Navigation – Plan du site
Lectures

Ferenc Tóth, La guerre des Russes et des Autrichiens contre l’Empire ottoman 1736-1739

Économica, collection « Campagnes & Stratégies », 2011, 144 pages
Éric Schnakenbourg

Texte intégral

1Le nouveau livre de Ferenc Tóth porte sur une guerre qui est mentionnée dans tous les manuels d’histoire mais sur laquelle il est difficile de connaître les détails. L’ouvrage s’ouvre sur une mise en contexte permettant de réaliser l’enchevêtrement des questions internationales dans un grand quart de l’Europe du Sud-est, allant de la Hongrie à l’Empire ottoman. Espace traditionnel d’affrontement entre Autrichiens et Turcs, cette grande région attire aussi l’attention de la diplomatie française qui y cherche des alliés de revers contre les Habsbourg de Vienne, et intéresse de plus en plus la Russie qui y voit un champ possible d’expansion de son influence. Depuis le début du XVIIIe siècle, le rapport de forces commence à s’inverser entre l’Empire ottoman et ses deux grands voisins du nord. Les Turcs ont pris peu à peu conscience de leur retard vis-à-vis de l’Occident notamment dans le domaine militaire. Grâce à des renégats chrétiens, ils acceptent de réformer leur armée en s’inspirant de ce qui se fait en Europe. La faiblesse militaire supposée des Turcs aiguise la convoitise de l’impératrice de Russie, Anne, qui souhaiterait étendre son influence vers le sud, en particulier en Crimée et au Daguestan. Quant à l’Autriche, même si elle ne prévoit pas de lancer de nouvelles offensives, elle nourrit quelques ambitions vers le sud de la Serbie. C’est cependant à contrecœur que la cour de Vienne s’implique dans la guerre en 1736, alors qu’elle est déjà impliquée dans la guerre de Succession de Pologne. Elle veut surtout éviter une trop forte progression russe dans les Balkans. À l’été 1736, deux guerres parallèles commencent : l’une conduite en Serbie par l’Autriche, l’autre, plus à l’est, menée par la Russie. L’armée russe est commandée par le maréchal Münnich. Forte de 54 000 hommes, elle se porte d’abord sur la Crimée sans parvenir à occuper durablement la péninsule car elle subit une épidémie de peste qui la contraint à se replier. Lors de ce conflit finalement assez bref, les événements militaires ne peuvent être compris sans considérer la complexité du jeu diplomatique qui les entoure. En effet, les ambitions russes au nord et à l’est de la mer Noire, n’excluent pas un fort intérêt pour les principautés roumaines, ce qui ne manque pas d’inquiéter l’Autriche. Entre atermoiements, jeu de dupes, négociations en trompe-l’œil, succès qui affaiblissent le vainqueur et rivalités entre alliés, l’espoir d’une paix rapide s’évanouit. Les campagnes planifiées laissent la place à une guerre de harcèlement et d’épuisement dans des régions difficiles qui confrontent les armées à d’insurmontables défis logistiques. L’épuisement des Russes et des Autrichiens les amène à accepter la proposition de médiation française en mai 1738, alors que les Turcs réalisent que, malgré les défaites qu’ils ont essuyées, ils peuvent encore espérer une paix de statu quo. La guerre s’achève avec le traité austro-turc du 18 septembre 1739 signé à Belgrade et le traité russo-turc de Nyssa conclu deux semaines plus tard. La paix n’apporte pas de changements significatifs. Elle montre que l’Empire ottoman reste une puissance militaire importante, et finalement fait naître des doutes sur les capacités de l’armée autrichienne. Par ailleurs, le traité de Belgrade est un succès pour la diplomatie française qui est parvenue à préserver les positions ottomanes face au rival autrichien. Au final, le livre de Ferenc Tóth est d’une facture assez classique dans lequel le récit détaillé des campagnes ravira l’amateur d’histoire militaire, mais qui pourrait dérouter le lecteur moins attentif par la densité des événements qui sont évoqués. Néanmoins, le texte invite également à une réflexion sur l’évolution des techniques militaires, sur l’organisation des armées et sur les carences logistiques qui peuvent ruiner la meilleure des troupes. L’ouvrage est complété par des annexes bien calibrées et agrémenté d’illustrations. Le principal regret concerne certaines cartes qui ne sont pas toujours très claires et qui, finalement, ne parviennent pas à mieux faire comprendre le texte. Ces réserves ne doivent pas diminuer le mérite de l’ouvrage qui vient combler une lacune importante permettant de mieux comprendre la recomposition géopolitique de l’Europe orientale au XVIIIe siècle et de remonter aux origines de la question d’Orient qui agite tant les chancelleries européennes au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Schnakenbourg, « Ferenc Tóth, La guerre des Russes et des Autrichiens contre l’Empire ottoman 1736-1739 », Revue historique des armées [En ligne], 269 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7608

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org