Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Saint-Macary, Les canonnières du Point-du-Jour, 1871. La Commune à Paris

Atlantica, 2011, 171 pages
Olivier Berger

Texte intégral

1C’est un roman dont l’intrigue se déroule lors des événements de la Commune que nous propose le général Pierre Saint-Macary. Il choisit de suivre le parcours d’un jeune lieutenant, Paul Dorval, brillant élément du génie, écœuré par l’attitude défaitiste de ses chefs, évadé de Metz puis rallié à la Commune par conviction. En fait, un militaire de carrière pas si différent de quelques-uns de ses collègues, qui pouvaient être amenés à choisir la Commune, dernière révolte patriotique du XIXsiècle. À l’aide d’un travail de documentation, dont on aurait aimé connaître les grands traits dans une bibliographie, l’auteur parvient à être précis dans son propos, son récit est réaliste, redevable en partie aux conseils du professeur Robert Tombs. Ce livre honnête se lit d’une traite et fait retrouver à son lecteur l’ambiance du Paris assiégé, des erreurs des chefs à Metz, de la période pré-communaliste à l’insurrection, à sa répression et aux périodes postérieures à l’amnistie. Plusieurs retours en arrière ponctuent le déroulement chronologique de l’intrigue. Même si les romans ne sont pas nombreux sur cette époque, ils servent à accéder à une histoire dépassionnée de la Commune, qui ne fut pas une révolte de marginaux contre la société, comme l’avaient démontré depuis longtemps des auteurs tels que Paul Lidsky, William Serman ou Pierre Milza. Ici l’auteur s’inscrit dans la lignée actuelle de révision d’une période méconnue et pas aussi sombre que l’historiographie traditionnelle avait retenue. La violence de la répression versaillaise n’est pas non plus banale, avec ses quelque vingt mille victimes. Mais les erreurs de la Commune ne sont pas plus tues : absence de ligne cohérente, désorganisation et fautes militaires dans la défense de Paris explique l’effondrement final. Avec un peu d’avance, la Commune a ébauché des idées qui plus tard eurent droit de cité : introduction du divorce, séparation Église/État, enseignement gratuit, laïc et obligatoire pour tous, syndicalisme... Au retour de la déportation, le héros s’engage d’ailleurs en politique où, par des voies pacifiques, il aide à mettre en œuvre un programme réformiste, auquel il avait apporté sa pierre au moment des journées de 1871. Aujourd’hui encore les idées communalistes trouvent un écho, ce roman est là pour en témoigner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Berger, « Pierre Saint-Macary, Les canonnières du Point-du-Jour, 1871. La Commune à Paris », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7605

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org