Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Conesa, La fabrication de l’ennemi, ou comment tuer avec sa conscience pour soi

Robert Laffont, 2011, 364 pages
Alain Marzona

Texte intégral

1Pierre Conesa, ancien directeur adjoint de la Délégation aux affaires stratégiques du ministère de la Défense, signe un essai original voire « corrosif » par certains aspects de sa démonstration. L’auteur s’intéresse donc à la construction de l’ennemi, en mettant en évidence les constructions intellectuelles et mentales contribuant à la mise en place et au développement de ce processus. En effet, selon lui, « il est logique d’essayer de comprendre comment se produit l’hubris guerrière qui amène les hommes à se massacrer légalement », car l’identification d’un adversaire est une condition sine qua non du déclenchement de la guerre. Dans les sociétés contemporaines, de nombreux moyens sont mis « à contribution » pour identifier voire créer un ennemi, tels les médias et notamment la télévision ou les cercles de réflexion et d’études dont certains peuvent livrer des analyses « clés en main » au pouvoir politique. L’invasion américaine de l’Irak en 2003 apparaît à cet égard exemplaire. L’un des principaux mérites de cet ouvrage est d’expliquer que la fabrication de l’ennemi et sa définition correspondent avant tout à une analyse sociologique et psychologique. Ainsi, pour convaincre du bien fondé d’une guerre, il faut avant tout susciter l’adhésion de la population en jouant sur ses émotions et notamment ses peurs. Le phénomène apparaît encore plus important dans les démocraties libérales où la guerre est souvent présentée comme le dernier recours ; celui utilisé après que tous les autres aient échoué, d’où la nécessité de définir un ennemi clair et bien identifié, du moins de le présenter ainsi à l’opinion publique. La vision de l’ennemi, de l’autre, se fabrique également dans le cadre de l’école ou de l’armée, comme l’a montré l’idée de revanche mis en exergue par la IIIe République en France entre 1871 et 1914. Toutefois, l’un des principaux phénomènes apparus depuis la seconde moitié du XXe siècle est la déconstruction de l’adversaire qui tend à montrer que des États voisins peuvent vivre sans véritable animosité, à l’image de la construction européenne et de la réconciliation franco-allemande depuis le début des années 1950. Par ailleurs, la mise sur pied de tribunaux internationaux à partir des années 1990 visant à statuer sur les atrocités commises en ex-Yougoslavie ou au Rwanda est aussi perçue comme une occasion « d’exorciser » ces conflits. À cet égard, les diverses commissions instituées pour faire la lumière sur les crimes perpétrés par certains régimes politiques comme en Argentine dans les années 1970 et 1980 ou en Afrique du Sud lors du régime de l’apartheid apparaissent comme des instruments tendant à la réconciliation nationale après des conflits douloureux pour les populations, d’autant plus que l’ennemi est un « ennemi intérieur ». En conclusion, cet ouvrage de Pierre Conesa est une démonstration implacable sur la construction de l’ennemi et la manière de faire la guerre, ou du moins de la faire accepter ou de la fabriquer. La fabrication de l’ennemi apparaît donc avant tout comme une question politique, sociologique voire psychologique que comme une question purement militaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marzona, « Pierre Conesa, La fabrication de l’ennemi, ou comment tuer avec sa conscience pour soi », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7594

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org