Navigation – Plan du site
Lectures

Claire Sanderson, Perfide Albion ? L’affaire Soames et les arcanes de la diplomatie britannique

Publications de la Sorbonne, 2011, 293 pages
Guy de Bakker

Texte intégral

1En février 1969, les relations franco-britanniques sont toujours au plus bas, après le second veto du général de Gaulle à l’entrée du Royaume-Uni au sein du Marché commun. L’ambassadeur en France de Sa Majesté britannique, Christopher Soames, récemment nommé, obtient un entretien du général de Gaulle au cours duquel les deux hommes conviennent que les gouvernements des deux pays, dépassant leur différend de l’instant, explorent les voies d’une concertation possible, voire d’une certaine coopération sur les grands problèmes du moment et du futur, la politique monétaire mondiale ou la défense de l’Europe. Le compte rendu, fidèle, que l’ambassadeur fera à sa hiérarchie de cette conversation, encore confidentielle à ce stade, marquera le début de ce qui deviendra « l’affaire Soames ». En effet, au ministère britannique des Affaires étrangères, le renommé Foreign Office, des hauts fonctionnaires, antifrançais et anti-de Gaulle, voient là l’occasion rêvée de mettre en difficulté le chef de l’État français et de nuire à la relation franco-allemande. Usant de divers procédés, la rétention d’informations, la déformation des propos, l’analyse tendancieuse, la rupture de confidentialité (manquant ainsi gravement à tous les usages diplomatiques), allant même jusqu’à organiser des fuites en direction de la presse étrangère, les protagonistes arriveront à leurs fins, provoquant une crise diplomatique grave qui s’étendra à tout le continent européen. Non sans trahir leur propre ambassadeur, ni sans tromper quelque peu leur propre ministre – the Foreign Secretary – et le Premier ministre Harold Wilson. « L’affaire Soames » laissera des traces, quelque peu atténuées sur le plan international par le départ du général de Gaulle après le référendum d’avril 1969. Le Foreign Office ne sortira pas grandi de cette affaire, au Royaume-Uni comme à l’étranger, et les conséquences s’y feront également sentir. À partir des archives britanniques, françaises, allemandes et américaines, ainsi que des témoignages des acteurs de l’affaire ou des observateurs de l’époque, Claire Sanderson nous fait revivre jour après jour, parfois heure par heure aux moments critiques, les intrigues et l’enchaînement de la machination ourdie au sein du Foreign Office. Son grand mérite est de rendre parfaitement accessible au lecteur français cette vénérable institution, à l’époque encore pétrie de « grandeur impériale », alors que le monde change, avec, entre autres, la montée en puissance d’une Europe économique (et bientôt peut-être politique) au sein de laquelle la Grande-Bretagne est encore empêchée d’exercer l’influence qu’elle estime de droit pouvoir revendiquer. L’auteur analyse finement le comportement des hommes qui ont fait ou subi l’affaire, mêlant les plus hautes qualités humaines, intellectuelles et professionnelles aux ambitions, jalousies, rivalités ou sentiments de frustration. La conjonction des circonstances et de ces comportements permettra l’éclosion de cette crise. Un excellent ouvrage, remarquablement documenté et agréable à lire, pour tous ceux qui se passionnent pour les relations franco-britanniques, mais aussi pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de la construction européenne ou à l’histoire de la diplomatie en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy de Bakker, « Claire Sanderson, Perfide Albion ? L’affaire Soames et les arcanes de la diplomatie britannique », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7606

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org