Navigation – Plan du site
Lectures

Claude Carlier, Vie et destin des pilotes de guerre

Gallimard/DMPA, 2011, 137 pages
Benjamin Doizelet

Texte intégral

1Sous ce titre énigmatique, Gallimard et la DMPA publient un ouvrage très illustré sur l’armée de l’Air de la déclaration de guerre du 3 septembre 1939 à l’armistice du 22 juin 1940. Les photographies relatives à l’armée de l’Air les plus courantes sur cette période ont été réalisées par des soldats allemands et représentent surtout des épaves. C’est cette vision « stigmatisante » de l’histoire de l’armée de l’Air, véritable bouc émissaire de la défaite, que cet ouvrage nous propose de revoir grâce à une iconographie très riche. Alors que le texte revient sur les enjeux et les résultats de cette campagne, ce livre présente des images inédites provenant principalement du service cinématographique de l’Air. Ce petit service d’information, dépendant du commissariat général à l’information dirigé par Jean Giraudoux, produit une masse de photographies et de films jusqu’à la fin du mois de mai 1940, ses opérateurs se déplaçant au gré de l’actualité avant d’être submergés par l’avance allemande. Si les Allemands saisirent des collections de négatifs aujourd’hui disparues, il subsiste des tirages contacts conservés par le Service historique de la Défense qui constituent la véritable colonne vertébrale de cet ouvrage avec d’autres documents également issus des fonds du SHD. L’armée de l’Air n’a pas démérité pendant la Drôle de guerre et la campagne de France. Elle était présente face à la Luftwaffe plus nombreuse et mieux coordonnée avec les troupes au sol. De la situation rapidement catastrophique pour l’armée a découlé le mythe de son absence dans le ciel, tous les avions étant forcément allemands aux yeux des fantassins et les civils français. Pourtant, malgré de lourdes pertes, la chasse française associée à la Royal Air Force abat plus de 1 100 appareils allemands dont l’absence sera décisive dans le ciel britannique dans les mois qui suivent. L’aviation de bombardement se sacrifie pour essayer d’enrayer l’avance allemande alors que l’aviation de reconnaissance, vu sous l’angle de l’écrivain aviateur Antoine de Saint-Exupéry, prend les plus grands risques pour ramener des informations fiables du front. Cet ouvrage est un bel hommage à la vie et au destin, souvent tragique, des hommes et des femmes, qui ne sont pas oubliées par leur rôle prépondérant notamment dans les usines Bloch ou Amiot, qui ont fait l’armée de l’Air de cette période troublée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Doizelet, « Claude Carlier, Vie et destin des pilotes de guerre », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7666

Haut de page

Auteur

Benjamin Doizelet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org