Navigation – Plan du site
Lectures

Peter Hopkirk, préface d’Olivier Weber, Le grand jeu, officiers et espions en Asie centrale

Bruxelles, Éditions Nevicata, 2011, 572 pages
Olivier Berger
p. 134

Texte intégral

1Entre l’Angleterre et la Russie, une course effrénée à la conquête d’un territoire stratégique se fait jour, depuis le xviiie siècle, afin de contrôler des terres, d'étendre une aire d’influence vers les steppes asiatiques ou de contrôler la route des Indes. Ce « grand jeu » consiste à explorer des zones encore mal cartographiées, collecter du renseignement, nouer et détricoter des alliances de circonstances, espionner l’ennemi plus ou moins ouvertement. L’expansionnisme russe fait peur aux Britanniques, eux-mêmes désireux de défendre leur possession indienne et son hinterland. La période napoléonienne complique la donne, le sentiment de menace exacerbé déchaîne les nouveaux ennemis qui avaient combattu ensemble Napoléon. Tous les coups sont permis : on se déguise en pèlerin musulman, en commerçant, maîtrisant le dialecte local, tout en observant la région, ses caractéristiques étaient enregistrées en vue d’une campagne que l’on anticipe. C’est une sorte de « guerre froide » avant l’heure, une course dont l’enjeu est de gagner une aire d’influence commerciale et stratégique. Dans le Caucase, en Afghanistan, au Tibet, en Inde ou chez les Perses, le grand jeu met aux prises des officiers jusqu’à l’accord de 1907 qui met fin à cette rivalité. Le nouveau danger vient désormais d’Allemagne. Ici l’auteur ne prétend pas remplacer des livres récents faisant autorité, traitant de l’histoire des relations internationales, mais s’attache à une étude de terrain, privilégiant une petite échelle afin de faire revivre le périple de ces militaires aventuriers jouant leur vie au nom de la raison d’État. Il parvient à imbriquer les échelles d’études avec facilité. Ce livre se lit aisément, malgré un aspect a priori rébarbatif, et aide à comprendre les enjeux géostratégiques actuels de cette région du monde, largement tributaires des événements passés. Un livre qui ravira les historiens comme les militaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Berger, « Peter Hopkirk, préface d’Olivier Weber, Le grand jeu, officiers et espions en Asie centrale », Revue historique des armées, 271 | 2013, 134.

Référence électronique

Olivier Berger, « Peter Hopkirk, préface d’Olivier Weber, Le grand jeu, officiers et espions en Asie centrale », Revue historique des armées [En ligne], 271 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7700

Haut de page

Auteur

Olivier Berger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org