Navigation – Plan du site
Dossier

L’armée de Napoléon en Hongrie en 1809

The Army of Napoleon in Hungary in 1809
Balázs Lázár
Traduction de Ferenc Tóth
p. 23-30

Résumés

La campagne française de 1809 marqua profondément la conscience collective hongroise. Elle atteignit son comble au moment de la bataille de Győr (Raab), le 14 juin 1809, qui se termina par la victoire de l’armée française d’Italie commandée par le vice-roi Eugène face aux troupes levées par les nobles hongrois et les forces impériales et royales sous le commandement de l’archiduc Jean. La défaite de Győr, et le retard de l’archiduc Jean, eurent aussi un impact important sur les événements du principal théâtre d’opérations, car Napoléon put réunir ses troupes avant la bataille décisive de Wagram. Outre la présentation des événements de la campagne de 1809, l’étude esquisse également le rôle des Hongrois au sein de l’armée impériale et royale ainsi que l’obligation des nobles de lever des troupes, obligation appelée « insurrection nobiliaire ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Les préliminaires

1Lors des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, les armées françaises pénétrèrent dans les territoires héréditaires de la monarchie des Habsbourg et menacèrent la Hongrie, en 1805 et en 1809. Pendant la guerre de la troisième coalition, à la veille de la bataille d’Austerlitz, le 3e corps d’armée marchant à l’aile droite de l’armée napoléonienne sous le commandement du maréchal Louis Nicolas Davout occupa même, pendant certain temps, la ville de Presbourg (aujourd’hui Bratislava en Slovaquie). L’apparition des Français mit Joseph, palatin de Hongrie et frère de l’empereur François Ier d’Autriche, dans une situation fort embarrassante car il devait représenter les intérêts de l’Empire et de la dynastie en Hongrie comme ceux des Hongrois à Vienne. La présence française en Hongrie fut brève. La victoire de Napoléon, le 2 décembre 1805, mit un terme à la guerre et à la troisième Coalition. La ville de Presbourg joua encore un rôle important car le traité de paix y fut signé le 26 décembre 1805.

  • 1 Veress (D. Csaba), Napóleon hadai Magyarországon, Budapest, 1987, p. 15.

2Par la suite, la longue crise en Espagne, qui mobilisait de nombreuses forces armées françaises dans la péninsule ibérique, et les velléités britanniques renforcèrent le parti de la guerre à la cour de Vienne. L’archiduc Charles, le chef d’armée impérial le plus talentueux, n’était cependant pas favorable à une déclaration de guerre précoce car il jugeait que l’armée autrichienne n’était pas encore prête. De son côté, Joseph protestait vivement et prévoyait déjà la chute de l’Empire dans sa lettre envoyée à François, le 1er février 18091. Tout le monde savait que cette nouvelle guerre entre les Habsbourg et Napoléon serait différente, plus cruelle et plus difficile que les guerre précédentes. Même si la Hongrie avait une certaine autonomie au sein de la monarchie habsbourgeoise, la cour de Vienne réussit à contraindre celle-ci à des contributions considérables lors de la diète de 1808. Parmi les 63 régiments d’infanterie impériaux, 15 furent levés en Hongrie et dans les 35 régiments de la cavalerie impériale et royale, 12 régiments de hussards étaient composés de recrues hongroises.

3Malgré des relations tendues entre Vienne et la noblesse hongroise, la diète de Hongrie vota des impôts pour la levée de 12 000 recrues en 1808. Elle accepta également l’augmentation des impôts de guerre ainsi que la réorganisation de la levée en masse nobiliaire , le fameux système de l’insurrection. Ce système de défense ancien fut employé par l’empereur pendant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes en tant que force de réserve comparable aux unités de Landwehr dans les territoires héréditaires autrichiens.

4La noblesse hongroise se méfiait de Napoléon. D’une part, elle protégeait ses privilèges des réformes révolutionnaires françaises ; d’autre part, la politique dynastique agressive de l’empereur français, et en particulier les événements en Espagne, provoquaient une réaction hostile dans l’opinion publique hongroise et européenne. Certains croyaient déjà que le futur roi de Hongrie serait Lucien Bonaparte, un des frères de Napoléon. Néanmoins, la politique habile du palatin Joseph favorisait le consentement de l’élite hongroise aux contributions de guerre supplémentaires en 1809.

5Pour des raisons politiques, Napoléon faisait semblant de reconnaître l’autonomie de la Hongrie. Après son entrée dans la ville de Vienne, il fit arrêter les opérations de ses avant-gardes et lança une proclamation aux Hongrois, le 15 mai, afin de les inciter à se débarrasser des Habsbourg et à organiser une assemblée nationale selon les traditions de leurs ancêtres pour choisir un roi sur le champ de Rákos. Cette proclamation, qui était plutôt destinée à semer le trouble qu’à proposer une idée politique sérieuse, ne rencontra pas d’écho. Conformément à la situation militaire, Napoléon donna donc l’ordre à son beau-fils, le vice-roi Eugène (Eugène de Beauharnais), d’envahir la Hongrie.

Le début de la guerre

6La déclaration de guerre autrichienne eut lieu le 10 avril 1809. L’archiduc Charles Károly commença son offensive dans la vallée du Danube. Les plans autrichiens prévoyaient l’anéantissement successif des corps français et bavarois dispersés sur le front allemand. Sur le front italien, l’archiduc Jean entreprit également une offensive avec l’armée d’Autriche intérieure composée de deux corps d’armée et parvient à battre dans un premier temps l’armée d’Italie commandée par le vice-roi Eugène. Puis il dut se retirer sur la ligne de la rivière Piave à la nouvelle de l’échec de l’armée principale à Eckmühl (le 22 avril) et en raison de fortes positions ennemies à Vérone. Dans le même temps, sur le front principal, les français remportèrent de nombreux succès. Dès lors, il ne restait plus à l’armée de l’archiduc Jean qu’à couvrir l’aile gauche de l’armée principale, laquelle battait en retraite.

  • 2 István (Nagy L), "Die Einteilung und die Stärke der Armee von Innerösterreich im Feldzug von Ungarn (...)

7Le 13 mai, Napoléon entra dans Vienne. L’armée d’Autriche intérieure combattait sur la ligne de la rivière Piave depuis le 8 mai. Elle se retira pour défendre les cols dans les environs de Trévise. L’archiduc Jean décida alors de diviser ses forces. Le corps d’armée Chasteler fut envoyé au Tyrol, tandis que celui d’Ignace Gyulay fut expédié en Croatie Horvátországba. L’archiduc, lui-même, avec ses forces principales affaiblies, s’efforça de se rendre dans la région de Vienne, mais le corps d’armée Grenier lui fit barrage au nord en passant de Klagenfurt jusqu’à Bruck-en-der-Mur. Dès lors, l’archiduc Jean n’avait d’autre choix que de faire un grand détour et de se retirer en Hongrie pour rejoindre l’armée principale et se concentrer en Moravie2. Mais, le corps d’armée français de Macdonald occupait déjà Laibach (aujourd’hui Ljubljana en Slovénie).

La Hongrie devient un champ de bataille

8Après l’échec d’Eckmühl, le palatin Joseph convoqua rapidement l’insurrection nobiliaire hongroise. Le lieu de rassemblement des régiments de cavalerie et des bataillons d’infanterie se trouvait à Győr (Raab en allemand). Lorsque Joseph reçut la nouvelle de l’arrivée de son frère sur le territoire hongrois à Körmend, il lui envoya l’aide d’insurgés.

  • 3  Saski, Campagne de 1809, Paris, 1889-1902, III, p. 43.
  • 4  Du Casse, Mémoires et correspondance politique et militaire du prince Eugéne, Paris, 1858, V, p. 2 (...)

9Lors de la bataille d’Aspern (les 21 et 22 mai), les forces napoléoniennes essuyèrent des revers considérables et l’empereur français se prépara aussitôt à une nouvelle traversée du Danube. Il donna l’ordre au vice-roi Eugène, le 4 juin, de suivre les troupes de l’archiduc Jean en Hongrie et d’empêcher leur ralliement à l’armée impériale3. Après trois générations, les comitats occidentaux hongrois redevinrent un champ d’opérations militaires. Les troupes françaises et leurs alliés allemands et italiens envahirent, en trois directions, la Transdanubie hongroise. Au centre, le gros de l’armée italienne, sous le commandement du vice-roi Eugène, se dirigea vers la route de Sopron-Sárvár-Szombathely-Pápa. La sécurité de l’aile gauche fut assurée par la division de chevau-légers Montbrun qui devait également réaliser des opérations de diversion vers la ville de Győr. Sur l’aile droite, le corps d’armée du général Macdonald marcha de Graz en direction de la ville de Pápa4. Malgré leurs efforts réitérés, les troupes françaises ne réussirent pas à occuper la tête de pont de Presbourg renforcée au cours du printemps 1809. Les premiers Français, des unités de reconnaissance et de chasseurs apparurent dès le début du mois de mai.

10Le 7 juin, l’archiduc Jean partit à la tête d’une armée de 19 000 hommes de Körmend en direction de Győr via Pápa. D’après les ordres de l’archiduc Charles Károly, son frère devait traverser le Danube à Komárom ou à Presbourg pour le rejoindre. La situation de l’armée autrichienne était fort délicate, puisque le vice-roi Eugène commença son offensive tout de suite après que l’armée de l’archiduc Jean eu quitté Körmend. Un vif combat de cavalerie se tint à Szombathely entre les dragons du général Grouchy et les cavaliers couvrant les ailes de l’armée impériale. Par cette offensive, la ligne de la rivière de Rába et ses ponts et gués tombèrent dans les mains des Français. La retraite de l’archiduc Jean aurait pu devenir impossible si les insurgés nobiliaires hongrois n’avaient pas combattu avec beaucoup de fermeté contre la cavalerie française dans la région de Gógánfa et Karakó le 9 juin, puis le lendemain sur les bords de la rivière Marcal. La situation devint particulièrement difficile, lorsque l’archiduc octroya à ses troupes épuisées, après de longues marches de nuit, une journée de repos le 10 juin. Le 12 juin, les arrières-gardes impériales se battaient contre les avant-gardes de l’armée d’Italie dans la ville de Pápa.

La bataille de Győr (Raab)

11Ce même 12 juin à Tét, les deux archiducs se concertèrent sur la poursuite des opérations. Comme l’archiduc Jean était officiellement supérieur à l’archiduc Joseph, il disposait du commandement de l’insurrection nobiliaire hongroise, ce qui allait à l’encontre de la constitution hongroise attribuant le commandement de l’insurrection au palatin de Hongrie. L’archiduc Jean et son commandant de corps d’armée, le colonel Nugent voulaient livrer une bataille devant la ville de Győr avec les forces impériales et hongroises réunies.

12L’archiduc Jean était enthousiaste malgré la sous-estimation par le colonel Nugent des effectifs de l’armée ennemie. L’armée austro-hongroise, rassemblée en ordre de bataille au sud de la ville de Győr, derrière la ligne du ruisseau Pándzsa, était composée des forces régulières de l’archiduc Jean et des troupes insurgées hongroises arrivées avant la bataille au lieu de rassemblement. Leurs effectifs avant la bataille s’élevaient à 32 000 hommes (dont 8 000 cavaliers) et 32 pièces d’artillerie. En raison de la prudence excessive du haut commandement, 7 000 à 8 000 hommes restèrent dans le camp retranché ce qui empêcha la concentration des forces au moment de la bataille. L’aile gauche était composée de la cavalerie hongroise insurgée renforcée de deux régiments de hussards sous le commandement du général Daniel Mecséry. Elle s’appuyait sur la ligne du ruisseau Pándzsa et sur un défilé profond (la vallée de Viczay « Viczay-árok » en hongrois).

13L’armement et l’équipement des troupes hongroises laissaient beaucoup à désirer. Dès lors, leur emploi dans les premières lignes de combat constitua une erreur. Le centre, composé des forces régulières impériales, du Landwehr autrichien et de l’infanterie insurgée hongroise en deuxième ligne, était sous le commadement de l’archiduc Jean. La position de l’aile droite, sous le commandement du général Frimont, était tellement isolée qu’elle ne pouvait pratiquement pas participer à la bataille. En revanche, les positions du centre impérial s’avéraient assez fortes, car le village Szabadhegy, le magasin de grains de Kismegyer et la colline de l’église offraient des postes bien avantageux.

  • 5  Nous avons des informations très variées sur l’artillerie française employée pendant la bataille d (...)

14L’armée d’Italie prit ses positions en face des forces impériales durant la nuit du 13 au 14 juin. Dès l’aube, les troupes franco-italiennes occupèrent les collines de Csanak. Le vice-roi Eugène n’employa que de faibles forces, sous le commandement du général Lauriston, en face de l’aile droite austro-hongroise et du camp rentranché de Győr. Néanmoins, il engagea deux corps d’armée franco-italiens avec une cavalerie légère contre le centre ennemi. La cavalerie, sous la direction du général Montbrun, couvrit alors l’aile droite de l’armée d’Italie. Finalement, le vice-roi Eugène réunit pour la bataille 42 000 fantassins, 12 000 cavaliers et environs 100 bouches à feu5. Les forces françaises ayant une supériorité numérique pouvaient plus facilement prendre des intiatives. Aussi le conseil de guerre décida dans la matinée de lancer une offensive contre le centre de l’armée impériale tandis que les troupes de l’aile gauche s’opposaient à l’aile droite autrichienne et que la cavalerie du général Montbrun bloquait l’aile gauche impériale en lui coupant la route de Komárom. Le commandement impérial était bien conscient du danger du rassemblement de la cavalerie en face des troupes de Mecséry, mais l’archiduc Jean n’avait pas les moyens d’envoyer des renforts à son aile gauche menacée.

15Durant la matinée du 14 juin, il n’y eut que des escarmouches entre les deux parties. Cependant, vers midi, la cavalerie attaqua pour s’introduire entre le centre et l’aile gauche de l’armée impériale. Plus tard, vers 13 heures, le centre de l’armée française (les divisions Durutte, Seras et Severoli) se mit également en mouvement. La première ligne des Impériaux se fissura dès le début de l’attaque, mais leur seconde ligne repoussa les assaillants jusqu’à la ligne du ruisseau Pándzsa. Toutefois, les troupes franco-italiennes réussirent à s’emparer des postes de traversée de ce cours d’eau. Leur offensive réitérée vers 15 heures 45 leur permit de prendre le village de Szabadhegy. Toutefois, les régiments d’infanterie hongrois 32 et 62 réussirent à déloger les troupes franco-italiennes de ce village. Celles-ci se retirèrent jusqu’au ruisseau. Dans le même temps, la bataillon de Landwehr styrien et l’infanterie autrichienne, défendant le manoir de Kismegyer, occupaient toute une brigade française, mais les défenseurs devaient bientôt se retirer dans un gros magasin de grains, qui joua le même rôle dans la bataille de Győr que dans celle d’Essling quelques mois auparavant ou bien celui de La Haye de Sainte lors de la bataille de Waterloo. Les défenseurs du magasin, les soldats du Landwehr styrien, se rendirent à 18 heures.

16Finalement, au prix de pertes considérables, le centre de l’armée autrichienne fut écrasé par une offensive concentrée. Les troupes impériales n’avaient plus de munitions et l’ordre des unités de Landwehr fut également rompu. Les troupes franco-italiennes occupèrent le village de Szabadhegy. L’archiduc Jean décida alors de ne pas envoyer la réserve, composée de grenadiers, et ordonna la retraite de ses troupes. D’après les rapports d’Eugène de Beauharnais, les positions les plus importantes furent occupées et réoccupées sept fois pendant la bataille.

17Dans le même temps, sur l’aile droite de l’armée française, une brigade de cavalerie occupait les Impériaux tandis que les divisions de Grouchy et Montbrun contournaient l’aile gauche impériale. Une batterie de cavalerie commençait à tirer sur les unités d’insurgés hongrois dont les lignes se débandèrent rapidement. Les officiers implorèrent le général Mecséry de les envoyer à l’attaque au lieu de les laisser exposés au feu des Français. Mecséry fit marcher une partie des insurgés contre la batterie française, puis observant le mouvement d’encerclement des cavaliers français, il mobilisa toute l’aile gauche. Les insurgés auraient dû faire un mouvement en ordre et traverser une vallée petite mais étroite (la vallée de Viczay) mais ils n’étaient pas formés pour réaliser des manœuvres compliquées et leurs lignes se débandèrent. Un régiment régulier du palatin réussit à passer, mais les unités du général Montbrun le dispersèrent. Une grande partie des insurgés nobiliaires prirent la fuite sur la route de Komárom, certains allant jusqu’à la ville de Bude.

18La vallée Viczay se remplit d’unités débandées, qui constituèrent autant de prisonniers. À 16 heures, l’aile gauche impériale cessa d’exister mais la cavalerie légère française ne pouvait pas exploiter la victoire. Sur le côté gauche du centre de l’armée impériale, la brigade Marziani résista pendant certain temps aux attaques des unités de Grouchy et de Montbrun, une partie de la cavalerie française étant occupée par la poursuite des insurgés hongrois. Contrairement à l’avis de l’archiduc Jean, la bataille ne fut pas perdue à cause de la fuite des insurgés nobiliaires, mais à cause de la déconfiture du centre de l’armée impériale. De plus, les officiers insurgés réussirent à réorganiser les lignes de leurs unités ce qui permit à l’armée impériale de se retirer sans grandes pertes sur la route de Komárom après l’ordre de retraite de l’archiduc Jean. L’infanterie impériale, les hussards et les unités insurgés nobiliaires battirent en retraite d’une manière efficace contre les chasseurs français. Le 14 au soir, l’armée de l’archiduc Jean fut remise en ordre de bataille sur la ligne du ruisseau Bakonyér, le vice-roi Eugène renonça à sa poursuite. L’armée impériale put ainsi continuer sa marche. Durant la nuit, elle arriva au village d’Ács d’où elle repartit le lendemain pour le camp retranché de Komárom.

  • 6  Sur la bataille de Győr, se reporter à l’étude de Ferdi Irmfried Wöber : Schlacht bei Raab, 1809. (...)

19Lors de la bataille de Győr (Raab), les deux armées essuyèrent des pertes considérables. L’armée impériale et royale ainsi que les troupes insurgées perdirent 6 000 hommes (morts, blessés et prisonniers). Nous n’avons pas d’informations précises sur les pertes des forces franco-italiennes, mais elles devaient atteindre 2 000 à 3 000 hommes. Le vice-roi Eugène « parla » de 2 500 hommes à son beau-père, mais ces chiffres ont peut-être été plus élevés. Les pertes des troupes nobiliaires hongroises n’ont pas été très importantes. Parmi les 10 000 insurgés employés, il y a à peine 350 morts ou blessés. Cela s’explique probablement par leur désertion massive et leur prompte fuite6.

20Napoléon fut assez content de l’activité du vice-roi Eugène et considéra la bataille de Győr comme la « petite-fille » des victoire de Marengo et de Friedland car ces deux batailles eurent lieu le même jour (le 14 juin). Le nom de bataille de Raab figure sur l’Arc de triomphe de Paris.

Les événements militaires en Hongrie depuis la bataille de Győr jusqu’à l’armistice

21La division Meskó restée dans le camp retranché de Győr ne put rejoindre l’armée principale. Toutefois, le corps d’armée du général Meskó, grâce à la connaissance du terrain qu’avaient les insurgés, traversa la Transdanubie avant d’arriver au camp de Komárom. En chemin, ils réussirent à libérer les prisonniers du Landwehr.

22Après la bataille, l’armée principale française occupa la ville de Győr. Mihály Péchy, colonel du génie, ne voulait pas renoncer et permettre la prise de la forteresse qu’il occupait. Mais un vif bombardement l’obligea à capituler, le 24 juin. À la fin du mois, Napoléon s’efforça de concentrer toutes ses forces autour de la ville de Vienne. Le 30 juin, seules la division laissée en face de la tête de pont de Presbourg et la garnison de Győr restèrent en Hongrie. L’archiduc Jean reçut l’ordre de rejoindre l’armée principale, mais il n’arriva dans la région de Presbourg qu’au moment où la bataille de Wagram eut lieu les 6 et 7 juillet. Après l’échec autrichien à Znaim, les forces belligérantes conclurent un armistice le 12 juillet et désignèrent la ligne de la rivière Rába comme ligne de démarcation. Durant les semaines de l’armistice, la cour de François Ier se trouva à Tata puis à Komárom. En Hongrie, le palatin Joseph continua la formation des insurgés hongrois. Napoléon visita le 31 août la ville et la garnison de Győr.

23Même si les négociations furent parfois interrompues, le traité de paix fut signé le 14 octobre à Schönbrunn. Celui-ci, malgré les pertes de territoires, ne changea pas le statut de la puissance autrichienne. L’insurrection nobiliaire fut dissoute au mois de novembre lors d’une revue solennelle à Székesfehérvár. Elle ne fut plus convoquée ni lors des guerres napoléoniennes, ni après, malgré les efforts du palatin Joseph pour réformer cette ancienne institution.

24Dans l’opinion publique hongroise, les événements militaires de 1809 sont surtout marqués par l’échec cuisant de l’insurrection nobiliaire. Le poète hongrois, Sándor Petőfi, chef de file du mouvement de réforme hongrois, parlait en 1847 de la lâcheté des nobles et, comme nous l’avons vu, l’archiduc Jean en fit également des boucs émissaires. Néanmoins, le bilan de l’insurrection n’est pas totalement négatif. Les insurgés nobiliaires, malgré les faiblesses de leur formation, purent remplir des missions complémentaires, surtout contre les chasseurs français. Leurs effectifs étaient également considérables : en 1809, on en mobilisa environ 39 000 dont environ 20 000 furent effectivement employés dans les opérations militaires. Par ailleurs, la noblesse hongroise contribua aussi financièrement aux frais de guerre. La seule ville de Győr essuya de pertes d’environ 5 millions de florins.

Haut de page

Notes

1 Veress (D. Csaba), Napóleon hadai Magyarországon, Budapest, 1987, p. 15.

2 István (Nagy L), "Die Einteilung und die Stärke der Armee von Innerösterreich im Feldzug von Ungarn In: Robert Ouvrard, Ferdi I. Wöber (szerk.) Zusammenfassung der Beiträge zum Napoleon Symposium « Feldzug 1809 »" im Heeresgeschichtlichen Museum Wien, 4 und 5 Juni 2009.

3  Saski, Campagne de 1809, Paris, 1889-1902, III, p. 43.

4  Du Casse, Mémoires et correspondance politique et militaire du prince Eugéne, Paris, 1858, V, p. 262-263.

5  Nous avons des informations très variées sur l’artillerie française employée pendant la bataille de Győr.

6  Sur la bataille de Győr, se reporter à l’étude de Ferdi Irmfried Wöber : Schlacht bei Raab, 1809. Wien, 2001. En français : Ferdi I. Wöber, 1809. La bataille de Raab (trad. Robert Ouvrard), Anovi, 2009. Voir : Tranié (J.), Carmigniani : Napoléon et l’Autriche. La campagne de 1809.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Balázs Lázár, « L’armée de Napoléon en Hongrie en 1809 », Revue historique des armées, 270 | 2013, 23-30.

Référence électronique

Balázs Lázár, « L’armée de Napoléon en Hongrie en 1809 », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7637

Haut de page

Auteur

Balázs Lázár

Historien au Musée et à l’Institut d’histoire militaire de Budapest. Il est un spécialiste de l’art militaire de la période napoléonienne et plus particulièrement de l’armée habsbourgeoise. Le sujet de son doctorat portait sur la carrière militaire du général habsbourgeois Baron Pál Kray (1735-1804).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org