Navigation – Plan du site
Lectures

Julian Gomez Pardo, La maréchaussée et le crime en Île-de-France sous Louis XIV et Louis XV

Les Indes savantes, 2012, 621 pages
Édouard Ebel

Texte intégral

1La réflexion de Julian Gomez Pardo s’articule autour des problématiques multiples de l’emploi d’une force spécifique chargée de combattre le crime en Île-de-France au XVIIIe siècle. L’étude des enjeux sécuritaires, des mutations propres à la maréchaussée, du « travail » policier, des idéologies présidant à la construction d’une force publique, mais aussi de la criminalité en région parisienne peut paraître audacieuse, tant ce domaine de recherche semble vaste. Pourtant, l’auteur parvient à rendre intelligible les aspects multiples de l’intervention de la maréchaussée dans le champ des politiques sécuritaires. Cet ouvrage s’inscrit dans le courant historiographique actuel des forces de l’ordre. Il prend en compte, dans sa dimension analytique, l’examen du phénomène criminel mais, surtout, il évoque le fonctionnement souvent complexe de la maréchaussée, notamment dans ses implications avec la justice et le pouvoir politique. Le lecteur est parfois plongé dans une approche historique qui n’est pas sans rappeler les grandes études sur les marginaux des années 1970-1980, mais l’auteur, à juste titre, prend en compte le fonctionnement des forces de l’ordre : là réside tout le prix de cette étude. Ce travail se fonde sur un corpus de sources impressionnant. Julian Gomez-Pardo a notamment consulté la documentation du secrétariat d’État à la Maison du roi, les papiers des ministres, les registres des dépêches, les archives du Châtelet de Paris et celles de la préfecture de police. Au total, l’analyse de 2 601 actes et dépêches ministérielles, 9 629 actes dont 8 460 procédures criminelles, pour la période 1669-1770, permet de dresser un véritable tableau de la criminalité dans la région parisienne. Le traitement statistique de ces données apporte beaucoup de finesse aux développements, qui offrent une vision à la fois synchronique et diachronique de la gestion de la force publique et du travail policier. Dans un premier temps, l’auteur examine les politiques de sécurité publique et la politique pénale mises en place par le pouvoir. Il campe le décor d’une maréchaussée réorganisée par Colbert en 1668, un an après la création d’une lieutenance générale de police à Paris. Cette réforme, complétée en 1720, conduit à l’instauration d’un réseau de brigades autour de Paris. La rationalisation de l’espace permet au pouvoir royal de construire un appareil policier efficace. Les missions multiples de la maréchaussée s’infléchissent cependant : alors qu’elle doit lutter contre les atteintes graves à la sécurité publique, contre la criminalité et assurer les flux d’approvisionnement de la capitale, elle réprime plus fréquemment les petits délits après 1720. Dans une deuxième partie, Julian Gomez-Pardo évoque la délinquance, les pratiques criminelles et la répression policière en Île-de-France au XVIIIe siècle. Si les domiciliés semblent favorisés – les enfermements administratifs leur permettent d’éviter un jugement –, la maréchaussée poursuit particulièrement les errants et les gens sans aveu. Les mendiants et vagabonds, les auteurs de coups et de blessures ainsi que les voleurs sont les principaux « gibiers » des soldats de la loi, même si les taux d’élucidation semblent très faibles. Les pratiques évoluent également au fil du siècle. Quelques indices semblent montrer que les cavaliers prennent des notes lors de leurs enquêtes. Dans une approche qui se professionnalise, ils conservent et étudient les pièces à conviction. Ils font aussi de plus en plus fréquemment appel aux médecins, notamment lors de la levée de cadavres. Dans une dernière partie, l’auteur s’intéresse à la répression de la criminalité. Il nous montre combien les jugements prévôtaux, même s’ils demeurent plus sévères que la justice ordinaire, ne sont pas aussi intraitables et expéditifs qu’on a pu le dire par le passé. Le taux de conviction (rapport entre le nombre de procédures ouvertes et celui des instructions qui se terminent par un jugement définitif) est assez faible, ce qui permet à l’auteur de développer quelques belles pages sur les pratiques de l’infrajudiciaire. Comme la maréchaussée réprime les crimes les plus graves, elle est amenée à prononcer les peines les plus sévères. La condamnation à mort représente 19 % des jugements prononcés sur l’ensemble de la période étudiée, soit un peu plus de trois par an. Si l’âge moyen des délinquants se situe à 31 ans, une majorité de provinciaux déracinés sont condamnés. L’origine socioprofessionnelle des coupables montre enfin que les criminels provenant du secteur agricole sont minoritaires. Ce travail d’une grande richesse, qui s’inscrit dans la continuité des recherches menées par Pascal Brouillet, complète et élargit les connaissances sur la maréchaussée de l’Île-de-France. D’une lecture facile, l’ouvrage est utilement complété par un index des noms de lieux et des personnes. Ses apports, enrichis par un utile souci comparatif permettant de confronter les résultats de l’enquête avec les études des maréchaussées provinciales ou du phénomène criminel dans les régions, constituent un indéniable enrichissement à la compréhension du fonctionnement de la force publique au XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Ebel, « Julian Gomez Pardo, La maréchaussée et le crime en Île-de-France sous Louis XIV et Louis XV », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7632

Haut de page

Auteur

Édouard Ebel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org