Navigation – Plan du site
Dossier

La presse militaire française à destination des troupes indigènes issues des différents territoires de l’Empire puis de l’Union française

French military press for native troops from different territories of the Empire and the French Union
Olivier Blazy
Traduction de Robert A. Doughty
p. 51-59

Résumés

Qu’elle s’adresse aux troupes d’origine européenne ou indigène, la presse militaire coloniale française offre un corpus vaste et méconnu. Constituée de simples feuillets ou de luxueuses revues illustrées, elle fut pourtant abondante et publiée dans les très nombreuses langues parlées dans l’empire. Après une première tentative pendant la campagne d’Égypte, puis des débuts timides lors de la Grande Guerre, la presse militaire coloniale se développe au cours la Seconde Guerre mondiale, avant de connaître son âge d’or au cours de la guerre d’Indochine, grâce à la création de nombreux titres destinés aux troupes provenant des différents territoires de l’Union Française et aux soldats des armées vietnamienne, cambodgienne et laotienne. Paradoxalement, la guerre d’Algérie donnera bien moins lieu à la publication de journaux à destination des troupes musulmanes ou issus des territoires africains et malgache.

Haut de page

Texte intégral

1Principalement destinée aux troupes d’origine européenne, sinon française, la presse militaire coloniale française offre un corpus très vaste, bien que peu connu. Cependant, plusieurs de ses « grands » titres tels que Le Courrier d’Égypte, Caravelle, Tropiques, Képi-Blanc ou Le Bled ont acquis une certaine notoriété.

2La presse destinée aux militaires des unités indigènes est cependant pratiquement oubliée. Simples feuillets recto verso ronéotypées en brousse ou luxueuses revues illustrées sur papier glacé, elle fut pourtant abondante et publiée dans les très nombreuses langues parlées dans l’empire colonial français.

3Des recherches systématiques au Service historique de la Défense, au Centre d’histoire et d’études des troupes d’outre-mer, dans les grandes bibliothèques et centres d’archives devraient encore permettre de donner une vision plus claire de son étendue, de sa réalité et de son influence.

4Après une tentative sans doute avortée pendant la campagne d’Égypte, des débuts timides lors de la Première Guerre mondiale, la presse militaire « indigène » connaît un développement certain avec le second conflit mondial. Son apogée arrive lors de la guerre d’Indochine avec la création de quantité de titres destinés d’une part aux troupes provenant des différents territoires de l’Union française et d’autre part à celles des armées nationales (vietnamienne, cambodgienne et laotienne) nouvellement créées.

5Les opérations en Afrique du Nord connaissent paradoxalement beaucoup moins de création de journaux à destination des troupes musulmanes nord-africaines ou des militaires issus des différents territoires africains et malgache. En effet, lors de ce conflit, les services chargés de la propagande et des actions psychologiques préfèrent aux journaux et périodiques l’utilisation massive des affiches, des tracts, de la radio, du cinéma et même de la télévision, plus adaptés aux populations ciblées.

6La presse militaire coloniale « française » éditée en métropole ou localement, également lue par les cadres, gradés, sous-officiers et officiers « indigènes » n’est pas analysée dans le cadre de cette étude mais simplement évoquée.

Aux origines : la campagne d’Égypte

  • 1  Amin Sami Wassef, L’Information et la presse officielle en Égypte jusqu’à la fin de l’occupation f (...)

7Le 15 nivôse an ix (5 janvier 1801), le Moniteur Universel rapporte l’ordre du jour du général Abdallah-Jacques Menou du 5 frimaire de la même année rédigé ainsi : « Menou, général en chef, ordonne ce qui suit : il sera imprimé au Caire un journal arabe destiné à répandre dans toute l’Égypte la connaissance des actes du gouvernement français, à prémunir les habitants contre les préventions et les inquiétudes qu’on pourrait chercher à leur inspirer, enfin à entretenir la confiance et l’union qui s’établissent de plus en plus entre ces peuples et les Français. Ce journal portera le nom de “Tambyyet“ (avertissement). Il sera rédigé par le cheikh Seid Ismaïl El Khachäb, archiviste du Divan, rédacteur des “Annales publiques“ et imprimé dans l’Imprimerie nationale pour être distribué au Caire et dans toutes les provinces »1.

8Aucun numéro de ce premier journal édité sur ordre d’une autorité militaire d’occupation, à destination des populations indigènes, n’a été retrouvé et il est vraisemblable qu’il n’a jamais vu le jour, mais il est intéressant de signaler que les autorités militaires et politiques de l’époque ont souhaité sa création. Seuls des affiches, placards, ordres du jour et proclamations ont été retrouvés en langue arabe, souvent accompagnés d’une version française.

  • 2  Doan Thi Do, « Le Journalisme au Viêt-Nam et les périodiques vietnamiens de 1865 à 1944 conservés (...)

9Faute de documents, il est malaisé de savoir s’il y a eu d’autres tentatives d’éditer des journaux militaires à destination des populations locales ou des troupes indigènes auxiliaires au xixe siècle, pourtant riche en expéditions et en conquêtes coloniales (Algérie, Crimée, Mexique, Levant, Chine, Cochinchine, Tonkin, Afrique noire, Madagascar, etc.). Quelques périodiques en langues locales paraissent sur ordre d’autorités militaires comme en Cochinchine ou à Madagascar au début des occupations, mais ils sont plus administratifs que militaires. Il s’agit principalement de versions ou adaptations en langues locales (principalement annamite ou malgache) des journaux ou bulletins officiels des colonies encore sous administration militaire. Ainsi le Gia Dinh bao2 (Journal de la Province de Gia Dinh) est le premier journal annamite de la colonie. Il voit le jour en 1865 en Cochinchine en écriture nationale romanisé. Journal officiel de l’époque, il donne des traductions des documents officiels (discours, arrêtés, circulaires) des autorités, alors, pour la plupart, militaires.

La Première Guerre mondiale

10Il faut attendre la Première Guerre mondiale pour voir l’émergence d’une presse à destination des militaires indigènes.

11À Alger, dès le début de la guerre, dans le Mobacher, est insérée une petite feuille en langue arabe qui prend rapidement le nom d’Akhbar Al Harb (Les nouvelles de la guerre). Ce journal dont le titre français est Journal arabe de la guerre est publié par le Service de la traduction et de l’interprétation du Mobacher et de la presse arabe, par le gouvernement général de l’Algérie. Il donne des informations officielles sur le déroulement des opérations sur les différents fronts, quelques illustrations et il est édité jusqu’en 1919. Il est largement distribué en Algérie et sur le front dans les régiments indigènes nord-africains auprès des militaires sachant lire l’arabe.

  • 3  André Charpentier, Feuilles bleu horizon : le livre d’or des journaux du front, 1914-1918, édition (...)

12Il faut citer également le petit journal Les Idées noires, organe du 44e bataillon de Tirailleurs Sénégalais3 qui connaît quatre numéros entre 1916 et 1917 et propose à son public des fables africaines comme la « La tortue », « L’éléphant » ou « L’hippopotame ». Il semble que ce soit le seul périodique édité pendant la guerre pour les troupes indigènes. Il a pour fondateur et rédacteur-en-chef le lieutenant Toutain, « originaire des îles Marquises et colon en Guinée », commandant la compagnie de mitrailleuses du bataillon et qui est tué le 14 septembre 1917 à Courlandon (Marne). À Nantes, en 1917, l’aumônerie militaire protestante publie un bimestriel Ny Dinidiniky ny mpinamana. Gazety avoaka isam-bolana ho an’ ny miaramila malagazy protestantra aty an-dafy. La rédaction du journal regagne Tananarive après la guerre et la publication continue jusqu’en 1932 au moins.

L’entre-deux-guerres

13Faute de documents, il est malaisé de savoir quel est le volume précis des parutions de périodiques militaires indigènes dans les années 1920 et 1930. On peut néanmoins citer la sortie à Strasbourg en 1924 d’un mensuel Ry tanora mpino. Gazetin’ny miaramila katolika malagasi eto andafy, édité par l’aumônerie militaire catholique à destination des Malgaches, qui continue d’être publié à Reims, à Lyon puis à Paris et qui existe encore en 1944. En revanche, pendant toute la première moitié du siècle, de nombreuses unités et écoles militaires indigènes, principalement de l’armée d’Afrique, mais également des troupes coloniales, en garnison en Afrique du Nord, en France ou en Allemagne occupée, font éditer auprès de photographes civils (comme les unités métropolitaines ou européennes de l’armée d’Afrique), des albums avec les photographies du chef de corps, du drapeau, de l’encadrement puis de tous les bataillons ou compagnies. Les militaires gardent ainsi un souvenir de leur passage dans l’unité.

La Seconde Guerre mondiale

  • 4  An-Nasr La Victoire Illustré Mensuel Arabe, n° 1 juin 1943, page 1.
  • 5  An-Nasr La Victoire Illustré Mensuel Arabe, n° 1 juin 1943, page 1.

14Après la déclaration de la guerre, en août 1939, à travers tout l’Empire, des troupes indigènes sont mobilisées puis en parties embarquées à destination de la métropole. Les autorités militaires font paraître à Paris un Bulletin des armées d’Outre-mer.Organe officiel du Centre de l’entr’aide pour les soldats et les travailleurs des territoires d’Outre-mer dans la métropole dont les quatre numéros sont publiés en trois éditions (Afrique noire, Afrique du nord ou arabe et indochinoise) entre décembre 1939 et avril 1940. Certains régiments de tirailleurs nord-africains ont leurs propres journaux comme L’Aiglon. Journal humoristico-sérieux du 3e RTM qui paraît du 1er avril 1940 au mois de mai 1940 et La Chikaïa. Journal Officiel du 7e RTM en avril 1940... En décembre 1939 est créé à Alger le journal Ya Allah ! Illustré, mensuel des militaires musulmans nord-africains «pour apporter aux soldats musulmans dans les brouillards et la boue de nos frontières un peu de soleil et du parfum de leur pays natal »4.Ce journal, qui leur offre « quelques images, contes et nouvelles du terroir »5, connaît sept numéros bilingues français-arabes entre décembre 1939 et juin 1940. En Tunisie, AKANI, Micro journal à tendance bi-mensuelle édité par les médecins, pharmaciens, dentistes et vétérinaires du 6e RTS voit le jour en décembre 1939.

15Un mensuel Madagascar aux armées est publié par le gouvernement général de Madagascar et dépendance à Tananarive entre février et avril 1940, avec des textes en français et en malgache tandis qu’une [La] Gazette du Tirailleur qui devient La Gazette du Tirailleurs et du Canonnier, est initié par l’état-major du général commandant supérieur à Dakar à destination des troupes indigènes d’AOF.

16Après l’armistice, en 1941, est publiée à Gap, en zone libre, l’Écho d’Outre-Mer, bulletin des Soldats et Travailleurs Coloniaux, en deux versions (malgache et annamite) tandis que le Cônc Binh Tâp Chî est rédigé et édité à Vichy, au profit des militaires et travailleurs indochinois indigènes bloqués en métropole ou prisonniers de guerre, entre 1942 et 1946. Entre 1941 et 1945, l’aumônerie militaire protestante édite quant à elle un bimestriel, Ny Sakaizan ‘ny miaramila. Gazetin’ny miaramila protestanta malagasy eto an-dafy, à Saint-Raphaël puis à Valence.

  • 6  Djibouti Français, n° 12 du 4 octobre 1941, page 2 ; n° 15 du 19 octobre 1941, page 4 ; n° 20 du 2 (...)
  • 7  Djibouti Français, n° 24 du 18 décembre 1941, page 3.
  • 8  Djibouti Libre, n° 7 du 14 juillet 1941, page 5 : « Pour lutter contre l’Allemagne, Engagez-vous d (...)

17À Djibouti, les troupes françaises comprennent de nombreuses unités sénégalaises, initialement destinées à défendre l’Indochine, mais bloquées par la guerre sur le territoire. Les autorités locales, fidèles au maréchal, créent un hebdomadaire Djibouti français dont les rédacteurs et les lecteurs sont en grande majorité des militaires. Certains numéros de ce journal s’enrichissent d’une rubrique intitulée tout d’abord Le coin des Tirailleurs Sénégalais et Malgaches6 puis Les Messages de l’Empire7, à destination des troupes indigènes. Ces pages donnent aux tirailleurs des nouvelles de leurs pays et des encouragements des autorités civiles, militaires et religieuses de l’Afrique subsaharienne française. En Éthiopie, les troupes gaullistes éditent parallèlement un bulletin, Djibouti libre8, incitant ouvertement par annonce les tirailleurs à déserter et à rejoindre les troupes dissidentes de la France libre…

18En Indochine, paraît à Hanoï À plein tube, Bulletin de liaison des artilleurs du 4e RAC, avec, en 1942, des pages en vietnamien pour les artilleurs indigènes de ce régiment mixte.

19En juin 1942 est créé à Beyrouth L’Orient Militaire, revue bimensuelle en langue arabe, afin d’intensifier la propagande parmi les populations autochtones. Un éditeur civil est chargé de la publication par l’autorité militaire française, moyennant subvention de la rédaction et de l’impression de la revue (tirage entre 2 800 et 6 000 exemplaires selon les arrivages de papier). Cette revue qui est la seule en langue arabe non soumise à la censure des gouvernements locaux (syrien et libanais) connaît un grand succès.

  • 9  « An-Nasr La Victoire Illustré Mensuel Arabe », n° 1 juin 1943, page 1.

20En juin 1943 paraît à Alger un nouveau journal bilingue, An-Nasr La Victoire, Illustré Mensuel Arabe. L’éditorial de présentation du premier numéro indique que le journal, « héritier de “Ya’Llah”, accompagnera nos soldats à la poursuite de l’ennemi qui voulut réduire en esclavage la France et les pays musulmans de l’Afrique française. Ce journal fait pour distraire le soldat musulman dans la rude guerre que mène l’armée française d’Afrique aux côtés des armées alliées, apportera sa modeste contribution à l’effort de toutes nos volontés tendues vers un seul but… Victoire ! »9. Ce journal très richement illustré, comprenant une couverture recto verso en couleur, est publié jusqu’en 1946.

La guerre d’Indochine

21Pendant la guerre d’Indochine, la presse militaire « indigène » voit son apogée avec la naissance de dizaines de titres, le plus souvent éphémères, de tous formats, de tirages forts variés (d’une centaine à quelques dizaines de milliers d’exemplaires). Tout d’abord rédigés en français la plupart du temps, de plus en plus de titres paraissent progressivement en vietnamien, en chinois, en laotien, en cambodgien, en arabe. Certains sont bilingues, voire trilingues. Ronéotypée dans les postes éloignés, imprimée localement  ou dans les imprimeries civiles ou militaires de Hanoï et de Saigon, cette presse donne des informations sur la vie quotidienne des unités, sur les opérations auxquelles elles participent, sur les pertes, sur les départs et arrivées de l’encadrement ainsi que des nouvelles sur les pays d’origine des combattants.

22Il existe des publications « indigènes » diffusées dans toute l’Indochine, à destination des militaires des forces armées d’Extrême-Orient (FAEO). Peuvent être cités dans cette catégorie Es-Saheb (Le compagnon, 9 000 exemplaires), mensuel bilingue français-arabe destiné aux soldats nord-africains, le Bulletin de Liaison des Troupes Africaines, le bimensuel Con Tuyen Vuot Be (Caravelle, vietnamien, 65 000 exemplaires) et Tre (Le Clairon, 10 000 exemplaires) mensuel de langue cambodgienne destiné aux militaires cambodgiens. Certains événements, comme le passage et le désarmement des troupes nationalistes chinoises à la frontière nord du Vietnam, donnent lieu à la publication d’un journal à Saïgon, richement illustré, mais qui ne connaît qu’un seul numéro : Les Troupes de l’Union Française à l’œuvre. Quan doi Lien-Hiet-PhapVat tai vao viec. D’autres publications ont une vocation régionale : deux bimensuels vietnamiens destinés aux partisans, Ngoi Linh Vietnam (Le soldat du Vietnam, 5 000 exemplaires) et Tin Tuc Hang Ngay (Chronique de tous les jours, 5 000 exemplaires) ; au Nord-Vietnam, trois mensuels pour la zone ouest, Ba Vi, Ta Voi Ta (Nous et nous, 3 500 exemplaires) et Y Dan (La volonté du peuple, 17 500 exemplaires). Au Laos est publié Nak Lob Lao. Le Combattant Lao, mensuel bilingue destiné aux militaires des forces du Laos et le Bulletin hebdomadaire d’information (200 exemplaires).

23Certaines unités ont également leurs propres publications : quelques-unes nous sont parvenues comme le Bulletin de Liaison du 2e bataillon du 6e RTM, ou les Nouvelles de la 4e ½ brigade algéro-marocaine, mais beaucoup n’ont pas été encore repérées ou répertoriées.

24Parallèlement à cette presse militaire française, voit le jour avec les indépendances et la constitution des armées nationales, une abondante presse militaire vietnamienne, cambodgienne et laotienne. Cette presse, largement aidée, financée et diffusée par les différents organismes de guerre psychologique du corps expéditionnaire, est destinée non seulement aux combattants des nouvelles armées nationales et à leurs cadres français mais aussi pour certaines d’entre elles aux civils amis ou ennemis, aux prisonniers vietminh et aux combattants ennemis.

25Ainsi, en 1953, l’autorité militaire vietnamienne (5e bureau des forces armées du Viêt-Nam) publie à Saigon, Chien-Si (Le combattant), un bimensuel destiné aux militaires des FAVN opérant au Sud-Vietnam et Quan Doi (L’Armée, 40 000 exemplaires), un hebdomadaire diffusé auprès des militaires des FAVN. À Hué, elle édite Tien Len (En avant toujours), bimensuel destiné aux militaires des FAVN du Centre-Vietnam et à Dalat, Dalat Tien, organe de l’école inter-armes. À Hanoï est publié Chin Dao (Le chemin droit, 3 000 exemplaires), organe de la garde nationale du Nord-Vietnam ; au Cambodge, Le Cambodge Militaire, revue de l’Armée Royale Khmère, hebdomadaire bilingue (400 exemplaires) ; et au Laos, Khao Tha Han (Information militaire, 4 000 exemplaires), organe bimensuel de langue laotienne destiné aux militaires de l’armée nationale laotienne.

AOF, AEF, Madagascar

26En AOF, en AEF et d’une certaine façon à Madagascar, le problème de la langue se pose moins, le français s’étant imposé comme langue de commandement et de travail de l’ensemble des troupes européennes ou indigènes. Pour l’information des militaires, quelles que soient leurs origines, des revues mensuelles d’information bien illustrées sont créées à Madagascar et en AOF. Peuvent être ainsi citées Troupes d’AOF. Mensuel militaire d’Information des Armées de Terre-Air-Mer publiée à Dakar entre 1958 et 1959 puis devenu Troupes d’Afrique Occidentale en 1959 et La Grande Île Militaire, Revue Mensuelle [puis bimestrielle] éditée par le commandement supérieur des forces armées de Madagascar et dépendances entre 1953 et 1958 et dont certains articles sont rédigés en malgache. Deux périodiques « indigènes » doivent être signalés : la Gazetin’ny miaramila si ny gardes tera-tany, publiée par l’aumônerie militaire catholique à Tananarive entre 1951 et 1952 (1 300 exemplaires) et Le Travailleur des Forces Terrestres. Organe mensuel du Syndicat unique des Personnels Civils des Forces Terrestres d’AOF, publié à Dakar en 1957 (500 exemplaires).

Algérie

27À Alger, en 1949, le 13e régiment de tirailleurs sénégalais publie un Bulletin de Liaison et, en 1951-1952, l’aumônerie militaire catholique un bulletin bimestriel Notre foi, Bulletin Catholique des Soldats Africains à destination des tirailleurs sénégalais catholiques. Pendant la guerre d’Algérie, de très nombreux périodiques sont créés dans le cadre de l’« action psychologique » mais, contrairement à la guerre d’Indochine, très peu de ces publications sont spécifiquement dédiées aux troupes ou aux populations musulmanes algériennes.

28Des expériences sont cependant tentées à destination notamment des villageois dans l' arrière-pays. Ainsi, par exemple, dans la 10e région militaire, une Gazette de Tikobain et un Bulletin de Yaskren sont réalisés en 1957 par le 1/11e régiment d’artillerie par le soin de son officier Action psychologique, en collaboration avec certaines autorités locales, pour être diffusés dans chaque village auprès des quelques éléments français de souche et surtout auprès des Français musulmans, lisant le français.

29Par ailleurs, des tracts sous forme de bandes dessinées diffusées par épisodes et numérotées sont imprimés massivement (100 000 exemplaires) comme, en 1958, Les aventures d’Ali, puis Les aventures extraordinaires d’Ali, diffusés en français à destination des Français musulmans.

30Les corps d’armées diffusent également des périodiques bilingues français-arabes comme Les Nouvelles, puis Les Nouvelles d’Oranie, périodiques tirés à 60 000 exemplaires par le Bureau psychologique du corps d’armée d’Oran entre 1957 et 1959. L’École militaire préparatoire nord-africaine publie un message de l’EMP NA Koléa en 1957. Le 4e groupe de compagnie nomade d’Algérie sort à Pâques 1961 un numéro spécial et sans doute unique sur la pacification avec comme post-face : « Il y a longtemps que sur nos hauts-plateaux les armes ont cédé la place au travail du cœur et de l’esprit. C’est cela pacifier, c’est le côté humain, le côté noble, le côté passionnant de notre mission. »

31Dans le cadre de la pacification, les sections administratives spécialisées (SAS) sont également le cadre d’expériences journalistiques. Si l’inspection générale des affaires algériennes publie un Bulletin de Liaison et de Documentation des Personnels Civils et Militaires des Affaires Algériennes, comprenant de nombreuses informations concernant ou à destination des français musulmans, quelques SAS ont leur propre bulletin comme L’Ami de Bezzit dans les années 1958-1959. Ce bulletin publie notamment les naissances, les mariages et les décès du mois, les remises de décorations, les départ et retours des travailleurs ainsi que des textes en langue kabyle.

Maroc, Tunisie

32À la différence de l’Afrique subsaharienne, le problème de la langue se pose moins en Afrique du Nord et de nombreuses revues illustrées sont créées pour l’ensemble des troupes. Au Maroc, le journal Nouvelles du Maghreb est édité en version bilingue française et arabe au début des années 1950. Avec l’approche de l’indépendance, le titre se transforme en revue richement illustrée mais uniquement en langue française, Les Nouvelles, alors qu’en Tunisie est créée en 1956 Byrsa, Revue des Forces françaises de Tunisie. Signalons également que le 3e régiment de tirailleurs sénégalais publie en 1949 à Tunis Le Cornac, Bulletin de Liaison du 3e RTS et que les Affaires militaires musulmanes quant à elles diffusent également à Tunis dans les années 1955-1956 un Bulletin de Liaison à l’attention de ses personnels aussi bien européen que nord-africain.

Vers les Indépendances

33En février 1957, le Centre militaire d’information et de spécialisation pour l’outre-mer fait paraître à Paris un magazine richement illustré, mensuel, Soldats d’Outre-Mer, spécifiquement dédié aux lecteurs « européens, africains, malgaches, comoriens, somalis, antillais, réunionnais, océaniens… » des troupes coloniales, d’outre-mer puis de Marine…Cette revue paraît jusqu’en 1960.

34Après les indépendances des États africains et malgache, en 1962, le ministre des Armées prescrit à chacune des zones d’outre-mer de publier un bulletin mensuel afin d’assurer l’information des militaires français et africains servant à l’intérieur de la zone dans les forces françaises ou nationales, ainsi que celle des militaires africains servant à l’extérieur. Sont ainsi publiés en 1961 à Brazzaville, pour la zone d’outre-mer n°2, un Bulletin d’Information à l’attention des militaires africains ressortissants des États d’Afrique équatoriale (République du Congo, du Gabon, du Tchad et République Centrafricaine) et à Abidjan, jusqu’en août 1964, un Bulletin d’Information de la Zone d’Outre-Mer n°4 (Côte d’Ivoire, Togo, Dahomey, Haute-Volta et Niger) brièvement suivi par un Bulletin d’Information à l’intention des militaires ressortissants des États du Conseil de l’Entente, publié par la section information.

35Ces bulletins sont un des éléments de la fraternité d’armes qui unit les forces armées nationales et les forces armées françaises, mais ils disparaissent rapidement, les armées nationales se trouvant désormais en mesure d’assurer l’information de leurs personnels et les forces françaises étant alors en voie de profonde réorganisation.

36Enfin, en février 1963, l’association pour le développement et la diffusion de l’information militaire et la section d’études et d’information des troupes de marine éditent à Paris Frère d’Armes, une revue dédiée aux cadres des nouvelles armées nationales et à la coopération militaire française. Le 265e et dernier numéro paraît en décembre 2010.

Sources bibliographiques

37Martin Marc, « Les origines de la presse militaire en France : 1770-1799 », État-major de l’armée de Terre ; Service historique, Vincennes, 1975.

38Kraemer Gilles, « Trois siècles de presse francophone dans le monde : hors de France, de Belgique, de Suisse et du Québec », Paris, l’Harmattan, 1995.

39Wassef Amin Sami, « L’Information et la presse officielle en Égypte jusqu’à la fin de l’occupation française », IFAO, 1976.

40Doan Thi Do, « Le journalisme au Viêt-Nam et les périodiques vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la Bibliothèque Nationale », Bulletin d’information de l’ABF, n° 025-1958.

41Rives Maurice, colonel (er), « Une alerte centenaire, la presse militaire coloniale », L’Ancre d’Or, n°300, Septembre-Octobre 1997, pages 67 à 76.

42Charpentier André, Feuilles bleu horizon : le livre d’or des journaux du front : 1914-1918, Charpentier, Paris, 1935.

43La Guerre Psychologique en Indochine de 1945 au cessez-le-feu, Presse du Bureau de la Guerre Psychologique, 1955.

44Deroo Éric et Champeaux Antoine, La force noire : gloire et infortune d’une légende coloniale, Tallandier, Paris, 2006.

45Catalogue de périodique par langues et par pays. Périodiques malgaches, Paris, Bibliothèque Nationale, 1970.

46Ratte Philippe et Thyrard Jean, Armée et Communication, une histoire du SIRPA, Addim, Paris, 1989.

Haut de page

Notes

1  Amin Sami Wassef, L’Information et la presse officielle en Égypte jusqu’à la fin de l’occupation française, IFAO du Caire 1976.

2  Doan Thi Do, « Le Journalisme au Viêt-Nam et les périodiques vietnamiens de 1865 à 1944 conservés à la Bibliothèque Nationale », Bulletin d’information de l’ABF, n° 025-1958.

3  André Charpentier, Feuilles bleu horizon : le livre d’or des journaux du front, 1914-1918, éditions Italiques, DL 2007.

4  An-Nasr La Victoire Illustré Mensuel Arabe, n° 1 juin 1943, page 1.

5  An-Nasr La Victoire Illustré Mensuel Arabe, n° 1 juin 1943, page 1.

6  Djibouti Français, n° 12 du 4 octobre 1941, page 2 ; n° 15 du 19 octobre 1941, page 4 ; n° 20 du 20 novembre 1941, page 2.

7  Djibouti Français, n° 24 du 18 décembre 1941, page 3.

8  Djibouti Libre, n° 7 du 14 juillet 1941, page 5 : « Pour lutter contre l’Allemagne, Engagez-vous dans les Forces Françaises Libres. Conditions d’engagement. Ex tirailleurs sénégalais, tirailleurs somalis…Les engagements sont reçus au Consulat de France à Dire Daua ».

9  « An-Nasr La Victoire Illustré Mensuel Arabe », n° 1 juin 1943, page 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Blazy, « La presse militaire française à destination des troupes indigènes issues des différents territoires de l’Empire puis de l’Union française », Revue historique des armées, 271 | 2013, 51-59.

Référence électronique

Olivier Blazy, « La presse militaire française à destination des troupes indigènes issues des différents territoires de l’Empire puis de l’Union française », Revue historique des armées [En ligne], 271 | 2013, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7714

Haut de page

Auteur

Olivier Blazy

Juriste de profession, vice-président de l'Association nationale des officiers prisonniers de guerre 1940-1945 et ancien officier de réserve des troupes de marine, il s'intéresse depuis des années à l'histoire de la presse française outre-mer et à l'histoire de l'armée française outre-mer. Il prépare actuellement le Catalogue des périodiques de Dahomey (1890-1960), ainsi qu'un catalogue des périodiques de Djibouti (1899-1977). Il entreprend également le recensement des périodiques militaires français parus outre-mer (hors Europe) des origines à nos jours.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org