fait florès à la fin du XIXe siècle, contemporain des romans antimilitaristes de Lucien Descaves (Les Sous-offs) et Georges Darrien (Biribi). C’est donc le sens du rapport du commandant Calvet – première pierre d’une réflexion aboutissant à la circulaire du 25 octobre 1937 – voyant dans ces long-métrages la résurgence du « colonel indulgent et la vieille fille incandescente ; l’officier au tempérament excessif, le campagnard benêt, le loustic qui introduit des soubrettes dans la chambrée et l’adjudant cherchant toujours quelques têtes de turc parmi les conscrits effarés. Les producteurs ne croient pas faire œuvre "antimilitariste" en portant à l’écran ces personnages de convention. Cependant le prestige de l’Armée n’y gagne rien, et l’intérêt militaire exigerait la suppression de tous les passages qui lui nuisent (…) En présence de ces films, il a donc fallu se borner à ne supprimer que les scènes où les militaires sont antipathiques et odieux, et tolérer celles où ils sont comiques et quelquefois burlesques. » 19Tout en reconnaissant le côté bon enfant de certaines productions, la plupart situées chronologiquement avant le premier conflit mondial, il s’agit de censurer ce qui porte atteinte à la chaîne du commandement. Ainsi, Pierre Calvet demande à couper quatre passages du film Les dégourdis de la 11e,de Christian-Jaque, dont celui montrant la sévérité d’un sergent à l’égard de soldats qui ne saluent pas dans la rue, ou encore la réflexion loufoque du colonel à un capitaine : « Est-ce que ça compte les marches militaires, d’ailleurs nous sommes à cheval. » 20

  • 21  Voir : Lowy (Vincent), Guère à la guerre ! Le pacifisme dans le cinéma français (1936-1940), Paris (...)

12Le pacifisme issu de la Première Guerre mondiale irrigue les différents courants sociaux et politiques français pendant l’entre-deux-guerres. À la fin des années 1930, des films de premier plan y font référence, marqués par leur contexte de réalisation 21 sur fond de risque de conflit avec l’Allemagne. De quelles manières ces productions françaises, porteuses d’idées antagonistes avec la pensée militaire, ont-elles été perçues par le chef de bataillon Calvet ?

  • 22  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film La Grande Illusion, 8 juillet (...)

13La note sur La Grande Illusion, de Jean Renoir, dévoile une partie de la grille de lecture employée vis-à-vis des films présentés devant la commission. D’autant plus que différents profils et personnalités de militaires évoluent au sein de cette œuvre emblématique. Calvet apprécie à la fois que l’adversaire allemand – les geôliers – soit présenté avec « tact », et que des prisonniers français « ingénieux et gouailleurs songent à s’évader ». De même,les personnages « philosophent sans que leur propos prennent la forme de plaidoyers ». Quant aux officiers « de carrière »von Rauffenstein et de Boëldieu, issus de l’aristocratie, ils « sympathisent à l’évocation de souvenirs communs de chevaux, de courses, de jeu et de femmes. Prophétisant que la guerre sera fatale à leur caste ils souhaitent tous deux mourir sous les armes ». Finalement, Pierre Calvet résume assez bien l’universalité du long-métrage, y ajoutant en filigrane la caution de l’institution militaire : « Le but de l’auteur était peut-être le pacifisme. Mais il est impossible de démêler si La Grande Illusion est le Patriotisme ou la Fraternité humaine, le film ne présente pas de tableaux tendancieux. Il est traité sans idéologie et sans sensiblerie. » 22

  • 23  BNF, département des arts du spectacle, fonds Abel Gance, 4-COL-36 (567), dossier du film J’accuse(...)
  • 24  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, bordereau d’envoi d’une note du général Schweisguth, sous-c (...)
  • 25  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film J’accuse, 12 février 1938.

14En 1938, le pacifisme assumé de la nouvelle version du J’accuse d’Abel Gance cristallise les réticences, car le message du réalisateur est clairement de mettre en garde les hommes contre la folie guerrière. L’harangue finale du personnage principal devant l’ossuaire de Douaumont dans le but de ressusciter les morts donne lieu à une mise en scène hallucinée, avec un défilé et des gros plans de mutilés de la face. Le metteur en scène obtient le concours du ministère des Pensions ainsi que celui de l’association des Gueules cassées du colonel Picot. Sollicités, les ministères de la Défense nationale donnent une fin de non-recevoir ; l’avocat César Campinchi, ministre de la Marine, faisant machine arrière dans sa promesse de mettre des moyens à la disposition de son ami Gance, au grand dam de ce dernier 23. Le 3e bureau de l’EMA, s’appuyant sur un rapport du chef de la section cinématographique, émet un avis défavorable au concours du département de la Guerre au motif que « l’œuvre projetée par M. Abel Gance, en présentant la guerre uniquement sous son jour le plus horrible sans invoquer les hautes raisons morales qui commandent à l’homme de défendre le sol de sa patrie, met en valeur des sentiments en opposition avec les idées de devoir et de sacrifice en honneur dans l’Armée. De plus, elle risque d’affaiblir le ressort de la nation, au cas où celle-ci serait appelée à défendre par les armes l’intégrité du territoire » 24. Quelques mois plus tard, le film est autorisé en projection publique, faisant juste l’objet de quelques plans censurés de mutilés de la face. Le commandant Calvet vote sans surprise contre ce long-métrage vu « comme une longue divagation d’un metteur en scène qui se croit désigné pour un apostolat (…) le refus du visa aurait été exploité à des fins politiques et commerciales, avec le prétexte commode de défendre l’idéalisme ». Parmi les griefs retenus, il reproche le fait que les Français soient dépeints, par leurs attitudes et leurs paroles, comme peureux face à la guerre et « que cette œuvre qui prétend servir la paix est plutôt de nature à propager la terreur et à faire des poltrons » 25.

Conclusion

15À la lecture de ces comptes rendus, ce sont des ennemis idéologiques, et non incarnés, qui se dessinent. En effet, certains films projetés sur les écrans français de la fin des années 1930 reflètent les conflits, les idées politiques et philosophiques contemporaines. Conscient de l’influence du cinéma sur le public, le chef de bataillon Pierre Calvet s’emploie à mettre à distance, parfois sans succès, ces opinions incompatibles avec une préparation de la population à une guerre qui se profile à l’horizon. D’ailleurs, la liste des films interdits par la censure après les réexamens d’octobre et décembre 1939 mettra en bonne place les œuvres pacifistes (dont J’accuse)et les vaudevilles militaires autorisés précédemment.

  • 26  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu du capitaine Jean Blech (suppléant du commanda (...)
  • 27  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film américain La Charge de la bri (...)

16Pour le représentant du département de la Guerre, ce n’est pas tant la nationalité des films qui importe dans son jugement mais le respect de l’institution militaire et du métier des armes. Ainsi, le film soviétique Les Treize, de Mikhaïl Romm, est apprécié car sa mise en scène fait ressortir l’esprit de sacrifice des soldats, le patriotisme, l’abnégation et le respect de la hiérarchie 26. Mais l’œuvre de référence reste La Charge de la brigade légère, de Michael Curtiz, vu comme une « fresque magnifique, pleine de panache et toute à la gloire de la cavalerie britannique » 27. Cette assertion résume bien le tournant pris par l’institution militaire de s’investir plus largement dans la production cinématographique, avec sa forte participation logistique au long-métrage de Jean-Paul Paulin Trois de Saint-Cyr, sorti en janvier 1939, mettant à l’honneur la figure de l’officier français et son rôle dans la défense de l’Empire.

Haut de page

Notes

1  Voir : Sibille (Claire), « Les archives du ministère de la Guerre récupérées de Russie », La gazette des archives, no 176, 1er trimestre 1997, p. 64-77. Étalés de décembre 1993 à mai 1994, les versements d’archives au Service historique de l’armée de Terre ont donné lieu en 1997 à la parution de quatre tomes d’inventaires et à la création de la sous-série N supplément, devenue obsolète. En effet, un nouveau versement au début des années 2000 aboutit à un reclassement du fonds, dit « Moscou », actuellement en cours au Service historique de la Défense.

2  Service historique de la Défense, archives de la guerre (SHD/GR), 7 N supplément 570, dossier 1 et 7 N supplément 572 (cotes provisoires). Ces comptes rendus portent principalement sur les années 1937 et 1938.

3  Journal officiel, 8 mai 1936, p. 4762.

4  Ory (Pascal), La belle illusion. Culture et politique sous le Front populaire 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p. 429-430.

5  SHD/GR, 3 R 145, dossier 3, bordereau d’envoi du Secrétariat général au Cabinet du ministre de la Guerre, 23 mars 1936.

6  SHD/GR, dossier administratif du lieutenant-colonel Joseph, Pierre, Baptiste Calvet au Service géographique de l’armée (en cours de cotation), note au sujet de son temps de commandement, 23 juillet 1936.

7  SHD/GR, 8 Ye 39559, dossier de carrière du colonel Joseph, Pierre, Baptiste Calvet (1888-1968). Issu de l’infanterie, il est à la tête de la section cinématographique de 1926 à la défaite de 1940. Esprit cultivé, il participe à la rédaction de l’ouvrage La civilisation arabe de Jacques C. Risler (Paris, Payot, 1955).

8  Bidault (Suzanne), Par une porte entrebâillée ou comment les Françaises entrèrent dans la « carrière », Paris, La Table ronde, 1972, p. 95-96. Elle épouse le ministre Georges Bidault en 1945.

9  La Cinématographie française, 5 novembre 1937.

10  Laurent (Natacha), L’Œil du Kremlin. Cinéma et censure en URSS sous Staline (1928-1953), Toulouse, Éditions Privat, 2000, p. 41.

11  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film La Dernière nuit, 7 juin 1937, visa de la commission refusé à l’unanimité.

12  Zay (Jean), Souvenirs et solitude, Paris, Belin, 2010, p. 242-243 [1re édition, Julliard, 1946].

13  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film Blocus, 4 juillet 1938, visa de la commission accordé.

14  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film La Chine riposte, 31 mai 1938 (la commission s’en remet à l’avis des Affaires étrangères). Compte rendu au sujet du film Fight to the last, 24 septembre 1938, film refusé à l’unanimité.

15  Archives nationales, F21 4695 A, note des Beaux-Arts au ministre de l’Éducation nationale, 17 juin 1936.

16  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film Au temps des cerises (sic), 11 octobre 1937, visa de la commission accordé.

17  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film La Marseillaise, 24 février 1938, visa de la commission accordé.

18  Sur ce thème voir : Masson (Philippe), « L’Antimilitarisme », Forces armées françaises, no 29, mars 1975, p. 14-24.

19  SHD/GR, 3 R 145, dossier 3, rapport du 2 avril 1937.

20  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film Les Dégourdis de la 11e, 31 mars 1937.

21  Voir : Lowy (Vincent), Guère à la guerre ! Le pacifisme dans le cinéma français (1936-1940), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 23-58.

22  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film La Grande Illusion, 8 juillet 1937, visa accordé à l’unanimité.

23  BNF, département des arts du spectacle, fonds Abel Gance, 4-COL-36 (567), dossier du film J’accuse, lettre d’Abel Gance à César Campinchi, 12 octobre 1937.

24  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, bordereau d’envoi d’une note du général Schweisguth, sous-chef de l’EMA, au cabinet du ministre, 12 août 1937.

25  SHD/GR, 7 N supplément 572, compte rendu au sujet du film J’accuse, 12 février 1938.

26  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu du capitaine Jean Blech (suppléant du commandant Calvet) au sujet du film Les Treize, 6 septembre 1937, visa accordé à l’unanimité. Ce long-métrage s’inspire du film américain La Patrouille perdue (de John Ford, 1934).

27  SHD/GR, 7 N supplément 570, dossier 1, compte rendu au sujet du film américain La Charge de la brigade légère, 21 janvier 1937.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Launey, « Quels ennemis à l’écran ? », Revue historique des armées, 269 | 2012, 73-78.

Référence électronique

Stéphane Launey, « Quels ennemis à l’écran ? », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7585

Haut de page

Auteur

Stéphane Launey

Doctorant en histoire de l’art (cinéma), il est actuellement en poste au sein du bureau des témoignages oraux du Service historique de la Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org