Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Jean-Marc Marill
p. 1

Texte intégral

  • 1 Rappelons que L’armée française comprend trois armées - terre, air, mer - plus la gendarmerie.
  • 2 Voir dans ce numéro l’article de Claire Miot : « Combattantes sans combattre ? Le cas des ambulanci (...)

1Les temps ont bien changé depuis l’époque où la guerre constituait exclusivement une « affaire d’hommes » et le port des armes, une prérogative masculine. De fait, en 2013, l’armée française1 accueille plus de 48 000 femmes dans ses rangs, soit près de 15 % des effectifs totaux, un pourcentage légèrement inférieur à celui des États-Unis, mais bien supérieur à celui des armées britanniques ou allemandes. Certes, dans le cas de l’armée de Terre par exemple, la part des femmes reste sensiblement plus élevée dans le domaine de l’administration et de la gestion (40 %) que dans celui des armes de mêlée – telle l’infanterie – (10 %), mais les femmes sont désormais devenues des combattantes à part entière, à l’instar de leurs homologues masculins et l’on ne pourrait plus écrire aujourd’hui que les femmes au combat « plutôt que d’apporter une aide effective, […] jettent la perturbation »2 au sein de la troupe.

2La réticence à incorporer des femmes dans les armées n’est pas, bien évidemment, un phé­nomène purement français et Andrej Nieuwazny explique bien combien le patriotisme et le volontarisme des combattantes polonaises luttant contre les Bolchéviques entre 1918 et 1921 se heurtent au conservatisme et à l’hostilité des hommes - mais aussi des femmes - de la société polonaise d’alors. L’opposition à la présence féminine dans un milieu traditionnelle­ment réservé aux hommes est souvent motivée par l’argument de la moralité. Cet argument et les réactions qu’il soulève, Jean-Jacques Monsuez les retrace à travers les témoignages de femmes, devenues célèbres pour certaines d’entre elles, dont la trajectoire au sein de l’institu­tion militaire ne s’est pas faite sans quolibets ou accusations à caractère sexiste. Cette expé­rience, Catherine Bertrand l’a bien connue et nous la livre, se rappelant le mépris affiché par les officiers et quartiers-maîtres masculins devant les élèves officiers féminins de la marine en 1973 : « Nous apprenons à taper à la machine [se remémore-t-elle]. Les garçons de l’École navale apprennent-ils la dactylographie ? »

3Mais, au-delà même de la place des femmes dans l’armée, se pose, au XXe siècle, la question des femmes combattantes. Car si d’aucuns acceptent finalement qu’elles puissent avoir une « utilité » dans des organismes de soutien ou du service de santé, leur présence au front, là où l’on meurt – tout comme les hommes – est davantage contesté. En effet, si la prise de risque est acceptée dans un contexte particulier, comme c’est le cas de Louise de Bettignies, espionne et patriote de la Grande Guerre, présentée par Chantal Antier, Claire Miot pose quant à elle clai­rement la question du statut des femmes combattantes à travers l’exemple des ambulancières de la Première armée. Fort heureusement, malgré les préjugés et les réticences qui peuvent demeurer ici ou là, cette question est en train de trouver sa réponse. Aujourd’hui, décora­tions et citations sont conférées aussi bien aux hommes qu’aux femmes, sans distinction, comme peut en témoigner la remise, le 12 octobre 2010, de la Croix de la Valeur militaire à Erika Arrabarrena, infirmière de classe normale, pour son action au feu en faveur de ses frères d’armes blessés en Afghanistan. Ce numéro de la Revue historique des armées rend hommage à toutes ces femmes, combattantes ou non, qui ont lutté pour la reconnaissance de leurs droits et de leurs statuts, un combat qui aujourd’hui encore se poursuit vers plus d’égalité, alors : « Aux armes citoyennes !»

Haut de page

Notes

1 Rappelons que L’armée française comprend trois armées - terre, air, mer - plus la gendarmerie.

2 Voir dans ce numéro l’article de Claire Miot : « Combattantes sans combattre ? Le cas des ambulancières de la Première armée française (1944-1945). »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Marill, « Éditorial  », Revue historique des armées, 272 | -1, 1.

Référence électronique

Jean-Marc Marill, « Éditorial  », Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/7778

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Marill

Docteur en histoire et rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org