Navigation – Plan du site
Dossier

À l’origine de la féminisation des armées

Le témoignage d’une femme sur les statuts et les formations (1940-1983)
Origin of the armies’ feminization. The testimony of a woman on status and training (1940-1983)
Catherine Bertrand
Traduction de Robert A. Dougthy
p. 61-74

Résumés

Les armées ne comptent plus d’officiers féminins dans leurs rangs. Dissous, les centres de formation et les écoles réservées aux jeunes filles volontaires pour une carrière militaire. Mais l’instruction demeure. Depuis les années 80, celles-ci ont intégré les grandes écoles, poursuivent les mêmes carrières que leurs camarades masculins et atteignent les étoiles. L’histoire de leurs aînées est récente ; quelques décennies. Le chemin ne fut pas facile.  Les portes étaient étroites, il fallut bien des générations pour gravir toute la hiérarchie. Courageuses, disponibles en temps de paix comme en temps de guerre, en Métropole comme sur tous les terrains d’opérations et sous des uniformes parfois bien peu seyants, elles menèrent une lutte patiente pour faire évoluer le statut, pourfendre la misogynie, se battre pour les appellations réglementaires et le port de l’arme.  Et surtout pour apprendre. D’écoles de cadres en centres de formation, l’instruction des jeunes volontaires a fidèlement suivi l’évolution de leur statut, jusqu’à l’ouverture des portes des écoles militaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour cet article, l’auteur s’est appuyée sur son ouvrage EIPMF dix ans d’histoire, éditions Guer, 1 (...)

1Élève-officier féminin de la Marine, telle est ma situation militaire en 19731. J’ai choisi ce métier, mais surtout la Marine, par vocation dès l’âge de douze ans. Pas question pour moi de présenter, comme mes compagnes, les concours d’entrée dans une autre armée ou dans une administration quelconque. La Marine ou rien ! La question de savoir si « ça » existait, les femmes dans la Marine, se révéla comme un véritable parcours du combattant : dossiers, entretiens, tests... Nous fûmes vingt-quatre candidates pour toute la France en cette année de recrutement. Six furent admises, six élèves-officiers féminins qui doublèrent l’effectif, puisque nos aînées dans la hiérarchie n’étaient que six elles aussi.

  • 2 Catherine Bertrand-Gannerie, Pas de jupes à bord, éditions Ouest-France, 2011.

2À l’époque, nous le savons déjà : pas de jupes à bord2 ! Nous ne naviguerons jamais. Et à entendre les réflexions de ces messieurs de la Royale lorsque nous abordons timidement le sujet, ce ne sera peut-être même pas pour le prochain millénaire ! Mais je ne désespère pas.

  • 3 Pontaniou, nom d’une ancienne prison de Brest, donné au centre de formation bâti à son emplacement.

3Là-bas, de l’autre côté du goulet de Brest, se dresse l’École navale. Mais elle n’est pas pour nous, les filles. Étudiantes il y a six mois, aujourd’hui élèves-officiers, nous apprenons, en jupes plissées et pulls cintrés, au rythme d’une cassette éraillée et sous le regard goguenard des matelots, la marche au pas, le demi-tour et le quart de tour dans la cour de Pontaniou3. « Mesdemoiselles, ce n’est pas la valse ! »

4Les cours en salles, ont lieu au dernier étage, où l’on gratte comme de bonnes petites élèves, agacées par l’attitude paternaliste des officiers et officiers-mariniers masculins qui ne semblent guère nous prendre au sérieux. Après Brest, nous allons à Toulon, reçues comme observatrices dans les bureaux de la préfecture maritime ; puis c’est Paris, entre la rue Royale et la place de la Concorde. Dans la soirée, cependant, les rêves d’une carrière embarquée s’évanouissent sur les touches des machines à écrire. Oui, nous, élèves-officiers de la Marine, nous ne sommes encore que des secrétaires en puissance. Nous n’embarquons pas, nous n’avons pas de spécialité, nous ne portons pas le sabre. Mais nous apprenons à taper à la machine. Les garçons de l’École navale apprennent-ils la dactylographie ? Cela me révolte. Et il n’y a pas que la dactylographie ; je ne supporte pas cette appellation de Madame, ni ce féminin qui se glisse dans notre grade. Mais la tenue, jupe droite et veste à double boutonnage, chemise blanche et cravate, escarpins et surtout le tricorne me plaisent et deviennent ma deuxième peau.

5Après six mois de formation, je suis affectée au centre d’instruction navale (CIN) de Brest. Magnifique bâtiment qui abrita l’ancienne École navale, avec grand bureau pour moi seule, avec vue sur le goulet et la pointe des Espagnols. Le gros lot pour un premier poste : celui de chargée des relations publiques. Seul personnel féminin au milieu des officiers, sous-officiers, élèves-officiers de réserve et matelots, professeurs et élèves de l’École des mousses, de l’École de maistrance et du lycée naval. L’officier féminin est une espèce bien rare ; alors un jour, au carré, entre le dessert et le café, quelqu’un lance : « Et si vous nous faisiez un exposé sur l’histoire des marinettes, miss ? » Je relève le défi. Le sujet me passionne ; après quelques exposés au CIN et ailleurs, des interviews à la radio, viendront un livre et un mémoire de maîtrise d’histoire.

6Personnel féminin des armées, quelle est notre origine ? Comment le sommes-nous devenues ?

Une date : le 7 novembre 1940

7Avant cette date, il n’avait jamais été question dans les armées, d’appeler les femmes en masse, de les grouper dans un corps et de leur bâtir un statut ; et encore moins de leur donner une instruction militaire. Le 7 novembre 1940, à Londres, est créé le corps féminin rattaché aux Forces françaises libres (FFL). Il est dirigé par une des championnes de tennis de l’avant-guerre, Simone Mathieu, 32 ans, secondée par deux jeunes femmes, le lieutenant Burdet et le sous-lieutenant Hackin.

8Un an plus tard, le « capitaine » Hélène Terré remplace Simone Mathieu. Le corps féminin devient le corps des volontaires françaises dont les effectifs vont croissant. Hélène Terré s’efforce de mettre de l’ordre dans l’éclosion un peu anarchique des groupes de volontaires féminines, rattachées aux armées dès les premières opérations. Sa rigueur conduit au premier texte faisant mention d’une instruction militaire destinée aux jeunes filles qui ont rallié les FFL. Ce texte, important au regard de l’histoire du personnel féminin des armées, est le décret n°74 ; il porte organisation du corps des volontaires françaises et fait suite au mémorandum du 7 novembre 1940. L’instruction dispensée, fixée par le commandant des forces terrestres en Grande-Bretagne, doit tendre à donner aux volontaires françaises le sens de la discipline, du devoir et de l’honneur.

9Les jeunes Françaises suivent les mêmes cours que leurs camarades féminines britanniques de l’Auxiliary Territorial Service (ATS) et reçoivent le même uniforme. Le stage dure trois semaines et se déroule à l’hôtel Savoy de Bournemouth, puis dans l’ancien hôtel particulier du duc d’Aumale, Moncorvo House. Le basic military training se déroule au camp d’Aldermaston. De cette formation, Raymonde Teyssier-Jore se souvient dans son livre

Le corps féminin : « Levée tôt le matin : appel. Puis c’était l’exercice commandé : ordre serré, salut, etc. Venaient ensuite les cours et conférences. Enfin les éternelles corvées ; je compris sans tarder le sens exact des mots discipline et sévérité. » Et Sonia Vagliano-Eloy, dans Les Demoiselles de Gaulle : « L’activité de choc est le « marching drill ». Des heures durant, le sergent-major (…) nous fait avancer, reculer, pivoter, arrêter et nous mettre au garde-à-vous. Quand nous marchons en rang, il faut balancer les bras raides jusqu’à la ceinture de la fille qui nous précède et les pieds jusqu’à la hauteur de sa jupe ».

10Les plus jeunes acceptent aisément cette formation très militaire ; les plus âgées, qui sont souvent mères de famille ou qui ont exercé un métier à responsabilité, n’apprécient guère le côté primaire de cette discipline.

11En mai 1941, le lieutenant-colonel Pigeaud propose à un certain nombre de ces volontaires de servir dans l’armée de l’Air. Ce premier groupe prend le nom de « filles de l’Air », bientôt remplacé par celui « d’auxiliaires féminines de l’Air » puis, vers la fin de la guerre par « formation féminine de l’Air ».

12Et en septembre 1943 sont créées les « sections féminines de la Flotte » qui deviennent le « service féminin de la Flotte ». Rapidement surnommées « marinettes », les volontaires sont formées avec leurs homologues britanniques. L’augmentation de l’effectif et l’éventail des emplois offerts nécessitent bientôt la formation de cadres ; un certain nombre de jeunes filles quittent Londres pour l’Afrique du Nord où est installée l’école des cadres. Elles emportent dans leurs bagages le fameux tricorne hérité des Britanniques, dont Éliane Brault écrit, dans L’épopée des AFAT :

« C’est lourd, c’est cher et incommode mais non sans élégance ; et il y a le prestige de la tradition ».

13Mais toutes les très nombreuses volontaires ne passent pas par Londres ; parallèlement à l’organisation britannique, quelques armes créent leur propre corps de volontaires féminines, comme le fait l’arme des transmissions, en novembre 1942, sous le commandement du général Merlin. Celui-ci tient à une conduite morale irréprochable car, écrit-il,

« J’ai toujours posé le principe que la présence des femmes dans l’armée imposait des devoirs nouveaux et impérieux au commandement ».

14Pour lui, l’assistance sociale est la partie capitale de l’organisation du corps de ses merlinettes, surnom des transmettrices. Ainsi, leur programme comporte des mouvements de gymnastique matinale, exécutés dans le logement, sous la responsabilité d’un professionnel « averti », afin d’éviter toute manifestation spectaculaire à l’extérieur.

15Personnel d’état-major et des services du corps expéditionnaire, service de santé, conductrices automobiles et d’ambulances… Dès 1943, le personnel féminin se rencontre sous toutes les latitudes, sur presque tous les terrains d’opérations et sous les uniformes les plus variés.

16Le 11 janvier 1944, un décret porte création de l’arme féminine de l’armée de Terre qui regroupe le corps des volontaires françaises, le personnel féminin de l’armée d’Afrique, les femmes ayant servi dans les Forces françaises de l’intérieur et les femmes rentrant de déportation.

17L’AFAT est une véritable formation militaire. Les « auxiliaires », nom des engagées (l’expression les AFAT détrônera rapidement le nom de l’arme elle-même) ont pour mission « de remplacer les militaires hommes dans des emplois qui peuvent être tenus par des femmes » (article 2 de l’instruction du 26 mai 1944 portant règlement sur l’organisation, le recrutement et l’administration des AFAT). Elles sont donc soumises à une instruction militaire au cours de laquelle des examens d’aptitude leur permettront ou non d’accéder aux spécialités de leur choix : conductrices, transmettrices, secrétaires, infirmières, assistantes sociales. Mais il est bien souligné que leur premier rôle est de subvenir aux demandes d’effectifs de l’armée. Pour les meilleures, une école formera le personnel du cadre de commandement.

18Les femmes ne sont officiellement dans les armées que depuis quatre années et déjà les spécialités se multiplient et une école forme au commandement. Mais leur rôle reste celui de subalternes.

Thomery et Margival

19C’est à Thomery, en région parisienne que s’ouvre cette première école de cadres féminins. Dans les rangs des militaires féminines, les réactions sont mitigées. Ainsi Suzanne Massu, responsable de conductrices qui ont remarquablement fait leurs preuves en Afrique du Nord et continuent lors de la campagne de France et d’Allemagne, remarque dans Un commandant pas comme les autres :

« J’avais été sollicitée à plusieurs reprises d’y envoyer certaines de mes meilleures conductrices pour qu’elles deviennent officiers à part entière. La seule idée de quitter l’action pour l’école nous semblait cocasse ».

20Il n’y aura donc pas de conductrices de Suzanne Massu, mais d’autres filles plus modestes ou plus obéissantes sur les bancs de cette école dont les buts sont d’homologuer les grades des femmes qui ont servi dans la Résistance, de permettre à des sous-officiers féminins bien entrainées de monter en grade, et de donner une chance aux femmes qui viennent des territoires d’Outre-mer et n’ont pu être instruites régulièrement.

  • 4 Journal personnel de Gilberte Boileau.
  • 5 Idem

21La première session de Thomery débute en février 1945, sous la direction du lieutenant Nicole de Honington, « poigne de fer et hauteur toute britannique »4 mais assistée par un capitaine masculin, conseiller technique et directeur de l’instruction. Au programme : entrainement militaire à la britannique, rédaction de rapports et d’ordres de mission, espionnage, études de cartes d’état-major et natation dans la Seine. Le port de l’uniforme, guère seyant, est obligatoire. « Une chose informe, teinte en marron qui nous donnait des allures d’orphelines »5. Pour la toilette, les élèves disposent de quatre robinets dans la cour ; les repas (grandes sont les difficultés de ravitaillement en 1945) se composent parfois juste d’une asperge (mais par personne quand même !) Le 18 juin 1945, les élèves participent – quel honneur ! – au défilé de la Victoire à Paris, avec passage sous l’Arc de triomphe. Les « Thomery » défilent juste derrière l’école de Saint-Cyr et les Parisiens sont transportés de voir défiler pour la première fois des femmes en uniforme. Malheureusement, ces petites Françaises dans leur uniforme marron sont prises pour des Américaines… Il faudra attendre presque vingt-six ans pour voir défiler à nouveau des détachements féminins.

22Le statut évolue rapidement, les textes se suivent. Le 31 janvier 1946, l’AFAT est dissoute et, le 1er février, est créé le service du personnel féminin de l’armée de Terre (PFAT). Des centres d’instruction ouvrent dans chaque région militaire pour les recrues locales. En octobre, une école pour les cadres et spécialistes du PFAT ouvre ses portes à Margival, dans l’Aisne. Elle est installée sur cinq mille hectares dans ce qui faillit être le quartier-général du général Goering.

23Les cours durent trois semaines. Une ancienne se souvient de Margival en ces termes :

  • 6 Journal personnel de Michelle Desoche, citée, comme les autres anciennes, dans EIPMF Dix ans d’hist (...)

« Étrange amalgame d’intelligence et de volonté, de discipline et de raison, de gentillesse et d’action, de féminité et de courage, Margival est tout cela, ne ressemble à rien de connu et se perfectionne chaque jour. C’est en réalité le réservoir de jeunes et vaillantes Françaises, infirmières, dactylos, assistantes sociales, plieuses de parachute, permettant d’assurer la relève de leurs camarades d’Indochine. Les élèves s’interdisent de jouer au soldat. Elles ont un rôle à remplir qui n’est pas celui d’un combattant : elles l’apprennent. Elles ont des devoirs sociaux à remplir : elles s’y emploient. Elles partent pour une mission déterminée qui n’est pas de faire la guerre : elles s’y préparent »6.

24Peut-être davantage que Thomery, en cet après-guerre, Margival donne des jeunes cadres une image plus féminine, plus modeste et moins combattante ; on emprunte beaucoup au guidisme, jusqu’au baptême des promotions du nom d’un grand modèle, d’Ève Curie à Mermoz. À Margival, tout l’encadrement est féminin, même le facteur. En quatre ans, trois mille officiers et sous-officiers féminins sont instruites à Margival pour partir en Indochine où « Margival chante encore ici, tous les soirs », écrit une ancienne élève du fin fond de Saigon.

25En 1951, l’École des cadres de Margival se replie sur Versailles et s’installe dans les murs de la caserne d’Artois.

Dieppe

  • 7 PFAT : personnel féminin de l’armée de Terre ; PFAM : personnel féminin de l’armée de mer ; PFAA : (...)

26Cette poussée anarchique de centres de formation et d’instruction, d’écoles de cadres et d’écoles de spécialités répond à l’éclosion spontanée de groupes, de formations, de services et autres corps de jeunes filles désireuses de se battre, d’aider, de participer à l’effort du pays. Mais après l’arrêt des combats, ces mêmes jeunes femmes souhaitent conserver leurs places au sein des armées. Organisation fluctuantes, statut incertain. Des décrets et instructions temporaires naît le décret n°51-1197 du 15 octobre 1951, suivi de l’instruction d’application du 21 décembre. Ce décret capital fixe le statut des volontaires des trois armées, les PFAT, les PFAM et les PFAA7.

« Il s’agit maintenant, écrit Éliane Brault dans L’épopée des AFAT, d’une carrière accessible aux femmes, une carrière militaire avec ses obligations et ses avantages, avec ses servitudes et ses grandeurs ».

27Dieppe : ses plages de galets, son ciel qui ne fait qu’un avec la mer et sa caserne Duquesne entre les murs de laquelle, le 1er mai 1953, s’installe le centre d’instruction du personnel féminin de l’armée de Terre qui devient très vite École du personnel féminin de l’armée de Terre (EPFAT). Depuis les années 1883-84, cette caserne a vu passer des fantassins, des tirailleurs, l’occupant allemand, des démineurs et a même abrité une colonie de vacances. Et, en cette année 1953, elle reçoit des jeunes filles. En vingt ans, plus de huit mille élèves vont y devenir de jeunes sous-officiers des spécialités des transmissions, état-major, recrutement, matériel et mécanographie. Le but : les préparer au certificat élémentaire de connaissances militaires, à l’issue duquel les stagiaires prépareront leur certificat de spécialité à Dieppe, Montargis, Paris ou Montauban.

28Dieppe, avec ses promotions de deux cents élèves, est considérée comme la première véritable école militaire pour le personnel féminin de l’armée de Terre. L’EPFAT. est un creuset où passe, entre 1953 et 1974, toutes les engagées, classes et catégories.

« L’arrivée ressemble à un jour de rentrée en pension, écrit une jeune élève. Boîte à bac et non caserne. Pourtant, nous avons un uniforme, une tenue de combat et des godillots, nous saluons, nous marchons au pas, nous recevons une instruction militaire ».

29Les cadres de l’école sont en majorité féminins, mais le commandement reste entre les mains d’officiers masculins jusqu’en 1971. Car le 1er août 1971, le capitaine Geneviève Le Creurer se voit confier le commandement de l’EPFAT, qui s’honore de son fanion bleu pâle, frangé d’or, avec le sigle de l’École sur une face, le visage guerrier de Bellone, déesse romaine de la guerre, sur l’autre.

30Cette promotion marque la volonté de féminisation des armées qui anime Michel Debré. Quelques jours avant cette prise de commandement exceptionnelle, un détachement du personnel féminin de l’armée de Terre, sous la bannière de son École a, pour la première fois en temps de paix, participé au défilé du 14 Juillet sur les Champs-Élysées.

Et la Marine ?

31Dans les années 50-70, il n’existe pas vraiment d’école pour les jeunes filles qui décident de s’engager dans la Marine, mais un centre de formation maritime, le CF/PFM, installé dans les combles du château, siège de la préfecture maritime de la 2e région maritime.

32En 1972, adieu le château, le CF/PFM se transporte de l’autre côté de la Penfeld, à Pontaniou, dans un casernement tout neuf. Classes (assimilées officiers) et catégories (assimilées officiers-mariniers) reçoivent la même formation théorique dont toute technique de combat est exclue : service à bord, organisation générale de la Marine, personnel et administration, etc.

« L’ambiance du CF/PFM était un peu celle d’un couvent autoritaire, se souvient l’une des élèves officiers. Cloîtrées dans notre couloir, nous devions nous vouvoyer alors qu’à 22/23 ans, nous sortions de fac ou d’université. Nous ne devions pas fréquenter les élèves catégories, afin, nous dit-on, de ne pas mélanger les torchons et les serviettes ; difficile quand on récure ensemble les cuvettes des WC… »

33À l’issue de cette formation, les élèves officiers sont envoyées dans les régions maritimes pour une expérience sur le terrain qui leur permet de monter à bord de plusieurs bâtiments, de passer quelques heures en mer, de faire un vol en hélico ou en avion, de participer à la vie des différents services d’une préfecture maritime. Elles vont ensuite à l’état-major de la Marine pour un mois d’observation, et le soir, de cours de dactylographie. L’examen final a lieu à Brest : il s’agit d’un rapport de stage, tapé à la machine ; les notes obtenues détermineront le classement dans l’annuaire des officiers.

Et l’armée de l’Air ?

  • 8 Extrait de Bellone, revue des Forces féminines françaises.

34« Dans l’armée de Terre, il y a une école où des officiers féminins peuvent faire des causeries, parler un peu de ce qu’ont été les débuts des aînées. Dans l’armée de l’Air, c’est plus difficile, le stage d’instruction militaire se passe sur les bases, au milieu des militaires masculins »8. Dans l’armée de l’Air, il n’existe pas d’école mais des centres d’instruction militaire dans différentes régions. Les jeunes engagées y apprennent les principes de discipline militaire, tirent au pistolet et suivent des cours d’entraînement physique, avant d’être admises dans les écoles de spécialisation. Elles peuvent avoir accès à la carrière d’officier féminin par le biais d’un concours semi-direct.

35Les futurs officiers féminins sont recrutées sur titre. Elles sont directement affectées sur une base où elles reçoivent une formation sur le tas.

36Depuis le 7 novembre 1940, les armées ont pris conscience de l’attraction qu’elles suscitent auprès de jeunes filles. Dès leur arrivée au Royaume-Uni, elles se sont préoccupées de leur procurer un uniforme, une instruction et une fonction. Peu à peu, les textes ont affiné leur statut, ont peaufiné les programmes de leur formation, leur ont donné davantage de responsabilités. Des centres de formation ont ouvert leurs portes, les ont refermées pour mieux accueillir ailleurs le nombre toujours croissant des volontaires. Ces formations disparates ont été trop féminines ou trop militaires. Mai 68 a bouleversé la société et l’éducation des garçons et des filles ; le mouvement féministe a laissé la place aux droits de la femme, à l’égalité dans tous les domaines et notamment dans celui de la Défense. Au sein de celle-ci, tous ces paramètres ont conclu à la nécessité d’une véritable instruction militaire, commune à tous les futurs officiers et sous-officiers féminins des trois armées. Une école, authentique creuset pour le personnel militaire féminin, va servir pendant dix ans ces légitimes ambitions avant que ne s’ouvrent les portes des grandes écoles militaires.

L’École interarmées des personnels militaires féminins

37De 1968 à 1973, on assiste à une forte montée en puissance dans le petit monde des personnels militaires féminins ; les choses bougent dans une société militaire encore très fermée. En 1970, l’École Polytechnique ouvre ses portes aux jeunes filles ; en 1971, le service national sur volontariat est institué au sein des forces armées.

38En 1970, Michel Debré, ministre d’État chargé de la Défense nationale, a lancé trois directives concernant le personnel féminin des armées. Elles sont traduites dans la loi du 13 juillet 1972 portant statut général des militaires et dans son décret d’application du 23 mars 1973. Quelles sont ces directives ? Tout d’abord, la création d’une école interarmées de formation ; ensuite l’alignement des carrières féminines sur les carrières masculines (la hiérarchie des cadres féminins est encore bloquée à quatre galons) ; enfin, l’augmentation notoire des effectifs féminins. C’est une grande avancée (mais non la dernière, heureusement !) dans l’évolution de carrière des cadres féminins car cette réforme leur accorde les droits et devoirs attachés depuis 1884 à l’état d’officier de carrière. Cependant, ce texte appelle plusieurs remarques : d’une part, il ne lève pas totalement le blocage de la hiérarchie : les personnels féminins peuvent atteindre les étoiles d’officier général mais elles sont limitées à celles de général de brigade ou de contre-amiral, c’est-à-dire deux étoiles, le minimum. D’autre part, les corps ne sont pas mixtes : sont créés en lieu et place des classes et catégories, les corps des officiers féminins de l’armée de terre, de l’armée de Mer et de l’armée de l’Air ; même chose pour les corps des sous-officiers. Dans les armées de Terre et de l’Air, les grades féminins et masculins sont les mêmes, ainsi que les appellations ; dans la Marine, les officiers féminins sont de 3e, 2e ou 1re classe, ou principal, etc. et l’appellation reste « Madame ». Ces appellations par le grade ou par « Madame », ou encore « miss » resteront longtemps un sujet de discussion parmi les personnels féminins eux-mêmes : toutes ne sont pas mûres pour être appelées adjudant ou capitaine.

39En février 1973, le conseil d’État précise le caractère transitoire de ce texte d’application. En effet, il rappelle l’égalité des hommes et des femmes dans le texte de la Constitution de 1958 et par conséquent l’intégration des uns et des autres dans les mêmes corps. Dans cet esprit, les corps institués par le décret sont transitoires et seront supprimés lorsque sera réalisée la complète intégration des personnels féminins dans les différents corps des armées. Ce qui demandera encore quelques étapes.

40Le 28 février 1973, j’ai signé pour un engagement de six ans et je suis entrée en formation à Brest. Un mois plus tard, le changement de statut fait de moi un officier de carrière ; j’en prends pour vingt-cinq ans d’un coup… Début 1974, à l’aise dans mon affectation perchée au-dessus de la rade de Brest, je suis ravie d’apprendre que la direction du personnel de la Marine envisage d’allonger la durée des affectations jusqu’à cinq ans au lieu de deux ou trois. Je travaille avec bonheur, j’apprends chaque jour mon métier d’officier, je me passionne pour l’histoire des femmes dans les armées, je fais publier mon premier roman. Comment aurais-je prêté attention à la première des directives de Michel Debré : la création d’une école interarmées ?

41Le 15 février 1974, quelques jours après une superbe journée de matelotage à bord de La Belle Poule, goélette de l’École navale, je suis convoquée par la responsable des personnels féminins de la marine, venue tout exprès de Paris pour moi. Ce n’est jamais très bon… Effectivement, le ciel brestois me tombe sur la tête. « Vous êtes mutée à l’EIPMF » m’assène-t-elle après quelques mises en bouche introductives, flatteries et vagues promesses. Inutile de discuter : le poste est quasiment fait pour moi ! Une mutation, après seulement cinq mois d’affectation et dont la durée devait être prolongée ? Et dans une unité dont j’ignore tout ? Je suis atterrée. Le militaire doit être disponible, l’obéissance fait la force des armées, soit ! « Vous rallierez le 1er août ! »

  • 9 L’EIPMF en gardera le nom bien qu’elle soit implantée aussi sur la commune de Bretteville-sur-Odon.

42L’EIPMF, École interarmées des personnels militaires féminins, située à Carpiquet9, près de Caen est une toute jeune école ouverte en avril 1973, tournant incontournable pour la formation de base et pour certaines spécialisations des officiers et des sous-officiers féminins des trois armées et plus tard de la gendarmerie : une école unique en France et sans équivalent en Europe.

43Carpiquet est une ancienne base aérienne construite en 1939. Le 27 mai 1940, à peine terminée, elle est mise à la disposition des armées aériennes allemandes qui la dotent du plus important, les pistes d’envol. Détruite dans sa majorité en 1944, elle est reconstruite et devient la base aérienne 720 (BA 720). En 1968, le 3e RA prend possession du site de Caen-Carpiquet ; la BA 720 devient le quartier Koenig.

« Lieutenant ! »

44La voix vient d’en-haut. Je regarde autour de moi. Personne. Je m’arrache à la contemplation de cette fameuse école. Je lève les yeux ; à la fenêtre d’un bureau apparaît le visage avenant du commandant Jacqueline Delpech, chef de corps. Je rectifie la position, la salue et réponds à son sourire. Je ne voulais pas venir. Or mes deux affectations Carpiquet, où je passerai près de six années, seront les plus belles de ma carrière. Ici, je ne serai pas une femme parmi des marins, mais un marin dans un univers féminin et interarmées.

45L’EIPMF se substitue à l’EPFAT de Dieppe, au CF/PFM de Brest et aux divers centres de formation créés par l’armée de l’Air pour répondre à la nécessité d’uniformiser la formation de base de tous les personnels féminins des trois armées. Elle est officiellement créée le 20 février 1973 par la directive ministérielle n°22170. C’est un organisme interarmées relevant du chef d’état major de l’armée de Terre et de la direction technique des armements d'instruction (DTAI) pour l’organisation, de la DTAI pour le fonctionnement, l’instruction des élèves, les crédits et les moyens d’instruction ; des directions des personnels de chaque armée: direction du personnel militaire de l'armée de Terre (DPMAT), direction du personnel militaire de la marine (DPMM), direction du personnel militaire de l'armée de l'Air (DPMAA) et direction centrale du service de santé des armées (DCSSA) pour l’affectation des personnels d’encadrement. Mais elle relève du général commandant la 3e région militaire pour la discipline générale, le service de garnison, l’affectation des personnels civils et des hommes du rang, et pour la préparation militaire.

46L’EIPMF est un organisme formant corps constitué par le commandement et l’état-major, les services administratifs, le bureau instruction, le bureau moyens-plans, le service de santé, le service des sports, la compagnie-école et les unités (la division formation commune de base ou FCB) comprenant trois compagnies d’élèves sous-officiers ; la division spécialisation pour les élèves sous-officiers de l’armée de Terre et la division élèves officiers.)

47Certains sites de l’école sont encore en chantier : le foyer, avec sa bibliothèque et une grande salle de cinéma, est en travaux ; et en attendant la construction du bâtiment instruction, les cours se déroulent dans des bâtiments préfabriqués provisoires. Par ailleurs, elle dispose d’un stand de tir de 50 mètres, d’une piscine couverte, d’une salle omnisport et d’un stade, d’une infirmerie, d’un chenil ; et au fond, un peu à l’écart, d’une chapelle. Les élèves logent dans trois bâtiments refaits à neuf ; l’ameublement et les commodités des chambres de 4, 6, ou 8 lits ont été adaptés au personnel féminin.

48Quelque soit leur armée d’appartenance, les élèves portent la tenue des cadres de l’armée de Terre : tailleur bleu marine à boutons dorés et béret. Seul l’insigne de celui-ci permet d’identifier l’armée d’origine (insigne métallique doré avec grenade à neuf flammes épanouies, écusson brodé d’une ancre de marine ou charognard). Les cadres de la Marine et de l’armée de l’Air portent l’uniforme de leur armée.

49Sur ce plateau venté de Carpiquet, l’ensemble de ces bâtiments forme un grand quadrilatère autour de la place d’armes. Sous leurs toitures de tuiles ou d’ardoises, les façades offrent les tons chauds des pierres apparentes. Arbres, pelouses et rosiers, la proximité immédiate des champs et l’absence de tout habitat à des kilomètres à la ronde font de Carpiquet un site qui va servir les ambitions de l’EIPMF

50Quatre chefs de corps féminins de l’armée de Terre vont commander l’EIPMF : le commandant Jacqueline Delpech, le lieutenant-colonel Jacqueline Rabeyrolles, le lieutenant-colonel Josette Hourné et le lieutenant-colonel Anne-Marie Meunier. Ils sont secondés par des officiers supérieurs de l’armée de Terre.

51Les deux tiers des cadres de l’EIPMF sont féminins ; 100 % le sont dans les compagnies d’élèves. Les élèves sont réparties dans ces compagnies quelle que soit leur armée (les élèves se sont engagées au titre de l’armée de leur choix dans les bureaux de recrutement de leur région d’origine). Le commandement de ces compagnies est assuré par un officier subalterne de chaque armée.

52Au cours des dix années de l’EIPMF, l’armée de Terre offrira l’effectif de cadres le plus élevé : environ 200 (y compris les hommes du rang) ; l’armée de l’Air, une trentaine (sans compter dix chiens d’accompagnement) ; la Marine, entre 5 et 8 personnels.

53L’école forme trois promotions d’environ 300 élèves par an. Les cours sont dispensés par l’encadrement des compagnies ; et pour les cours spécifiques, par les moniteurs d’éducation physique de l’école de conduite (toutes les élèves passent le permis de conduire), par les instructeurs de tir, par des enseignants qui effectuent leur service militaire et par quelques officiers. Le programme de formation ne restera pas figé ; il subira modifications, affinements, ajustements en fonction de l’évolution du statut du personnel féminin. Mais la base restera la même : formation militaire générale, formation militaire et pratique, et formation d’instruction générale et spécifique d’armée. Un voyage d’étude clôt cette dernière : les élèves de la Marine embarquent pour une journée en mer, celles de l’armée de l’Air visitent une base aérienne ou ont droit au baptême de l’Air ; celles de l’armée de Terre sont reçues dans une unité ou participent à un rallye qui leur permet d’appliquer sur le terrain ce qu’elles ont appris. À l’issue de la FCB, les élèves sont dirigées vers leur armée d’origine et suivent un stage de spécialité.

54Tous les cadres, du sergent de compagnie au commandant chargé de cours relèvent le défi qu’impose une école sans antécédents et en outre interarmées. Chacun est conscient de l’objectif : intégrer les élèves dans la communauté militaire en leur donnant une culture et une éducation adaptées ; en leur faisant acquérir des connaissances et des savoir-faire indispensables ; en leur procurant équilibre et confiance en soi. L’effort porte sur la formation militaire avec deux points forts : l’auto-défense et le permis de conduire ; et sur la préparation des certificats militaires. La vie en campagne et les gestes élémentaires du combattant sont une des parties essentielles de ces trois mois.

55Les élèves sont passionnées par les journées sur le terrain au cours desquelles l’accent est mis sur le camouflage, l’observation, la topographie, le déplacement avec obstacle et pont de singe, l’utilisation des postes de radio, la protection NBC (nucléaire, biologique et chimique) et la défense d’un bivouac de nuit. Ce programme trouve son application lors d’un rallye d’une journée et d’un séjour de 72 heures en forêt d’Écouves dans la fameuse ferme de l’Aumône ; ou plutôt vieux corps de ferme isolé dans une cuvette où règnent les températures les plus basses de l’Alençonnais. Ni confort ni intimité. Ici, pendant trois jours, plus question de dire « pouce !», les élèves sont là pour en « baver », mais aucune ne cèderait sa place.

56Le 15 avril 1975, l’EIPMF a reçu son drapeau, sur lequel sont inscrites les campagnes 39-45, Indochine et Algérie, des mains du général d’armée aérienne François Maurin, chef d’état-major des armées. Dans sa longue allocution, le général souligne la double signification que revêt la cérémonie ; d’une part la prise en compte d’un passé glorieux dont l’étendard symbolisera le souvenir, et d’autre part, la concrétisation de l’ambition des armées de donner aux personnels féminins une plus grande place dans leurs rangs. Trois mois plus tard, une compagnie à 120 élèves parfaitement entrainées défile derrière sa première garde au drapeau, de Vincennes à la Nation. En 1976, la présidence de la République renoue avec la tradition et les troupes défilent sur les Champs-Élysées. L’EIPMF est désormais la seule unité féminine à défiler et elle est placée en tête du dispositif, avec les grandes écoles militaires, juste derrière l’École de Saint-Cyr Coëtquidan. Elle participera aux défilés du 14 Juillet, sans interruption jusqu’en 1982. Nombreuses sont les manifestations auxquelles sont invitées des délégations de l’école : cadres et élèves prennent part aux cérémonies nationales et régionales, sont invitées à bord des bâtiments étrangers qui font escale à Caen, à la garden-party de l’Élysée, se font actrices lors du tournage d’un magazine consacré aux armées au féminin, raflent des médailles aux rencontres sportives, etc.

57L’école est reconnue, elle a pris son rythme de croisière, tout en sachant se remettre en question, et elle a bâti ses traditions, comme la remise des insignes de l’école aux élèves à la fin des promotions accompagné d’un discours du chef de corps, le bal qui marque la fin des promotions des élèves-officiers, la cérémonie des couleurs tous les vendredis matin en présence de tous les cadres et des élèves suivi d’un défilé, la gazette de l’école Athéna vous informe , la fête de Noël, etc.

58École unique en France, elle reçoit, dès ses débuts, de très nombreuses visites. La première de ces visites est celle de madame Françoise Giroud, alors secrétaire d’État à la Condition féminine ; puis le général Bigeard, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, Monseigneur Vanel, aumônier des armées, les représentants des Anciens combattants, etc. Journalistes de la presse nationale, régionale et étrangère, autorités civiles et militaires, clubs féminins, écoles, représentants des armées étrangères, sportifs pour une rencontre de foot, changent peu à peu l’image d’Épinal de la femme-soldat ; derrière les dames en uniforme apparaissent les officiers et les sous-officiers féminins.

59Tandis que des centaines d’élèves sous-officiers et une vingtaine d’élèves-officiers tirent, courent, défilent et n’ignorent plus rien de la Défense nationale, dans les bureaux des directions des personnels des trois armées et de la gendarmerie, on ne les oublie pas. Le statut évolue, symbolisé en 1976 par la nomination au grade de médecin général du médecin colonel Valérie André.

60En 1977, le décret n°77 179 du 18 février met en extinction les corps d’officiers féminins des trois armées et du service de santé (soit près de 400 officiers féminins), porte intégration des personnels féminins dans les corps réservés jusqu’alors aux hommes et décide l’ouverture de certaines écoles militaires.

61Mais la victoire n’est pas totale et l’intégration n’est encore que partielle. Ce décret ne donne pas aux candidates la possibilité de choisir un corps combattant. Ainsi, pour les jeunes filles qui choisissent la carrière d’officier dans l’armée de Terre, seule l’École militaire du corps technique et administratif leur ouvre ses portes ; mais à l’intérieur de celle-ci, l’égalité avec les jeunes gens est totale, y compris dans le port de l’épée. Dans la Marine, les écoles du Poulmic (École navale, École militaire de la Flotte et École du commissariat) gardent leur accès aussi strictement interdit que les passerelles des bâtiments ; seul le corps technique et administratif de la Marine, dont l’école est située à Cherbourg, leur réserve des places. L’armée de l’Air ouvre plus largement ses ailes : les écoles de Salon-de-Provence, (École de l’Air, École militaire de l’Air et École du commissariat de l’Air) accueillent les jeunes filles qui reçoivent le poignard ; seule la spécialité de pilote leur est encore fermée.

62L’année suivante, en octobre 1978, Charles Hernu, député socialiste du Rhône, interroge Yvon Bourges, ministre de la Défense sur « les raisons qui empêchent aujourd’hui les femmes qui le désirent d’accéder à certains emplois militaires ». La réponse est celle-ci :

« L’état militaire implique en toute circonstance une disponibilité totale et une régularité sans faille indispensable à la formation et à l’entraînement. C’est pourquoi, en raison des conditions de mise en œuvre et d’intervention des unités de combat et des contraintes de la vie à bord des navires de la Flotte, qui paraissent difficilement compatibles avec des indisponibilités de longue durée dues à des maternités éventuelles ou avec des carrières trop courtes liées à des raisons familiales, les statuts particuliers des personnels militaires n’ont ouvert qu’aux hommes certains corps d’officiers et de sous-officiers des armes ».

63Devenu ministre de la Défense, Charles Hernu met sur pied, en décembre 1981, une commission d’étude prospective de la condition de la femme militaire, présidée par le médecin général inspecteur, Valérie André. Cette commission doit étudier ce que devront être dans l’avenir la place, le rôle, les missions et la carrière des femmes militaires. Le ministre de la Défense estime que l’une des questions posées est de savoir si

« la femme doit disparaitre en tant que telle pour ne devenir qu’un militaire parmi d’autres ; ou bien s’il est souhaitable que la femme militaire soit dotée d’un statut différent. Il faut éviter toute solution qui pèche par excès, de façon que le fait d’être un homme ou une femme dans nos armées, ne soit pour l’un ou pour l’autre un privilège ».

64Pour Valérie André, on ne peut parler d’égalité totale entre hommes et femmes dans le déroulement de la carrière militaire. Et ce retard repose sur des préjugés tout à fait dépassés.

65Quelques mois plus tard, M. Lemoine, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, en visite à l’EIPMF, s’adresse aux cadres et aux élèves en insistant sur la compatibilité qui doit exister entre leur métier militaire et leur futur rôle d’épouse et de mère, double vocation qui leur permettra de servir au mieux les intérêts de la Nation. Il est applaudi avec enthousiasme.

66La parution des Trente mesures qui font suite aux travaux de la commission citée ci-dessus, est imminente. Déjà, le lieutenant-colonel Meunier, chef de corps, informe les cadres de la modification de l’actuelle vocation de l’EIPMF : l’école est amenée à perdre très bientôt ses caractères interarmées et féminin. La Marine confirme qu’elle formera elle-même ses personnels féminins dès janvier 1983, et révèle qu’elle va tenter une expérimentation d’embarquement des personnels féminins, sur volontariat, à bord des navires de guerre de surface.

67Pour la dernière fois, l’EIPMF défile sur les Champs-Élysées, le 14 Juillet 1982, dans la douceur d’une soirée parisienne.

68« La formation initiale sera commune pour les militaires des deux sexes. L’EIPMF sera dissoute… » C’est la première des Trente mesures.

69Le mardi 26 juillet 1983, la cérémonie marquant la dissolution de l’EIPMF, placée sous la présidence du général Sciard, commandant les écoles de l’armée de Terre, se déroule sous un chaud soleil, en présence de très nombreuses autorités civiles et militaires. Pour la dernière fois, les honneurs sont rendus au drapeau. La marche consulaire accompagne la dernière revue des troupes, suivie des remises de décorations. Les allocutions se succèdent ; les mots résonnent dans un impressionnant silence. Vibrant hommage. Témoignage d’admiration et de gratitude. Trop brève existence. Réputation, audience et rayonnement que le temps n’effacera pas. Sympathie et attachement. L’école a largement aidé à la vie de la capitale régionale, élément dynamique… Amitié et reconnaissance. L’école est finie. Dieu vous aide, Mesdames ! On voudrait retenir le temps ; on ne retient que des larmes. La chaleur et l’émotion forment une bulle qui, pour quelques instants, isole le plateau de Carpiquet du reste du monde et rend poignants les adieux. La boucle est bouclée en cette belle soirée d’été. L’école sera officiellement dissoute le 31 août 1983 après dix ans d’histoire, riche du souvenir de plus de 7 000 élèves.

70Trente ans après sa fermeture, l’EIPMF survit dans la mémoire de celles et de ceux qui y sont passés. « On y arrive en pleurant ; on la quitte en pleurant » disait-on. Les souvenirs s’estompent, tout comme les noms des cadres et des élèves, les anecdotes, les chants de marche. Les jeunes générations n’ont aucune idée de ce que signifient ces cinq lettres. Ce sont celles d’un maillon indispensable, essentiel dans la chaîne qu’a créée à Londres, un 7 novembre 1940, une femme qui s’appelait Simone Mathieu.

Haut de page

Notes

1 Pour cet article, l’auteur s’est appuyée sur son ouvrage EIPMF dix ans d’histoire, éditions Guer, 1996, 154 pages, épuisé.

2 Catherine Bertrand-Gannerie, Pas de jupes à bord, éditions Ouest-France, 2011.

3 Pontaniou, nom d’une ancienne prison de Brest, donné au centre de formation bâti à son emplacement.

4 Journal personnel de Gilberte Boileau.

5 Idem

6 Journal personnel de Michelle Desoche, citée, comme les autres anciennes, dans EIPMF Dix ans d’histoire de Catherine Bertrand-Gannerie, 1996

7 PFAT : personnel féminin de l’armée de Terre ; PFAM : personnel féminin de l’armée de mer ; PFAA : personnel féminin de l’armée de l’Air.

8 Extrait de Bellone, revue des Forces féminines françaises.

9 L’EIPMF en gardera le nom bien qu’elle soit implantée aussi sur la commune de Bretteville-sur-Odon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Bertrand, « À l’origine de la féminisation des armées », Revue historique des armées, 272 | -1, 61-74.

Référence électronique

Catherine Bertrand, « À l’origine de la féminisation des armées », Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7784

Haut de page

Auteur

Catherine Bertrand

Officier en chef de 2e classe (capitaine de frégate), elle a quitté la marine il y a une quinzaine d’années, après une carrière axée principalement sur les relations publiques et l’instruction. Passionnée d’histoire, elle se consacre à l’écriture pour la jeunesse et aux voyages.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org