Navigation – Plan du site
Lectures

Olivier Lalieu, La Résistance française à Buchenwald

Tallandier, coll. « Texto », 2012, 433 pages
Jean-François Dominé

Texte intégral

1Agrémentée d’une préface de Jorge Semprun, cette réédition en format poche d’un ouvrage paru en 2005 est la bienvenue. C’est qu’Olivier Lalieu s’attache ici à un aspect de la Résistance quelque peu méconnu. Il s’agit de la lutte menée par le Comité des intérêts français (CIF) fondé par le gaulliste Frédéric-Henri Manhès (il fut l’adjoint de Jean Moulin) et le communiste Marcel Paul afin de prendre le contrôle de l’administration interne du camp. Or, ce combat ne va pas sans dissensions entre les deux clans, que l’auteur analyse finement. L’historien expose la genèse de Buchenwald, créé en 1937, à la demande du Gauleiter (gouverneur) de Thuringe, Fritz Sauckel (condamné à mort par le tribunal de Nüremberg) pour enfermer une « population bigarrée » : opposants politiques, droits communs, asociaux, homosexuels. Les résistants français qui y sont amenés en 1943 et 1944 doivent donc apprendre à survivre dans cet univers dont Olivier Lalieu décrit méticuleusement les rouages : structures administratives, hiérarchie, vie quotidienne. L’action de résistance entreprise par l’ensemble des détenus porte ses fruits. Le 11 avril 1945, comme les Américains approchent, les SS abandonnent le camp, n’y laissant qu’une garde légère, ils déclenchent une insurrection à valeur plus symbolique que militaire. Honorés par de Gaulle, Marcel Paul (il sera ministre) et F.-H. Manhès (fait compagnon de la Libération et commandeur de la Légion d’honneur) poursuivent leur mission en fondant la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP). C’est grâce au dépouillement minutieux d’une documentation riche et variée qu’Olivier Lalieu a pu livrer une étude aussi accomplie, complétée de surcroît par un lexique des sigles, un glossaire des « principaux termes concentrationnaires », une carte du camp et dix annexes (composition du CIF, répartition par block, rapports et notes des responsables du CIF). Comme le souligne le regretté Semprun : « Il sera difficile, sinon impossible, de faire mieux. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Dominé, « Olivier Lalieu, La Résistance française à Buchenwald », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7664

Haut de page

Auteur

Jean-François Dominé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org