Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Editorial
Jean-Marc Marill

Texte intégral

1L’histoire des relations franco-hongroises est marquée par les évolutions géopolitiques qui, au cours des siècles, ont alternativement opposé et rapproché les deux nations. En effet, l’éloignement géographique entre les deux pays, s’il constitue l’une des raisons du rapprochement diplomatique et stratégique entre la France et la Hongrie à l’époque moderne est, au XIXe siècle puis au cours des deux guerres mondiales, en partie cause d’une opposition violente. De fait, l’intégration de la Hongrie à l’empire des Habsbourg, puis son absorption dans le camp communiste à partir de 1945, l’éloigne de la sphère d’influence française.

2Comme le rappelle Catherine Horel, l’histoire commune de la France et de la Hongrie commence au début du Moyen Âge, notamment grâce aux liens dynastiques qui unissent alors les deux royaumes. Le traité d’Andrinople, signé en 1568 et qui consacre la division de l’immense territoire hongrois entre les empires autrichien et ottoman, bouleverse pourtant l’équilibre de la région et altère quelque peu la relation privilégiée qu’entretenait la Hongrie avec la France.

3Le XVIIIe siècle voit apparaître par la suite les premières vagues d’immigration de Hongrois vers la France. La réussite de leur intégration contribue à entretenir la relation d’amitié entre les deux pays comme le montre l’article de M. Ferenc Tóth qui choisit l’exemple du baron de Tott, un émigré hongrois qui effectue une brillante carrière au sein de la diplomatie française. En retour, l’intérêt porté par les lettrés français pour la Hongrie, permet non seulement d’y diffuser les idées des Lumières mais également de maintenir, en tout cas aux yeux des Français, l’identité propre de ce pays à l’intérieur de l’empire qu’il forme avec l’Autriche.

4Malgré les liens intellectuels et culturels qui existent entre les deux nations, la période napoléonienne est vécue, en Hongrie, de manière extrêmement négative. Balázs Lázár explique ainsi qu’en 1809, malgré les aspirations indépendantistes du peuple hongrois, Napoléon ne parvient pas à rallier la Hongrie contre les Habsbourg et doit affronter sur le champ de bataille les troupes magyares, la France étant alors davantage perçue comme un envahisseur que comme un libérateur.

5Avec l’avènement, en France, de la Troisième République, des liens, notamment culturels, sont renoués entre la France et la Hongrie, mais ce mouvement prend brusquement fin au début de la Grande Guerre. Le lieutenant-colonel Tibor Balla offre, dans son article, un panorama complet de ces combats. Après-guerre, le traité de Trianon, qui entérine le démembrement du territoire hongrois, constitue une nouvelle pomme de discorde entre la France et la Hongrie. Paul Gradvohl expose les conséquences de ce traité et montre également comment le peuple hongrois porte, à l’époque, un jugement sévère sur l’action de la France et plus particulièrement sur la politique conduite par Georges Clémenceau. La dictature de l’amiral Horthy qui dirige la Hongrie jusqu’à l’avènement du communisme, achève de distendre les liens entre les deux nations.

6La révolution de 1956, qui provoque une vive émotion de l’opinion publique française, marque cependant les débuts d’un lent rapprochement, jusqu’à la chute de l’Union soviétique et l’éclatement du bloc de l’est qui précède la transition démocratique. Depuis lors, les relations entre les deux pays, membres de l’Union européenne et de l’OTAN ne cessent de se développer et de s’enrichir.

7Ainsi les relations pluriséculaires entre la France et la Hongrie ont connu de nombreuses vicissitudes, allant parfois jusqu’à l’affrontement armé. Mais les liens intellectuels forts, nourris d’échanges fréquents entre les deux peuples, ont perduré même durant les heures sombres. Ce nouveau numéro de la Revue historique des armées éclaire ainsi les moments clés de cette histoire entre deux pays faits pour s’entendre, puisque, comme le souligne Karl Marx en 1860 : « la puissance militaire française […] peut être utile à la Hongrie, sans jamais pouvoir, pour des raisons géographiques, lui être nuisible ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Marill, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 270 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7673

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Marill

chef du Département des études et de l’enseignement du Service historique de la Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org