Navigation – Plan du site
Variations

Un ennemi du général de Gaulle au temps de la Fance libre : le capitaine de vaisseau Raymond Moullec

Jean-Paul Eyrard
p. 79-92

Résumé

Certains des Français qui ont rejoint le général de Gaulle après le 18 juin 1940 sont devenus, par la suite, ses adversaires. Si leurs motivations ont été diverses et leur nombre modeste, grande fut leur capacité de nuisance. Étant au cœur du mouvement gaulliste, ils étaient soutenus par les Britanniques lorsque ces derniers étaient exaspérés par le général de Gaulle ; c’est à dire souvent. De l’automne 1940 au printemps 1942, le plus vif de ces affrontements oppose le chef de la France libre au commandant de ses forces navales, le vice-amiral Émile Muselier devenu volens nolens le chef de file de ces opposants. Aux côtés de l’amiral, son chef d’état-major, le capitaine de vaisseau Raymond Moullec est resté dans une ombre imméritée. Les relations entre le chef de la France libre et la nébuleuse de ses opposants dégénèrent en conflits, qu’il s’agisse de l’affaire de Dakar, de la querelle des services secrets, de l’arrestation de l’amiral par les Britanniques, du Comité national français ou du « complot » nouéautour de l’amiral à son retour de Saint-Pierre et Miquelon en mars 1942.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elles vont de la crainte d’une dérive autoritaire de la France libre à de l’aversion pour la perso (...)

1Certains des Français qui ont rejoint le général de Gaulle après le 18 juin 1940 sont devenus, par la suite, ses adversaires. Si leurs motivations ont été diverses1 et leur nombre modeste, grande fut leur capacité de nuisance. Étant au cœur du mouvement gaulliste, ils étaient soutenus par les Britanniques lorsque ces derniers étaient exaspérés par le général de Gaulle ; c’est à dire souvent.

  • 2  Eyrard (J.-P.), « Attaché naval en Espagne pendant la guerre civile. L’itinéraire du lieutenant de (...)

2De l’automne 1940 au printemps 1942, le plus vif de ces affrontements oppose le chef de la France libre au commandant de ses forces navales, le vice-amiral Émile Muselier devenu nolens volens le chef de file de ces opposants. Aux côtés de l’amiral, son chef d’état-major, le capitaine de vaisseau Raymond Moullec est resté dans une ombre imméritée. Ambitieux, professionnel du renseignement, Moullec est depuis la guerre d’Espagne un militant anti-fasciste et communiste2, ce qui sera le ressort de son aversion pour le fondateur de la France libre, la clé des tentatives qu’il monte contre lui dans l’ombre de l’amiral et, en retour, la raison d’un ostracisme personnel, vigilant et permanent du général à son égard.

  • 3  Raymond Moullec prend le pseudonyme de « Moret » à son arrivée à Londres.

3Les relations entre le chef de la France libre et la nébuleuse de ses opposants dégénèrent en conflits, qu’il s’agisse de l’affaire de Dakar, de la querelle des services secrets, de l’arrestation de l’amiral par les Britanniques, du Comité national français ou du « complot » nouéautour de l’amiral à son retour de Saint-Pierre et Miquelon en mars 1942. Nous les examinerons à la lumière du rôle joué par le commandant Moullec, dit Moret3, et des motivations que l’on peut lui prêter.

Le « tandem rouge »

  • 4  Moullec est « très touché par les événements de juin 1940, fortement marqué par la guerre d’Espagn (...)
  • 5  En 1929-1930, Moullec est embarqué sur le croiseur cuirassé Ernest Renan, que commande le capitain (...)
  • 6  Le capitaine de corvette de réserve Thierry d’Argenlieu avait accepté ce poste du bout des lèvres (...)

4En ce début de juillet 1940, le capitaine de corvette Raymond Moullec est le second du contre-torpilleur Le Triomphant. Fin juin, le navire s’est échappé de Lorient pour gagner Portsmouth. Les Britanniques s’en sont emparé le 3 juillet 1940 (opération « Catapult ») et ont interné l’équipage. Moullec, resté en liberté, décide de ne pas revenir en France4 et gagne Londres. Il se présente à l’amiral Muselier qui le reçoit à bras ouverts : il le connaît5 et n’a plus de chef d’état-major6. Une connivence s’établit entre eux, qui ne se démentira plus : ils sont tous deux patriotes, catalogués « à gauche », et très vite se dressent contre le général de Gaulle.

  • 7  L’expression est de Renaud Muselier (petit-fils de l’amiral), L’Amiral Muselier, Perrin, 2000, p.  (...)
  • 8  Voir sur ces aspects : Chaline (E.) et Santarelli (P.), Historique des FNFL, 4 vol. , SHM, 1989.
  • 9  Ils réussissent à créer « une Marine qui se battit efficacement et qui sut recueillir l’estime et (...)
  • 10  Anticonformiste, franc-maçon, opiomane, coureur, « républicain » voire « de gauche », mais sur un (...)
  • 11  L’expression est de Moullec lui-même. Voir : Document sur la Marine militaire sous l’occupation, A (...)

5Du point de vue militaire, l’action du « tandem rouge »7 est remarquable : à partir de rien ou presque, ils remettent dans la guerre une petite force navale, les FNFL, qui va finir par regrouper 7 000 hommes et 50 navires8, et être présente aux pires moments de la bataille de l’Atlantique, exploit salué même par leurs adversaires9. Du point de vue politique, si leur solidarité dans les menées contre le chef de la France libre est totale, leurs motivations ne coïncident peut-être pas exactement. Pour l’amiral, le différend avec le Général est d’abord de nature épidermique : de Gaulle connaît sa réputation dans la Marine10 ; Muselier s’est mis sous ses ordres mais, plus ancien et d’un grade plus élevé, et fort de ce que les FNFL représentent la principale composante militaire de la France libre, il entend bien préserver sa liberté d’action à la tête de la Marine, en sortant parfois de son rôle ; et le Général, qu’exaspèrent l’hyperactivité et la « parole parfois hasardeuse »11 du chef des FNFL, veut le brider. Mais des divergences entre les deux hommes existent aussi sur le plan des idées. Muselier a une vision plus militaire du rôle de la France libre que de Gaulle, dont la perspective est d’abord politique : l’amiral s’aligne en conséquence davantage sur les Britanniques, dispensateurs de matériels, que ne le fait le Général, souvent irascible à leur égard. Officier républicain, il s’inquiète de l’autoritarisme du général.

  • 12  Galleret (Paul), « Trois hommes et une femme contre de Gaulle, la conjuration de mars 1942», Histo (...)
  • 13  Voir sur ces points : Wolton (Thierry), Le grand recrutement, Grasset,1993.
  • 14  Ibid.

6Enfin, Muselier désapprouve les heurts armés entre forces gaullistes et vichystes, surtout lorsque les marins sont concernés, car il estime qu’il s’agit de duels fratricides, mais aussi parce qu’il caresse longtemps l’idée que son aura dans la Marine restée fidèle à Vichy y permettrait des ralliements. Moullec, en revanche, pousse son chef à la défiance puis à la lutte ouverte contre le Général pour des raisons politiques qui s’inscrivent dans des choix idéologiques remontant à la guerre d’Espagne : « Il avait rapporté d’Espagne, où il venait de passer trois ans, une incoercible peur du fascisme », nous dit Paul Galleret12. Par ailleurs, Moullec va vite faire équipe avec André Labarthe, de longue date militant « progressiste », proche des services soviétiques et qui pourrait bien avoir rejoint Londres à leur demande13. De Gaulle fait de ce scientifique et journaliste un éphémère directeur des Armements de la France libre, ce qui le place au cœur du mouvement. Labarthe (sûrement) et Moullec (probablement) sont également en contact en Grande-Bretagne avec les représentants locaux des services soviétiques14. Peut-on dès lors imaginer une tentative de ces sympathisants communistes pour évincer de Gaulle en poussant en avant Muselier ? Ce n’est qu’une hypothèse, d’apparence farfelue, car en 1940, les responsables soviétiques ou communistes français ont en principe d’autres chats à fouetter. Toutefois, certains épisodes ultérieurs permettent au moins de poser la question.

Première salve : Dakar

  • 15  Les vraies responsabilités sont confiées pour l’essentiel au capitaine Passy, chef du 2e bureau.
  • 16  Dont une réunion avec le chef de l’Amirauté le 10 octobre 1940, qu’il informe du souhait du Généra (...)
  • 17  Télégramme du 20 octobre 1940 : « Votre attitude actuelle ne me donne aucune satisfaction. »
  • 18  Note verbale dactylographiée du 5 novembre 1940, Attaque du Gabon, et brouillon manuscrit de Moull (...)

7Les hostilités éclatent avec l’affaire de Dakar, qui éloigne de Gaulle de Londres du 31 août au 17 novembre 1940. Le général, s’il a confié son intérim à Muselier, l’a en réalité privé de tous pouvoirs15. L’amiral n’en multiplie que davantage des initiatives16 qui lui valent une sévère réprimande17. Si les combats devant Libreville, en novembre 1940, révèlent un différend politique quant à l’attitude à observer vis-à- vis des marins de Vichy, ils font apparaître aussi une manière de faire qui va devenir constante pour Muselier et Moullec : l’appel aux Britanniques pour arbitrer les différends avec le Général, ce qui ajoute aux colères de celui-ci. À titre d’exemple, un mémorandum rédigé par Moullec sur l’affaire du Gabon, pourtant affaire « franco-française », est destiné à l’Amirauté britannique18. Également en l’absence du général de Gaulle, mais avec l’approbation de celui-ci, Labarthe est démis de son poste de chef du service des armements. Il se lance alors dans le journalisme tout en restant très présent auprès de Muselier et de Moullec.

La querelle des services secrets

  • 19  Passy, op.cit, p. 222.

8Après ces escarmouches, la querelle des services secrets touche à des enjeux autrement importants. Dès les premiers jours de la France libre, de Gaulle les a confiés au capitaine Passy, de son propre aveu novice en la matière. De fait, à ses débuts, Passy demande conseil à Moullec pour certaines opérations : « J’étais en bons termes avec Moullec... Je lui avais plusieurs fois demandé conseil pour des questions de renseignements ou d’opérations maritimes. »19 Mais les premières frictions arrivent vite : Passy a, par exemple, besoin de radios et les emprunte sans plus de façons à la Marine, dont les moyens sont pourtant limités.

  • 20  Héron De Villefosse (Louis), Souvenirs d’un marin de la France libre, Albin Michel, 1972. Le capit (...)
  • 21  Qui n’excluait pas la détermination et la rapidité : le premier « agent » de Passy débarque en Fra (...)
  • 22  « Un jeune homme de moins de trente ans... qui serait considéré comme dangereusement inefficace », (...)
  • 23  CSAR (Comité secret d’action révolutionnaire, dit « la Cagoule ») : Organisation d’extrême-droite (...)
  • 24  L’allusion à Moullec paraît claire.
  • 25  SHD/MV, CC7, 4e moderne, 2489, d. 2, dossier de Raymond, Simon, Joseph, Marie Moullec. Note anonym (...)

9Très vite se dessinent les vrais enjeux : le service de renseignements (SR) de Passy travaille avec les premières organisations de Résistance qui naissent en France, ce qui permet de les contrôler et faciliterait, l’heure de la Libération venue, une prise du pouvoir : « Passy se consacre au 2e bureau, devenu le SR. Sa tâche numéro un est de fournir aux Anglais des renseignements militaires [sur la France]. Le second objectif de Passy [est] de prolonger ses réseaux d’agents de renseignements en réseaux de résistance. Troisième objectif, enfin, plus lointain : Passy travaille à unir tous les mouvements clandestins dans l’obédience au gaullisme. Ainsi le général pourrait-il prendre en mains l’avenir politique de la France libérée. »20 Quand on se souvient de la rivalité avec les communistes, malgré leur ralliement ultérieur à de Gaulle, qui va marquer toute l’histoire de la Résistance et de la Libération, on comprend qu’à Londres, partisans comme adversaires du Général, aient vite perçu l’importance de l’enjeu. Les services secrets vont être attaqués sur deux points : d’une part, la jeunesse de Passy (il a 29 ans ) et son « inexpérience »21 qui font des gorges chaudes y compris chez les Britanniques22 ; d’autre part, les inclinations politiques de certains de ses adjoints, accusés d’avoir été « cagoulards »23. Une campagne d’opinion est lancée sur ce thème par Labarthe, tandis que Muselier propose à de Gaulle de remplacer Passy et son équipe inexpérimentée par « des officiers plus spécialisés de son état-major »24. La réponse du général est cinglante : « La Marine [doit] s’occuper de ses bateaux et il lui [est] interdit de se mêler en quoi que ce [soit] des questions de services secrets. »25

  • 26  Portrait de Moullec par Paul Galleret : « Son ambition : être à la tête d’un service de renseignem (...)
  • 27  GRU : SR de l’Armée soviétique.
  • 28  NKVD : SR extérieur et intérieur soviétique.
  • 29  Sur ces points, voir Thierry Wolton, op.cit.

10En définitive, un souci partagé de ne pas disperser de (maigres) moyens l’emporte et les marins se rallient à l’idée d’un SR unique, mais le conflit va rebondir. Trois lectures de l’affaire sont possibles et peuvent se combiner. L’une est personnelle : Moullec, professionnel et passionné de renseignements, voulait être le chef de ce service et ne s’en cachait guère26. L’autre est technique : il devait sincèrement s’estimer plus apte que Passy à diriger le SR, et la marine seule disposait des personnels idoines (radios, familiers du littoral français, etc.). Reste une hypothèse un peu plus politique : Labarthe, qui a mené de sévères attaques contre Passy et le SR, est en contact à Londres avec les antennes du GRU27, puis du NKVD28, de Grande-Bretagne, dont il a connu le chef, « Albert », pendant la guerre d’Espagne. Il a présenté Moullec au même « Albert », comme il le précisera à la DST après la guerre29. Pour Labarthe et pour les services soviétiques, placer un sympathisant comme Moullec à la tête du SR gaulliste était évidemment riche de promesses, ce qui pourrait expliquer que les raisons pour lesquelles l’offensive reprit après cette première rebuffade.

L’amiral aux fers

  • 30  L’un d’eux en dit long sur la légende que traîne Muselier : « Mon Général, si vous me disiez que l (...)
  • 31  L’expression est du général de Gaulle. Mémoires de guerre, t. 1, L’appel, p. 124.
  • 32  L’expression est de Renaud Muselier, op.cit, p. 145.
  • 33  Comme ils l’avaient du reste été avant la guerre et continueront de l’être après.
  • 34  Renaud Muselier : « L’amiral éveilla-t-il les soupçons en raison de sa réputation, ou d’hommes com (...)

11L’arrestation de l’amiral Muselier par les Britanniques pour avoir transmis des renseignements à Vichy, machination ourdie par deux subalternes zélés, est pour Moullec l’occasion d’un choc frontal avec le Général, auquel il reproche sa lenteur à faire libérer Muselier et, en dépit de ses arguments30, le ton monte vite. Ceci étant, la personnalité même de son chef d’état-major est peut-être à l’origine indirecte de cet impair. Ce grossier montage a été pris pour argent comptant par les services britanniques, car il s’inscrit dans un contexte d’« espionnite obsidionale »31 voire d’« anticommunisme obsessionnel »32 : en cette fin d’année 1940, l’Union soviétique, en sus de son différend idéologique avec le monde capitaliste, est toujours l’alliée de l’Allemagne nazie depuis le pacte d’août 1940 et les services de renseignements britanniques craignent d’être infiltrés par les Soviétiques33. Des hommes ayant le passé professionnel et les idées politiques prêtées à Moullec, ou la réputation sulfureuse de Muselier, ne pouvaient qu’éveiller leur attention34.

La boite de Pandore du Comité national

  • 35  Le major Desmond Morton, proche de Churchill. Cité par : Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre(...)
  • 36  Ibid, p. 264.
  • 37  Arrivé à Londres, le capitaine de corvette Moullec est « commissionné » capitaine de frégate puis (...)
  • 38  Compte rendu de l’entretien par Desmond Morton. Cité par : Kersaudy (F.), De Gaulle et Churchill, (...)
  • 39  Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre, Folio « Histoire », t. 1, p. 264.

12Après l’affaire du Levant (juin-juillet 1942), qui provoque une vive tension avec les Anglais, de Gaulle veut institutionnaliser davantage la France libre en créant un Comité national. Ce qui met en effervescence ses adversaires français (ils y voient l’occasion de créer un organe représentatif et de brider le pouvoir du Général) comme britanniques : « Certains Français libres sont aussi fatigués que les Britanniques du caractère intraitable et du manque de pondération de leur chef » constate Desmond Morton35, pour qui il conviendrait de soutenir les Français qui « s’interrogent sur les moyens de créer un Conseil qui serait à même de contrôler [ses] actions politiques »36. Le major Morton a été conforté dans cette opinion par une rencontre avec Moullec37, lequel n’a pas mâché ses mots : « [De Gaulle] est honnête, certes, mais d’un fanatisme qui confine au déséquilibre. Il n’a rien d’un administrateur ou d’un diplomate, et, en tant que politicien, semble incliner vers le fascisme. » Pour Moullec, beaucoup de Français libres, « hormis quelques inconditionnels, sont résolus à forcer la main du général pour qu’il crée un conseil »38. Churchill, informé, est séduit par l’idée et en fait part à de Gaulle, le 1er septembre 1941 : « La France libre gagnerait à créer un conseil (...) qui contribuerait à l’élaboration de la politique du mouvement. »39

  • 40  « Un membre de rang élevé de l’état-major de Muselier. » Très probablement Moullec lui-même.
  • 41  Membre de la Chambre des lords, ancien gouverneur général du Canada, proche de Churchill, il prési (...)
  • 42  Héron De Villefosse (Louis), op.cit. p. 97.
  • 43  Muselier (Renaud), op.cit. p. 161 et 162.

13Fin août, un « senior member of Muselier’s naval staff »40rencontre lord Bessborough41 pour insister sur « l’intérêt qu’il y aurait à assurer une liaison entre Mr. Churchill et l’amiral Muselier », qui permettrait à Churchill, après l’affaire de Syrie, « de connaître le point de vue d’hommes calmes et confiants dans les motifs de l’action britannique [au Levant] tels que l’Amiral ». Un déjeuner réunit le 5 septembre lord Bessborough et Muselier, qui affirme alors qu’en cas de rupture entre de Gaulle et les Britanniques « lui-même et les FNFL feront équipe avec le gouvernement de Sa Majesté ». C’est dans cet état d’esprit que Muselier fait au Général des suggestions à propos de l’instance à créer : elle doit être un « comité exécutif délibérant démocratiquement »42 et « collégial, pour rompre avec le caractère autocratique accusé »43 de la France libre, dont le général de Gaulle deviendrait une sorte de président d’honneur. Quant à sa composition, l’amiral exige que Passy en soit exclu, que Moullec et Labarthe en fassent partie et, très expressément, que Moullec se voie confier les services de renseignements.

Veto gaullien contre Moullec

  • 44  Muselier, Schaeffer, Moullec, Labarthe, Dejean. Thierry Wolton remarque que Labarthe, Moullec et D (...)
  • 45  Grand hôtel londonien.
  • 46  Passy, op.cit. p. 221. Passy s’étonne de pareille accusation « alors que le SR (...) ne s’était ja (...)
  • 47  Avoir la tutelle des deux marines était une vieille revendication de Muselier.
  • 48  Lacouture (Jean), De Gaulle, Seuil, 1984, t. 1, p. 497.

14Le 19 septembre, un déjeuner réunit le les « conjurés »44 au Savoy45, à l’invitation de lord Bessborough et en présence de Desmond Morton. Muselier précise les propositions faites à de Gaulle et réaffirme qu’en cas de refus, il se mettra avec les FNFL à la disposition des Britanniques pour « continuer le combat, mais indépendamment du général de Gaulle ». Le 21 septembre, de Gaulle reçoit Muselier et Labarthe. L’amiral insiste sur la nécessité d’enlever à Passy la responsabilité des services secrets, car il « exerç[e] en France une action politique dangereuse et néfaste »46 et sur celle d’admettre Moullec dans le Comité avec la responsabilité des SR. De Gaulle répond qu’il assurera la présidence du Comité et propose à Muselier et Labarthe d’en faire partie, l’un à la marine militaire, l’autre à « l’action politique et à l’information ». En revanche, il refuse tout net de confier les SR à Moullec et même qu’il fasse partie du Comité. Le 22 septembre, Dejean avertit par téléphone Muselier des dernières propositions du Général : cette fois, Labarthe est également écarté. L’amiral répond que dans ce cas, lui et les FNFL quitteront la France libre pour continuer la guerre directement aux côtés des alliés, ce qui entraîne une remarque acerbe du général quant aux exigences de Muselier, et qui vise explicitement Moullec : « Vous demandez que votre chef d’état-major fasse partie du Comité avec en mains tous les fils politiques et militaires de notre action secrète. » Une médiation britannique dénoue l’affaire par l’entrée de l’amiral au Comité avec lacharge des marines militaire et marchande47 et après que Muselier eut expliqué que Dejean avait mal interprété ses propos. Cependant, c’est suite à de nombreuses hésitations que l’amiral accepte les propositions du Général : lors d’une réunion « entre marins » le 23 septembre, les partisans d’une sécession des FNFL (Moullec, de Villefosse) affrontent les modérés (Weitzel, Ortoli) tandis qu’est évoquée pour la première fois l’idée d’une « grève » des FNFL. Quant à Moullec, il aurait de surcroît conseillé à Muselier de tout simplement refuser de faire partie du Comité national48.

L’éminence rouge

  • 49  Passy, op.cit., p. 121.
  • 50  Héron De Villefosse (L.). op.cit., p. 96 « Fin septembre 1941, je revois ceci, dans le bureau de M (...)
  • 51  Cité par Jean-Luc Barré, Devenir de Gaulle, Perrin, 2003. Paul Ortoli est un officier supérieur de (...)

15Labarthe et Moullec ont-ils poussé Muselier à cette offensive ? C’est ainsi qu’on le perçoit dans l’immédiat, à commencer par de Gaulle qui confie à Passy qu’« il rendait Labarthe et Moullec plus responsables encore que Muselier, car (...) ils avaient manœuvré ce dernier en utilisant son désir de paraître »49. Qui plus est, bien des faits vont en ce sens. C’est Moullec qui le premier dénonce aux Britanniques l’autoritarisme du Général et le moyen d’y remédier avec leur appui. Il est de toutes les réunions où se mitonnent les « contre-propositions » à faire au Général, d’autant qu’elles se tiennent parfois dans son bureau50 ! Enfin, Moullec ne dissimule ni ce qui est en train de se tramer, ni ses ambitions personnelles : « Nous sommes à un tournant décisif, de Gaulle est de plus en plus mal vu par les Anglais et il va être amené à constituer un véritable gouvernement. L’amiral Muselier [y] aura une place prépondérante (…) Moi-même, je serai chargé de responsabilités considérables. » confie-t-il à Paul Ortoli51.

  • 52  CR de la rencontre Dickens/Moullec du 24 octobre 1941. PRO/NA, Kew, FO 371/28214. « De Gaulle doit (...)

16Le compromis, que Moullec a du reste conseillé de refuser, semble ne pas le faire démordre de son hostilité : le 24 octobre, dans un long entretien avec l’amiral Dickens, il répète encore que de Gaulle veut « démolir les FNFL » et s’affirme « comme beaucoup de Français libres, profondément indigné par les méthodes et manières dictatoriales » du Général qui a, dit-il « une mentalité de dictateur », propos qui, répercutés par l’amiral Dickens, inquiètent les lords de l’Amirauté52. Dernier indice, d’autre part, du rôle-clé de Moullec dans l’affaire : le refus absolu du général de Gaulle de lui confier le SR et de l’admettre au Comité, alors que dans un premier temps il était prêt à y admettre Labarthe, avec des responsabilités relativement importantes (« l’action politique et l’information ») et ce, en dépit du fait que Labarthe était en principe bien davantage marqué politiquement que ne l’était Moullec. D’une certaine façon, ce refus de confier à celui-ci, catalogué au minimum comme cryptocommuniste, un secteur précis d’activité, le renseignement et l’action secrète, avec les possibilités d’intervention dans la Résistance intérieure que cela impliquait, annonce les joutes ultérieures entre gaullistes et communistes pour le contrôle de celle-ci. Dans l’immédiat, il prélude à ce qui va être une phase de guerre ouverte entre de Gaulle et Muselier.

L’affaire de Saint-Pierre-et-Miquelon

  • 53  Après l’attaque de Pearl Harbour par le Japon (7 décembre 1941).
  • 54  Washington est soucieux de maintenir des relations correctes avec Vichy, en prévision d’un éventue (...)

17Le 24 novembre 1941, Muselier, sur ordre du général de Gaulle et avec l’accord tacite des Britanniques, part rallier à la France libre Saint-Pierre-et-Miquelon, jusque-là sous l’autorité de Vichy. Survient alors l’entrée en guerre des États-Unis53. Devant cette situation nouvelle, l’amiral, arrivé à Terre-Neuve, prend sur lui de rencontrer des représentants américains, ce qui rend de Gaulle furieux. Washington fait savoir qu’il est hors de question de toucher au statut de l’archipel54 et les Britanniques s’alignent sur cette position. Le Général fait d’abord mine de plier puis donne à l’amiral l’ordre d’agir. Celui-ci obtempère le 24 décembre, occasionnant la colère de Washington. Muselier revient à Londres, le 27 février 1942, persuadé que de Gaulle l’a délibérément mal informé de cette hostilité américaine puis démissionne, déclenchant une tempête qui va aboutir à son élimination et à celle de Moullec.

  • 55  Le Général a refusé qu’il assure l’intérim de Muselier comme commissaire national ; il nomme contr (...)

18Quel rôle le chef d’état-major des FNFL a-t-il joué dans ce psychodrame ? Dès le départ de l’amiral, Moullec est dans un état d’esprit sans équivoque55 :

  • 56  Note attribuée à Moullec, Document sur la Marine militaire pendant l’Occupation, Archives André Ma (...)
  • 57  Arrestation de l’amiral par les Britanniques.
  • 58  Télégramme 2 848 du 24 janvier 1942. Cette menace du général de « briser la Marine » remonterait, (...)

« Pendant [l’affaire de Saint-Pierre] une véritable guérilla s’installe à Londres, entre la Marine (...) forte de représenter au sein du Comité national l’élément le plus démocratique et le plus progressif [sic], et certains services du général, décidés à se débarrasser une fois pour toutes de ces marins qui représentent une tendance politique contraire à la leur. »56 Il informe l’amiral de ces manœuvres « pour briser la Marine » en l’absence de son chef : « Le Général m’avait annoncé qu’il briserait la Marine. Son opération est en cours suivant le plan ci-après : vous compromettre définitivement aux yeux des Alliés. Ayant échoué en janvier dernier57, il espère être plus heureux avec l’affaire de Saint-Pierre. (...) Notre œuvre de 18 mois est en danger sérieux. »58

  • 59  Rapport de l’amiral Dickens à l’Amirauté, 9 décembre 1941, PRO/NA, Kew FO 31959. Le rapport est bâ (...)
  • 60  Soustelle (Jacques), Envers et contre tout,t. 1, Laffont, 1950, p. 281. « L’autre » est-il André L (...)
  • 61  Muselier (Renaud), op.cit. p. 189. Les italiques sont de l’auteur.

19André Labarthe s’étant procuré le compte rendu britannique d’un entretien entre Churchill et de Gaulle à propos de Saint-Pierre, rencontre dont le Général avait communiqué à Muselier sa propre version, il en avise l’amiral. Bien entendu, il informe ses interlocuteurs britanniques habituels des empiètements du Général sur les prérogatives de l’amiral, ce qui indigne par exemple l’amiral Dickens : « La façon cavalière avec laquelle il traite Muselier et son état-major, le fait qu’il considère les FNFL comme SA Marine, ont émoussé la patience de Muselier et de ses officiers. »59 Moullec a-t-il sciemment donné un tour alarmiste aux informations transmises à l’amiral, afin de le pousser à réagir à son retour ? Pour ses adversaires, aucun doute n’est permis : « Moret, alarmé sans doute par d’autres, ou par un autre, alarmait l’amiral en lui décrivant un complot obscur » écrit Jacques Soustelle60. Et Renaud Muselier, d’habitude mesuré à l’égard de Moullec, utilise une étrange formule : « Moret croyait pouvoir écrire à Muselier que le Général n’avait cherché qu’à le compromettre définitivement aux yeux des Alliés pour pouvoir l’éliminer et se soumettre plus étroitement les FNFL. » Ce qui donne à penser que lui aussi estime que Moullec en avait peut-être un peu trop fait61.

  • 62  Lacouture (Jean), op.cit. p. 502.
  • 63  Soustelle (Jacques), op.cit. t. 1, p. 382.

20Muselier revient donc en Grande-Bretagne « empli de cette double certitude : que de Gaulle l’avait jeté dans une aventure absurde (...) et que la réussite de l’opération de Saint-Pierre lui donnait une stature nouvelle pour tenir tête au "dictateur" contre lequel ne cessait de le monter son chef d’état-major, le commandant Moullec »62. Il est accueilli par le Général qui le félicite pour le succès de sa mission puis, tout à trac, lui demande de se séparer de Moullec en raison de son influence « nocive » et de télégrammes « inconvenants » adressés par Moullec à Muselier alors à Saint-Pierre. L’amiral comprend alors que tous les messages échangés avec Moullec ont étés interceptés et transmis à de Gaulle. Une enquête sur ce point et de longs entretiens avec Labarthe et Moullec achèvent de le persuader de faire un coup d’éclat lors de la réunion du Comité national prévue pour le 3 mars. Devant cette instance, il expose son action à Saint-Pierre, est félicité par le Général, puis reprend la parole pour regretter avoir été mal informé du différend avec Washington et déplorer « les mensonges et les procédés inadmissibles de certaines autorités de la France libre [à l’occasion de cette affaire] », puis, devant ses collègues « stupéfaits »63 annonce sa démission. Et très vite en fait parvenir le texte au Général.

Une double erreur

  • 64  Il peut en effet paraître difficile d’être chef d’état major des FNFL et en même temps participer (...)

21Dans les heures qui suivent, Muselier comme de Gaulle vont commettre une erreur. Pour l’amiral, il s’agit d’une imprudence de rédaction : il démissionne bel et bien de son poste (politique) de commissaire à la Marine, mais termine sa lettre en écrivant au général : « Personnellement, je suis prêt à prendre part à toutes les opérations militaires que vous jugeriez bon de me confier », ce dont de Gaulle affecte de comprendre qu’il démissionne aussi de son poste (militaire) de commandant en chef des FNFL64. Aussi, il décide de remplacer Muselier comme commissaire à la Marine et commandant en chef des FNFL par le capitaine de vaisseau Auboyneau, promu contre-amiral pour l’occasion.

22Si le choix de l’homme va se révéler judicieux, un fait va, dans l’immédiat, contribuer à envenimer la situation : Auboyneau commande Le Triomphant dans l’océan Pacifique. Il lui faut trois semaines pour rallier Londres : ce qui permet à Muselier et à son entourage d’ultimes manœuvres pour tenter d’en finir avec le « dictateur », en mobilisant leurs amis français et britanniques. Du côté de ces derniers, Anthony Eden, chef du Foreign Office, intervient dès le 5 mars pour s’inquiéter de pareil remue-ménage qui risque d’affecter l’efficacité militaire des FNFL, ce que nie le Général en qualifiant l’épisode d’« agitation grotesque d’un petit groupe qui lui est hostile » et avec lequel « Muselier et son chef d’état major ont travaillé la main dans la main ». L’entrevue est orageuse : le général de Gaulle refuse de reconsidérer la double démission de l’amiral. Le lendemain, Eden demande que Muselier conserve au moins son commandement : nouveau refus du Général qui prend de haut cette intrusion dans des affaires françaises. Le 10 mars, à Eden qui réitère sa demande, de Gaulle fait une concession : si Muselier s’éloigne de Londres pour un mois, il tentera de lui trouver une sortie honorable. La situation paraît bloquée, mais l’excès de zèle d’un comparse va paradoxalement provoquer une fissure chez les Britanniques.

  • 65  Mission chargée de la liaison entre la France libre et les autorités britanniques, dirigée par le (...)
  • 66  Note de Charles Peake, 10 mars 1942. PRO/NA, Kew. FO/31/960/3.
  • 67  « Des blessés ou malades FNFL soignés dans un hôpital britannique ont déclaré qu’en rejoignant les (...)
  • 68  PRO/NA, Kew. FO 31/959/79.

23Le commander Lacy, qui représente la Royal Navy dans la mission Peake65, et qui a pris fait et cause pour Muselier et Moullec rédige un texte incendiaire sur de Gaulle et ses méthodes. Il l’adresse à l’Amirauté et à l’amiral Dickens, lequel y ajoute des commentaires de son cru et envoie le tout au Foreign Office. Ces prises de position provoquent l’inquiétude, puis la colère des diplomates : ils estiment que les marins britanniques sortent de leur rôle et sont manipulés par l’entourage de Muselier : « [Lacy] discute de sujets qui sont de la compétence du Foreign Office» et il serait temps que les contacts entre marins britanniques et français « soient cantonnés strictement aux questions navales »66. Par ailleurs, le Foreign Office est moins pessimiste que l’Amirauté quant à l’impact d’un départ de l’amiral sur l’efficacité militaire des FNFL67. Le 11 mars se tient la fameuse séance, dont Moullec, qui a tenté de dissuader le Général de venir haranguer les marins, a été le narrateur68.

  • 69  Galleret (Paul), op.cit. L’amiral Muselier évoque cette scène dans son livre, De Gaulle contre le (...)
  • 70  En vertu d’accords de juridiction entre la France libre et les autorités britanniques.

24De Gaulle venu rencontrer les officiers de l’état-major des FNFL est hué par certains d’entre eux et nargué par Muselier. Mais Moullec lui-même est ensuite pris à partie par un des officiers présents favorable au Général, Paul Galleret : « Ce fut à Moret que je m’en pris. Je lui reprochai d’avoir constamment cherché à envenimer les rapports entre le Général et l’amiral, et pis encore d’avoir plusieurs fois tenté, par ambition ou aveuglement de provoquer une scission du mouvement. » Il termine en qualifiant ce comportement d’« insensé et odieux »69. De Gaulle réagit en infligeant, le 13 mars, 30 jours d’arrêt à l’amiral et en demandant aux autorités britanniques d’exécuter la sentence70.

Moullec faussaire ?

  • 71  Galleret (Paul), op.cit.

25Ce même 13 mars, Moullec, peut-être pour tenter de convaincre les hésitants, prend une initiative de trop : il lit à des officiers de l’état-major des FNFL ce qu’il présente comme une note de l’Amirauté au Foreign Office, accablante pour le général de Gaulle et ses méthodes de gouvernement « stigmatisées avec une dureté inouïe »71. Paul Galleret demande à ce que le Foreign Office soit interrogé sur l’authenticité du document. Celui-ci répond le 19 mars n’avoir rien reçu de ce genre de l’Amirauté. Pour l’emporter à tout prix et faire basculer des hésitants, Moullec avait-t-il inventé un faux document et menti ? Parvenu à cette conclusion, le général de Gaulle lui inflige 30 jours d’arrêt de forteresse. Les archives anglaises permettent d’en savoir un peu plus et de laver (en partie) l’honneur du commandant Moullec. Le 20 mars, en effet, les diplomates du Foreign Office qui s’intéressent à la France libre évoquent l’affaire devant l’amiral Dickens et constatent que Moullec a bien lu à ses camarades un document « de l’Amirauté » mais qu’il s’agissait tout simplement de la note du commander Lacy accompagnée du commentaire de l’amiral Dickens.

  • 72  Rapport de Charles Peake du 19 mars 1942.
  • 73  D’origine française, mariée à un richissime britannique, Alix Michaelis est la bienfaitrice des FN (...)
  • 74  Selon les auteurs, le chiffre des grévistes va de 15 [Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre, F (...)

26Cet écrit ne reflétait donc en aucun cas le point de vue de l’Amirauté britannique. Moullec a ainsi sinon menti, du moins fallacieusement présenté le document. Et pour se le procurer il a abusé de la naïveté de l’amiral Dickens qui, tel un écolier pris en faute, finit par avouer aux diplomates qu’il avait effectivement tout fait lire à Moullec « pour qu’il vérifie bien s’il n’y avait pas d’erreur ». Il ajoute que « le commandant Moret a grossièrement abusé de sa confiance et qu’il ne croira plus jamais désormais un mot d’un Français ». Cette initiative hasardeuse de Moullec va davantage entamer le crédit réel dont il jouissait auprès des Britanniques, marins ou diplomates, que ses activités en Espagne, son engagement politique ou les relations plus ou moins sulfureuses qui lui étaient prêtées. Et s’ils persistent à espérer trouver avec le Général une issue honorable pour l’amiral, tout en admettant que ses relations avec le général sont désormais « beyond repairs », ils vont moins se préoccuper du sort de Moullec qui, « selon l’aveu de l’amiral Dickens lui même, a donné la preuve d’une grave inconduite. Il est prouvé qu’il a même choqué l’amiral Muselier, [sic] pourtant a "connaisseur in the art" », ajoute Charles Peake72. Dans les jours qui suivent, Muselier joue son va-tout, tandis que de Gaulle lance contre les Britanniques une de ces opérations psychologiques dont il a le secret. « Harcelé » par André Labarthe et Alix Michaelis73, et secondé pour ce faire par Moullec, Muselier tente de provoquer cette « grève » des FNFL dont leur coterie caressait l’idée depuis quelque temps. Moullec envoie à cette fin des émissaires dans les bases et sur les navires FNFL. La manœuvre échoue en grande partie sauf à l’état-major des FNFL ou des officiers cessent de travailler. Elle a, en revanche, un effet désastreux sur les marins britanniques qui jusque-là considéraient Muselier avec sympathie.74. Quant au Général, exaspéré de ne pas voir les Britanniques mettre en œuvre la sanction qu’il a infligé à Muselier, il quitte Londres le 18 mars pour Berkhampstead, suscitant l’inquiétude des Britanniques. « [Il veut ainsi] se tenir éloigné de l’atroce conduite de Moret [sic], supposant à tort que l’Amirauté était de connivence avec celui-ci pour l’humilier » estime Charles Peake.

27Finalement, ce sont les Britanniques qui sifflent la fin de la partie en mettant réellement à l’écart Muselier et Moullec et en renouant avec le général de Gaulle. Le 20 mars 1942, lord Alexander, Premier lord de l’Amirauté, demande à l’amiral et à Moullec de s’éloigner de Londres et de l’état-major des FNFL pour 40 jours, ce qu’ils font plus ou moins. Et Charles Peake vient le 23 mars en informer de Gaulle, qui consent alors à revenir à Londres. Pour l’amiral Muselier et le capitaine de vaisseau Moret, la partie était perdue. Pour les adversaires du général de Gaulle, qui avaient depuis juillet 1940 placé des sympathisants aux postes les plus stratégiques de la France libre, elle l’était aussi. La rencontre, née des circonstances, entre les visées à long terme de Moullec et Labarthe, et l’agacement intermittent des Anglais contre de Gaulle, n’avait pas permis d’aboutir en raison de la fermeté du chef de la France libre devant les exigences britanniques en général et les manœuvres de Moullec en particulier. Et aussi parce que les Britanniques avaient assez tôt découvert le caractère intéressé et aventureux de l’offensive à laquelle ils avaient commencé de prêter la main.

  • 75  Ce choix peut étonner : en ce début de guerre froide, pourquoi nommer à ce poste un officier dont (...)

28Et ensuite ? Comme Muselier, Moullec reste d’abord sans emploi, puis gagne Alger : il entre au cabinet du général Giraud « commandant en chef civil et militaire » (mai 1943), puis après l’élimination de celui-ci par de Gaulle (novembre 1943), reprend une carrière maritime « normale », à l’état-major de la marine, où il s’occupe des affaires italiennes tout en bénéficiant de la protection d’André Marty, haut responsable du PCF à cette époque. Nommé contre-amiral, il représente ensuite la Marine à l’ONU naissante (mars 1946-février 1947)75, puis devient directeur adjoint de cabinet du ministre communiste de la Défense nationale, André Billoux (février 1947). Sa carrière militaire prend fin après la plainte en Conseil d’État déposée par un de ses camarades qui contestait les conditions de son avancement. Rendu à la vie civile (avril 1948), il milite ouvertement au PCF, témoigne au procès Henri Martin (ce qui lui vaut d’être radié de la 2e section des officiers généraux), devient conseiller de l’Union française et à ce titre effectue divers voyages outre-mer, collabore avec Maurice Thorez et André Marty et défend les positions du PCF sur la guerre d’Indochine. Il s’installe à Saint-Tropez, continue de présider diverses associations d’anciens combattants proches du PC et meurt le 7 décembre 1971.

Haut de page

Notes

1  Elles vont de la crainte d’une dérive autoritaire de la France libre à de l’aversion pour la personnalité du Général.

2  Eyrard (J.-P.), « Attaché naval en Espagne pendant la guerre civile. L’itinéraire du lieutenant de vaisseau Moullec », Revue historique des armées, no 251, 2/2008, p. 104-111.

3  Raymond Moullec prend le pseudonyme de « Moret » à son arrivée à Londres.

4  Moullec est « très touché par les événements de juin 1940, fortement marqué par la guerre d’Espagne et [craint] peut-être des représailles personnelles ». Appréciation du capitaine de frégate Archambaud, commandant du Triomphant. SHD/MV, CC7, 4e moderne, 2489, d. 2, dossier de Raymond, Simon, Joseph, Marie Moullec.

5  En 1929-1930, Moullec est embarqué sur le croiseur cuirassé Ernest Renan, que commande le capitaine de vaisseau Muselier.

6  Le capitaine de corvette de réserve Thierry d’Argenlieu avait accepté ce poste du bout des lèvres et, à la nouvelle de Mers el-Kébir, s’était retiré pour une retraite spirituelle. Ancien officier d’active d’Argenlieu connaissait Muselier de longue date, et, tout en lui reconnaissant du patriotisme et de l’allant ne partageait ni ses idées, ni ses méthodes, ni son tempérament.

7  L’expression est de Renaud Muselier (petit-fils de l’amiral), L’Amiral Muselier, Perrin, 2000, p. 119.

8  Voir sur ces aspects : Chaline (E.) et Santarelli (P.), Historique des FNFL, 4 vol. , SHM, 1989.

9  Ils réussissent à créer « une Marine qui se battit efficacement et qui sut recueillir l’estime et même l’admiration des Anglais ». Passy (colonel), Souvenirs, 2e bureau Londres, Raoul Solar, 1947, p. 83.

10  Anticonformiste, franc-maçon, opiomane, coureur, « républicain » voire « de gauche », mais sur un autre registre, dès 1936-1937, ses supérieurs s’inquiètent discrètement de comportements parfois étranges de l’amiral. Par ailleurs, Muselier est aussi courageux, patriote, plein d’allant et imaginatif. Ceci étant, le Général n’a pas le choix car il est le seul haut gradé de la marine à le rejoindre. Encore était-il depuis peu à la retraite.

11  L’expression est de Moullec lui-même. Voir : Document sur la Marine militaire sous l’occupation, Archives André Marty.

12  Galleret (Paul), « Trois hommes et une femme contre de Gaulle, la conjuration de mars 1942», Historia, no 565-566.

13  Voir sur ces points : Wolton (Thierry), Le grand recrutement, Grasset,1993.

14  Ibid.

15  Les vraies responsabilités sont confiées pour l’essentiel au capitaine Passy, chef du 2e bureau.

16  Dont une réunion avec le chef de l’Amirauté le 10 octobre 1940, qu’il informe du souhait du Général d’envoyer d’autres navires FNFL en Afrique, en critiquant cette demande. Records of meeting ACNS/ Adm. Muselier, 18.10.1940. PRO/NA, Kew, FO 892/133.

17  Télégramme du 20 octobre 1940 : « Votre attitude actuelle ne me donne aucune satisfaction. »

18  Note verbale dactylographiée du 5 novembre 1940, Attaque du Gabon, et brouillon manuscrit de Moullec/Moret. SHD/MV, TTC1, le document est transmis à l’Amirauté par le commander Collett, officier de liaison et par l’amiral Dickens, chargé des relations avec les marines amies réfugiées en Grande-Bretagne.

19  Passy, op.cit, p. 222.

20  Héron De Villefosse (Louis), Souvenirs d’un marin de la France libre, Albin Michel, 1972. Le capitaine de frégate de Villefosse, un des sous-chef d’état-major des FNFL, est politiquement proche de Moullec.

21  Qui n’excluait pas la détermination et la rapidité : le premier « agent » de Passy débarque en France le 20 juillet 1940 . Voir sur ces points : Foot (Michael), Des Anglais dans la Résistance, le SOE en France, 1940-1944, Tallandier, 2011.

22  « Un jeune homme de moins de trente ans... qui serait considéré comme dangereusement inefficace », écrit le major Desmond Morton, proche collaborateur de Winston Churchill.

23  CSAR (Comité secret d’action révolutionnaire, dit « la Cagoule ») : Organisation d’extrême-droite fondée en 1935 par Eugène Deloncle pour contrer le communisme et qui ne répugnait pas à l’action violente. Quelques anciens de la Cagoule vont très tôt monter des réseaux de renseignement. L’un au moins des adjoints de Passy était un ancien de l’organisation. Voir : Albertelli (Sébastien), Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA, 1940-1944, Perrin, 2009.

24  L’allusion à Moullec paraît claire.

25  SHD/MV, CC7, 4e moderne, 2489, d. 2, dossier de Raymond, Simon, Joseph, Marie Moullec. Note anonyme et sans date, La crise Muselier de Gaulle. Remplacement de l’amiral Muselier à la tête des FNFL. Les sous-titres sont écrits à la main, et l’écriture de Moullec est parfaitement reconnaissable.

26  Portrait de Moullec par Paul Galleret : « Son ambition : être à la tête d’un service de renseignement. » Galleret (P.), op.cit.

27  GRU : SR de l’Armée soviétique.

28  NKVD : SR extérieur et intérieur soviétique.

29  Sur ces points, voir Thierry Wolton, op.cit.

30  L’un d’eux en dit long sur la légende que traîne Muselier : « Mon Général, si vous me disiez que l’amiral a voulu détourner de ses devoirs la femme du Premier ministre, je vous dirais : Peut-être ! Mais une trahison : Impossible ! » plaide Moullec.

31  L’expression est du général de Gaulle. Mémoires de guerre, t. 1, L’appel, p. 124.

32  L’expression est de Renaud Muselier, op.cit, p. 145.

33  Comme ils l’avaient du reste été avant la guerre et continueront de l’être après.

34  Renaud Muselier : « L’amiral éveilla-t-il les soupçons en raison de sa réputation, ou d’hommes comme Moret dans son entourage ? »

35  Le major Desmond Morton, proche de Churchill. Cité par : Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre, Folio « Histoire », t. 1, p. 263.

36  Ibid, p. 264.

37  Arrivé à Londres, le capitaine de corvette Moullec est « commissionné » capitaine de frégate puis capitaine de vaisseau.

38  Compte rendu de l’entretien par Desmond Morton. Cité par : Kersaudy (F.), De Gaulle et Churchill, Perrin, 2001, p. 194. Moullec était accompagné du capitaine de corvette de réserve Schaeffer, archéologue de renom et familier des services britanniques.

39  Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre, Folio « Histoire », t. 1, p. 264.

40  « Un membre de rang élevé de l’état-major de Muselier. » Très probablement Moullec lui-même.

41  Membre de la Chambre des lords, ancien gouverneur général du Canada, proche de Churchill, il préside des organismes d’aide aux Français libres, mais « est particulièrement malveillant » envers leur chef. Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre, Folio « Histoire », t. 1, p. 231.

42  Héron De Villefosse (Louis), op.cit. p. 97.

43  Muselier (Renaud), op.cit. p. 161 et 162.

44  Muselier, Schaeffer, Moullec, Labarthe, Dejean. Thierry Wolton remarque que Labarthe, Moullec et Dejean ont eu d’une manière ou d’une autre à faire avec les services soviétiques. Wolton (T.), op.cit. p. 236.

45  Grand hôtel londonien.

46  Passy, op.cit. p. 221. Passy s’étonne de pareille accusation « alors que le SR (...) ne s’était jamais, en aucune façon, occupé d’action politique » ce qui est tout de même un peu angélique.

47  Avoir la tutelle des deux marines était une vieille revendication de Muselier.

48  Lacouture (Jean), De Gaulle, Seuil, 1984, t. 1, p. 497.

49  Passy, op.cit., p. 121.

50  Héron De Villefosse (L.). op.cit., p. 96 « Fin septembre 1941, je revois ceci, dans le bureau de Moullec en fin de journée. Il y a là Muselier, Moullec et moi [et Labarthe]. Faut-il ou non se contenter des dernières propositions du Général ? »

51  Cité par Jean-Luc Barré, Devenir de Gaulle, Perrin, 2003. Paul Ortoli est un officier supérieur des FNFL.

52  CR de la rencontre Dickens/Moullec du 24 octobre 1941. PRO/NA, Kew, FO 371/28214. « De Gaulle doit être fermement tenu en mains si ses activités interfèrent avec le moral et l’efficacité des FNFL. (...) Je considère que nous devons aider Muselier. » note l’un des lords.

53  Après l’attaque de Pearl Harbour par le Japon (7 décembre 1941).

54  Washington est soucieux de maintenir des relations correctes avec Vichy, en prévision d’un éventuel futur débarquement en Afrique du Nord.

55  Le Général a refusé qu’il assure l’intérim de Muselier comme commissaire national ; il nomme contre-amiral le capitaine de vaisseau Thierry d’Argenlieu contre l’avis de Muselier ; il réprimande Moullec pour avoir autorisé des mouvements de navires sans l’en avoir informé, il procède à des mutations, etc.

56  Note attribuée à Moullec, Document sur la Marine militaire pendant l’Occupation, Archives André Marty.

57  Arrestation de l’amiral par les Britanniques.

58  Télégramme 2 848 du 24 janvier 1942. Cette menace du général de « briser la Marine » remonterait, selon Moret, au 13 octobre 1941, à l’occasion d’un entretien avec celui-ci. Et elle est rapportée à l’amiral Dickens par ses soins le 14 octobre. PRO/NA, Kew, 371/28 214, bordereau Z 9 536.

59  Rapport de l’amiral Dickens à l’Amirauté, 9 décembre 1941, PRO/NA, Kew FO 31959. Le rapport est bâti sur des confidences de Moullec, comme Dickens l’écrit lui même (according to Moret) à propos d’un épisode.

60  Soustelle (Jacques), Envers et contre tout,t. 1, Laffont, 1950, p. 281. « L’autre » est-il André Labarthe ?

61  Muselier (Renaud), op.cit. p. 189. Les italiques sont de l’auteur.

62  Lacouture (Jean), op.cit. p. 502.

63  Soustelle (Jacques), op.cit. t. 1, p. 382.

64  Il peut en effet paraître difficile d’être chef d’état major des FNFL et en même temps participer à des opérations militaires.

65  Mission chargée de la liaison entre la France libre et les autorités britanniques, dirigée par le diplomate Charles Peake.

66  Note de Charles Peake, 10 mars 1942. PRO/NA, Kew. FO/31/960/3.

67  « Des blessés ou malades FNFL soignés dans un hôpital britannique ont déclaré qu’en rejoignant les FNFL ils ont rejoint de Gaulle et que l’amiral n’a pas de signification particulière pour eux (...). Nous inclinons à penser que l’Amirauté exagère quand elle prévoit de sérieux troubles dans les FNFL si Muselier cesse d’en être le commandant en chef . » Note de W. Strang (FO) du 11 mars 1942. PRO/NA, Kew, FO/31/959/63.

68  PRO/NA, Kew. FO 31/959/79.

69  Galleret (Paul), op.cit. L’amiral Muselier évoque cette scène dans son livre, De Gaulle contre le gaullisme, Éditions du Chêne, 1946, p. 336.

70  En vertu d’accords de juridiction entre la France libre et les autorités britanniques.

71  Galleret (Paul), op.cit.

72  Rapport de Charles Peake du 19 mars 1942.

73  D’origine française, mariée à un richissime britannique, Alix Michaelis est la bienfaitrice des FNFL et une amie fidèle de l’amiral Muselier.

74  Selon les auteurs, le chiffre des grévistes va de 15 [Crémieux-Brilhac (J- L.), La France libre, Folio « Histoire », t. 1, p. 86] à 30 [Duroselle (J-B.), L’abime. p. 343]. 25 officiers de l’état-major et 17 d’unités extérieures envoient des lettres de démission. Charles Peake relève avec malice que beaucoup sont rédigées en termes identiques, ce qui enlève selon lui à leur spontanéité.

75  Ce choix peut étonner : en ce début de guerre froide, pourquoi nommer à ce poste un officier dont la sensibilité communiste est désormais avérée ? Voir le débat sur ce point lors d’un exposé consacré à Moullec dans le cadre du séminaire d’histoire maritime organisé par O. Chaline et J. de Préneuf en Sorbonne, le 13 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Eyrard, « Un ennemi du général de Gaulle au temps de la Fance libre : le capitaine de vaisseau Raymond Moullec », Revue historique des armées, 270 | 2013, 79-92.

Référence électronique

Jean-Paul Eyrard, « Un ennemi du général de Gaulle au temps de la Fance libre : le capitaine de vaisseau Raymond Moullec », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7646

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org