Navigation – Plan du site
Dossier

« Sind Schwarze da ? » La chasse aux tirailleurs sénégalais. Aspects cynégétiques de violences de guerre et de violences raciales durant la campagne de France, mai 1940-août 1940

“Sind Schwarze da? “The hunt for Senegalese riflemen. [Hunting] aspects of war violence and racial violence during the campaign in France, May 1940-August 1940
Julien Fargettas
Traduction de Robert A. Doughty
p. 42-50

Résumés

En mai et juin 1940, plusieurs centaines de soldats noirs de l’armée française sont exécutées par les troupes d’invasion allemandes. A plusieurs reprises, ces massacres prennent un fort caractère cynégétique : scènes de chasse à courre, tir au pigeon, chasse en meute. Le soldat noir est ainsi transformé en gibier. Le mot « massacre » a d’ailleurs lui-même une origine cynégétique remontant au 16ème siècle et désignant à la fois l’action de tuer en masse mais exprimant également la fierté du chasseur. Une fierté justement que ne manque pas d’exprimer le chasseur allemand qui photographie en masse le gibier tirailleur capturé ou mis à mort et s’empare de multiples trophées sur sa dépouille. Cette chasse aux soldats noirs est un des aspects de l’animalisation des soldats coloniaux qui trouve un épilogue jusque dans le sort réservé aux cadavres du gibier mis à mort souvent délaissés de tous moyens d’identification ou privés de toutes sépultures humaines. Une animalisation d’ailleurs favorisée par l’évolution même des combats. Nombre de tirailleurs sont ainsi assimilés à des francs tireurs alors que, dépassés par les pointes allemandes, ils combattent afin d’échapper à la capture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  El Baze (Michel) a regroupé ses souvenirs de combat et de captivité dans un manuscrit intitulé « N (...)

1Le 9 juin 1940, le marsouin Michel El Baze, tout juste fait prisonnier, assiste à une scène inédite dans les environs de Mareuil-la-Motte, dans le département de l’Oise : « Dans un pré, un officier allemand caracole sur un magnifique cheval blanc, un revolver en main. Un tirailleur sénégalais court, l’officier tire. L’énorme masse noire tombe. On rit. Voilà un autre Sénégalais, je détourne les yeux, ma tête éclate, je pleure. »1

  • 2  Témoignage des Sœurs de Nevers, SHD/GR 34 N5.

2Dix jours plus tard, le point d’appui du couvent de Montluzin, dans le département du Rhône, tenu par les hommes du 25e Régiment de Tirailleurs Sénégalais (RTS), tombe aux mains des soldats allemands à l’issue de plusieurs heures de combats. Les religieuses de Nevers, encore présentes sur place, assistent alors à un déferlement de violences : « Il est 15 heures, notre chère maison est aux mains de l’ennemi. La porte de la chapelle saint Joseph est ouverte violemment, ils sont là, revolvers au poing. Ma chère Mère s’avance et montre sa cornette. « Pas soldats, pas tirailleurs ? » interrogent-ils. [...] 200 Allemands envahirent Montluzin, à la recherche des Sénégalais. Ils sont furieux, menaçants, il faut les calmer, terrible colère. »2

  • 3  Témoignage du caporal Scandariato, cité par Poncet (M.), dans Le Tata sénégalais de Chasselay, san (...)

3Le lendemain, à quelques kilomètres de là, un groupe de soldats noirs prisonniers est conduit sous bonne garde vers un lieu de captivité. À quelques kilomètres du bourg de Chasselay, les soldats allemands font placer ces tirailleurs dans un champ : « Tout à coup, un feu nourri se mit à crépiter et des hurlements retentirent. Il nous était facile en levant les yeux de voir la scène qui se passait à moins de 20 mètres. Les tirailleurs, bras en l’air, venaient de recevoir à moins de 10 mètres une décharge générale de balles de mitrailleuses lourdes et une grande partie était fauchée aux premières salves. Certains, protégés par leurs voisins, n’ayant pas été touchés du premier coup, s’enfuyaient dans toutes les directions. Je revois encore les grenadiers Panzer ajustant tranquillement leur fusil et tirer nos malheureux tirailleurs noirs comme des lapins. Au bout d’un quart d’heure interminable, plus rien ne bougea dans la nature. »3

  • 4  Voir les articles de l’auteur : « Les massacres de mai et juin 1940 », musée de l’Armée. Actes pub (...)
  • 5  Durant la campagne, les troupes allemandes se livrent également à des exactions contre les soldats (...)

4Ces crimes de guerre appartiennent à une longue série d’exactions récemment mises à jour par les historiens de la période et qui concernent d’abord les soldats noirs4. Si d’autres crimes ont été commis contre les civils et les soldats d’origine européenne de l’armée française durant cette campagne, ils sont sans commune mesure avec ceux commis contre les fameux « tirailleurs sénégalais », ces soldats noirs recrutés dans les colonies françaises de l’Afrique subsaharienne5.

  • 6  Témoignage du caporal Scandariato et de l’adjudant Requier.

5Car l’examen attentif des massacres de tirailleurs portés à notre connaissance semble faire apparaître le fort caractère cynégétique de ces actes, tant dans leur esprit que dans leur accomplissement. Les soldats allemands, qu’ils appartiennent aux unités de la Wehrmacht ou de la Waffen SS, ont adopté des comportements de chasseurs, assimilant les tirailleurs à des proies. La scène décrite par le marsouin El Baze s’apparente ainsi à une véritable scène de chasse à courre. Les soldats allemands pénètrent dans le couvent de Montluzin telle une meute furieuse qui se focalise sur la traque des soldats noirs. L’analogie à une scène de chasse est encore très grande dans les témoignages des soldats français assistant au massacre de « Vide Sac » à Chasselay. L’un parle de « tir au lapin », l’autre de « tir au pigeon », quand il s’agit de décrire l’exécution des tirailleurs en fuite après le premier tir des mitrailleuses6. Une analogie également apportée par la poursuite de ces mêmes fuyards par des soldats allemands embarqués dans des engins blindés qui n’hésitent pas à écraser sous leurs chenilles les corps des premiers tirailleurs tombés. Un massacre qui tend donc à la fois au ball-trap, au tir de foire sur cible mobile et à la chasse à courre ultramoderne.

6Aspect méconnu, le mot Massacre lui-même possède une ancienne dimension cynégétique. Massacre désigne aujourd’hui une tuerie de masse effectuée avec sauvagerie. Dès le xvie siècle, massacre désigne également une tuerie d’un grand nombre d’animaux puis, plus tardivement, un trophée ou un ornement lié à la chasse. Dans l’esprit cynégétique, un massacre est donc une action de mise à mort d’importance en même temps que l’expression de la fierté d’avoir traqué et vaincu un gibier particulièrement recherché pour sa rareté ou par la crainte qu’il suscite. Cet ensemble caractérise les exactions du printemps 1940. Au-delà de leur déroulement à l’esprit cynégétique, elles sont souvent précédées par une traque implacable du gibier tirailleur. Elles se prolongent par la récolte de trophées et s’achèvent parfois par l’exclusion définitive du gibier tirailleur de la sphère humaine par la mise au ban de sa dépouille.

  • 7  Horne (John) et Kramer (Alan), 1914, Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, 640 p.
  • 8  Ingrao (Christian), « La politique nazie de lutte contre les partisans », Revue d’histoire de la S (...)
  • 9  En 1870, les marsouins de la division bleue du général de Vassoigne se distinguent lors des combat (...)
  • 10  CHETOM 15H150, rapport du commandant Duclos.

7Les premiers massacres de soldats noirs interviennent sur la Somme à la fin du mois de mai 1940, dans la localité d’Aubigny. Ils prennent véritablement toute leur ampleur quelques jours plus tard, à partir du 5 juin 1940, dans le même secteur à l’issue de l’effondrement du front français. Une nouvelle tactique est alors employée par les troupes françaises. Il s’agit de contrôler les axes de communication par une série de points d’appui devant gêner au maximum la progression des forces d’invasion. Le front linéaire a disparu au profit de résistances éparses. Sur la Somme, certaines unités coloniales résistent ainsi durant deux jours alors que les troupes allemandes sont déjà à 50 kilomètres au sud. Au nord-ouest de Lyon, les points d’appui du 25e RTS combattent deux jours durant alors que Lyon est déclarée « ville ouverte » et que les formations allemandes progressent en direction des Alpes. Nombre de combattants français, submergés par les différentes offensives, livrent ainsi des combats d’arrière-garde qui sont perçus comme l’action de francs-tireurs, ces fameux Freischarler dont le souvenir demeure très vivace au sein de la troupe allemande. Apparue lors de la guerre de 1870, cette psychose du franc-tireur est à l’origine de nombreuses exactions en 1914 en Belgique ainsi que dans le Nord et l’Est de la France7. L’action des francs-tireurs est également évoquée à la fin de l’année 1939, en Pologne, quand les troupes allemandes ont dû réduire les résistances de soldats polonais dispersés par l’écroulement de leur armée. La réponse est alors d’exécuter systématiquement ces francs-tireurs en uniforme8. À ce sentiment d’insécurité constant s’ajoute la volonté de nombre d’unités coloniales de combattre « jusqu’à la dernière cartouche », voire au-delà9. De fait, nombre d’engagements se terminent, faute de munitions, à l’arme blanche. Le coupe-coupe du tirailleur est préféré à la traditionnelle baïonnette. Les exemples sont nombreux, telle la défense de la ferme Milan au coupe-coupe, à Warmeriville, par les tirailleurs du 623e régiment de pionniers sénégalais10. Et quand les tirailleurs isolés de leurs unités sont égarés en pleine nature et cherchent à échapper à la captivité, ils n’hésitent pas à se défendre avec leurs machettes et à s’attaquer aux soldats allemands. Tout cela concourt à donner aux troupes allemandes une nouvelle perception des combats. Le front français percé, les armées alliées en déroute, les soldats allemands paraissent libérés du poids des contingences tactiques et stratégiques. Ils peuvent alors laisser libre cours à une nouvelle conception du champ de bataille qui se transforme dès lors en véritable terrain de chasse dont le gibier principal est le soldat noir. S’il faut vaincre l’adversaire, il est également nécessaire de traquer le gibier tirailleur jusque dans ses derniers retranchements. Car le tirailleur sénégalais est un gibier d’exception. Il est accusé de se comporter en francs tireurs, en non humain, en « barbare ». À ce titre, il est particulièrement haï et redouté.

  • 11  SHD/T 34N1098, rapport du lieutenant Dhoste.
  • 12  Ibid.
  • 13  CHETOM 15H145.

8Les combats achevés, la traque se met en place. Des sous-officiers et des officiers subalternes français prennent la tête de groupes épars qui tentent d’échapper à la capture. Dès lors, le soldat allemand se transforme en chasseur et les Coloniaux en proie, un gibier constamment aux aguets, tendant ainsi vers l’animalisation. Toute confrontation est désormais à éviter. Le groupe du lieutenant Dhoste, du 24e RTS., tapi dans un fourré, décide ainsi de ne pas intervenir alors qu’à quelques centaines de mètres, un autre groupe de gibiers tirailleurs est repéré et détruit11. Un répit de courte durée puisqu’à son tour le groupe sera localisé et capturé. Tous les soldats noirs du groupe sont alors exécutés dont le caporal Yaya, blessé, qui est achevé de deux balles dans la tête12. La même poursuite incessante est réservée au groupe du sous-lieutenant Guibert, du 53e RICMS (régiment d’infanterie coloniale mixte sénégalais) après la chute de la localité d’Airaines, dans la Somme. La traque s’achève après des dizaines de kilomètres parcourues dans les marais. Le jeune officier conclut ainsi : « Tous mes tirailleurs ont été tués. Il n’en est pas un de prisonniers. »13

  • 14  Hell (Bertrand), Le Sang Noir. Chasse et mythe du sauvage en Europe, Paris, Flammarion, 1994, 381  (...)
  • 15  Cité par Scheck (Raffael), Une saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais, mai-juin 194 (...)

9L’insistance ainsi donnée à la traque du gibier tirailleur est singulière. Elle correspond à une certaine vision de la chasse rencontrée dans l’ère germanique et en Europe orientale, la Pirsch, c’est-à-dire une technique silencieuse d’approche du cerf qui doit aboutir à sa mise à mort puis à l’acquisition de ses bois en guise de trophée14. Car le cerf est le gibier roi, à l’instar du gibier tirailleur. Au cours de la campagne, les troupes allemandes capturent plus d’un million de soldats français. Rares sont ceux qui bénéficient d’une telle focalisation de la part des troupes d’invasion. Le gibier tirailleur est comme le cerf, le gibier privilégié, celui que chacun veut accrocher à son tableau de chasse, celui qui provoque la fièvre de la chasse ou Jagdfieber. Comme lui, il bénéficie d’une image soulignant sa dangerosité, une dangerosité accrue en période de rut où le cerf est réputé imprévisible. Or, le tirailleur, exotique et sauvage, est également perçu comme possédé par ce même échauffement sexuel qui est la marque de son ensauvagement, et donc du danger constant qu’il représente. Une telle perception du gibier tirailleur apparaît dans différents ordres émanant du commandement allemand. Á la veille de l’attaque sur la Somme, l’état-major de la 4e division d’infanterie avertit ainsi la troupe qu’elle aura en face d’elle des soldats noirs au « caractère perfide »15. Sur le terrain, les tirailleurs faits prisonniers sont contraints de garder les mains sur la tête afin de prévenir toute réaction impétueuse, signe d’une défiance continue.

  • 16  CHETOM 15H147.
  • 17  SHD/T 34N1100. D’autres officiers du régiment subissent une mise en scène dans le même cadre d’acc (...)
  • 18  Archives départementales de Seine-Maritime, enquêtes sur les tombes des prisonniers indigènes, cot (...)
  • 19  Témoignage de Madame Odette Cléré à l’auteur, 17 septembre 2001.
  • 20  À l’issue des combats livrés dans le village d’Eveux, trois tirailleurs sont retrouvés fusillés su (...)
  • 21  Témoignage de Michel Arnould à l’auteur, 12 juillet 2003.

10Cette chasse poursuite qu’est la Pirsch se distingue de la chasse battue car le chasseur livre un véritable affrontement avec sa proie, un véritable duel. Dans ce cas précis, le gibier tirailleur est recherché car il refuse la défaite et combat jusqu’au bout. Ce jusqu’au-boutisme conforte son image de sauvage prêt à tout et rejoint directement la représentation du franc-tireur. Un général allemand, conversant avec le lieutenant Druart, du 33e RICMS, affirme ainsi « que les Sénégalais faits prisonniers exténués dorment, et, à leur réveil, se jettent sur les sentinelles. »16 En Eure-et-Loir, le lieutenant Parisot, du 26e RTS est menacé d’être fusillé car, déclarent les soldats allemands, « vos sales nègres sont des sauvages qui ne font pas de prisonniers et mutilent les soldats allemands avant de les tuer »17. En Argonne, les archives de la 21e division d’infanterie évoquent des tireurs embusqués dans les arbres ou Baumschützen. La motivation du chasseur est ainsi décuplée afin de sortir vainqueur de ce duel. Un récit de la 6e division d’infanterie allemande raconte la lutte à mort livrée entre le soldat Apke et un « énorme nègre », lequel essaie de « le mordre à la gorge ». Seule une grenade permet d’en venir à bout. Le chasseur doit ainsi affirmer sa suprématie jusqu’au bout et ainsi n’hésite pas à aller dénicher sa proie quel que soit l’environnement qui l’entoure. La chasse est totale. Des tirailleurs sont poursuivis jusque dans les postes de secours où ils sont soignés et même jusque chez les civils. Et parfois la traque se poursuit alors que les combats ont cessé et que l’armistice a été signé. Dans les anciennes zones de combat errent des tirailleurs isolés qui se cachent comme ils peuvent. À Blangy-sur-Bresles, en Seine-Maritime, les marais servent de cache aux coloniaux. L’un d’eux est repéré en juillet 1940, traqué et abattu18. Durant l’hiver 1940-1941 même, des chasses aux tirailleurs sont organisées en forêt de Bray, près de Forge-les-Eaux. La population de la localité assiste au retour des chasseurs avec leurs gibiers fièrement exhibés dans les rues de la ville19. Et lorsque le gibier refuse définitivement sa capture, lorsqu’il paraît enragé et finalement indomptable, les réactions du chasseur dépassent la simple mise à mort pour faire appel à la destruction totale du gibier, souvent par le feu, parfois précédée d’actes de cruauté. Quelques tirailleurs réfugiés dans une ferme de Fleurieux-sur-L’Arbresle, près de Lyon, périssent dans l’incendie de la bâtisse provoqué par les SS de la division Totenkopf (tête de mort). Dans le même secteur, d’autres subissent des actes de tortures20. À Tilloy-Bellay, à proximité de la ferme où ils avaient mené leur dernière résistance, des tirailleurs du 5e RICMS sont retrouvés attachés à des arbres, leurs corps à demi calcinés avec, pour certains, des couverts de cuisine enfoncés dans la bouche21.

11Plus rarement, en opposition à la chasse poursuite, la chasse aux gibiers tirailleurs peut s’effectuer en meute. Cette dernière agit en réponse à un événement exceptionnel qui a vu la suprématie du chasseur remise en cause. La réponse est alors exceptionnelle et hors norme comme lors de l’assaut du couvent de Montluzin. La meute de soldats du régiment GrossDeutschland (Grande-Allemagne) entend ici venger ses nombreux morts perçus comme inutiles, puisque l’unité s’est heurtée au 25e RTS, après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres sans encombre, et deux jours après le message radiophonique du maréchal Pétain demandant l’arrêt des combats. Cet appel est alors utilisé par les troupes allemandes pour faire cesser les dernières résistances. Nul doute qu’il a eu aussi pour conséquence l’apparition d’un sentiment de victoire définitive chez le soldat allemand lui-même. Sur place, de nombreuses exécutions sommaires sont perpétrées après que la meute s’est lancée à la poursuite des soldats noirs. Preuve de l’irrationalité et de la fureur s’emparant de la meute, ces exécutions se font sans discernement. Des cadres blancs de l’unité coloniale sont fusillés et l’on retrouvera également quatre artilleurs d’une unité métropolitaine exécutés d’une balle dans la tête. Autre aspect, la meute agit au mépris de l’autorité mais également avec sa complicité tacite, puisque l’encadrement assiste aux exécutions quand il n’y participe pas directement.

  • 22  CHETOM 15H148.
  • 23  SHD/T 34N1071.
  • 24  La plupart des photographies ne permet aucune information supplémentaire de lieux ou de date. A ce (...)
  • 25  Irving (David), Rommel: The Trail of the Fox, Ware, Worgsworth Editions, 1999, 448 p., p. 55.

12Aspect incontournable de la dimension cynégétique de ces massacres, la fierté exprimée par le chasseur après la capture ou la mise à mort du gibier tirailleur est à l’aulne de la crainte qu’il suscite. À ce titre, le gibier tirailleur capturé, mort ou vif, est d’abord exhibé devant les autres chasseurs puis, parfois, devant des militaires français ou des civils. Surtout, conséquence de la présence nombreuse d’appareils photographiques au front, c’est d’abord la photographie qui exprime la fierté du chasseur. Le lieutenant Pichely, du 27e RICMS, note ainsi que les gardiens allemands « photographiaient sans cesse [les tirailleurs], certains se mêlant à leur groupe. »22 Le sergent Delrives, du 6e RICMS, rapporte que son groupe de tirailleurs est photographié « plus de 500 fois » sur les routes de la captivité23. Tirailleurs captifs et apeurés, soldats noirs ridiculisés par le port de tenues fantaisistes ou obligés de danser devant les objectifs, les sujets sont variés. Les prises de vue fixent également des soldats noirs tombés au combat ou exécutés. Pour ces derniers, l’issue fait peu de doute. Les cadavres sont alignés, déséquipés et désarmés. Parfois, sur la pellicule, des soldats allemands contemplent les cadavres ou posent à leurs côtés24. La multiplication de ces prises de vues illustre la fascination que suscite le tirailleur gibier. Sa capture et sa mise à mort sont des instants qui doivent être immortalisés, d’abord pour les camarades de combat, puis pour « l’arrière », puisque ces photos sont également destinées à circuler au sein des familles dès le retour dans les foyers où parfois elles trôneront aux murs aux côtés de l’ancien trophée de chasse. Dès lors, on pose à côté du gibier pour mieux marquer l’instant, pour certifier sa présence et donc sa participation à la capture et à la mise à mort. On pose également à ses côtés pour mieux marquer sa différence et sa supériorité mais également pour exorciser ses peurs. Et quand il s’agit de rejouer les scènes de capture devant les caméras de la propagande, le plaisir de revivre de telles scènes est clairement exprimé, comme ici par le général Rommel : « Nous n’avons pas ménagé nos efforts pour montrer comment ça s’est réellement passé. Il y avait encore aujourd’hui des noirs pour le tournage. Les gars se sont bien amusés et ont aimé tout particulièrement leur faire lever les bras une fois de plus. »25

  • 26  Archives départementales de l’Aube, SC7294, liste des tombes militaires de 1940.
  • 27  Ibid.

13Dans cette logique de fierté assumée, le corps du tirailleur mort au combat ou abattu à l’issue de ces derniers est l’objet de l’attention des chasseurs qui tiennent à en retirer un souvenir, une trace qui doit concrétiser les prises de vue également réalisées. Le souvenir prend alors différentes formes : coupe-coupes, amulettes, papiers ou plaques d’identité. Ces objets sont censés représenter le tirailleur tel qu’il est perçu : un soldat aux mœurs exotiques, étrange, et auteur de sauvageries en tout genre sur le champ de bataille. On fixe sur la pellicule le soldat noir tel qu’on se le représente, et l’on cherche des souvenirs qui s’y rattachent afin de « concrétiser » ce qui, pour beaucoup d’Allemands, voire d’Occidentaux, est encore un mythe. Il est ainsi remarquable de constater dans certaines régions la très forte proportion de dépouilles de soldats coloniaux dont les identités sont classées comme « inconnue » à l’issue de la campagne. Chaque préfecture recense ainsi, au second semestre 1940, les corps des soldats tombés durant la campagne. Dans le département de l’Aube, sont relevés 670 cadavres de soldats français26. Parmi eux, 222 sont des soldats noirs dont 74 % ne peuvent être identifiés faute de plaque ou de papiers d’identité. À Balnot-la-Grange, sont relevés dans une seule propriété, les corps disposés les uns à côté des autres, de 44 « soldats noirs sans autre renseignement. »27 Dans le même département, à Channes, 28 autres corps de soldats noirs inidentifiables sont relevés dans les mêmes dispositions que précédemment. Une telle situation est spécifique au caractère colonial de ces soldats puisque parmi les dépouilles des soldats blancs, seuls 14 % se voient attribuer la mention « inconnue » et que, parmi les corps de soldats nord-africains, plus de 70 % des dépouilles ne peuvent là encore être identifiées. Un tel phénomène ne concerne pas seulement le département champenois et est observé dans chaque région où sont engagées des unités coloniales. En Eure-et-Loir par exemple, où le 26e RTS est détruit, 27 dépouilles de soldats noirs sont déclarées « inconnues » à Néron et 11 autres à Chartrainvilliers. L’issue directe de ces trophées est inconnue mais il est fort probable que, comme dans le cérémonial faisant suite à la Pirsch, le chasseur porte sur lui-même une partie de la dépouille comme pour mieux s’accaparer la puissance de son adversaire désormais vaincu. La dépouille du gibier tirailleur est d’ailleurs réservée au seul chasseur. Dans le Rhône et dans la Nièvre, des civils s’étant livrés au pillage de cadavres de soldats noirs exécutés sont ainsi arrêtés par l’armée allemande.

  • 28  Chamayou (Grégoire), Les Chasses à l’homme, Paris, La Fabrique, 2010, 150 p.
  • 29  Définition Le Petit Robert.
  • 30  Si la convention de Genève de 1929, dans son article no°9, préconise le regroupement racial des pr (...)
  • 31  En juin 1941, les autorités de la commune de Cressonsacq découvrent une tombe contenant les corps (...)
  • 32  SHD/T 34N1098, rapport du lieutenant Dhoste.

14La perception nouvelle du champ de bataille et sa dimension cynégétique n’auraient pu être possibles sans l’exclusion de la sphère humaine de la proie tirailleur. Chasser une proie, qui plus est humaine, suppose l’adoption de critères qui marqueront définitivement sa différence, la distinction fixant les règles de la chasse28. Chasser signifie également « mettre, pousser dehors ; faire sortir de force. »29 Dans le cas des soldats noirs, l’exclusion de la sphère humaine est complète, et ce dès la capture. Faits prisonniers, ils sont quasi systématiquement séparés de leurs camarades de combat d’origine européenne30. Par cette séparation, le chasseur crée un régime particulier confirmé par le déséquipement des prisonniers noirs souvent affublés de tenues fantaisistes en tout genre. Le gibier tirailleur perd ainsi son statut de soldat et donc de prisonnier de guerre avec tout l’arsenal de protections qu’il suppose. Il est désormais intégré à une sphère différente de celle des autres soldats de l’armée française, une sorte de huis clos institué par son prédateur. Il perd donc le rempart que constituent habituellement les cadres coloniaux. Certains tentent de défendre malgré tout leurs hommes et le paieront parfois de leur vie31. Ils ne disposent plus dès lors de liens avec le chasseur, la barrière de la langue étant infranchissable pour la grande majorité des soldats noirs. Ce phénomène accentue encore sa déshumanisation car le tirailleur n’a pas les moyens de contester son nouveau statut de proie aux limites de l’humanité. Le caporal-chef Mayaki ne doit ainsi la vie sauve qu’à sa parfaite connaissance de la langue française alors que ses camarades sont passés par les armes32.

  • 33  « M. le commandant entend que les communes soignent bien les tombes des soldats français se trouva (...)
  • 34  SHD/T 34N1095.
  • 35  Les officiers allemands harcèlent et tabassent le haut fonctionnaire. Ils lui présentent des corps (...)

15L’exclusion de la sphère humaine du gibier tirailleur est également observable à travers le sort réservé à sa dépouille. Dans de nombreux cas, le chasseur refuse toute sépulture aux restes du gibier tirailleur abattu. Les autorités municipales de Marolles-sous-Lignières, dans l’Aube, se voient ainsi refuser l’autorisation d’inhumer dans le cimetière communal les dépouilles de deux soldats noirs. À Clamecy, les dépouilles des tirailleurs abattus sont laissées durant cinq jours sans sépulture et les autorités allemandes n’acceptent leur inhumation que sur l’insistance des autorités civiles locales. La dépouille de ce gibier doit ainsi se dissoudre d’elle-même ou bien par l’action d’autres animaux, parachevant l’animalisation du tirailleur. Cette déshumanisation est également civique et mémorielle puisque, privés de tout moyen d’identification, ces corps sont désormais sans identité et donc sans famille et sans mémoire. Des consignes très strictes sont d’ailleurs données pour que ces dépouilles ne soient pas honorées, au contraire de celles des soldats français d’origine européenne. La Kommandantur de Marcelcave, dans la Somme, justifie ainsi cette consigne par l’attitude même des tirailleurs au combat, accusés de sauvagerie et d’avoir maltraité des soldats allemands prisonniers33. Le document justifie également a posteriori les exécutions réalisées sur le champ de bataille par l’attitude des victimes elles-mêmes. L’action non encadrée du chasseur trouve ainsi un début de rationalisation par l’adoption officielle de ses représentations. Sur le champ de bataille, l’encadrement allemand fait généralement peu de cas du sort réservé au gibier tirailleur et il n’est pas rare de voir des officiers supérieurs partager les représentations de leurs soldats. Tentant de faire cesser l’exécution de sa quarantaine de tirailleurs, le commandant Carrat, du 16e RTS se voit ainsi rétorquer par un colonel allemand « que deux tirailleurs avaient essayé de franchir le barrage en blessant avec un coupe-coupe deux soldats ennemis. »34 La démarche est similaire lorsque des officiers allemands enlèvent Jean Moulin, alors préfet d’Eure-et-Loir, et le torturent afin de lui faire contresigner un document accusant les soldats noirs d’exactions contre des civils35. Face au déchaînement de violences perpétré par la troupe, le commandement militaire allemand, plutôt que de sanctionner et de faire cesser une telle situation, l’a tacitement autorisée sur le terrain et ainsi l’a encouragée, car elle correspondait à une représentation commune à la troupe comme aux officiers, de l’adversaire, des combats et de leurs finalités politiques et raciales.

  • 36  Ingrao (Christian), Les Chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Perrin, 2006, 292 p. L’aut (...)

16Au moment où les troupes allemandes déferlent sur la France, la SS crée une unité composée de criminels cynégétiques36. Sous le commandement d’Oscar Dirlewanger, la formation opère d’abord dans le sud-est de la Pologne. Elle se distingue surtout dans le cadre de l’invasion de l’Union Soviétique, à partir du second semestre 1941. L’unité se spécialise dans la « chasse » aux partisans dont les groupes, de plus en plus nombreux, menacent les arrières des lignes allemandes. En France, la chasse au gibier tirailleur ne fut qu’une déviance volontaire et assumée de l’offensive, conséquence d’une certaine représentation de l’adversaire et du champ de bataille. La guerre à l’Est et son cadre officiellement criminel et génocidaire permettent l’institution d’une véritable guerre cynégétique dont la brigade Dirlewanger ne fut qu’un des acteurs illustres mais non isolé. Car à l’instar des chasses menées en mai et juin 1940, celles livrées à partir de juin 1941 le furent aussi bien par les unités de la Waffen SS que de la Wehrmacht dans une sorte de communion d’actions et de représentations qui aboutit à des violences sans commune mesure avec celles de mai et juin 1940.

Haut de page

Notes

1  El Baze (Michel) a regroupé ses souvenirs de combat et de captivité dans un manuscrit intitulé « Né coiffé ». Entretien avec l’auteur, 10 avril 2005.

2  Témoignage des Sœurs de Nevers, SHD/GR 34 N5.

3  Témoignage du caporal Scandariato, cité par Poncet (M.), dans Le Tata sénégalais de Chasselay, sans date, p. 35.

4  Voir les articles de l’auteur : « Les massacres de mai et juin 1940 », musée de l’Armée. Actes publiés (La Campagne de 1940, Paris, Tallandier, 2000) et « Les tirailleurs sénégalais dans la campagne de mai et juin 1940 », Centre d’études d’Histoire de la Défense. Actes publiés (Les Troupes de marine dans l’armée de terre. Un siècle d’Histoire. 1900-2000, Paris, Lavauzelle, 2001).

5  Durant la campagne, les troupes allemandes se livrent également à des exactions contre les soldats français d’origine européenne et contre les populations civiles. À Dounoux et Domptail, dans les Vosges, 10 soldats du 55e bataillon de mitrailleurs et 26 autres du 146e régiment d’infanterie de forteresse, sont passés par les armes les 19 et 20 juin 1940. Le 16 juin, 4 soldats du 4e régiment de spahis marocains sont exécutés à Germisay, dans la Marne. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, les populations civiles ont payé un lourd tribut avec près de 98 civils exécutés à Aubigny-en-Artois, 80 autres à Oignies ou bien encore 22 à Haubourdin.

6  Témoignage du caporal Scandariato et de l’adjudant Requier.

7  Horne (John) et Kramer (Alan), 1914, Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, 640 p.

8  Ingrao (Christian), « La politique nazie de lutte contre les partisans », Revue d’histoire de la Shoah, juillet-décembre 2007, p. 232.

9  En 1870, les marsouins de la division bleue du général de Vassoigne se distinguent lors des combats de Bazeilles, dans les Ardennes. Depuis, les troupes coloniales/troupes de marine commémorent ces combats « jusqu’à la dernière cartouche » qui sont devenus le symbole de cette arme.

10  CHETOM 15H150, rapport du commandant Duclos.

11  SHD/T 34N1098, rapport du lieutenant Dhoste.

12  Ibid.

13  CHETOM 15H145.

14  Hell (Bertrand), Le Sang Noir. Chasse et mythe du sauvage en Europe, Paris, Flammarion, 1994, 381 p.

15  Cité par Scheck (Raffael), Une saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais, mai-juin 1940, Paris, Tallandier, 2006, 288 pages, p. 86.

16  CHETOM 15H147.

17  SHD/T 34N1100. D’autres officiers du régiment subissent une mise en scène dans le même cadre d’accusation.

18  Archives départementales de Seine-Maritime, enquêtes sur les tombes des prisonniers indigènes, cote Z 7828.

19  Témoignage de Madame Odette Cléré à l’auteur, 17 septembre 2001.

20  À l’issue des combats livrés dans le village d’Eveux, trois tirailleurs sont retrouvés fusillés sur un tas de fumier, d’autres auraient été enterrés vivants et des restes humains appartenant vraisemblablement à un tirailleur ont été retrouvés sur place sans que l’on puisse aujourd’hui véritablement connaître le sort qui lui a été réservé.

21  Témoignage de Michel Arnould à l’auteur, 12 juillet 2003.

22  CHETOM 15H148.

23  SHD/T 34N1071.

24  La plupart des photographies ne permet aucune information supplémentaire de lieux ou de date. A ce jour, seul le charnier de la montée de Balmont a pu être clairement identifié sur la photographie d’un soldat allemand

25  Irving (David), Rommel: The Trail of the Fox, Ware, Worgsworth Editions, 1999, 448 p., p. 55.

26  Archives départementales de l’Aube, SC7294, liste des tombes militaires de 1940.

27  Ibid.

28  Chamayou (Grégoire), Les Chasses à l’homme, Paris, La Fabrique, 2010, 150 p.

29  Définition Le Petit Robert.

30  Si la convention de Genève de 1929, dans son article no°9, préconise le regroupement racial des prisonniers de guerre, il ne s’agit là que d’une action recommandée dans le cadre de la vie courante des camps de prisonniers. La séparation au moment de la capture répond à d’autres objectifs et intervient dans le cadre des représentations entourant le tirailleur sénégalais.

31  En juin 1941, les autorités de la commune de Cressonsacq découvrent une tombe contenant les corps de sept officiers français à proximité du bois d’Eraines. Capturés indemnes avec des tirailleurs et des sous-officiers blancs, ces cadres ont disparu par la suite et ont vraisemblablement été passés par les armes. Il s’agit du commandant Bouquet, du capitaine Speckel, du capitaine Ris, du lieutenant Planchon, du lieutenant Ermigny, du lieutenant Roux et du lieutenant Brocart. À l’issue de la chute du point d’appui du couvent de Montluzin, des cadres du 25e RTS, dont les sous-lieutenants Cevear et de Montalivet, sont également exécutés.

32  SHD/T 34N1098, rapport du lieutenant Dhoste.

33  « M. le commandant entend que les communes soignent bien les tombes des soldats français se trouvant sur leur territoire, ce qui constitue d’ailleurs un devoir national. Il s’agit pourtant seulement des soldats français et alliés d’origine européenne qui se sont battus et ont agi en défense de leur patrie. Les troupes noires, par contre, ont combattu en sauvages et maltraité et même tué un grand nombre de prisonniers allemands qui ont eu le malheur de tomber entre leurs mains. C’est pourquoi le commandant de l’armée allemande ne désire pas et même défend expressément d’orner les tombes des soldats noirs ; il faut les laisser à l’endroit et dans l’état où elles sont en ce moment. » CHETOM 15H144.

34  SHD/T 34N1095.

35  Les officiers allemands harcèlent et tabassent le haut fonctionnaire. Ils lui présentent des corps déchiquetés de civils que Jean Moulin identifie comme étant des victimes de bombardements. Moulin (Jean), Premiers combats, Paris, éditions de Minuit, 1947, 173 p.

36  Ingrao (Christian), Les Chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Perrin, 2006, 292 p. L’auteur livre ici une étude très approfondie de cette unité SS et notamment sur la dimension cynégétique de ces actions de combats et génocidaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Fargettas, « « Sind Schwarze da ? » La chasse aux tirailleurs sénégalais. Aspects cynégétiques de violences de guerre et de violences raciales durant la campagne de France, mai 1940-août 1940 », Revue historique des armées, 271 | 2013, 42-50.

Référence électronique

Julien Fargettas, « « Sind Schwarze da ? » La chasse aux tirailleurs sénégalais. Aspects cynégétiques de violences de guerre et de violences raciales durant la campagne de France, mai 1940-août 1940 », Revue historique des armées [En ligne], 271 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/7694

Haut de page

Auteur

Julien Fargettas

Docteur en histoire, il a obtenu le prix Marcel Paul pour son mémoire de maîtrise Le massacre des soldats du 25e régiment de tirailleurs sénégalais : région lyonnaise, 19 juin et 20 juin 1940. Il poursuit également une carrière militaire au sein de l’armée de Terre qui l’a menée au Kosovo et en Afrique et a publié aux éditions Tallandier Les tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légende et réalités, 1939-1945.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org