Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Marc Lepage, Les services secrets en Indochine

Nouveau monde éditions, 2012, 520 pages
Ivan Cadeau

Texte intégral

1L’historiographie relative à la guerre d’Indochine s’enrichit, depuis plusieurs années déjà, d’ouvrages abordant le conflit indochinois sous un angle novateur, améliorant par là sa compréhension. Le livre de Jean-Marc Lepage, issu d’une thèse soutenue en 2010, s’inscrit dans cette perspective. Les services secrets en Indochine mettent, en effet, en lumière des éléments peu connus à ce jour, qui permettent de restituer la complexité du conflit, notamment dans ces aspects militaires. Par ailleurs, en décrivant et en analysant la question du renseignement, l’ouvrage a le mérite d’évoquer une fonction opérationnelle trop souvent passée sous silence dans l’histoire de la guerre d’Indochine certes, mais également dans celle de l’armée française. Au travers quelques 500 pages, l’auteur retrace la genèse et la mise en place progressive des services de renseignement œuvrant en Indochine entre 1945 et 1954, faisant apparaître une multitude d’organismes, parfois rivaux, et présentant les personnalités, souvent originales, qui les dirigent. Si, en effet, le travail des 2e bureaux (en charge du recueil et de l’exploitation du renseignement) est bien connu, l’ouvrage présente des structures, largement ignorées du grand public, tel que, par exemple, le service de renseignement opérationnel (SRO) qui constitue l’organe de recherches « en profondeur » du commandant en chef. Parfois technique sans jamais être rébarbatif, le livre de Jean-Marc Lepage s’appuie sur de nombreux exemples qui révèlent et expliquent les difficultés, les failles et les échecs auxquels les services secrets français furent confrontés en même temps qu’il porte à l’actif de ces derniers un certain nombre de réussites. L’étude des différents « capteurs » utilisés dans le recueil de l’information (renseignement humain, systèmes d’écoutes et de géo-localisation, imageries aériennes, etc.) permet par ailleurs de mesurer l’efficacité des méthodes employées et relativise une certaine vision du conflit véhiculée par de nombreux récits de guerre. Ainsi, se trouve mise en valeur la compétence d’unités peu connues dont le travail a pourtant permis de « suivre » les divisions du corps de bataille Viêt-Minh grâce à la radiogoniométrie ou d’écouter et de traduire ses communications, permettant ainsi une bonne connaissance de son dispositif et de ses intentions. Les conclusions de l’auteur sur l’action de ces services secrets apparaissent comme nuancées, ce qui constitue une autre qualité de l’ouvrage. « En définitive, les services secrets dans leur dimension militaire ont répondu aux attentes du commandement. (…) En revanche, dans le domaine politique, qu’il soit stratégique ou dans le cadre de la pacification, il faut constater une forme d’échec. » Ce dernier toutefois, n’est pas imputable aux seuls services secrets et n’apparaît que comme l’une des conséquences de la mauvaise gestion de la question indochinoise par les autorités politico-militaires de métropole.

2Ivan Cadeau

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Cadeau, « Jean-Marc Lepage, Les services secrets en Indochine », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7668

Haut de page

Auteur

Ivan Cadeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org