Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Colonel Jean-Marc Marill
p. 1

Texte intégral

1L’intervention déclenchée au début de cette année au Mali a témoigné une nouvelle fois de l’importance du théâtre africain, qu’a depuis soulignée le Livre blanc. « Le Sahel, de la Mauritanie à la corne de l’Afrique ainsi qu’une partie de l’Afrique subsaharienne sont également des zones d’intérêt prioritaire pour la France, en raison d’une histoire commune, de la présence de ressortissants français, des enjeux qu’elle portent et des menaces auxquelles elles sont confrontées »1. Prévu depuis un an,ce numéro de la Revue historique des armées rencontre ainsi l’actualité nationale et internationale la plus récente…

2Par nature, les troupes coloniales sont depuis toujours aux avant-postes de cet engagement africain de la France. Leur historiographie en témoigne, telle que la présente Julie d’Andurain. Elles n’ont bien sûr pas agi seules. La Marine, dont ces troupes dépendent jusqu’à la loi de juillet 1900, leur apporte son soutien. Comme lors de la conquête du Soudan français, durant laquelle fut déployée une flottille sur le Niger dont Dominique Guillemin nous raconte la singulière destinée. Qu’ils soient artilleurs de marine sous l’Ancien Régime, ainsi que l’évoque Boris Lesueur, ou « bigors » polytechniciens entre 1870 et 1910, comme le montre Julie d’Andurain dans son deuxième article, les coloniaux sont attirés par l’aventure. Mais cette découverte d’autres civilisations se paie souvent par la maladie ou la mort, rançon souvent inévitable des campagnes ultramarines.

3Les troupes coloniales mêlent dans leurs unités des hommes de cultures, de mœurs et de mentalités d’une extrême diversité dont la cohésion est assurée par leur encadrement, constitué de vieux routiers de l’outre-mer à l’autorité paternaliste. L’article d’Olivier Blazy évoque une presse militaire pécialisée au profit des troupes coloniales pour répondre à leur spécificité.

4À l’opposé, les troupes coloniales allemandes se caractérisent par une diversité de statuts. Leur recrutement, souvent mené à l’extérieur de la colonie avec une adaptation aux contraintes locales, n’est pas moins divers. Ces troupes participent cependant avec efficacité à la défense de l’empire colonial du Reich pendant la Première Guerre mondiale. Un empire dont la perception par les alliés évolue entre mythe et réalité comme le démontre le lieutenant-colonel Rémy Porte. Par la suite, le rapport à l’Africain se transforme en haine raciale sous l’égide des nazis dont les tueries pendant la campagne de France en 1940, s’apparentent pour Julien Farguettas à une chasse à l’homme noir.

5Ce numéro est la première réalisation de la nouvelle équipe rédactionnelle mise en place ce printemps, qui s’appuie désormais sur le département études et enseignement du Service historique de la Défense. Ce numéro doit également beaucoup à l’engagement personnel d’Éric Deroo et du lieutenant colonel Antoine Champeaux. Ils ont rédigé chacun un article, l’un sur les troupes coloniales engagées dans les rudes combats des deux guerres mondiales, l’autre sur le patrimoine culturel des « troupes indigènes ». Plus encore, ils ont fait bénéficier la revue de leurs liens avec des chercheurs engagés dans l’exploration de cette histoire spécifique.

6Ainsi, ce numéro amorce une série d’évolutions. La qualité de la Revue historique des armées repose sur des articles scientifiques, mais également sur une très riche iconographie, largement issue des fonds et collections du Service historique de la Défense. Celle-ci fait l’originalité de la revue dans le concert des revues historiques scientifiques, comme l’ont encore récemment rappelé plusieurs des universitaires membres du comité de rédaction. Ce lien entre les textes et l’iconographie fera l’objet d’une attention renouvelée, avec le souci de valoriser à chaque fois les trésors iconographiques conservés à Vincennes.

7De même, un effort sera fait pour que l’ensemble des articles relevant d’un même thème se réponde ou se complète, garantissant ainsi une meilleure cohérence à chaque numéro. Par ailleurs – et les résultats des ventes au numéro le confirment – le choix des thèmes des dossiers doit rencontrer davantage les attentes du lectorat. Ainsi, les numéros consacrés aux relations entretenues par la France avec un certain nombre de pays amis n’auront plus un caractère aussi systématique.

8À l’inverse, le regard des historiens étrangers, largement représentés au sein du comité de rédaction, demeure indispensable pour aborder les sujets transverses ou communs. Nos histoires nationales sont tellement imbriquées… Elles se sont souvent construites, selon les périodes, dans des conflits où les grandes puissances s’alliaient ou se déchiraient tour à tour. Nos collègues étrangers nous aident en particulier à relativiser notre propre point de vue. Ainsi, savoir que l’esprit offensif des armées françaises de 1914, si décrié par notre historiographie, était tout aussi répandu au sein des armées allemandes à la même époque, permet de mieux apprécier les errements des débuts de la Grande Guerre.

9Parallèlement à ces évolutions de fond, la revue s’enrichit désormais d’une rubrique régulière consacrée à la généalogie. Intitulée « Généalogie », elle vise également à mieux répondre à la diversité des attentes de notre lectorat. Comme les articles consacrés à la symbolique et aux traditions militaires, cette nouvelle rubrique sera présente dans chaque numéro.

10Bonne lecture à tous !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colonel Jean-Marc Marill, « Éditorial », Revue historique des armées, 271 | 2013, 1.

Référence électronique

Colonel Jean-Marc Marill, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 271 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/7680

Haut de page

Auteur

Colonel Jean-Marc Marill

Docteur en histoire, rédacteur en chef.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org