Navigation – Plan du site
Dossier

Formation et sélection des artilleurs de marine à Polytechnique

Approche prosopographique du corps des bigors (1870-1910)
Selection and training of Navy gunners at the Polytechnique.Prosopographic approach to the corps of «bigors.» 1870-1910
Julie d’Andurain
Traduction de Robert A. Doughty
p. 20-32

Résumés

Les bigors (surnom des artilleurs de marine) forment avec les marsouins (infanterie de marine) les deux grands corps des officiers des troupes de marine qui prennent le nom de troupes coloniales en 1900. Leur étude approfondie est justifiée par le fait qu’ils sont relativement méconnus en tant que groupe social malgré la présence d’un fonds documentaire important au SHD. Or comprendre les stratégies professionnelles des bigors et des marsouins permet de saisir l’évolution intellectuelle et politique des officiers coloniaux, et par-delà une partie de la politique coloniale de la France. L’approche prosopographique du corps des bigors pose la question de la formation et des modalités de sélection des artilleurs de marine, de leur entrée dans le système de l’enseignement secondaire à leur vie professionnelle. Portant sur 671 cas, cette étude montre qu’une grande partie de ces hommes a su utiliser l’école de la IIIe République comme un « ascenseur social ». Mais en dépit d’une formation de très grande qualité, d’un prestige acquis par le passage par Polytechnique, d’une compétence réelle, leurs carrières correspondent rarement à leurs attentes. La flamme coloniale de quelques uns ne compense pas la flemme coloniale de la grande majorité d’entre eux, oubliés de la République.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Comme leurs équivalents métropolitains, les troupes coloniales de la fin du xixe siècle connaissent des divisions d’armes parmi lesquelles on distingue l’infanterie de marine de l’artillerie de marine. Pour des questions qui tiennent autant à leur infériorité numérique qu’aux rivalités d’armes, les seconds sont moins bien connus que les premiers. Si dans le langage argotique des écoles militaires le « bigor » désigne l’artilleur de marine (du soldat à l’officier), l’abréviation du terme de « bigorneau » cherche surtout à traduire la propension des artilleurs coloniaux à s’accrocher à leurs positions tout comme le ferait le crustacé sur son rocher, la position statique du « bigor » faisant initialement référence au positionnement de l’artillerie côtière tandis que les « marsouins » – les hommes de l’infanterie de marine – étaient censés descendre à terre. Sarcastique et quelque peu railleur, le terme renvoie aussi aux modes de sélection des artilleurs de marine recrutés essentiellement dans les derniers classés des polytechniciens, obligés dès lors de renoncer aux grands corps de l’État, les prestigieux Mines ou Ponts-et-Chaussées. Il n’en reste pas moins qu’au milieu du xixe siècle, ces candidats sont des « X » et qu’à l’issue d’un concours particulièrement sélectif suivi de deux années d’école, ils reçoivent un enseignement qui va en se complexifiant et leur assure un déroulement de carrière d’autant plus intéressant que l’expansion coloniale agrémente bien des parcours professionnels.

  • 1  L’analyse prosopographique consiste à analyser plusieurs biographies d’une catégorie spécifique de (...)
  • 2  Je me dois de signaler l’impulsion active et amicale du Conservateur du Musée des Troupes d’Outre- (...)
  • 3  L’autre partie étant constituée des officiers de l’infanterie de marine, les « marsouins », issus (...)

2En s’appuyant sur l’examen des dossiers professionnels des bigors passés par Polytechnique entre 1870 et 1910, l’analyse prosopographique d’un échantillon de 671 carrières1 permet non seulement de donner une première vision globale du groupe des artilleurs de marine mais d’en restituer également les enchevêtrements multiples2. Introduction à des travaux ultérieurs, cette étude autorise la mise au jour d’un milieu socioprofessionnel très spécifique, celui d’une partie des officiers chargés de la conquête coloniale3 qui furent tour à tour explorateurs ou conquérants tout autant qu’ingénieurs ou artilleurs, topographes et bâtisseurs. Au-delà de leurs missions strictement militaires, ces officiers coloniaux ne dédaignaient pas non plus les postes politiques (gouverneurs ou administrateurs) ou diplomatiques (délimitation des frontières). Ce seul titre suffirait à éveiller l’intérêt pour ce corps. Mais cette communauté spécifique est d’autant plus intéressante à étudier qu’elle est réputée plus indépendante et plus frondeuse que celle des marsouins issus de Saint-Cyr. Sans doute faut-il y voir une influence républicaine plus marquée, liée très certainement aux origines sociales des officiers et aux efforts que fit l’État pour attribuer largement et généreusement « bourses et trousseaux » aux moins fortunés d’entre eux ; mais il existe aussi des facteurs explicatifs tant dans les modalités de sélection des bigors à Polytechnique que dans les parcours professionnels des officiers. L’étude est donc riche d’enseignements. Elle apporte notamment beaucoup sur la connaissance d’une France des terroirs qui croyait en la valeur de l’éducation et du savoir et renseigne sur les mobilités sociales et géographiques et l’ascension sociale d’un groupe professionnel. Après une analyse sociologique prenant en compte les origines géographiques et sociales de ces officiers, nous montrerons comment s’effectue le choix colonial à Polytechnique puis comment il évolue à la faveur de l’expansion coloniale.

Le bigor comme objet sociologique

Une figure caractéristique de l’expansion coloniale

  • 4  Les compagnies de la mer (1622) puis le corps royal de la Marine (1772) sont les ancêtres des bigo (...)
  • 5  Elle est réorganisée ensuite par décret du 13 mars 1894.
  • 6  Alphonse Andréani, Les Écoles françaises civiles et militaires, programmes, études, titres, diplôm (...)

3L’émergence ou plus exactement la réapparition4 du corps des artilleurs de marine comme une communauté militaire spécifique et spécialisée issue de la prestigieuse école Polytechnique constitue à la fois le signe et la conséquence du grand mouvement d’expansion coloniale de la fin du xixe siècle. Conçue selon un cycle scolaire de deux ans après le baccalauréat, la formation à l’école Polytechnique de la rue Descartes à Paris, école régie par le décret du 15 avril 18735, s’adresse alors aux futurs artilleurs (de terre et de mer), aux officiers du génie (militaire et maritime), de la marine nationale, au corps des ingénieurs hydrographes, aux commissaires de la marine, aux ingénieurs des ponts et chaussées, des mines, des poudres et salpêtres, aux responsables des manufactures de l’État, enfin aux ingénieurs chargés des lignes télégraphiques6. Tout au long de la période considérée (de 1870 à 1910) la part de ceux qui se destinent à l’artillerie de marine reste marginale au regard l’ensemble des polytechniciens car après un début très timide en 1872, ils représentent près de 5 % d’une promotion pendant presque toute la décennie 1870, entre 5 et 10 % entre 1880 et 1890. Ils passent la barre symbolique des 10 % en 1890 pour atteindre un sommet en 1901 avec 15, 38 % d’une promotion et repasser finalement sous la limite des 10 % en 1904.

  • 7  C’est la période qui fait suite au désastre de Lang Son et correspond à l’éviction de Ferry le « T (...)
  • 8  Julie d’Andurain, La Capture de Samory (1898). L’achèvement de la conquête de l’Afrique de l’Ouest(...)

4Pour relatif qu’il soit, ce besoin de créer un nouveau corps d’officiers spécialisés s’explique essentiellement par l’expansion coloniale qui nécessite l’envoi outre-mer d’officiers chargés d’ouvrir des routes, de construire les postes, d’accompagner le processus de développement du chemin de fer, bref de participer à l’élaboration des premières infrastructures coloniales. L’observation du graphique sur le recrutement des bigors à Polytechnique montre à l’évidence l’étroite corrélation existant entre la conquête coloniale et la formation de ce grand corps de l’État. En 1873, alors que l’armée amorce son effort de relèvement après Sedan, le nombre des bigors est multiplié par quatre, passant à 13 candidats pour une promotion totale de 250 hommes. Ensuite, jusqu’en 1901, leur nombre ne cesse d’augmenter régulièrement. Un premier accroissement significatif a lieu entre 1880 et 1884, période où les parlementaires opportunistes favorables à l’expansion coloniale – Gambetta puis Ferry sont au pouvoir. À partir de 1882, Polytechnique affecte près de 20 candidats à l’artillerie de marine au moment où le gouvernement lance les premières grandes campagnes soudanaises. Après une petite décroissance de 1884 à 1890 qui correspond en réalité à une période de fortes hésitations politiques7, les recrutements reprennent une phase ascensionnelle. Entre 1890 et 1900, temps fort de la « course au clocher », les bigors représentent toujours plus de 20 officiers par promotion, le maximum étant atteint en 1900 avec 38 aspirants recrutés. Le reflux s’opère dès 1901 sitôt la conquête de la boucle du Niger achevée8. En 1909, les bigors ne sont plus que 8 officiers à Polytechnique sur une promotion de 187 hommes (soit 4,2 ). Globalement, indépendamment des flottements politiques des années 1880 et 1885-1886, il existe donc bien une réelle politique de recrutement d’artilleurs de marine à Polytechnique. Entre 1872 et 1909, ils sont ainsi 671 officiers à être recrutés.

Les origines géographiques des bigors

  • 9  Il s’agit du lieu de naissance du jeune officier qui correspond souvent au lieu de résidence du pè (...)
  • 10  William Serman, Les Origines des officiers français, 1848-1870, Paris, Publications de la Sorbonne (...)
  • 11  Pour des questions pratiques, nous avons comptabilisé l’Algérie comme un seul et unique départemen (...)

5Ces jeunes aspirants viennent de toutes les régions de France, mais une étude de leur répartition géographique9 fait apparaître d’emblée deux faits majeurs qui corroborent au moins partiellement les analyses réalisées autrefois par William Serman pour les officiers du Second Empire10. D’abord, elle confirme que les provinces de l’Est de la France constituent véritablement des « terres à soldats » et montre d’autre part que les modalités du recrutement des polytechniciens avantagent les citadins. La répartition cartographique de l’origine géographique des bigors recrutés à Polytechnique démontre en effet très clairement l’importance de la partie orientale de l’hexagone. On peut soit dresser une ligne verticale séparant le territoire en deux parties inégales, soit appréhender la carte de façon kaléidoscopique pour saisir l’importance de l’est et de l’ensemble du couloir rhodanien tout en trouvant une correspondance atlantique qui, exception faite de quelques départements – Côtes-du-Nord et Morbihan, Vendée et Deux-Sèvres – fournissent aussi des recrues. Si on choisit de construire sur la carte de France un arc de cercle allant du Nord à l’Ain en passant par Paris, c’est plus de la moitié des candidats (322 sur un total de 610 personnes recrutées de métropole) qui proviennent ainsi du grand est. En regard, le grand ouest français dépêche moins de 100 bacheliers. Sur l’ensemble des 90 départements, Paris et le département de la Seine fournissent 79 bigors à Polytechnique. La capitale précède de très loin le département de l’Aisne (16 candidats), ceux du Rhône et de la Côte-d’Or (14), celui des Ardennes (13), la Seine-et-Marne (12), les départements du Nord, Meurthe-et-Moselle, Meuse et les Bouches-du-Rhône (11). À l’inverse, une très grande et très large transversale allant du Calvados à l’Aveyron semble déjà dessiner ce que les géographes appelleront par la suite la « diagonale du vide » qui court de la Normandie au « désert français » plus au sud. Cette ligne dessine les contours d’une France des terroirs éloignée des grandes agglomérations ou des grands centres économiques. Enfin, sans pouvoir évoquer le cas des 32 individus dont on ne connaît pas le lieu de naissance, une partie des recrutés provient de l’étranger (Belgique, Chili, Maroc) et de l’outre-mer français mais dans des proportions infimes11. Manifestement il semble nécessaire de lier ces résultats à l’importance du rôle joué par le fait urbain sur le recrutement des candidats, car outre les Parisiens, les jeunes gens nés dans les grandes villes de France – Lyon, Marseille, Bordeaux – sont largement avantagés par rapport aux provinciaux. Quant à ces derniers, il apparaît clairement qu’ils appartiennent déjà à une bourgeoisie moyenne qui a cherché à consolider ses acquis par l’envoi de ses fils dans des écoles prestigieuses.

Les origines sociales des bigors

  • 12  Dont on n’a pas toujours la précision sur le moment où il devient orphelin de père.
  • 13  Parmi ces cinq femmes, deux d’entre elles semblent illustrer le cas d’amours ancillaires (lingère, (...)

6La profession des pères des candidats permet de déterminer les origines sociales de cette « France des capacités » et de saisir également les stratégies d’ascension sociale passant Polytechnique. Cependant la classification des bigors par groupe socioprofessionnel d’origine (c'est-à-dire selon le métier du père) reste délicate dans la mesure où il existe toujours une possibilité de classement multifactoriel. Ainsi un officier supérieur appartiendra-t-il à une élite professionnelle sans entrer véritablement dans la catégorie des notables, à moins de devenir, en cours de carrière, un officier général ; à l’inverse un nom à particule adossé à la mention de « fils d’employé » ne renseignera guère que le niveau social du jeune bigor et de sa famille. Pour nécessaire qu’elle soit, la subtilité taxinomique n’empêche pas cependant d’effectuer une analyse liminaire des principales caractéristiques sociales de ces jeunes officiers à travers la profession de leurs pères. Globalement, au-delà de quelques métiers rares ou inattendus (marchand de sangsues, rhabilleur de meule, fabricant de chicorée ou marchand de nouveautés), les bigors issus de Polytechnique proviennent généralement des classes moyennes et moyennes supérieures. Les fils de notables sont les plus nombreux. Sur les 671 cas étudiés, 153 sont fils de médecins, d’ingénieurs, de magistrats, de rentiers ou propriétaires. Quelques-uns ont des pères qui travaillent dans le secteur bancaire (8 d’entre eux) tandis qu’ils sont très rares à venir de monde de la noblesse (5 pères titrés) encore qu’il y ait plus de 20 noms à particule. Viennent ensuite les fils de fonctionnaires qui représentent un groupe de 121 individus au sein duquel on trouve à peu près à part égale les enfants d’enseignants (52) et ceux des officiers (48), les autres correspondant le plus souvent à des petits fonctionnaires – employés municipaux, agents voyers, etc. – qui, par leurs fils, inscrivent pleinement leur famille dans un processus d’ascension sociale en s’appuyant le principe de la sélection des élites par concours. Ceux-ci sont suivis de près par les fils d’employés (109 personnes) et les enfants dont le père est commerçant (103) ou artisan (70). Les données ne sont pas connues pour 70 individus tandis que 48 d’entre eux viennent du monde agricole, certains déjà visiblement des notables (vigneron) alors que d’autres sont plus proches du manouvrier. Enfin, au-delà de cette répartition, il existe quelques cas atypiques, ceux des orphelins de père (19)12 ou des enfants de filles-mères13 au nombre de 5.

  • 14  À titre de comparaison, voir François-Joseph Ruggiu, « Tel père, tel fils ? La reproduction profes (...)
  • 15  C’est le cas de Breuilh, Paul Girard, Reibel (tous les trois X 1892), et Rocard (X 1900) qui repro (...)
  • 16  Né en outre-mer, Primet (X 1897) décide à l’évidence d’y retourner par son choix de devenir bigor.
  • 17  L’indication de la profession des grands-pères, parfois précisée, permet d’entrevoir un processus (...)

7Parmi cet ensemble, 1/6e semble adopter un comportement de reproduction socioprofessionnelle en s’appuyant soit sur une valorisation du groupe professionnel du père (armée de terre ou marine), soit sur le caractère technique et scientifique de la formation dispensée à Polytechnique14. Sur un total de 108 individus reproduisant un schéma familial, 53 sont en effet fils de gens d’armes (officier métropolitain, troupe de marine ou gendarme) tandis que 25 d’entre eux sont fils d’ingénieurs. Mais le plus intéressant se situe sans doute dans le croisement de cette analyse avec le temps car elle permet de saisir que cette endogamie socioprofessionnelle prend forme surtout à partir du début des années 1890. À cette date, des fils ou des frères de bigors optent pour l’artillerie de marine, ce choix étant clairement attesté par leurs classements de sortie de l’École15. Ces mobilités intergénérationnelles ou intrafamiliales se doublent aussi parfois d’un tropisme géographique16, mais, en réalité celles-ci semblent surtout constituer un point d’étape dans un processus de construction de carrière qui prend sa source en amont17, dans les demandes de bourses et la sélection des établissements scolaires.

Modalités du choix colonial à Polytechnique

La consécration des lycées et collèges prestigieux

  • 1
  • 19  Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Les E (...)

8À l’évidence, il existe des stratégies sur plusieurs niveaux, la première d’entre elles consistant à pouvoir faire effectuer de bonnes études aux jeunes garçons de façon à ce qu’ils intègrent Polytechnique. Deux facteurs semblent alors déterminants : le type de baccalauréat obtenu et le lieu où les études secondaires ont été réalisées. Le baccalauréat constitue à l’évidence le sésame indispensable pour tenter les concours de l’enseignement supérieur. Sanctionnant la fin des études secondaires, il se divise alors en deux grands groupes – le bac ès lettres ou bac ès sciences – l’un n’excluant pas l’autre puisqu’il est possible pour les meilleurs élèves de passer les deux « bachots ». Globalement, il apparaît tout à fait clairement que les bacheliers scientifiques sont surreprésentés par rapport aux littéraires mais les étudiants brillants, c'est-à-dire capables d’obtenir les deux examens, représentent tout de même près de 24 % de notre échantillon. Cela leur donne un sérieux avantage dans la compétition puisqu’un apport de quinze points supplémentaires est accordé aux candidats en possession du baccalauréat ès lettres. Cependant, au fur et à mesure des années, le poids du pré requis scientifique s’affirme justifiant le choix de la lettre X pour désigner tout polytechnicien. L’échantillon étudié montre la consécration du baccalauréat scientifique comme sésame indispensable pour tenter Polytechnique, le tournant s’opérant avant la fin du xixe siècle. Quant aux lieux d’études fréquentés avant l’entrée à Polytechnique, le Prytanée constitue à l’évidence une sorte de sas entre les familles et l’école de la rue Descartes car près d’un quart des élèves (26,31 %) sont passés par l’école de La Flèche. Réorganisée sous le Second Empire de façon à accueillir les fils d’officiers sans fortune ou, dans des proportions moindres, les fils de sous-officiers morts au champ d’honneur, elle accueille chaque année 300 boursiers et 100 demi-boursiers entretenus aux frais de l’État18. Viennent ensuite les grands établissements parisiens qui font apparaître une nette prédominance du Quartier latin avec les lycées Saint-Louis, Sainte-Geneviève, Louis-Le-Grand, les collèges Sainte-Barbe, Chaptal, Stanislas et Rollin. Globalement, le poids de Paris est surdéterminé avec un ratio de 10 à 1 par rapport aux lycées de province où on trouve en tête, sans surprise, les lycées de Lyon, Marseille et Bordeaux. Mais l’importance des structures sociales et scolaires héritées du xixe siècle ou le poids des héritiers19 sont largement contrebalancés par l’importance des élèves boursiers.

Les bourses d’études, entre stratégie familiale et promotion républicaine

  • 20  Plus marginalement, 9 d’entre eux reçoivent une bourse et un demi-trousseau, et un seul reçoit une (...)
  • 21  Adeline Daumard, « Les élèves de l’école Polytechnique de 1815 à 1848 », Revue d’histoire moderne (...)
  • 22  Olivier Ihl, « Hiérarchiser des égaux. Les distinctions honorifiques sous la Révolution française (...)

9Le prix de la pension à Polytechnique étant de 1 000 francs par an et celui du trousseau de 600 à 700 francs, la recherche de bourse semble avoir été un objectif majeur pour bon nombre de familles. Accordées par le ministre de la Guerre conformément à la loi du 5 juin 1850, elles sont distribuées sur la proposition des conseils d’instruction et d’administration de l’école et se déclinent en bourses, demi-bourses, trousseaux et demi trousseaux, les élèves les plus défavorisés recevant « bourse et trousseau » contre un engagement à servir dans les services publics – civils ou militaires – pendant au moins dix ans. Sur l’échantillon de 671 personnes, 400 individus sont boursiers dont 24 avec une simple bourse, 27 avec une simple demi-bourse tandis que 338 jeunes polytechniciens perçoivent l’ensemble constitué par la « bouse et le trousseau »20. En termes de proportion, les boursiers représentent donc 55,58 % des étudiants, les boursiers avec trousseau 50,37 % et les demi boursiers 4,02 % du groupe. Au regard de la répartition sociologique préalablement présentée, ces chiffres semblent a priori anormalement élevés à moins d’attester d’un véritable processus d’ouverture de l’école aux classes sociales les moins favorisées du pays. Il est donc important de corréler ces données avec les analyses sociales précédentes tout en cherchant à voir à quel moment – entre 1870 et 1910 – l’attribution des bourses est réellement significative. La première partie de l’étude (relative au nombre de bourses délivrées en chiffres absolus) place les fils de fonctionnaires en tête avec 88 bourses délivrées. Ils sont suivis de près par les fils d’employés (85 bourses), ceux des notables (62), des artisans (50) et commerçants (49), des agriculteurs (38), ceux dont la profession du père est inconnue étant 29 à recevoir le soutien de l’État. Mais si on effectue une analyse proportionnée à chaque groupe – nombre de bourses par catégorie – une véritable politique sociale transparaît : les fils d’agriculteurs reçoivent une bourse dans 79 % des cas, les employés dans 77 % des cas, les fonctionnaires dans une proportion de 72 %, presque de la même manière que les fils d’artisans (71 %). En revanche, les commerçants et les notables sont loin derrière avec respectivement 47 et 40 % des bourses par catégorie. Reste que la part des notables recevant des bourses étonne tout de même. À bien regarder dans le détail cependant, une bonne partie de ces notables ne sont guère totalement établis, certains pères affichant une position de rentier tout en étant eux-mêmes fils de journaliers. Quant aux jeunes hommes vraisemblablement aisés – fils de propriétaire sur deux générations – percevant une aide complète de l’État, il semble qu’il faille attribuer ces largesses aux pressions des familles auprès des conseils municipaux et préfets qui valident les propositions de bourse. Dans les dossiers personnels, il n’est pas rare de trouver traces de préfets qui appuient de toute leur autorité des gens peu nécessiteux mais jugés favorables à l’institution en dépit des circulaires ministérielles et des rappels à l’ordre réclamant la suppression de ce favoritisme peu républicain. Enfin, la dernière partie de l’analyse (les attributions de bourses par dates) permet de confirmer le soutien républicain, particulièrement marqué entre 1882 et 1898. Ainsi les bigors sont-ils, dans leur très grande majorité, des boursiers. Par rapport à l’étude d’Adeline Daumard sur les polytechniciens entre 1815 et 184821, l’école semble donc, après 1870, un peu plus ouverte au renouvellement des élites. Cependant, cela ne va pas sans un classement permanent destiné à « hiérarchiser les égaux » pour reprendre la belle formule d’Olivier Ihl22.

Le classement, symbole de la méritocratie républicaine

  • 23  Dictionnaire militaire. Encyclopédie des sciences militaires rédigées par un comité d’officier de (...)
  • 24  La loi du 27 juillet 1872 a établi un minimum de taille de 1,54 mètre. Ce minimum est supprimé par (...)

10« Nul n’est admis à l’école que par la voie du concours », telle est la règle qui s’applique à l’entrée de l’école mais qui donne aussi le ton des deux années au cours desquelles le jeune polytechnicien est régulièrement soumis à des examens et constamment classé. Le concours d’entrée réservé aux « Français ou naturalisés Français, vaccinés ou ayant eu la variole, âgés de 16 ans au moins et de 21 ans au plus 23» autorise le jeune diplômé à connaître d’emblée son classement, ce qui lui permet de se situer relativement à ses camarades. À l’issue de la première année, il est de nouveau classé au regard des notes obtenues, celles-ci prenant en compte à la fois la maîtrise des matières scientifiques (mathématiques, physique et chimie), mais également les aptitudes physiques, le comportement et la tenue à l’École, laquelle est soumise à un règlement de corps de troupe. Les élèves qui réussissent les examens de la fin de la première année sont nommés sous-lieutenants, leur ancienneté étant déterminée par leur numéro de classement. Ils sont naturellement astreints à un concours de sortie également classant à l’issue duquel ils sont affectés à l’École d’application en qualité de sous-lieutenants élèves. Ainsi, sur deux ans de scolarité, confrontés en permanence les uns aux autres, les aspirants ont été classés au moins trois fois. Il ne saurait y avoir émulation plus grande, à la fois sur un plan intellectuel et sur un plan physique car tout est compté y compris l’allure et la taille du candidat24 ; si les dossiers permettent de s’assurer qu’elle joue un rôle marginal lors du recrutement initial, la taille de la majorité des candidats bien classés se situe tout de même souvent au-dessus d’un 1,70 mètre. Manifestement, il convient ici de lier ensemble allure et charisme lesquels se déterminent souvent selon des critères physiques.

  • 25  Cette image provient de ce que l’on reproche souvent aux coloniaux d’avoir la « bride sur le cou » (...)

11En matière de sociologie historique, la grande question consiste à savoir si les bigors ont réellement été les « plus mal classés d’X », autrement dit s’ils apparaissent d’emblée comme les « enfants terribles » des écoles militaires25. On doit reconnaître que, au moins pour le début du renouveau colonial, les candidats à l’artillerie de marine sont recrutés essentiellement en fin du classement, mais une analyse plus fine invite à revoir l’image du bigor porteur du bonnet d’âne ou frondeur. Relativement à la population française, l’entrée à Polytechnique constitue en elle-même une sélection qualitative de très haut niveau ; en outre, nous avons affaire à une élite intellectuelle soucieuse de faire carrière, ce qui par essence, limite les effets de la désobéissance. Par ailleurs, un très grand nombre de candidats devenus bigors sont, à leur arrivée à l’X, d’excellentes recrues mais basculent ensuite dans le peloton de queue en cours de scolarité comme si l’adaptation à la mentalité militaire avait constitué un problème (cas d’Archinard, X 1868 ; Civette, X 1897). On a également dans l’ensemble du groupe des candidats qui sont bien classés et qui choisissent in fine l’artillerie de marine (Barbier, X 1883, Corteggiani X 1897 et Welfelé, X 1897). Autrement dit, l’image du bigor frondeur et cancre n’est pas opératoire de façon systémique. Elle doit être relativisée et analysée à l’aune du développement colonial car, si effectivement au début du processus de conquête les polytechniciens ne se bousculent guère pour prendre les postes outre-mer, ils changent d’attitude dès lors que la construction coloniale leur assure une carrière intéressante. D’une façon générale, il faut considérer qu’après les années 1890, tandis que l’on réfléchit activement à la formation d’une armée coloniale, le choix de l’artillerie de marine n’est plus un choix par défaut. La profession devient davantage synonyme de passion, de liberté relative et de possibilités d’avancement rapide. Enfin, l’analyse prosopographique prouve également qu’il existe d’autres ressorts à l’origine du choix colonial, l’endogamie familiale n’étant pas le moindre d’entre eux. Le père n’est pas nécessairement toujours l’initiateur, un aîné ouvrant parfois la voie à la création de véritables fratries polytechniciennes (les frères Dorido, Fourgeot, Bourély, Gasquet). Toujours est-il que quelques familles constituent des dynasties comme les Guibert apparentés aux Lancrenon ou les Jordan que l’on retrouve sur trois générations.

Des carrières, entre flamme et flemme coloniale

L’embouteillage des grades subalternes

  • 26  Après la guerre de 1870-1871, l’école qui avait été fondée à Metz s’installe à Fontainebleau où el (...)
  • 27  Sorti 33e sur 179 Polytechniciens en 1903 (après être entré 162e sur 180), il s’était classé premi (...)
  • 28  Elles existaient ailleurs, mais apparaissent dans l’artillerie de marine en 1880-1882.
  • 29  Le chiffre est peut-être un peu surévalué du fait de leur disparition de l’Annuaire ; la difficult (...)
  • 30  La plupart du temps, ce basculement vers l’administration coloniale se fait sur la base « d’emploi (...)
  • 31  Les démêlés entre le colonel Humbert et le général Borgnis-Desbordes sont connus. Le colonel Humbe (...)
  • 32  Il démissionne en 1906 après deux années au Tonkin, puis reprend du service comme capitaine en 191 (...)

12Le choix de l’arme - artillerie de marine, infanterie de marine, génie - n’est pas totalement finalisé à la sortie de l’école. Il peut encore y avoir une évolution, certes marginale mais réelle comme pour Lucien March (X 1878) ou Maurice Meynier (X 1894) qui se déterminent professionnellement à l’issue de leur passage à l’école d’application d’artillerie et du génie. Centre d’instruction militaire et technique, l’école d’application de Fontainebleau26 (« l’appli ») constitue souvent un moment important dans la prise de conscience de la réalité du métier entraînant parfois son lot de démissions, ainsi celles de René Balensi (X 1901)27, d’Amédée Berrué (X 1894) ou Jacques Bidon (X 1895). Si d’une manière générale, le classement de Polytechnique se retrouve de façon cohérente à l’école d’application, il existe à l’inverse des cas atypiques de jeunes officiers qui arrivent à s’épanouir. Pierre Marie Lancrenon (X 1900), par exemple, quoique fils d’ingénieur se classe 235e sur 247 à Polytechnique, 28e sur 35 au moment du choix de l’arme, mais 2e sur 32 à l’école d’application. En réalité pourtant, c’est bien sûr la base du classement de sortie de l’école de la rue Descartes et d’une règle d’avancement s’effectuant au choix (1/3) et à l’ancienneté (2/3) que s’effectuent la plupart des débuts de carrières. Si le passage de sous-lieutenant à lieutenant se fait immuablement en 24 mois, le premier véritable seuil ou palier professionnel est constitué par l’obtention du grade de capitaine, réalisé trois à cinq ans plus tard. Or 1879-1880 marque une rupture dans la mesure où l’écart pluriannuel entre deux grades s’allonge ; il faut désormais plus de 5 ans pour gagner le droit à diriger une compagnie. Chez les bigors28, ce ralentissement se traduit concrètement par l’apparition des mentions de « capitaine en 2nd » et « capitaine en 1er » (Mandrillon, X 1881) et bientôt celles de « lieutenant en 2nd » et « lieutenant en 1er », si bien que l’on met généralement 10 ans pour passer du grade de sous-lieutenant à celui de capitaine (Flagel, X 1882). La faiblesse des soldes des officiers subalternes conjuguée à un avancement ralenti explique en conséquence la multiplication des cas de démissions « pour chercher une meilleure situation » (Gateau, X 1881 ; Dujour, X 1896), plus rarement pour « endettement » (Clochette, X 1880). Globalement, la part des démissionnaires est importante – un peu plus de 18 % du groupe étudié29 – la période la plus fréquente se situant immédiatement après le passage à l’école d’application. Outre les questions financières, les démissions sont liées à des problèmes de santé (Gravelotte, X 1865 ; Foulet, X 1878 ; Vitte, X 1882), à un basculement vers un autre métier (Jolibois, X 1903, devient un chimiste de premier plan) ou dans l’administration coloniale30 (Rodier, X 1873 ; Périquet, X 1895 ; Devaugelade, X 1882 ; Geraud, X 1892 ; Laguarigue de Survilliers, X 1895), dans celle des chemins de fer (Bergeaud, X 1892 ; Marsy, X 1895) ou bien tiennent à des problèmes de comportement (« indélicatesse » pour Dolisié, X 1879) ou d’éthique militaire (« refus de duel », Tourrès, X 1873) voire même à des rivalités hiérarchiques, y compris à un grade avancé31. Enfin, il existe quelques cas, mais au demeurant assez rares d’évolutions de carrières liées au mariage, se traduisant soit par des démissions (Frant, X 1890), soit par le passage dans les troupes métropolitaines (Picquenard, X 1886 ; Chevrin, X 1898) ou de départ dans les ordres (Jean Rodié, X 189832). L’embouteillage des années 1880 révèle que la carrière coloniale est désormais attractive.

Accélération et décélération des carrières

  • 33  Claude Lelièvre, « Bourses, méritocratie et politique(s) scolaire(s) dans la Somme, 1850-1914 », R (...)
  • 34  55 officiers deviennent généraux, soit un peu plus de 8 % du corpus étudié. C’est faible en regard (...)
  • 35  Plus connu sous le nom de Jean-Louis de Lanessan, son nom de plume en réalité.
  • 36  Colonel Henry Charbonnel, De Madagascar à Verdun, vingt ans à l’ombre de Gallieni, Paris, Karolus, (...)

13Si quelques très beaux parcours témoignent de l’importance du classement de sortie de Polytechnique, il faut bien convenir que, pour les bigors spécifiquement, il ne fait pas tout au point que l’on est en droit de se demander s’il existe un système méritocratique pour services rendus qui serait supérieur à un système de méritocratie par concours33. Globalement, en effet, les carrières des généraux Virgile (X 1840), Sébert (X 1858), Ruault (X 1873), Peyrègne (X 1888) constituent des exceptions et il est bien difficile de déterminer si leur carrière a connu un déroulement favorable en raison de leur classement ou s’ils ont bénéficié de quelques postes importants qui les ont fait connaître (Ruault à Bamako en 1883 ; Sébert passionné par le génie civil). Manifestement, pour les bigors, le service rendu semble plus efficace que la sélection par concours. Ainsi la flamme coloniale exprimée par certains officiers – Archinard (X, 1868), Ungerer (X, 1878), Lenfant (X, 1888) – permet de rattraper très nettement une carrière qui s’était initialement singularisée par un très mauvais classement et éventuellement d’accéder aux étoiles34. Mais cette appétence coloniale est plus souvent la résultante d’une proximité avec le pouvoir, politique ou militaire, qui permet d’éviter ce qui menace tous les coloniaux : la flemme coloniale. La fonction d’aide de camp ou, après 1886, celle d’officier d’ordonnance apparaît notamment comme un atout décisif dans une carrière car elle permet à un jeune officier de se distinguer et de se faire remarquer. Ainsi, Henri Charbonnel (X 1891), quoique fils d’une fille-mère et boursier de la République, devient l’officier d’ordonnance du ministre de la Marine Jean de Lanessan35 à partir de 1899. Cela lui permet d’approcher les grands capitaines, tel Gallieni, et de vivre dans son sillage pendant près de vingt ans36. Il en va de même du capitaine Rumilly (X 1890) proche du général Dodds, de Bernard Montané-Capdebosq (X 1882) lié au général Godin, d’Eugène Lenfant (X 1888) proche du général Voyron ou de l’artilleur Decœur (X 1876) qui, grâce à sa fonction d’officier d’ordonnance près du ministre, obtient des missions d’explorations intéressantes auprès de Brazza. La fonction d’ordonnance permet d’approcher les milieux décisionnaires et d’obtenir des missions de grand intérêt. Dans certains cas cependant, quoique plus rares, elle entraîne un avancement rapide comme pour Borschneck (X 1897) qui passe de lieutenant à capitaine en moins de deux ans. En regard, le passage par l’École supérieure de guerre apparaît comme un atout bien moins intéressant, l’ESG ne permettant pas de garantir à l’impétrant une accession aux étoiles (Pierre Henry, X 1878, breveté en 1890, achève sa carrière avec le grade de colonel en 1912). Quant à la Grande Guerre, son impact sur l’avancement des bigors est tout à fait relatif. Cela tient à ce que le premier conflit mondial entraîne la disparition massive des officiers subalternes (lieutenants, capitaines, chefs de bataillon) que l’on peine à remplacer. On a donc besoin de les renouveler en quantité et c’est la raison pour laquelle la guerre ne fait en réalité pas ou peu progresser les grades inférieurs. Addi par exemple (X 1897), capitaine en 1908 finit la guerre comme commandant en 1919 ; il en va de même ou à peu près pour le capitaine Bartre (X 1896). D’autres bénéficient d’un effet d’aubaine avec la guerre, mais très mesuré. Capitaine en 1915, Bertrand (X 1903) passe commandant en 1917, mais met ensuite quinze ans pour passer au grade suivant. Certains n’avancent même pas du tout comme Blanchet (X 1902) qui reste capitaine durant toute la période de la guerre alors même que son dossier note la qualité de son service ; même chose pour Trocmé (X 1897) qui reste au grade de commandant pendant le conflit ou de Schyry (X 1898), chef d’escadron à titre temporaire en 1916, qui n’obtient son grade à titre définitif que huit ans plus tard. En réalité, pour les coloniaux, seules les campagnes outre-mer sont déterminantes, particulièrement celles qui bénéficient de la qualification « campagne de guerre ».

« Africains » et « Indo-chinois », une identité affective plutôt qu’une réalité

  • 37  Au grand dam des coloniaux eux-mêmes. Un vieil officier tonkinois, « De la spécialisation des offi (...)
  • 38  Sept cas de suicide dans l’échantillon étudié.
  • 39  Fleury-Ravarin, « L’Armée coloniale », Revue politique et parlementaire, février 1898, n°44, p. 27 (...)

14En dépit des vocables identitaires d’« Africains » ou d’« Indo-chinois » que les coloniaux affectent de s’attribuer, tout indique que le monde colonial connaît une grande hétérogénéité de parcours résultant d’une absence de spécialisation géographique. Globalement, les bigors sont envoyés dans tous les points de l’empire indistinctement et tous ou presque sont à un moment « Africain » avant de devenir un jour « Indo-chinois », ces définitions intégrant d’ailleurs les nuances localisées de « Soudanais », « Sénégalais », « Marocains », « Algériens » ou « Tonkinois ». Certes quelques-uns affectionnent visiblement davantage l’Afrique (Montané-Capdebosq, Walter), tandis que d’autres préfèrent l’Asie (Thouard, Eugène Petit) mais il n’existe aucune volonté politique de spécialisation des officiers par aires géographiques ou par capacité linguistique37. Validé chaque année au mois de décembre à Paris par les services du ministère de la Marine et des Colonies, puis par le ministère de la Guerre, le système des « tours » prend en compte l’ensemble des hommes et applique à tous la même règle du séjour réglementaire de 25 à 30 mois, des dérogations étant nécessaires au-delà de cette durée. L’officier choisit selon deux critères essentiels : soit l’affectation dans les vieilles colonies (Antilles, Réunion, Indes) où la vie est réputée calme et tranquille, soit les nouvelles (Afrique et Indochine) où les dangers sont plus grands (maladie et conquête) ce qui laisse espérer des possibilités d’évolution de carrière rapide. Il propose trois affectations possibles au sein desquelles l’administration centrale en choisit une. Les officiers « détachés hors-cadres » peuvent éventuellement être affectés dans une région de l’empire de façon exclusive, mais ils doivent pour cela avoir prouvé une réelle aptitude physique à servir aux colonies, avoir été notés par l’inspection générale et avoir surtout au moins quatre années d’ancienneté. Ainsi, les cas de spécialistes, tel Douchet (X 1896) qui obtient des affectations en Annam en raison de la possession d’un brevet d’annamite ou de Derepas (X 1897) topographe attaché à l’Asie, sont rares. Au mieux, ces hommes sont affectés à une division spécifique qui les envoie où le besoin s’en fait sentir, comme Gardeux (X 1901) attaché au Service géographique afin de mener des missions de délimitation au Cameroun en 1913, ou Périer (X 1899) reconnu comme un officier radiotélégraphiste. À bien regarder l’ensemble de leurs affectations, il apparaît que la plupart d’entre eux passent environ dix ans sous les tropiques et, à l’issue d’un service effectué dans la pleine force de l’âge, on leur rapatrie sur des postes métropolitains, dans les garnisons littorales ou les administrations, de façon à éviter la multiplication des maladies. Car, la principale caractéristique des troupes coloniales, marsouins ou bigors, est de connaître un très fort taux de mortalité du fait des maladies, taux infiniment supérieur à celui des hommes morts au combat (102 hommes morts de maladie pour 33 « tués à l’ennemi »), les affections les plus fréquentes étant la dysenterie, la fièvre jaune et le choléra. Ainsi les morts violentes, y compris celles par suicide38, sont infiniment moindres que celles provoquées par le climat. C’est la raison pour laquelle, commentant le mot de Lord Derby estimant que « les expéditions coloniales sont des guerres de médecins et d’intendants », le député du Rhône, Fleury-Ravarin, juge en 1898 que « la guerre coloniale est avant tout une bataille contre un climat meurtrier »39, ce qui a bien des égards justifie la critique récurrente à l’encontre de la flemme coloniale.

  • 40  Patiens, « La Défense des côtes », La Revue de Paris, 1er mai 1894, tome III, p. 180-213.

15Appartenant à une catégorie de militaires « moitié marine, moitié terrestre, sur laquelle les actions des deux ministères (ministère de la Marine et ministère de la Guerre) s’enchevêtr[ai]ent »40, les artilleurs de marine ont constitué l’un des groupes professionnels les moins bien connus du monde colonial du fait du dualisme ministériel et de l’idée que le danger national se trouvait sur la frontière de l’est.

16Chargés initialement de la défense des côtes, ils furent pourtant à la pointe des combats dans les premières expéditions coloniales et, la plupart du temps, les premiers ingénieurs à tracer routes, voies ferrées et à construire les ponts permettant la conquête.

17Par leur formation initiale, par le processus de sélection scolaire, ils appartenaient assurément à une élite technicienne sinon une élite intellectuelle représentative de la France des capacités, d’une France venue de toutes les provinces pour s’inscrire dans le cadre d’une fonction publique d’État qui allait leur garantir un déroulement de carrière, un avancement et un droit à pension. Mais en dépit des avantages ainsi acquis, l’analyse prosopographique du groupe des artilleurs de marine montre que la carrière s’est révélée difficile, pour la plupart d’entre eux à la fois par le processus de sélection qui est à l’œuvre mais également par les conditions même de l’exercice du métier.

Haut de page

Notes

1  L’analyse prosopographique consiste à analyser plusieurs biographies d’une catégorie spécifique de la société pour en restituer l’unité profonde.

2  Je me dois de signaler l’impulsion active et amicale du Conservateur du Musée des Troupes d’Outre-Mer de Fréjus, le capitaine Éric Warnant et de son adjoint, le lieutenant Benoît Bodart, qui m’ont laissée accéder aux brouillons de thèse de M. Baron restés en souffrance au CHETOM, le Centre d’histoire et d’études des troupes d’outre-mer de Fréjus, après son décès. Je remercie également le professeur Marc Michel de m’avoir autorisée à accéder aux documents de son ancien étudiant.

3  L’autre partie étant constituée des officiers de l’infanterie de marine, les « marsouins », issus de Saint-Cyr et infiniment plus nombreux. Ils constitueront le 2nd temps de notre analyse. Ensemble, marsouins et bigors forment les « troupes de marine ». Après la loi sur l’armée coloniale de 1900, ils prennent le nom de « troupes coloniales ».

4  Les compagnies de la mer (1622) puis le corps royal de la Marine (1772) sont les ancêtres des bigors.

5  Elle est réorganisée ensuite par décret du 13 mars 1894.

6  Alphonse Andréani, Les Écoles françaises civiles et militaires, programmes, études, titres, diplômes, service militaire, dispenses, Paris, Berger-Levrault, 1891, p. 166.

7  C’est la période qui fait suite au désastre de Lang Son et correspond à l’éviction de Ferry le « Tonkinois ».

8  Julie d’Andurain, La Capture de Samory (1898). L’achèvement de la conquête de l’Afrique de l’Ouest, Saint-Cloud, Soteca, 2012 (préface de Jacques Frémeaux, avant-propos du général Thorette).

9  Il s’agit du lieu de naissance du jeune officier qui correspond souvent au lieu de résidence du père.

10  William Serman, Les Origines des officiers français, 1848-1870, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979. Notre analyse diffère cependant de la sienne en ce que nous n’analysons pas la vocation des officiers, mais leur faculté à être sélectionnés par Polytechnique. C’est davantage une étude sur les capacités que sur les inclinations.

11  Pour des questions pratiques, nous avons comptabilisé l’Algérie comme un seul et unique département français.

12  Dont on n’a pas toujours la précision sur le moment où il devient orphelin de père.

13  Parmi ces cinq femmes, deux d’entre elles semblent illustrer le cas d’amours ancillaires (lingère, domestique) tandis que deux autres appartiennent à des catégories sociales manifestement plus élevées.

14  À titre de comparaison, voir François-Joseph Ruggiu, « Tel père, tel fils ? La reproduction professionnelle dans la marchandise et l’artisanat parisiens au cours des années 1650 et 1660 », Histoire, économie et société, 1998, n°4, p. 561-582.

15  C’est le cas de Breuilh, Paul Girard, Reibel (tous les trois X 1892), et Rocard (X 1900) qui reproduisent le schéma paternel tandis que le modèle passe par des frères aînés (pour les Dorido et les Bourély, déjà cités).

16  Né en outre-mer, Primet (X 1897) décide à l’évidence d’y retourner par son choix de devenir bigor.

17  L’indication de la profession des grands-pères, parfois précisée, permet d’entrevoir un processus de longue durée.

19  Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Les Editions de minuit, 1964.

20  Plus marginalement, 9 d’entre eux reçoivent une bourse et un demi-trousseau, et un seul reçoit une demi-bourse et un demi-trousseau.

21  Adeline Daumard, « Les élèves de l’école Polytechnique de 1815 à 1848 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet 1958, t. V, p. 226-234.

22  Olivier Ihl, « Hiérarchiser des égaux. Les distinctions honorifiques sous la Révolution française », Revue française d’histoire des idées politiques, n°23, 2006, p. 35-54.

23  Dictionnaire militaire. Encyclopédie des sciences militaires rédigées par un comité d’officier de toutes armes, tome I, Nancy, Berger-Levrault, 1898, p. 1007. Cela signifie aussi a contrario qu’il n’existe pas de conditions de taille même si, dans les faits, les hommes recrutés font souvent plus d’un mètre soixante-dix.

24  La loi du 27 juillet 1872 a établi un minimum de taille de 1,54 mètre. Ce minimum est supprimé par la loi du 2 avril 1901.

25  Cette image provient de ce que l’on reproche souvent aux coloniaux d’avoir la « bride sur le cou », image facile qui, d’une part, dédouane le pouvoir politique de ses propres responsabilités, d’autre part ne prend pas en compte l’historicité du phénomène colonial. Si certains officiers coloniaux ont effectivement pu bénéficier d’une large marge de manœuvre, celle-ci s’explique souvent par la personnalité de l’impétrant et d’autre part par les faiblesses du pouvoir politique. L’affaire Voulet-Chanoine, qui a servi à construire l’image du colonial affamé de gloire et désobéissant, doit être analysée en ce sens. En tout état de cause, la désobéissance ou l’indépendance ne sauraient être des traits caractéristiques de l’ensemble des coloniaux.

26  Après la guerre de 1870-1871, l’école qui avait été fondée à Metz s’installe à Fontainebleau où elle tient garnison jusqu’en 1940. Entre-temps, l’artillerie a été séparée du génie en 1912 qui s’est installé à Versailles.

27  Sorti 33e sur 179 Polytechniciens en 1903 (après être entré 162e sur 180), il s’était classé premier parmi les artilleurs de marine et toujours premier à l’école d’application. Il décide de démissionner en mai 1905 pour devenir élève-ingénieur des Ponts-et-Chaussées

28  Elles existaient ailleurs, mais apparaissent dans l’artillerie de marine en 1880-1882.

29  Le chiffre est peut-être un peu surévalué du fait de leur disparition de l’Annuaire ; la difficulté à maîtriser les chiffres réside dans l’impossibilité de savoir ce que font les démissionnaires après leur passage à l’armée.

30  La plupart du temps, ce basculement vers l’administration coloniale se fait sur la base « d’emplois réservés » pour ceux qui ont au moins trois ans de grade et trois ans de séjour aux colonies.

31  Les démêlés entre le colonel Humbert et le général Borgnis-Desbordes sont connus. Le colonel Humbert démissionne en novembre 1896 afin d’écrire et de publier Pour la justice, plainte officielle contre le général Borgnis-Desbordes adressée au ministre de la Marine (1898).

32  Il démissionne en 1906 après deux années au Tonkin, puis reprend du service comme capitaine en 1915 et devient par la suite évêque d’Agen (1948).

33  Claude Lelièvre, « Bourses, méritocratie et politique(s) scolaire(s) dans la Somme, 1850-1914 », Revue française de sociologie, 1985, n°26-3, p. 409-429. Il faut également envisager la question de la formation des troupes coloniales elles-mêmes, permise par la loi de juillet 1900 qui garantit aux officiers coloniaux un avancement au moins équivalent à celui des métropolitains.

34  55 officiers deviennent généraux, soit un peu plus de 8 % du corpus étudié. C’est faible en regard des autres armes.

35  Plus connu sous le nom de Jean-Louis de Lanessan, son nom de plume en réalité.

36  Colonel Henry Charbonnel, De Madagascar à Verdun, vingt ans à l’ombre de Gallieni, Paris, Karolus, 1962.

37  Au grand dam des coloniaux eux-mêmes. Un vieil officier tonkinois, « De la spécialisation des officiers de l’armée coloniale », Bulletin du Comité de l’Afrique française, janvier 1911, n°118, p. 25-26.

38  Sept cas de suicide dans l’échantillon étudié.

39  Fleury-Ravarin, « L’Armée coloniale », Revue politique et parlementaire, février 1898, n°44, p. 279-321, p. 298.

40  Patiens, « La Défense des côtes », La Revue de Paris, 1er mai 1894, tome III, p. 180-213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie d’Andurain, « Formation et sélection des artilleurs de marine à Polytechnique », Revue historique des armées, 271 | 2013, 20-32.

Référence électronique

Julie d’Andurain, « Formation et sélection des artilleurs de marine à Polytechnique », Revue historique des armées [En ligne], 271 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://rha.revues.org/7690

Haut de page

Auteur

Julie d’Andurain

Agrégée et docteur en histoire, elle est actuellement enseignante-chercheur au CDEF (École militaire) et chargée de cours à Paris-Sorbonne. À la suite de sa thèse sur Le général Gouraud, un colonial dans la Grande Guerre (soutenue sous la direction de Jacques Frémeaux, Paris-Sorbonne, 2009), elle vient de publier La capture de Samory, l’achèvement de la conquête de l’Afrique de l’Ouest (Sotecan 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org