Navigation – Plan du site
Lectures

Denis Rolland, Nivelle, l’inconnu du Chemin des Dames

Imago, 2012, 356 pages
Julie d’Andurain

Texte intégral

1« La guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires » aurait dit Clemenceau. Il aurait pu ajouter que lorsque ceux-ci sont commandés par des politiques ignorants des choses de la guerre, « c’est pire », comme semble le démontrer, et avec quel brio, l’ouvrage de Denis Rolland. Car en plus d’être une très bonne biographie de Nivelle, en plus d’être un contrepoint utile sinon nécessaire à l’histoire douloureuse des mutineries du Chemin des Dames (avril 1917), le dernier opus de Denis Rolland pose l’une des questions les plus fondamentales de la guerre, celle de savoir qui commande. Avec la rigueur qui sied à l’historien, Denis Rolland fait le récit détaillé de l’immixtion du pouvoir politique dans la prise de décision de l’offensive du Chemin des Dames, en montrant non seulement la multiplicité des interventions (Poincaré, Painlevé, Ribot n’en sont que les principaux protagonistes) mais aussi leur effet délétère sur la prise de décision militaire. Ce grand spécialiste de la guerre de 1914-1918, qui a déjà publié un ouvrage remarqué, La grève des tranchées, aux éditions Imago, prouve en effet très bien comment deux univers s’affrontent en 1917 : un monde du verbe où la recherche du compromis – fût-il mou – est la norme face à l’armée, domaine de l’action où la prise de décision rapide et pragmatique doit toujours s’imposer. Dans l’urgence de la guerre, en raison de l’incompréhension réciproque de deux microcosmes, l’échec de l’offensive était inéluctable. Insister sur le poids des enjeux internationaux (avis des Britanniques, entrée en guerre des Américains), relever celui de la responsabilité du pouvoir politique dans l’échec du Chemin des Dames permet de montrer la complexité de la guerre en soulignant l’interpénétration constante du politique et du militaire. Ce faisant, Denis Rolland prouve combien le recours à la biographie ou à la prosopographie – celle des officiers en l’occurrence – et surtout le nécessaire retour à un patient travail de dépouillement d’archives, constituent aujourd’hui une nécessité. Tout en étant le plaidoyer d’un « amateur [plus qu’] éclairé » en faveur d’une histoire équilibrée entre le soldat et l’officier aussi bien qu’entre le militaire et le politique de façon à mieux comprendre la guerre, le Nivelle de Denis Rolland représente un excellent travail de recherche qui permet d’appréhender la carrière d’un officier général en dépassant l’écueil de l’hagiographie ou du réquisitoire. Ce général aujourd’hui méconnu est étudié pour ce qu’il fut, à savoir un officier de la IIIe République qui voit sa carrière s’affirmer au moment de Verdun. Fin 1916, après le départ de Joffre, il est choisi comme commandant en chef, par défaut. Or, face aux injonctions contradictoires du pouvoir politique, telle la demande d’ « offensive prudente » (p. 157), face aux conflits de ses adjoints (Micheler et Mangin), Nivelle est déstabilisé avant même l’attaque du Chemin des Dames et bientôt lâché par le pouvoir politique. Qu’est-ce, sinon une autre forme de lynchage qui génère pour partie les mutineries d’avril 1917 et oblige le pouvoir politique à convoquer, à l’issue, une commission d’enquête pour comprendre l’échec du Chemin des Dames. Et si celle-ci se solde par le fameux « ni responsable ni coupable » – certes choquant au regard des pertes – c’est parce que la responsabilité de Nivelle aurait immanquablement rejailli sur Painlevé. C’est aussi la raison pour laquelle ce général est modérément sanctionné et envoyé se faire oublier dans les sables sahariens. Quant à l’image de la supposée incompétence de Nivelle, Denis Rolland montre parfaitement comment elle se construit à la suite d’un basculement mémoriel au cours des années 1960, quand il s’agit de redorer le blason écorné du vieux maréchal en le faisant réapparaître comme le « vainqueur de Verdun ». À l’aube du centenaire sur la Grande Guerre, l’immense mérite de l’ouvrage de Denis Rolland est aussi de montrer la nécessité de (re)faire de l’histoire au sens propre du terme, au lieu de se complaire dans un simple travail de mémoire. On regrettera, avec l’auteur, que ces travaux de recherche proprement historiques et fondés sur des archives ne se fassent pas à l’université, mais en dehors d’elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie d’Andurain, « Denis Rolland, Nivelle, l’inconnu du Chemin des Dames », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7665

Haut de page

Auteur

Julie d’Andurain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org