Navigation – Plan du site
Dossier

La Hongrie comme révélateur de l’aporie de la stratégie française en Europe centrale après 1918

Paul Gradvohl
p. 48-59

Résumé

Les élites françaises et les élites hongroises se sont placées dans des systèmes d’interprétation biaisés complémentaires dès 1918 tant sur la sortie de guerre que sur les perspectives centre-européennes. Elles se sont leurrées ce qui a contribué à la crise qui éclata à partir de 1938. Un des points communs entre les deux systèmes fut l’absence de réelle connexion entre les perspectives sécuritaires relatives à l’Europe centrale et les moyens militaires effectivement mobilisables. La faiblesse des outils militaires français et hongrois entraîna des alignements aux conséquences finalement tragiques, que ce soit par association avec l’Allemagne pour cause d’annexion côté hongrois, ou par renoncement à la résistance armée à l’expansion allemande pour la France.

Haut de page

Texte intégral

1Penser la politique militaire de la France face à l’Europe centrale et à la Hongrie, en particulier après les armistices de septembre, octobre et novembre 1918, est une tâche malaisée car les positions françaises réunissent des discours qui ne correspondent ni aux actes, ni aux possibilités, ni aux perspectives stratégiques effectives. Plus encore que face à l’Allemagne durant l’entre-deux-guerres, c’est en matière de politique militaire centre-européenne que les autorités françaises, essentiellement civiles, ont le plus abandonné le principe de réalité. Dans ce cadre posé à partir des réalités françaises, il est aussi nécessaire de prendre en compte les réactions hongroises et celles des autres partenaires centre-européens de ce jeu en apparence stratégique. Mais les mensonges empilés, qui reposaient sur le fait que souvent les uns et les autres se mentaient tout autant à eux-mêmes qu’à leurs amis ou ennemis, ont peut-être produit un objet militaire hétérodoxe, qui se caractériserait par une strate discursive largement publique et foisonnante, mais déconnectée d’une deuxième strate, fondée sur la logistique et les moyens militaires mobilisables et/ou envisagés. L’ensemble formerait une stratégie militaire qui n’en était sans doute pas une, ce qui, à premier abord, n’est acceptable ni pour les nationalistes hongrois arc-boutés sur le révisionnisme remis au goût du jour encore ces derniers temps, ni pour les tenants d’une vision de la France qui aurait eu une politique orientale en Europe digne de ce nom. En outre, les tenants des thèses de l’échec militaire programmé de 1940 pour cause de défaitisme, ou de faiblesse du Front populaire, ou encore d’erreur du renseignement et de manipulations nazies sont ici confrontés à des réalités qui éclairent l’entre-deux-guerres de façon sensiblement différente de leurs prémisses et excluent le recours aux diverses théories du complot. Cela vaut aussi pour les amateurs hongrois des mêmes visions, souvent inversées.

2 Ce dernier point est d’autant plus important à souligner que le culte de Trianon mis en place dans la deuxième décennie des années 2000 aboutit à consolider une page blanche de l’histoire partagée entre la France et la Hongrie des années 1918-1921, à savoir la grande mansuétude française à l’égard de l’amiral Horthy jusqu’au printemps 1920 et le rôle décisif de la France dans son installation au pouvoir. Si ce pari politique français a produit des résultats assez peu revendiqués par les autorités françaises et rarement évoqués par les historiens hexagonaux, il est encore plus absent du discours historique dominant dans la vie publique en Hongrie, ce qui aboutit à un résultat étonnant : la France est présentée comme omnipuissante quand le traité de Trianon et les pertes territoriales sont évoqués, mais elle disparaît en tant que facteur décisif quand sont évoquées la chute du régime de Béla Kun et l’installation au pouvoir du futur régent Horthy. Celle-ci ne s’expliquerait que par la justice historique nationale immanente qui aurait triomphé contre la volonté des vainqueurs et des voisins haineux de la Hongrie. Seule explication à ce miracle, au-delà d’un mouvement national présenté de façon assez unilatérale, l’appui anglais, voire italien.

  • 1   Cette expression est très présente depuis que l’Institut de la mémoire nationale (IPN) en Pologne (...)
  • 2   Pour la présentation de Trianon dans l’édition de luxe de la nouvelle Loi fondamentale hongroise (...)

3 Il est aisé de constater que ce qu’on appelle les « politiques historiques »1 en Europe centrale préempte très largement la vision de la situation de départ par un double processus : d’une part le traité de Trianon est analysé comme un malheur national2 (ou, vu de Paris notamment, une victoire de la justice pour les victimes de la domination magyare ) qui écrase tout autre événement et fait oublier les processus réels de l’époque, et d’autre part la politique militaire en tant que telle est ramenée à des considérations sur les intentions attribuées aux uns ou aux autres mais ne repose que très peu sur la réalité des moyens et forces en présence, ou sur les doctrines d’utilisation.

  • 3   Une partie de l’historiographie hongroise est d’ailleurs fort lucide, comme on le voit dans Balal (...)
  • 4   On peut notamment citer les travaux d’Isabelle Davion, et en particulier son Mon voisin cet ennem (...)

4 Sur le premier point, la littérature ne cesse de croître et ce qui domine est la répétition des schémas illusoires mais solidement ancrés idéologiquement3. Sur le second, il y a peu de travaux et les éléments de réflexion sont épars. Sans avoir ici la possibilité de développer une analyse de détail, il semble toutefois utile de poser un cadre pour l’entre-deux-guerres dans une perspective franco-hongroise en insistant sur ce qui se passe, ou ne se passe pas, côté français. Pour commencer, il est bon de rappeler que la politique militaire a assez peu à voir avec les calculs stratégiques des diplomates et les discours sur la sécurité internationale. Dans les deux cas, les besoins du jeu politique interne à la France dominent fortement la trame argumentaire et on peut tout au plus constater des tentatives pour intégrer à ce jeu des partenaires étrangers auxquels cela peut convenir. Les nombreux travaux patronnés par Georges-Henri Soutou sont sans appel de ce point de vue4.

  • 5   Sur les affaires hongroises on peut consulter, à la BDIC notamment, P. Gradvohl, Genèse et mise e (...)

5Dans le cas de la Hongrie qui nous occupe ici, l’essentiel est de rappeler combien, dès octobre 1918, la Roumanie, pourtant encore dans le camp adverse, fit l’objet de fantasmes plus tard largement irrévocables pour des motifs de politique intérieure française. Supposer que la Roumanie aurait pu mener une guerre pour la France au sud de la Russie était par principe une opération mentale qui aurait mérité quelque critique. Mais rien de tel dans le discours public dominant en France, sans doute parce que cela aurait remis en cause tout le dispositif visant à légitimer la sortie de guerre en Europe centrale et orientale. Au faible écho de ce qui s’était produit en Bulgarie répondit la mise en avant de l’« allié » roumain et, malgré les colères de Clémenceau, le choix fait en octobre ne fut pas fondamentalement altéré : la France se devait d’avoir des puissances amies aux marges européennes de la Russie pour que sa victoire n’apparaisse pas par trop fragile alors que la Turquie échappait à l’emprise franco-britannique et que la Russie rouge érodait le rêve d’un retour à l’alliance ancienne et d’une restitution des investissements ayant pris la forme d’emprunts russes5.

6 La Hongrie devait donc être diabolisée non pas pour cause d’a priori antimonarchiste ou de républicanisme, le soutien aux royaumes balkaniques en témoigne, mais parce que les besoins de légitimation des élites françaises à la sortie de la guerre exigeaient que fût présentée une vision simplifiée de la victoire française afin que fût oubliés l’échec démographique et le relatif isolement face aux grands membres de l’Entente (Empire britannique, Italie, Japon) et face aux États-Unis, autant de pays qui avaient pourtant contribué à fixer les frontières de la Hongrie incluses dans le traité de Trianon même si les États-Unis n’en furent pas signataires. Les enjeux de la diabolisation étaient justement de faire oublier la division entre vainqueurs et surtout de tenter de faire croire qu’en Europe centrale, la France dirigeait un bloc anti-hongrois, antiallemand et antibolchevique. Ce bloc n’a jamais existé et ce qu’on appela politique de sécurité releva essentiellement d’une rhétorique. Il est vrai que certains de ses promoteurs eurent l’impression qu’elle tenait de la réalité et que leurs propos produisaient des effets du simple fait qu’ils fussent tenus. Mais cela peut s’expliquer.

  • 6   Voir Le général Weygand, vice-président du conseil supérieur de la Guerre, 1931-1935, thèse sous (...)
  • 7   Plus de détail sur l’utilisation de Foch en 1924-1925 dans P. Gradvohl, « La politique militai­re (...)

7 En effet, la France des années 1920 est un pays qui connaît à la fois une politique effective de défense fondée sur les conceptions pétainistes qui aboutiraient à la ligne Maginot et une politique dite d’alliance à l’est qui est l’exact contraire de la première. Comment renoncer à défendre Strasbourg et pouvoir croire qu’on va intervenir à Dantzig ? Les subtils diplomates qui ont élaboré les traités et conventions militaires avec la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie ou la Yougoslavie ont finalement produit des instruments bien peu précis et ce d’autant plus que Pétain et la direction militaire refusaient de doter les forces françaises de tout moyen de projection vers l’avant, ne serait-ce qu’au-delà du Rhin. L’exemple des unités de camions du train des équipages et de leur démantèlement est connu et significatif. Les travaux de Frédéric Guelton sur les tentatives de Weygand au début des années trente pour évaluer les capacités de projection aussi6. Foch resta isolé au sein de l’establishment militaire largement dominé par la maison Pétain7. Et celui qui aurait pu apparaître comme son successeur, Weygand, était bien loin d’être à même de renverser la tendance au début des années 1930. Donc en pratique le haut commandement français créa, dans les années 1920, des conditions d’organisation et de mobilisation de l’outil militaire qui excluaient l’action en direction de l’Europe centrale. Et en même temps, il s’appuya sur les milieux politiques pour jouer sur la répartition des financements destinés à la défense afin de favoriser la politique symbolisée par la ligne Maginot.

8 Si on ajoute à cela que cette politique jouait aussi sur le climat pacifiste et qu’ainsi Pétain put à la fois professer un conservatisme déjà très affirmé avant 1940 et bénéficier d’un appui large de la part de ceux qui refusaient d’envisager une guerre offensive sur une base politique, il est manifeste que les affaires hongroises n’ont été qu’une dimension annexe d’un grand jeu où l’essentiel des acteurs français ont mené une politique à très courte vue. Les diplomates ont souvent joué les stratèges sans se soucier des moyens à mobiliser pour réaliser la politique dont ils se gargarisaient. Les hiérarques militaires ayant des stratégies de carrière très politiques, ils ont laissé le pouvoir politique jouer sur le double tableau de la ligne Maginot et de la rhétorique des alliances de revers. Les Allemands n’ont pas cru, et en particulier à partir de 1933, aux capacités françaises d’action sur leur frontière orientale. Et ce d’autant que, même sur la frontière occidentale, rien n’était prêt pour que Locarno soit respecté. Les Anglais n’avaient même pas commencé à prévoir ce qu’impliqueraient leurs engagements en cas de non respect des accords de 1925 par l’Allemagne.

9 La dimension hongroise de cette auto-intoxication française mérite un petit excursus. D’une part le contrôle militaire subi jusqu’à 1927 par la Hongrie, par le biais d’une commission finalement unique dirigée par les Français, s’est avéré plus efficace qu’en Allemagne. Mais il a jeté le pays dans les bras de l’Italie fasciste qui dès son démantèlement, a pu installer des relations privilégiées avec le régime horthyste. Or l’Italie était une des puissances victorieuses associées à ce contrôle militaire. Ceci a renforcé, avec le caractère répressif du système politique hongrois qui prit des dimensions nouvelles à la fin des années 1930 (première grande « loi juive » en 1938), l’idée que la Hongrie était naturellement antifrançaise car antidémocratique. Idée qui permettait de doter, par antithèse, les pays amis de la France d’un caractère démocratique souvent illusoire. Mais surtout, compte tenu du révisionnisme très présent en Hongrie, il fut aisé de justifier sur une base morale les alliances orientales supposées de la France. Alors qu’à Munich, France et Royaume Uni acceptèrent l’annexion de ce qui fut appelé les Sudètes, elles se refusèrent à entériner aussi directement les annexions hongroises et polonaises qui suivirent malgré un premier accord de principe.

  • 8   Le sort du général Louis Eugène Faucher est connu. En 1939 il put tout de même mettre sur pied de (...)
  • 9   Dans la synthèse sur l’état de l’armée (p. 117) que fait Ignác Romsics (« A trianoni Magyarország (...)
  • 10   Sur cette période voir P. Gradvohl, « 1936-1938 : l’armée française tente d’oublier Trianon », p. (...)

10 Ce décalage est intéressant, car à ce moment précis la politique des alliances de revers contre l’Allemagne est largement oubliée. Le seul allié qui défendait les idées de la démocratie, la Tchécoslovaquie, avait été abandonné. Le sort du militaire français qui, sur place, avait défendu jusqu’au bout l’idée d’alliance fut tragique. Il démissionna de ses fonctions d’attaché militaire dès septembre 1938. Ses autorités ne lui pardonnèrent pas d’agir selon ses convictions antiallemandes8. Et le mythe d’une action en direction de la Roumanie par l’Adriatique et donc la Yougoslavie était clairement perçu comme tel. Ne resta que la Pologne. On sait ce qu’il advint en termes d’action de projection de l’armée française après l’attaque allemande. Or en cette fin des années 1930 l’armée hongroise est encore fort faible. Les dirigeants hongrois renoncent à intervenir militairement contre la Tchécoslovaquie malgré les pressions hitlériennes en septembre 1938, et le poids de l’armée hongroise dans les annexions hongroises des mois et années suivants restent bien moindre que celui des choix allemands9. Ceux-ci n’avaient pour but que de forcer — en produisant le moindre effort — les différentes puissances de la région idéologiquement compatibles avec le régime hitlérien à donner à ce dernier tout ce qu’il voulait en obtenir. La classe politique hongroise joua sa piètre partition dans ce jeu où elle s’était fourvoyée. Et la France officielle y contribua par un comportement qui laissa, dès 1920-1921, les élites hongroises propager une vision erronée de la façon dont Horthy avait pris le pouvoir et du poids de la France dans les processus qui façonnèrent l’Europe centrale après 1918. Elle laissa aussi croire qu’en 1938 les Hongrois n’avaient fait qu’agir dans la stricte continuité de leur politique antérieure. Or les Français étaient bien placés pour savoir qu’en août 1938 encore, Budapest s’interrogeait sur un aggiornamento coopératif en Europe centrale, et il fallut la pression de Berlin pour que le choix des annexions sous tutelle germano-italienne finisse par s’imposer faute de présence française et britannique lors des arbitrages10.

11 Et on touche ici un autre élément. Autant l’absence de réelle politique militaire française en direction de l’Europe centrale plaçait la Hongrie en position de cliente de l’Italie et de l’Allemagne sans recours possible à d’autres patronages, autant le choix de politiques de sécurité alternatives passant par des pressions sur « les alliés » de la France pour sortir des imbroglios frontaliers en créant une forme ou une autre de coopération visant à éviter une mainmise allemande sur tous avait un sens. Mais ce dernier ne fut jamais réellement assumé ni bien sûr pleinement relayé en termes de politique intérieure. L’échec de Bled en août 1938 ne signifie qu’une chose : la détermination hitlérienne dépassait de loin celles des adversaires de la domination allemande, et tout particulièrement à l’ouest de l’Europe. L’Europe centrale n’est pas ici pleinement maître de sa destinée pour de nombreuses raisons, et en particulier militaires. Or au-delà des idéologies politiques avouées, même des Hongrois conservateurs et antidémocrates n’étaient pas nécessairement convaincus que la coopération avec un Hitler dominateur serait une réussite pour eux. Et il en va de même côté français. On sait que l’essentiel de la classe politique française n’a pas vu dans Munich une victoire durable de la démocratie et du droit des peuples. Le tournant de 1938, malgré les prolégomènes, n’était pas inscrit dans un processus prédéfini. Un constat qui amène à saisir l’importance des limites qu’ont imposées à leur réflexion des décideurs.

12 Et de ce point de vue, ce qui reste étonnant, c’est la façon dont en France les élites militaires ont pu laisser quelques responsables politiques et diplomates créer une réalité virtuelle relative à des alliances orientales largement imaginaires, tout en faisant en sorte, parfois en collaboration avec les mêmes, pour que de facto il ne puisse y avoir de réelle coopération militaire avec projection de force française. La communication au sein des élites est ici la question centrale. Et, auxiliairement, le jeu de manipulation des informations transmises à un public plus large et aux parlementaires peut aussi avoir pesé pour en retour interdire à certains politiques de concevoir des choix alternatifs.

13Le cas de la Hongrie est ici très instructif. En 1919, dans l’esprit de ses concepteurs, le traité de Trianon était évolutif et laissait la porte ouverte à une reprise de la coopération régionale danubienne sur le plan économique notamment. Pour cause de légitimation globale d’une victoire très vite en déréliction sur le plan des perspectives d’avenir de la France, les élites françaises du début des années 1920 conçurent une vision de la place de la Hongrie qui correspondit parfaitement à l’image en miroir que le régime contre-révolutionnaire inventa. De la sorte, la France favorisa des solidarités anti-hongroises bien plus que des solidarités pro-françaises. Et ce d’autant que, sur place, même ses « alliés » ne croyaient pas réellement à ses capacités d’intervention militaire. Pourtant l’affirmation de la puissance hitlérienne, malgré l’Anschluss et la faiblesse mussolinienne, poussèrent les puissances entourant la Hongrie à s’interroger sur les voies à suivre pour sortir des conflits résultant des règlements de paix de 1918-1921, et ce malgré des orientations idéologiques souvent peu démocrates. Mais à ce moment décisif, ce fut le mélange entre la politique militaire face à l’Allemagne et la faiblesse de la détermination générale des Français et des Britanniques qui fit basculer la région dans la guerre et la domination de la politique par l’ethnique (du moins dans le discours général et par l’antisémitisme institutionnalisé) via Munich et les processus d’exclusion de plus en plus renforcés des minorités.

  • 11 Édouard Daladier, 1884-1970, Paris, Fayard, 1993.

14Or de ce qui est décrit dans le paragraphe ci-dessus, bien peu est arrivé à la connaissance du grand public, et même les élites politiques ne connaissaient ni la réalité complexe du traité de Trianon ni les enjeux réels de sécurité pour les pays d’Europe centrale, que ce soit en 1921 (mise en vigueur du traité), en 1934 au moment où Hitler commence à pouvoir changer l’ordre établi en Europe, ou en 1938. Et les élites militaires françaises ne participèrent finalement pas pleinement à la réflexion sur les politiques intégrées de sécurité menées de facto. Car chaque administration mène sa politique, et c’est au moment de Munich que finalement tout le monde fut sollicité comme l’indiquait déjà bien Élisabeth du Réau dans son Daladier11.

15La Hongrie, ou plutôt la conscience très particulière qu’ont eu les décideurs français de son rôle entre les deux guerres du point de vue des politiques de sécurité française, n’est donc que le révélateur d’une capacité assez remarquable de divers secteurs des élites françaises à se persuader qu’ils pouvaient porter seuls une politique finalement générale, même quand les moyens de la réaliser ne furent absolument pas réunis. On pallia cette absence par l’affirmation de logiques politiques ou autres qui étaient censées avoir une vertu performative indépendamment du contexte de leur réalisation. Cette forme de cartésianisme assez particulière a semble-t-il pesé assez lourd. Mais elle masque sans doute des enjeux de carrière et de pouvoirs assez prosaïques dans une France marquée par la corruption du monde politique et des médias, une dimension coloniale où l’inégalité en droit était pleinement affirmée, et par une peur de l’Autre très présente alors que la présence massive d’émigrés fut salutaire après la saignée de 1914-1918. Les illusions que les élites ont pu entretenir sur l’Europe centrale sont sans doute aussi une forme de reflet de celles qu’elles ont maintenues sur la grandeur de la France et son rôle dans le monde à l’époque. C’est d’autant plus frappant que Clémenceau, auquel on associe le traité de Trianon et encore de nos jours si souvent et bien à tort la responsabilité quasi-exclusive pour le tracé des frontières hongroises, était lui fort averti de la nécessité de faire évoluer vers la coopération régionale une Europe centrale qui, structurellement, menaçait de se soumettre pour cause de luttes intestines et de faiblesse économique à une Allemagne qui allait renaître.

16Mais, ce qui ressort le plus d’une interprétation un peu distanciée, c’est la proximité entre la façon dont les élites françaises et les élites hongroises se sont placées dans des systèmes d’interprétation biaisés complémentaires, qui ont dans les deux cas eu des conséquences fatales dès la fin des années 1930. Or un des points communs entre ces systèmes fut l’absence de réelle connexion entre les perspectives sécuritaires relatives à l’Europe centrale et les moyens militaires effectivement mobilisables. Et, même si ce fut de façon différente, voire opposée, en 1938-1939, la faiblesse de l’outil militaire français (et en partie hongrois) entraîna des alignements du fait de renoncements décisifs, que ce soit par association avec l’Allemagne pour cause d’annexion pour la Hongrie, ou par renoncement à la résistance armée à l’expansion allemande pour la France.

  • 12   De ce point de vue la rhétorique officielle en Hongrie depuis 2010 est particulièrement claire. E (...)

17Pour masquer ces réalités qui remettent en cause l’aptitude des régimes en place à assurer la fonction de sécurité nationale qui est au cœur de la légitimation politique, dans les deux pays, on constate une présentation de la décadence de la fin des années 1930 opposée mais complémentaire. Côté hongrois, l’expansion territoriale, malgré le patronage allemand qui semble inévitable, est justifiée sur la base de l’unification politique du corps ethnique, un discours encore très présent. Le renoncement à la souveraineté que cela entraîna et l’engagement sur la voie de l’antisémitisme institutionnel sont minimisés au titre du caractère moins radical de ce dernier par rapport à ce qui s’est passé en Allemagne nazie et parce que finalement la vraie souveraineté serait avant tout le regroupement des Hongrois sous l’autorité de Budapest12. Côté français, ce qui est sous-entendu sous le vocable Munich, pour ce qui est de l’Europe centrale et de la Hongrie en particulier, est expliqué de façon variable selon les orientations idéologiques, mais les interprétations dominantes isolent la politique militaire et la diplomatie l’une par rapport à l’autre, et toutes deux sont assez mal rattachées aux processus internes de la vie politique et du fonctionnement des élites et institutions politiques. Et on passe sous silence non seulement le fait que la France, à Munich, avait accepté la discussion sur la frontière entre la Hongrie et la Tchécoslovaquie, mais aussi l’ampleur des conséquences sur l’image du pays en Europe centrale de l’effondrement du discours de solidarité militaire et politique avec les puissances amies de la région. Ce dernier point explique peut-être pourquoi plus tard, on a donné tant d’écho aux discours sur les amitiés bilatérales entre la France et ses anciens partenaires, en recherchant toutes les traces de relations culturelles et autres pour démontrer a posteriori la validité de choix stratégiques qui en fait n’ont jamais été faits. Les avancées des travaux historiques des années 1960-2000 sur ce point semblent oubliés dans de nombreux discours publics hongrois en particulier, alors que l’intérêt côté français est assez faible. Il est donc sans doute temps de reprendre l’ensemble de la question des perceptions et des politiques de sécurité sous des angles nouveaux, et de travailler sur les interactions européennes sans se limiter à l’approche internationale, donc s’ouvrir à des approches transnationales qui relativisent la toute puissance des États.

Haut de page

Notes

1   Cette expression est très présente depuis que l’Institut de la mémoire nationale (IPN) en Pologne en a fait une catégorie majeure de l’analyse du rapport entre société et histoire. Voir Pamięć i polityka historyczna. Doświadczenia Polski i jej sąsiadów [Mémoire et politique historique. L’expérience de la Pologne et celle de ses voisins], Sławomir M. Nowinowski, Jan Pomorski et Rafał Stobiecki (dir.), Łódź, IPN, 2008, sur la base d’une conférence tenue en 2006, un an après la victoire électorale conservatrice. Sur l’IPN voir dans la Revue d’études comparatives est-ouest l’analyse de Valentin Behr, « Historiens militants ou historiens de bureau ? Les producteurs du récit historique officiel à l’Institut de la mémoire nationale », (2011, vol. 42, p. 5-45).

2   Pour la présentation de Trianon dans l’édition de luxe de la nouvelle Loi fondamentale hongroise entrée en vigueur le premier janvier 2012, voir P. Gradvohl, « Trianon : quatre-vingt-onze ans de mises en scène d’une tragédie ou un deuil inépuisable sans cesse reprogrammé », dans François Pernot et Valérie Toureille (dir.), Les territoires en partage, traités et accords du Moyen Âge à nos jours. Journée d’étude à la Roche-Guyon, 5 novembre 2011, Paris, Éditions de l’Amandier, collection La bibliothèque fantôme, p. 123-151.

3   Une partie de l’historiographie hongroise est d’ailleurs fort lucide, comme on le voit dans Balalázs Ablonczy, « Trianon-legendák » [Légendes à propos de Trianon], p. 132-161, dans Ignác Romsics (dir.), Mítoszok, legendák, tévhitek a 20. Századi magyar történelemről [Mythes, légendes et fausses croyances sur l’histoire hongroise du XXe siècle], Budapest, Osiris, 2002.

4   On peut notamment citer les travaux d’Isabelle Davion, et en particulier son Mon voisin cet ennemi. La politique de sécurité française face aux relations polono-tchécoslovaques entre 1919 et 1939, Bruxelles, Berne, Berlin, etc., Peter Lang, 2009.

5   Sur les affaires hongroises on peut consulter, à la BDIC notamment, P. Gradvohl, Genèse et mise en œuvre du contrôle militaireinterallié en Hongrie [Texte imprimé] : un exemple de politique militaire française au centre de l’Europe en 1918-1927, thèse soutenue à Paris-Sorbonne sous la direction de Jean Bérenger en 1999.

6   Voir Le général Weygand, vice-président du conseil supérieur de la Guerre, 1931-1935, thèse sous la dir. de Guy Pedroncini, Paris-Sorbonne, soutenue en 1994, et aussi les autres travaux sur l’organisation et l’état de l’Armée française à partir de 1918.

7   Plus de détail sur l’utilisation de Foch en 1924-1925 dans P. Gradvohl, « La politique militai­re française face à la Hon­grie au dé­but des années 1920 : illus­tration d’une illusion », p. 103-124 dans Bâtir une nouvelle sécu­rité : La coopé­ra­tion militaire de la France avec les pays d’Europe centrale et orientale de1919 à 1929. Actes du colloque organisé en décembre 1999 par les Centre d’études d’histoire de la Défense en collaboration avec le Service historique de l’armée de Terre avec le con­cours du Centre d’histoire du monde germanique et danubien de l’Université de Paris IV, Vincennes, Centre d’Études d’Histoire de la Défense, Service Historique de l’Armée de Terre, 2001. L’ensemble de l’ouvrage est à consulter et on notera que les points de vue ne convergent pas systématiquement.

8   Le sort du général Louis Eugène Faucher est connu. En 1939 il put tout de même mettre sur pied des unités tchèques en France, en 1940 devint résistant, et fut déporté en 1944. Il mourut en 1964, à 90 ans.

9   Dans la synthèse sur l’état de l’armée (p. 117) que fait Ignác Romsics (« A trianoni Magyarország első két évtizede. Mérlegen a Horthy-korszak » [Les deux premières décennies de la Hongrie de Trianon. Évaluation de l’ère Horthy], p. 109-117 dans Rubicon, 2012/1-2) il confirme que malgré les efforts fournis notamment à partir de 1938 l’armée hongroise n’était pas équipée et dotée de façon à assurer les missions d’expansion fixées par le pouvoir. Son sort à partir de 1943 confirme clairement cette évaluation.

10   Sur cette période voir P. Gradvohl, « 1936-1938 : l’armée française tente d’oublier Trianon », p. 193-200, Cahiers d’études hongroises, 6/1994.

11 Édouard Daladier, 1884-1970, Paris, Fayard, 1993.

12   De ce point de vue la rhétorique officielle en Hongrie depuis 2010 est particulièrement claire. En présence du premier ministre Viktor Orbán, le 4 juin 2012, lors de la cérémonie officielle de la signature du traité de Trianon, il y avait pour la première fois des jeunes Hongrois des pays voisins invités par le gouvernement hongrois. Un symbole fort de la revendication de continuité avec le régime du régent Horthy, mais un signe parmi bien d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Gradvohl, « La Hongrie comme révélateur de l’aporie de la stratégie française en Europe centrale après 1918 », Revue historique des armées, 270 | 2013, 48-59.

Référence électronique

Paul Gradvohl, « La Hongrie comme révélateur de l’aporie de la stratégie française en Europe centrale après 1918 », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7642

Haut de page

Auteur

Paul Gradvohl

Directeur du Centre de civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org