Navigation – Plan du site
Dossier

États des tendances et des savoirs sur l’histoire militaire coloniale

Julie d’Andurain
p. 3-5

Texte intégral

1À bien regarder, le paysage français de la recherche et de l’enseignement universitaire en histoire coloniale abordé du point de vue militaire, n’est pas totalement déserté en dépit des difficultés à concilier deux champs de recherche, celui des War Studies et celui des Colonial Studies.

  • 1  Voir le remarquable article d’Emmanuelle Sibeud, « Post-colonial et Colonial Studies : enjeux et d (...)
  • 2  Voir les travaux de Pierre Singaravélou et particulièrement, « L’enseignement supérieur colonial. (...)

2On pourrait certes se plaindre que la France n’ait pas, comme les Anglo-Saxons, une approche du War Studies totalement décomplexée, qu’elle ne se soit pas surtout débarrassée d’un antimilitarisme inconscient et rampant – mais surtout stérilisant – presque consubstantiel à l’Université qui, depuis les années 1970, l’empêche d’aborder concrètement et sereinement des questions militaires qui ont pourtant trait autant à la politique qu’à l’économie, à l’histoire sociale qu’à l’histoire culturelle ou technique. Mais c’est sans doute là le prix à payer d’une histoire militaire qui a croisé l’histoire coloniale – particulièrement en Algérie – et qui se contenta longtemps de célébrer la geste coloniale dans un style épique caricatural et qui, par un discours légitimateur, contribua à imposer une histoire officielle faisant abstraction des populations colonisées et de leur lutte pour l’indépendance. En réaction, sur la base d’un héritage marxiste porté par les écrits de Lénine, d’Hobson, de Robinson et Gallagher, une analyse de l’impérialisme allait entraîner une vision manichéenne du fait colonial, vision opposant les dominants et les dominés. Nées au début des années 1980, les Subaltern Studies ont visé à prendre en compte la parole des colonisés proposant ainsi une critique postcoloniale de la modernité, mais en réalité, il y avait déjà longtemps que le problème ne se posait plus en une opposition binaire colonisateurs / colonisés, dominants / dominés mais bien sur la base d’une analyse globale des sociétés coloniales et des interactions entre les groupes comme l’avait si bien montré le sociologue Georges Balandier (1951). Aujourd’hui, particulièrement depuis le début du xxie siècle, la jeune génération des historiens du fait colonial a fort heureusement très largement dépassé ces tendances dualistes en ayant fait le point sur les enjeux et les débats des Post-Colonial Studies et des Colonial Studies1. Si les Post-Colonial Studies des années 1990 ont entraîné un retour d’une vision manichéenne de l’histoire et du présent en diabolisant la domination coloniale, les Colonial Studies, apparues autour des années 2000, ont marqué une plus grande volonté d’historiciser les débats, couplant élargissement de l’analyse à l’étude d’une dimension impériale renouvelée tout en réinvestissant judicieusement les apports d’Edward Saïd dans les travaux croisant le Science Studies et du Colonial Studies2.

3Cependant, les termes ne trompent pas. War Studies, Subaltern Studies, Colonial Studies… La conceptualisation du fait historique vient d’outre-Atlantique et ce depuis longtemps. Cela ne signifie pas pour autant que les historiens français soient inexistants. Simplement peut-on reconnaître qu’ils ont toujours eu plus de mal que leurs voisins anglo-saxons à s’engager dans des champs de recherche nouveaux, soit à pousser les portes de la « bien-pensance » universitaire qui avait, entre autres choses, du mal à disserter sur l’armée inévitablement perçue comme un outil de domination impérialiste, soit à sortir de son cadre étroitement métropolitain. C’est la raison pour laquelle, au cours des années 1960, les meilleurs textes renouvelant le champ militaire ou le champ colonial sont anglo-saxons (Robert O. Paxton, L’armée de Vichy, le corps des officiers français 1940-1944, 1960 ; Kanya-Fortsner, The Conquest of the Western Sudan. A Study in French Military Imperialism, 1969), tandis que des personnalités comme Raoul Girardet restent encore assez marginalisés quoique leurs travaux soient jugés fondateurs (La société militaire de 1815 à nos jours, 1953). Mais au début des années 1970, tandis que les Subaltern Studies ne se développent pas encore dans les universités des Sud, des productions associant systématiquement monde colonial et monde militaire émergent dans le sillage de ceux d’André Martel, de Jean Ganiage, de Charles-Robert Ageron. Connaisseur de l’Afrique, Marc Michel soutient une thèse sur La mission Marchand, 1895-1899 en 1968 et la fait publier quatre ans plus tard, tandis que Jacques Frémeaux se lance dans une thèse de 3e cycle sur Les bureaux arabes dans la province d’Alger (1844-1856) sous la direction de Xavier Yacono, avant d’aborder plus généralement le monde militaire colonial avec L’Afrique à l’ombre des épées (publié en 1993). Entre temps, une petite équipe de chercheurs spécialisés sur le fait colonial a émergé, collaborant d’ailleurs parfois à des travaux collectifs (J. Frémeaux, D. Nordmann, G. Pervillé, Armées, guerre et politique en Afrique du Nord (XIXe - XXe), 1977 ; Bernard Droz et Évelyne Lever, Histoire de la guerre d’Algérie, 1954-1962, 1982) et abordant des sujets très novateurs ceux que l’on ne qualifie pas encore alors de Gender Studies (Hélène d’Almeida Topor, Les Amazones. Une armée de femmes à l’époque précoloniale, 1984). En 1987, Jean-Charles Jauffret affirme encore davantage le caractère croisé du fait militaire et du fait colonial avec sa thèse sur Parlement, gouvernement, commandement : l’armée de métier sous la IIIe République (1871-1914), tandis que beaucoup d’historiens restent très proches du fait militaire colonial (Catherine Coquery-Vidrovitch avec ses recherches sur l’Afrique, Vincent Joly avec sa thèse sur Albert Dolisié en 1980 ; Gilbert Meynier et ses travaux sur l’Algérie coloniale en 1981 ; Daniel Rivet avec son travail sur Lyautey en 1985). Inutile de dire que toutes ces études ont marqué toute une génération de jeunes chercheurs. Ils sont à la base des travaux actuels sur l’histoire du fait militaire en situation coloniale qui tendent tous vers l’idée qu’au-delà des affrontements, il y eut des accommodements (Marc Michel, Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accommodements en Afrique noire, 1830-1930, 2009) ou que le processus colonial a constitué en réalité un passage vers la modernité à travers un processus plus global, celui de la mondialisation (Jacques Frémeaux, Les empires coloniaux dans le processus de mondialisation, 2002).

4Actuellement, c’est au sein de ces équipes – réparties sur les universités du grand Paris et d’Aix-Marseille et du littoral atlantique – que s’organise le renouvellement des études avec une approche parfois novatrice comme l’ont montré les travaux de Raphaëlle Branche (La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 2001) et de Sylvie Thénault (Une drôle de justice, les magistrats dans la guerre d’Algérie, 2001). En parallèle, toute une équipe de chercheurs, encore qualifiés parfois de « juniors », aborde le fait colonial dans une dimension qui n’est pas strictement militaire, privilégiant plutôt la question des savoirs coloniaux, laquelle cependant porte en elle une dimension militaire, mais peu développée jusqu’à présent (travaux d’Hélène Blais, Emmanuelle Sibeud, Pierre Singaravélou, Isabelle Surun, Jean-François Klein, etc.). Cela n’exclue pas des analyses biographiques plus classiques dans des universités littorales (Jean-Pierre Bois, Bugeaud, 2009), de même que des études qui se trouvent en lisière du fait militaire (Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya. Une confrérie musulmane saharienne sous le regard français, 1840-1930) voire des dictionnaires (André-Paul Comor, Dictionnaire de la Légion étrangère, 2013). Mais de belles thèses, telle celle de Papa Dramé sur La Défense de l’AOF (1895-1940) publiée en 2003 ou les travaux de Paul et Catherine Villatoux, La République et son armée face au péril subversif. Guerre et action psychologique 1945-1960, parus en 2005, des travaux croisant problématiques historiques et contemporaines (Walter Bruyère-Ostell, Histoire des mercenaires, 2011) montrent qu’il est désormais possible de concilier, à l’université, histoire coloniale et histoire du fait militaire d’autant que ces thématiques ouvrent des perspectives bien plus larges. Dans notre thèse (Le général Gouraud, un colonial dans la Grande Guerre, 2009), nous avons cherché à montrer que le fait colonial ne saurait être séparé de sa dimension métropolitaine et que le fait militaire, fut-il en situation coloniale, relève avant tout de l’histoire politique.

5Eu égard au chemin parcouru, il resterait peut-être encore à ouvrir davantage les portes entre les milieux militaires (et leurs archives) et les milieux universitaires car ils auraient, les uns et les autres, fort à gagner d’un partenariat d’autant que les milieux militaires eux-mêmes (Rémy Porte, La conquête des colonies allemandes : naissance et mort d’un rêve impérial, 2006 ; Antoine Champeaux (avec Éric Deroo), La Force noire. Gloire et infortune d’une légende coloniale, 2006 ; Alexis Neviaski, Képi blanc, casque d’acier et chemine brune. Une tentative subversive vue par les archives françaises, thèse 2009 ; Julien Fargettas, Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités, 1939-1945, 2012) apportent eux aussi beaucoup à la connaissance sur l’histoire du fait militaire en situation coloniale.

Haut de page

Notes

1  Voir le remarquable article d’Emmanuelle Sibeud, « Post-colonial et Colonial Studies : enjeux et débats », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 51, 4 bis, 2004, p. 87-95.

2  Voir les travaux de Pierre Singaravélou et particulièrement, « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, n°122, 2009, p. 71-92

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie d’Andurain, « États des tendances et des savoirs sur l’histoire militaire coloniale », Revue historique des armées, 271 | 2013, 3-5.

Référence électronique

Julie d’Andurain, « États des tendances et des savoirs sur l’histoire militaire coloniale », Revue historique des armées [En ligne], 271 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7682

Haut de page

Auteur

Julie d’Andurain

Agrégée et docteur en histoire, elle est actuellement enseignante-chercheur au CDEF (École militaire) et chargée de cours à Paris-Sorbonne. À la suite de sa thèse sur Le général Gouraud, un colonial dans la Grande Guerre (soutenue sous la direction de Jacques Frémeaux, Paris-Sorbonne, 2009), elle vient de publier La capture de Samory, l’achèvement de la conquête de l’Afrique de l’Ouest (Sotecan 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org