Navigation – Plan du site
Variations

Des hommes, des chevaux et de la guerre dans Casse-pipe

Men, horses and war in Cannon-fodder
Agnès Hafez-Ergaut
Traduction de Robert A. Dougthy
p. 75-84

Résumés

Le 28 septembre 1912, Louis-Ferdinand Destouches s’engageait à l’âge de dix-huit ans dans le 12e Cuirassiers, sensible qu’il était à la renommée glorieuse de ce régiment ainsi qu’à son prestige. L’apprentissage de la vie militaire dans la cavalerie s’avérait toutefois plus douloureux qu’il ne s’y attendait, comme en atteste le « Carnet du cuirassier Destouches », son journal intime, rédigé vers la fin de 1913. Quelque vingt-trois ans plus tard, après la Première Guerre Mondiale au cours de laquelle il se distinguait pour sa bravoure au combat, et juste avant la Deuxième, celui qui est alors devenu Louis-Ferdinand Céline relate, par l’hyperbole et l’outrance, son expérience de jeune recrue dans un bref roman, Casse-pipe, dans lequel il met en scène, outre les militaires, une créature éperdue et vouée à la disparition : le cheval. Erigé en personnage, sublimé par une fantaisie hallucinée, parodié aussi, celui-ci revêt une valeur métonymique avec l’homme. Cet article s’attache donc à dégager, dans l’œuvre de fiction, « la contiguïté anthropologique » de l’homme et de sa monture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, voir le très intéressant article de Lecomte (Jean-Philippe), « Contestation par la déri (...)
  • 2 Louis-Ferdinand Destouches s’est effectivement engagé pour trois ans au 12e cuirassiers en garnison (...)
  • 3 Il est à noter que le 12e cuirassiers était, outre « un régiment prestigieux où les plus grandes tr (...)
  • 4 Lecomte, op.cit., 67-68.
  • 5 Girardet, op.cit., 321.
  • 6 Girardet, op.cit., 325.
  • 7 Dans son Carnet (121), Destouches énonce clairement son désir de déserter, désir qu’il musellera ap (...)
  • 8 Annie Montaut, « Philippe Muray, Céline, Paris, Gallimard, 1981 », compte-rendu, Études littéraires(...)
  • 9 Girardet, op.cit, 321.
  • 10 Citation à l’ordre de la 7e division de cavalerie et de l’ordre noO439 en date du 25 novembre 1914, (...)
  • 11 Mémoires des hommes, journal des marches et opérations (JMO) du 12e régiment de cuirassiers, 31 jui (...)

1À la première lecture, Casse-pipe n’offre pas d’équivoque : il s’agit bien d’un document humoristique sur la vie militaire. S’y trouve, en effet, tout ce qu’on attend d’un digne héritier de la longue tradition littéraire et satirique française qui, de Darien et Courteline aux films de Claude Zidi1, vilipende avec gouaille et un plaisir certain l’armée et ses défaites: beaucoup d’humour et une cinglante dénonciation des mœurs militaires. Casse-pipe, journal intime et halluciné d’un jeune engagé, « ce con-là » (8), dans le 17e Cuirassiers, unité de cavalerie lourde2, flanqué du « Carnet du cuirassier Destouches », rédigé dans les mois qui suivent l’incorporation de son auteur, Louis-Ferdinand Destouches, au 12e Cuirassiers en garnison à Rambouillet3 le 3 octobre 1912, s’ils relatent qui l’incorporation d’une jeune recrue une pluvieuse nuit d’automne, qui l’apprentissage douloureux d’un jeune soldat, ne déroge pas à la règle du genre et en manifeste les caractéristiques principales : comique pur, raillerie et ironie pour le style ; « stupeur du bleu, victime de l’arbitraire des cadres, naïveté du paysan benêt abusé par ses compagnons, bêtise du sergent de semaine, incompétence du médecin-major, absurdité des ordres et des consignes, dysfonctionnements d’une bureaucratie stérilement tatillonne » 4 pour les thèmes, font la matière de l’ouvrage, tout à la fois chronique, roman, témoignage, issus des notes du « Carnet ». Quant à ce dernier, dans lequel le jeune homme, tout en ressentant « une nostalgie profonde de la liberté », se qualifie d’orgueilleux, constate « son infériorité virile » et désire devenir « un homme complet », malgré le pressentiment de « grandes crises », traduit les incertitudes et les aspirations d’un néophyte de la vie. Le style de ce document, rédigé « à chaud », ajoute encore au contraste entre les deux textes. En effet, ce style, emphatique et en apparence détaché, exemple le plus pur de la « tradition écolière » de l’officier français de l’époque, fait, selon Girardet, d’« un certain état d’esprit de soumission un peu craintive, d’éloignement du réel, de dérobade à l’égard des initiatives et des responsabilités »5 reflète l’éducation du jeune homme, classique, conformiste, et surtout empreinte du « concept légaliste, abstrait, impersonnel du devoir militaire tel que l’avait défini la France bourgeoise du xixe siècle »6 et que Destouches, même s’il songe à la désertion7, ne renie pas, au moins à cette époque. Casse-pipe, en revanche, dont Céline interrompt la rédaction en 1937 pour s’atteler aux Beaux Draps et à Bagatelles pour un massacre8, s’avère hyperbolique et délirant, subjectif, absolument, à tel point que le Carnet peut paraître comme sa version raisonnée tant il manifeste les caractéristiques du « climat moral de timidité intellectuelle et de conformisme »9, avec lequel rompra le roman. En effet, se mettant en scène ainsi que ses acolytes, en tant qu’enfants de troupe, non en héros mais en victimes, et concentrant sa critique sur la vie de caserne telle que peut l’appréhender un jeune homme issu à la fois de la petite noblesse et de la bourgeoisie parisienne et instruite, « mon oiseau », « le joli colibri », « ma superbe recrue » ainsi qu’il est nommé par son maréchal des logis tant son allure est déplacée dans le monde militaire, Ferdinand décrit les aléas rocambolesques d’une nuit d’octobre dans une caserne de cuirassiers, occupés, non à l’activité de la guerre, mais à l’apprentissage des incuries de l’institution militaire. La guerre, pourtant, dont l’impact n’aurait pu s’effacer chez un auteur blessé en octobre 1914 lors d’une mission de reconnaissance périlleuse pour laquelle il s’était «offert spontanément »10, ce qui lui vaudra une citation à l’ordre du régiment du 12e Cuirassiers, ainsi qu’en fait état le journal des marches et opérations des corps de troupe : « Le 29 octobre, le colonel Blacque-Bélair porte à l’ordre du régiment le maréchal des logis Destouches, du 2e escadron, blessé, le maréchal des logis Berthelot, le brigadier Fleurentin, le cavalier Magalon, grièvement blessé, le cavalier Chouquet, blessé ; les cavaliers Breguin, Pape, Denis, Jouhaune, Lenaye, Pavard, Le Bastard, Gaucher, Le Leannec, Picard, le trompette Pichon du 3e escadron, qui, durant les journées du 26, 27 et 28 octobre, ont assuré la liaison entre le 66e et le 125e régiments d’infanterie dans des conditions particulièrement dangereuses. Ces gradés et cavaliers sont rentrés au régiment avec la mention suivante du chef de bataillon commandant le 66ème d’infanterie : Ils se sont conduits comme des héros”. Le colonel leur adresse ses félicitations, sans s’étonner autrement d’un courage et d’un dévouement dont le régiment lui a donné tant de preuves depuis le commencement de la guerre. » « Il prescrit que le présent ordre sera inscrit dans l’Historique du 12e cuirassiers. Le 29 octobre 1914. Signé Blacque-Bélair »11 et écrivant ce texte avec le recul des années, de l’expérience et de la réflexion, la guerre, est l’horizon, des notes du Carnet comme de l’ébauche de 1937.

  • 12 Roche (Daniel), Le Cheval et la guerre du xve siècle au xxe siècle, « Les maladies, les accidents e (...)

2Nous le disions, comique, raillerie, ironie sont les moyens empruntés par Céline pour tourner l’armée, en l’occurrence la cavalerie lourde, en dérision. Entre le brigadier Le Meheu, incapable de mémoriser un mot de passe, L’Arcille, le voltigeur du crottin, Rancotte, le maréchal des logis « à la viscope extravagante »  et la troupe, hirsute, éreintée et pétomane, flanquée de Ferdinand, le nouveau venu, dont le regard éberlué qu’il porte sur les mœurs militaires confine à l’ahurissement, bien peu subsiste du prestige lié à ce corps anciennement vénérable et exclusivement réservé « aux gentilshommes – les seuls à utiliser le cheval »12. Toutefois, il n’est pas uniquement notre propos ici de documenter ces moyens stylistiques employés pour ridiculiser l’armée et les militaires. Car Céline utilise un ressort supplémentaire pour à la fois convaincre ses lecteurs de l’incurie, de l’absurdité, de l’inhumanité et enfin, de l’obsolescence de ce corps (ainsi que toutes ses panoplies) et évoquer, par le fantasme, de la liberté en particulier, les états d’âme du jeune Destouches: le cheval, qui, presque un personnage, joue un rôle primordial dans la narration.

  • 13 ... qui ont un répondant, sous la forme des cavaliers de l’apocalypse d’Haraz, dans Nord.
  • 14 L’étude de Damien Baldin stipule que sur les 1 880 000 chevaux (dont 150 000 mulets) mobilisés entr (...)
  • 15 Céline ne mentionne que ces animaux, contrairement à d’autres auteurs décrivant la grande guerre et (...)

3Bien que totalement absent du Carnet du cuirassier Destouches, le cheval foisonne dans Casse-pipe où sa présence se fait connaître en plusieurs temps et sur le mode sensoriel, le récit s’attachant à désigner le lieu où il se trouve par l’odorat, grâce au rappel olfactif de ses déjections et de l’odeur qu’elles dégagent, puis par l’ouïe, dans la description auditive du vacarme provenant des écuries, enfin par la vue, en étapes correspondant à l’appréhension progressive de l’animal. On ne le voit monté qu’une seule fois, par le bien nommé « capitaine Dagomart », dont le patronyme, rappelant – tout en la parodiant – l’élite ancestrale, évoque son impressionnante adresse à contrôler une monture déchaînée, et sa suprême élégance, encore contrastée par l’allusion au Meheu, « martyr des furoncles ». Inspirant l’épouvante, rarement seul, le cheval apparaît à diverses reprises sous la forme d’un tourbillon de bêtes affolées, galopant d’une obscurité à l’autre, avant de s’y fondre et de disparaître. Dans Casse-pipe, cet ancestral partenaire de l’homme à la guerre, combattant lui-même, fuit, en proie à la terreur, à l’anarchie et au chaos, comme une âme en peine. Or, les termes qu’énoncent ces galopades nocturnes, charge, ténèbres, fracas, néant, tels les quatre cavaliers de l’apocalypse13, ne sont autres que ceux qui renverront bientôt à la spirale infernale dans laquelle seront happés, et broyés, les hommes et les sociétés de ce temps. Tout se passe, en effet, comme si le cheval anticipait, par sa fièvre éperdue et sa folle frayeur, les temps à venir; et dénonçait, du même coup, l’incurie des hommes, et leur ineptie, dans le grand conflit qui se prépare et qui lui coûtera tant14. Dans l’imagination rétrospective de Louis-Ferdinand Céline, rédigeant un roman vingt-trois ans après les expériences personnelles qui l’ont inspiré, les bêtes de Casse-pipe15 revêtiraient-elles une valeur métonymique ? Les bêtes et les hommes s’inter-changeraient-ils dans un constant jeu de reflets ? C’est ce que nous nous proposons de démontrer dans cet article, consacré aux hommes et aux chevaux, également voués à la panique et à la disparition.

  • 16 Dans son ouvrage, Gibault (François) affirme par ailleurs que Céline avait peur des chevaux : « En (...)
  • 17 Le phonème « grogner » et ses dérivés sont répétés trois fois en quelques pages, ainsi que le terme (...)

4L’engagé volontaire Destouches, comme pressentant une épreuve décisive16, reste longtemps à attendre l’heure exacte de son incorporation devant la grille de la caserne, « une grille qui faisait réfléchir, une de ces fontes vraiment géantes, une treille terrible de lances dressées comme ça en plein noir » (9). Cette grille s’érige comme la porte de l’enfer, où l’attend sa première expérience de ce que Céline considérera tout au long de son œuvre comme l’honni : l’amalgame. Or, cet amalgame s’impose d’emblée aux sens du jeune homme. En effet, « la viande, la pisse et la chique et la vesse que ça cognait, à toute violence, et puis le café triste refroidi, et puis un goût de crottin et puis encore quelque chose de fade comme du rat crevé plein les coins... »  On le voit, la source de « [l’] odeur dans le fond des narines à vous renverser les esprits », est à la fois multiple et diverse et induit à s’interroger sur la nature des animaux en présence. En effet, en ce début de roman, l’auteur ne manque pas de recourir au processus d’animalisation des hommes. D’emblée, le doute règne quant à leur nature : dans le corps de garde où Destouches pénètre enfin, la vingtaine d’êtres humains « vautrés dans la paille du bat-flanc » qui « [grognent] » au fond du local, une « tanière » dont l’odeur est « à défaillir », évoquent davantage des bêtes que des militaires. La suite ne dément pas cette première impression : admonestés par le brigadier Le Meheu, puis le maréchal des logis Rancotte, les hommes du 17e cuirassiers, aux « pas belles dentures de vieux chevaux » , qui « rampent » dans la litière, qui sont comparés à un « troupeau »  d’où s’échappent des « grognements » 17, ainsi que des « ours » , n’ont plus d’humanité, ou si peu. D’ailleurs, l’enregistrement du nom de la jeune recrue n’est pas effectué que, déjà, l’évidence s’impose : « Les hommes tout autour ils reniflent... Ils sont là, en tas, comme des bêtes... » .

  • 18 Sur ce sujet, voir Baldin (Damien), « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le ch (...)

5À ce stade de la narration, les chevaux ne figurent que dans leurs conversations : entre « deux litres à la régalade et puis un bidon [,] [i]ls se parlaient d’avatars, de chevaux, qu’étaient échappés de l’écurie. C’était le grand tintouin, semblait-il » . Car ces êtres tronqués jouissent du don de parole. Toutefois, seuls les représentants de la hiérarchie immédiate, le brigadier Le Meheu, et surtout le maréchal des logis Rancotte, qui s’impose par « tout de suite une rafale d’injures, de menaces avec forts rotements » et par « une viscope extravagante »  formulent un énoncé : celui du « dressage », non du cheval, mais le leur, dans l’institution militaire, qui régule, dans la cavalerie lourde, l’apprentissage (ici par l’abject) de la cohabitation humaine et animale, cette « contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval », vérifiée par la littérature et les témoignages18. L’engagé Destouches, qui n’arrive jamais à voir même les yeux de ses supérieurs, allusion à leur gros képi certes, mais aussi à l’aspect inhumain et débilitant de leurs rapports, en conçoit d’emblée la portée : il est assigné à « la brouette », à savoir la corvée de cueillette du crottin.

6Le portrait de l’humain dans le reste du roman ne se départ pas de ce tableau initial : les cuirassiers de Casse-pipe, « gradaille » ou « mirliton », se caractérisent par l’hébétude, la stupeur, l’alcoolisme, la peur, la saleté, l’indifférence à l’indignité humaine, l’insensibilité à autrui. Tels des pantins émergeant de la métaphorique nuit où Céline les a placés, ils s’ébrouent, infâmes de servitude et de fatigue. Or, si, comme le préconise Roger Nimier dans la préface à Casse-pipe, l’écurie du 17e cuirassiers « est évidemment celle d’Augias », le fumier à nettoyer, chez Louis-Ferdinand Céline, prend, à la manière des Grecs, une valeur mythique. Le crottin, et autres déjections, en effet, prennent en ces premières pages de Casse-pipe une importance considérable, tant par leur présence, leur odeur et le rôle qu’ils octroient aux hommes.

  • 19 Les quelques paragraphes et citations qui suivent sont partiellement extraits de mon livre Le verti (...)
  • 20 Sur ces points, voir Girardet, op. cit., chapitre premier, « Du soldat de la liberté au soldat de l (...)

7Il sert d’abord à la troupe de « baptiser » le bleu dans un abject épisode de bizutage 19: « Il tombait tout d’en haut de l’urine... mais de la pluie... de la cascade, de la pisse de tous les étages... [...] Pour que je triche pas à la douche, ils m’ont bousculé plusieurs fois, les affreux, sous les arrosages... Ils voulaient que j’en sois bien trempé, que ça me baptise sérieusement. Des vrais jets de fontaines sous toutes les fenêtres des étages... Ça pissait en bas par saccades, en gerbes brisantes... en rafales... » . « Pluie, cascade, fontaines, saccades, gerbes, rafales », l’urine, profuse, s’appréhende en jeux d’eau dont l’expression hyperbolique et grotesque souligne la parodie. Pas d’héroïsme ni de spiritualité ici, alimentés dans l’imaginaire populaire et toute une littérature par une histoire grandiose et la mystique militaire du moine-soldat ; encore moins de religion, même pas celle « de la liberté », qui, en son temps, avait poussé la France « [à donner] le signal de la lutte décisive pour l’affranchissement général des peuples »20 : juste un engloutissement dans l’abject organique. Restent le traitement esthétisant de la scène et, malgré tout, son humour grinçant.

8Une telle approche se retrouve plus loin dans la description de « la cueillette des crottins », effectuée par l’Arcille : « Une véritable voltige après les croupions. Il fonçait juste au moment pile... les rondins giclaient, tout chauds dans un jet de vapeur... Ça chutait juste dans sa vannette... C’était une virtuosité... Il devait drôlement se manier, bondir exact à l’instant précis ! d’une galoche à l’autre... avant que tout se débine, fuse en foire... Il rappliquait plein d’équilibre ramener toute sa récolte au tas... le monticule très haut fumant » . Tel un danseur de ballet, virtuose de la voltige, courant, bondissant d’un équilibre à l’autre, l’Arcille, agile et rigoureux, partage la scène avec la matière qu’il récolte en un véritable pas de deux. Celui-ci se trouve d’ailleurs reflété, et amplifié, au point d’instiller à la description un aspect surréaliste, dans un autre épisode du même type, cette fois qualifié de « chasse aux crottes », durant lequel l’Arcille et le Moël, un acolyte, « tout au bout là-bas des ténèbres, dans la buée, ils s’agitaient. Ils piquaient la nuit avec leurs falots, on aurait dit des papillons. Ils avaient des ailes de lumière. [...] C’était féerique, leurs ébats... comme des passages de feux follets à trembloter d’une ombre à l’autre » . Le crottin fournit ici la matière de la féerie, employée ici en instrument du grotesque. Dans l’optique du « bleu », en revanche, celle-ci s’observe du fond de la stupeur, dans la recherche hallucinée d’une échappatoire à la laideur.

  • 21 On le sait, la question économique s’applique à la cavalerie dès son origine. En effet, celle-ci n’ (...)

9Or, en fait d’échappatoire, ce crottin procure un refuge. Le monticule cité auparavant, derrière lequel « on disparaissait peu à peu, on était recouverts, ensevelis » , s’érigeant au fur et à mesure que l’Arcille l’approvisionne, fait l’objet d’une nouvelle description aux accents grotesques : « Le crottin autour de nous, de plus en plus culminait. Ça se collait bien avec l’urine, ça faisait des remblais solides, des épaisses croûtes bien compactes»  dans lesquelles le jeune cuirassier se surprend à observer que « c’était chaud dans le fond de la mouscaille, gras et même berceur» . C’est que la congère fécale, s’élevant contre les intempéries, les chevaux en furie, les supérieurs hiérarchiques sadiques et les fatigues de la routine militaire, fournit à la petite troupe en marche vers la poudrière et en rupture de mot de passe, dont le Meheu s’avère incapable de se souvenir, une halte protectrice, même si celle-ci, « avec les casques, les éperons, les sabres, les aciers »  ne garantit aucun confort. À la fois lieu de régression et refuge utérin, que le terme « berceur » contribue à évoquer, elle isole les hommes du peloton, à mi-chemin entre les règnes humain et animal, dans une ambiguïté anthropologique que confirmera la guerre, lorsque celle-ci les transformera, ainsi que le dira le narrateur de Voyage au bout de la nuit, en « animaux humains pour les grands abattoirs qui venaient d’ouvrir » , « [ces] soldat[s] gratuit[s] » (Voyage, 93), qui remplacent avantageusement les chevaux dans l’économie de la guerre moderne21.

  • 22 Sur la cavalerie lourde et le moral des cavaliers et « leur lassitude et leur sentiment d’inutilité(...)

10On le constate, le rapport de contiguïté, de coexistence et de dépendance qui marque la relation ancestrale du cheval de guerre et de son cavalier se trouve ici confirmé, même si Céline esthétise par l’hyperbole et le féerique l’abjecte réalité de la vie militaire dans la cavalerie lorsque cette dernière, amputée de son utilité, la guerre de mouvement offensive, se limite au cantonnement et à l’entretien des chevaux22, ainsi que le dépeint le roman.

11Hyperbole, outrance, grotesque, les moyens stylistiques mentionnés précédemment sont également mis à contribution pour décrire la perception auditive, puis visuelle de la présence de l’animal. Toutefois, ces moyens n’occultent pas la fascination qu’exerce la bête sur le narrateur. En effet, dans un premier temps, l’esthétisation du cheval s’applique à sa vitesse et à sa légèreté. Son entrée – relativement tardive – sur la scène corrobore la place centrale qu’il occupe dans le roman. Tel un premier rôle, dont l’entrée en scène est retardée afin d’exalter son importance, le cheval apparaît, après avoir été appréhendé de façon indirecte par le peloton, par le rappel de ses fuites «Y a un bourdin en voltige dans la carrière Nansoury », puis par le vacarme provenant des écuries « Un orage dans les intérieurs. Les rafales, des coups de chausson... Tous les madriers en voltige... Le tohu-bohu féroce... Bam ! Dam... Vrang... » et s’impose d’emblée par l’épouvante qu’il inspire : « Voilà une trombe qui débouline... Vlop !... Po ! dop !... Vlop ! Po ! Dop !... en plein dans notre tas... Une charge... On reste planté... Il nous traverse, je le vois au falot... un éclair... Il volait... C’était plus un cheval... il tenait plus au sol... En vertige qu’il nous a sciés... Yop ! Po ! Dop !... Tagada ! Tagadam ! il était loin... »  Contrairement au peloton de cavalerie « trébuchant les uns dans les autres », « haletants, ahuris »  dans la nuit et sous la pluie battante, le cheval, avec son élégance endiablée, sa vigueur, sa rapidité, semble se jouer de la pesanteur, lui aussi à la manière d’une danseuse, défiant l’équilibre. « Ba-ga-dam ! bagadam ! [...] Un bolide qu’arrive, dévale, jaillit du noir... [...] Galipette détend tout en l’air ! Saut de carpe ! Ça gicle ! Ça ronfle ! Trente-six mille fouets ! des quatre fers ! Vbrang ! La brute pivote ! barre en tornade ! fonce au vertige ! S’envole à travers l’espace ! » .

  • 23 De nombreux traités d’étude des équidés documentent le caractère vigoureux, au plan sexuel en parti (...)
  • 24 Ainsi Gazin (F.) (La cavalerie française dans la guerre mondiale, 1914-1918, Paris, Payot, 1930, 36 (...)

12Sa force, également, impose le respect, ainsi que sa propension à s’agiter, illustrée à plusieurs reprises dans le roman, ici présentée au mode météorologique pour en évoquer le potentiel naturel de violence : « Un orage de chevaux en furie d’un bout à l’autre du local. Tout le matériel, la quincaille, les bois, les bat-flanc dans la danse... Une ménagerie en tempête... [...] tout l’ouragan des animaux » . De plus, le goût du cheval pour la bagarre est amplement évoqué, ce qui offre au narrateur l’occasion de renouer avec l’hyperbole et l’outrance : « Les bourdons se bagarraient horrible. Y en avait trois culbutés sur le dos tout en bataille [...] Qu’ils se filent des pâtées atroces, que ça gicle et sonne le tonnerre... Ils se croquent les crinières, les bourdons, ils s’arrachent des vifs morceaux de viande. Ça saigne, éclabousse » . On le voit, relevant, pour la forme, de la chorégraphie et de la mise en scène, le discours de Casse-pipe associé au cheval s’attache à l’esthétisation de l’animal et de ses mouvements23. Pour le fond, en revanche, les termes s’énoncent de la façon suivante : galop, fuite et combat, à l’instar des trois éléments clés de la doctrine de guerre française, violence, vitesse et masse24.

13En effet, deux images s’avèrent récurrentes : la charge et l’échappée. D’abord représenté seul, le cheval, au fur et à mesure que se développent l’intrigue (la marche forcée vers la poudrière, l’oubli du mot de passe, les tergiversations au sujet du meilleur parti à prendre pour se préserver de la riposte du planton) et donc la menace, l’éveil à la réalité de la vie de caserne et l’inquiétude de Ferdinand, le cheval se trouve dépeint en bande et en fuite : « Et puis il est encore surgi toute une charge de chevaux des ténèbres... Ils sont venus buter pile sur nous... Après ils nous ont entourés... Ils ont circulé en tornades... puis ils sont repartis dans la nuit... Ils ont renfoncé en plein noir... Tag ! a ! pam ! Tag ! a ! pam ! rageusement, comme ça de plus en plus pris en grêle, en castagnettes... de plus en plus loin... minuscules... des tambourins d’ongles... rien du tout... ». Le terme « charge » le corrobore, c’est bien en bête de combat que le narrateur met en scène ces animaux éperdus. Les chevaux en furie ont des caractéristiques communes : ils se battent ; ou fuient, au galop, l’allure à laquelle apparaissent tous les chevaux de Casse-pipe. Or, le galop revêt une importance considérable dans le contexte d’avant-guerre où se situe la narration. Car le galop, l’allure naturelle du cheval, est également l’allure de la charge, donc de la rupture de la bataille. Or nulle bataille n’étant en cours, si ce n’est celle qui oppose les « bourdons » entre eux, le galop sans motif de ces chevaux errants, tout en désignant leur obsolescence future, ajoute ainsi à la parodie.

14Leur fuite ajoute également au sens du roman. En effet, contrairement aux hommes du peloton, astreints à marcher sous une pluie battante vers la poudrière et contraints à une attente tout aussi forcée dans le but de retrouver un mot de passe évasif, les chevaux, eux, jouissent d’une liberté de mouvement et d’aisance que ne partagent pas les hommes. L’action de l’animal, s’échappant de son écurie, pour frayer ou non, semble refléter un désir insatisfait de ces hommes, et du jeune engagé en particulier, celui qui consiste en une « envie de [s’en] aller, énormément, absolument, tellement tout cela [...] apparaissait soudain comme l’effet d’une formidable erreur » (Voyage au bout de la nuit) parce que « dans une histoire pareille, il n’y a rien à faire, il n’y a qu’à foutre le camp ». Outre le fait que la fuite du cheval matérialise (en la sublimant, ce qui explique sans peine la fascination dont nous parlions précédemment) une impossibilité pour la troupe, elle s’érige en contrepoint à l’effort de contrôle de l’armée sur les hommes, les bêtes et les matériels et désigne son échec à les dominer et partant, sa propension à la défaite. Véritable métaphore de la débâcle, le « personnage » du cheval en fuite, presque un instrument de démoralisation, participe aussi de la dérision.

15Reste le combat de ces chevaux, sans motif lui aussi, mais si impressionnant, si violent, si sanglant, que, bien que futile, il ne peut plus être qualifié de dérisoire et n’inspire aux sens et à l’entendement que l’épouvante. Récurrente, la vision qu’offre cette dernière semble anticiper l’avenir des hommes de troupe: une répétition générale (nouvel apport de la terminologie d’art dramatique) du conflit où on leur imposera le devoir, et leur prêtera l’honneur, de les imiter sur le grand « théâtre des opérations ».

  • 25 À ce propos, il est tentant de prêter un nouveau rôle au cheval de Casse-pipe. En effet, victime de (...)

16La substitution anthropologique que nous évoquions précédemment revêt ici une nouvelle importance. Non plus seulement physique, elle s’applique ici au psychologique, le galop, la fuite et le combat des chevaux de la garnison répondant à la fois aux aspirations refoulées des hommes et à leurs rapports antagoniques. Elle s’amplifie encore au regard de la prospective, déjà connue en 1937 au moment de la rédaction de l’ébauche de Casse-pipe, puisque le cheval livra ses dernières batailles pendant la Première Guerre mondiale et que son partenariat guerrier avec l’homme sera ensuite considéré comme obsolète, l’homme prenant désormais sa place, au moins jusqu’à l’usage répandu des machines de guerre25. Elle souligne enfin l’insignifiance des hommes et leur interchangeabilité avec les bêtes.

  • 26 Durand (Capitaine F.), Des tendances pacifiques de la société européenne et du rôle des armées dans (...)
  • 27 Voir Girardet (Raoul), op.cit. et note 3 du présent article.
  • 28 Mémoire des hommes, journaux des marches et opérations des corps de troupes, JMO du 12e régiment de (...)
  • 29 Mémoire des hommes, Inventaire des journaux des grandes unités, JMO de la 7e division de cavalerie, (...)
  • 30 Lettre à Albert Paraz, in Louis-Ferdinand Céline en verve, Présentation et choix David Alliot, Hora (...)

17Casse-pipe est donc davantage qu’un roman comique sur les mœurs militaires. Outre la confirmation de son appartenance au genre du roman militaire, par son humour et sa critique féroce des règlements, Casse-pipe présente également l’homme pour l’animal dans une relation de réciprocité. En effet, en développant le processus de transmutation de l’homme et de l’animal, par simple amalgame tout d’abord, puis par substitution totale, le roman fait le portrait d’un partenariat ; pour mieux l’achever. Car la sensibilité offensée qu’éprouve l’engagé Destouches à la vue des horreurs de la vie militaire, avant de vivre celles de la guerre, qui lui feront dire, dans Voyage au bout de la nuit, qu’ « on est puceau de l’horreur comme on l’est de la volupté », ce viol à ses sens et à son intelligence qui fait dire à un officier à la fin du règne de Louis-Philippe que « les foules de l’Europe touchent à la fin de leur âge militaire »26, renvoie, outre à son niveau supérieur d’éducation, et donc de sensibilité, à un bouleversement culturel profond que le politique, à cette époque, préfère ignorer27. Face à la dégradation de l’humain puis au massacre annoncé de la guerre de position. Rappelons que l’état major renonce à la guerre de mouvement dès l’automne 1914. Le journal des marches et opérations des corps de troupe est, à cet égard, particulièrement éloquent. En effet, dans le JMO du 12e cuirassiers, la première allusion aux tranchées n’est faite que dans l’entrée du 25 octobre 1914, soit environ 12 semaines après le début des hostilités : « L’escadron du 12e cuir occupe les tranchées avec les territoriaux »28. La 7e division quant à elle, à laquelle le 12e cuirassiers appartenait, n’aurait rejoint les tranchées que plus tard : « …mais les premiers éléments de la 7e division ne seront dans les tranchées que le 6 [décembre] »29, quelle est cette idée qui fit dire à Céline : « Nous sommes partis en guerre avec la certitude absolue de remporter la Der des Ders. Comme les communistes pensent au Paradis terrestre pour demain »30, si ce n’est une formidable duperie au service de « l’inédite fiction patriotique » qui séduit les naïfs ou les crédules et les manipule à son profit ? Casse-pipe, ce roman interrompu que Céline n’a jamais retravaillé, s’il renvoie à une abyssale désillusion, non seulement au sujet de la grandeur militaire, mais aussi de la nation, dénonce cette « immense, universelle moquerie » qu’est la guerre. De plus, il répond, par la négative, à la candeur d’un « Je vais voir si c’est ainsi » que crie Ferdinand à Arthur, dans le récit de son engagement dans l’armée « et au pas de course encore » : non, ce n’est pas ainsi. La vue d’un colonel, « à l’air bien gentil et richement gaillard » est tout autant un leurre que l’enthousiasme qu’il suscite est déplacé et ne cautionne en rien l’horreur de la réalité militaire et de son objet.

  • 31 Le cheval et la civilisation du xviiie siècle à 1914, « Des hommes et des chevaux pendant quatre si (...)
  • 32 Rappelons que le substantif familier « casse-pipes » est un nom masculin invariable, que Céline « i (...)

18Daniel Roche le souligne au cours de l’une de ses conférences sur la culture équestre, « le cheval est le test révélateur d’une vision du monde et de son organisation »31. Le cheval, par son alliance ancestrale au pouvoir, à la puissance et au sacré, témoigne de la civilisation qui l’utilise. Or, en proposant une version parodique du rôle du cheval, dans lequel celui-ci est transformé en animal éperdu, errant et sans objet, le roman culbute tous les modes ancestraux de représentation de « la plus belle conquête de l’homme », alliée au prestige, à la noblesse, au contrôle, à la supériorité du règne humain et à l’art et la conduite de la guerre. Car c’est bien l’image désacralisée du cheval qui s’érige dans le roman, à laquelle se substitue celle de l’homme qui le contrôlait : cet homme, dépourvu de l’attribut essentiel du prestige et de la mystique de la guerre qu’était le cheval, et séparé de ce fidèle compagnon, « tout juste un individu », répondant désormais au titre risible de « cavalier à pied ». En toute logique, il ne restait plus qu’à désacraliser la guerre, qui ne mérite plus que le terme péjoratif et « réducteur » de casse-pipes32.

19Aussi les chevaux inutiles de Casse-pipe jouent-ils un rôle essentiel dans le roman et le Carnet : outre qu’ils créent, au plan littéraire, le lien entre l’œuvre de fiction et le journal intime, ils forgent, à l’instar de la foi déçue de Céline, l’éveil à une nouvelle conscience politique.

Bibliographie sommaire

Haut de page

Bibliographie

- Louis-Ferdinand (Céline), Casse-pipe suivi du Carnet du cuirassier Destouches, Paris, Gallimard, 1970, 124  pages.

- Nord, Paris, Gallimard, 627 pages.

- Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, 1952, 632 pages.

- Baldin (Damien), « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval », Revue historique des armées, 249, 2007, [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2008.URL :http://rha.revues.org//index473.html.

- Brun (Jean-François), « Le cheval dans la Grande Armée », Revue historique des armées, 249 2007, 16 [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2008. URL : http://rha.revues.org//index533.html

- Gibault (François), Le Temps des espérances (1894-1932), Paris, Mercure de France, 1977.

- Girardet (Raoul), La Société militaire dans la France contemporaine 1815-1939, Paris, Plon, 1953.

- Hontang (Maurice), Psychologie du cheval, Paris, Payot, 1989, 437 pages.

- Lecomte (Jean-Philippe), « Contestation par la dérision du service militaire et de la vie de caserne depuis 1885 », Hermès, 29, 2001.

- Ministère de la Défense, Mémoire des hommes, Inventaire des Journaux de marches et opérations des grandes unités (1914-1918). [En ligne], http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/cdc.html

- Ministère de la Défense, Mémoire des hommes, Journaux des marches et opérations des corps de troupe (1914-1918). [En ligne], http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/cdc.html

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, voir le très intéressant article de Lecomte (Jean-Philippe), « Contestation par la dérision du service militaire et de la vie de caserne depuis 1885 », Hermès 29, 2001, 67-76.

2 Louis-Ferdinand Destouches s’est effectivement engagé pour trois ans au 12e cuirassiers en garnison à Rambouillet le 28 septembre 1912 et fut incorporé le 3 octobre. La rédaction du carnet a été datée à la fin de l’année 1913. Note du Carnet du cuirassier Destouches, cf.13 et cf 3 et 47, op.cit., 119.

3 Il est à noter que le 12e cuirassiers était, outre « un régiment prestigieux où les plus grandes traditions de la Cavalerie étaient jalousement conservées », « un régiment pour la parade » par son service aux présidents de la République. L’on sait par ailleurs que Louis-Ferdinand Destouches n’était pas insensible à la parade et qu’il en tirait quelques satisfactions. Sur ces points, voir François Gibault, Le Temps des espérances (1894-1932), Mercure de France, 1977, p. 124, 131. Quant aux raisons de son engagement, somme toute surprenant au regard de ses prises de position pacifistes ultérieures, sans doute faut-il les trouver dans « le patriotisme jacobin et guerrier », identifié par Guglielmo Ferrero dans son étude Le Militarisme et la société moderne, traduite et publiée en France en 1899, qui y voit « le principe moteur de l’ensemble de la vie sociale française à la fin du xixe siècle. Principe suprême de toute l’organisation administrative de la IIIe République, et surtout de toute l’orientation de sa politique scolaire ». « Le système français d’enseignement [...] [n’ayant] même », selon lui, d’autre efficacité que de « chauffer » dans l’âme des jeunes enfants l’idée de la patrie et de « sa grandeur politique et militaire » (Cité in Raoul Girardet, La Société militaire dans la France contemporaine, 1815-1939, Plon, 1953, p. 236-237), ce qui poussa les associations estudiantines, en 1910, à militer en faveur du rétablissement du service de trois ans, ainsi que l’illustre la pétition des élèves du lycée Condorcet, se déclarant « prêts à sacrifier joyeusement, pour la vie et pour la gloire de la France, trois années de leur jeunesse ». Cité in Raoul Girardet, op.cit., p. 239.

4 Lecomte, op.cit., 67-68.

5 Girardet, op.cit., 321.

6 Girardet, op.cit., 325.

7 Dans son Carnet (121), Destouches énonce clairement son désir de déserter, désir qu’il musellera après l’intervention irritée de ses parents, et en particulier de son père. Sur ce point, voir Gibault, op.cit., 128-129.

8 Annie Montaut, « Philippe Muray, Céline, Paris, Gallimard, 1981 », compte-rendu, Études littéraires, vol. 18, no 2, 1985, 454-461, 457.

9 Girardet, op.cit, 321.

10 Citation à l’ordre de la 7e division de cavalerie et de l’ordre noO439 en date du 25 novembre 1914, in François Gibault, Céline, Le Temps des espérances, Mercure de France, Paris, 1977.

11 Mémoires des hommes, journal des marches et opérations (JMO) du 12e régiment de cuirassiers, 31 juillet 1914-31 décembre 1916, 26 N 877/16, p. 19. Ajoutons que pour cet acte de bravoure, Céline recevra la Médaille militaire, conférée par le général Joffre le 24 novembre 1914. Le 4 décembre 1914, le JMO du 12e stipule : « Le Mal des L. Destouches est médaillé » (JMO du 12e régiment de cuirassiers, 26 N 877/16, p. 20). Sur ce point, voir également Gibault (François), Céline, Le Temps des enthousiasmes, Mercure de France, Paris, 1977.

12 Roche (Daniel), Le Cheval et la guerre du xve siècle au xxe siècle, « Les maladies, les accidents et les blessures du cheval de guerre », Association pour l’académie d’art équestre de Versailles, Paris, 2002, 297.

13 ... qui ont un répondant, sous la forme des cavaliers de l’apocalypse d’Haraz, dans Nord.

14 L’étude de Damien Baldin stipule que sur les 1 880 000 chevaux (dont 150 000 mulets) mobilisés entre le 31 juillet 1914 et le 11 décembre 1918, « au moins 758 507 chevaux de l’armée française sont morts durant la guerre, soit plus de 80 % de l’effectif moyen global », cité dans Damien Baldin, « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval », Revue historique des armées, 249, 2007, [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2008. URL :

http://rha.revues.org//index473.html. Consulté le 12 décembre 2008. Toutefois, les chiffres diffèrent. D’après le site Le Canon de 75, « de 1914 à 1917, la remonte militaire réquisitionne ou achète environ 950 000 animaux en France et importe des États-Unis environ 474 000 chevaux, soit un total de 1 450 000 chevaux et mulets incorporés dans les armées en 41 mois », cité in Le Canon de 75, http://canonde75.free.fr/chevaux.htm, page mise à jour le 6 avril 2004, consulté le 17 novembre 2010. Enfin, il est dit que le chiffre officiel estimé des chevaux morts (section vétérinaire de l’armée) serait gravé sur une plaque se trouvant dans une salle interdite au public du château de Saumur. Le texte en serait : « Aux 1 140 000 chevaux de l’armée française morts pendant la guerre mondiale 1914-1918. Le Musée du cheval reconnaissant, 1923. »

15 Céline ne mentionne que ces animaux, contrairement à d’autres auteurs décrivant la grande guerre et la vie dans les tranchées, et citant avec insistance et dégoût, la présence des poux et des rats. Voir Poèmes de Krémer (Louis), Gallimard, 2008 et Journal d’un Poilu, Radio-France, 1998.

16 Dans son ouvrage, Gibault (François) affirme par ailleurs que Céline avait peur des chevaux : « En plus, Louis avait peur des chevaux ». Op.cit, p. 127.

17 Le phonème « grogner » et ses dérivés sont répétés trois fois en quelques pages, ainsi que le terme « ours ».

18 Sur ce sujet, voir Baldin (Damien), « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval ».

19 Les quelques paragraphes et citations qui suivent sont partiellement extraits de mon livre Le vertige du vide – Huysmans, Céline et Sartre, Mellen (Edwin), Press, Lewiston, USA, 2000, 328 pages.

20 Sur ces points, voir Girardet, op. cit., chapitre premier, « Du soldat de la liberté au soldat de l’ordre », p. 7-47.

21 On le sait, la question économique s’applique à la cavalerie dès son origine. En effet, celle-ci n’était réservée qu’aux nobles, car ils étaient les seuls à avoir les moyens d’entretenir une monture. Dans l’optique de la Première Guerre mondiale, l’approvisionnement en chevaux et le fardeau de leur entretien, tant pour leur ravitaillement que pour leur usage d’hommes immobilisés dans des services accessoires, tels les maréchaux-ferrants, font de la cavalerie une arme coûteuse. De plus, « les demandes de l’armée [en chevaux] étant supérieures à l’effectif disponible » l’état-major « s’est retrouvé avec beaucoup plus d’hommes que de chevaux » (Baldin (Damien), Les tranchées ont-elles enterré la cavalerie ? Entre disparition et mutation : la cavalerie française durant la Première Guerre mondiale , Presses universitaires de France, Guerres mondiales et conflits contemporains, 2007/2 – no225, 7-20, 17), ce qui fait dire à Bert Stokes « qu’à ce stade, il était plus grave de perdre un cheval qu’un homme, parce qu’après tout, les hommes étaient remplaçables alors que les chevaux ne l’étaient pas » (“Losing a horse was worse than losing a man because after all, men were replaceable while horses weren’t at that stage”), Bert Stokes remembers Passchendaele, From the collections of the Alexander Turnbull Library, World War 1 Oral Archive OHC-002767 (side 3 of 9) – interviewed in 1988 by Jane Tolerton and Nicholas Boyack ,

http://www.nzhistory.net.nz/media/sound/bert-stokes-remembers-passchendaele, consulté le 13 octobre 2010. Ces facteurs, ainsi que la configuration du conflit en guerre de position, l’échec de la cavalerie à s’imposer comme arme décisive à l’été 1914 du fait de sa faiblesse de feu et des importantes pertes humaines ont contribué au démantèlement des unités de cavalerie et au transfert des cavaliers vers d’autres armes (Baldin, 11). Le 12e cuirassiers, le régiment de Louis Destouches, après avoir combattu à Poelcapelle, Bixchoote, Ypres et Chouilly fut lui-même mis à pied et incorporé dans la 25e division d’infanterie.

22 Sur la cavalerie lourde et le moral des cavaliers et « leur lassitude et leur sentiment d’inutilité », voir Jean-François Brun, « Le cheval dans la Grande Armée », Revue historique des armées, 249, 2007, 16 [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2008. URL :http://rha.revues.org//index533.html et Baldin, 15.

23 De nombreux traités d’étude des équidés documentent le caractère vigoureux, au plan sexuel en particulier, capricieux, peureux et quelquefois vindicatif mais sans cruauté, du cheval. Voir, par exemple, l’ouvrage de Hontang (Maurice), Psychologie du cheval, Payot, Paris, 1989.

24 Ainsi Gazin (F.) (La cavalerie française dans la guerre mondiale, 1914-1918, Paris, Payot, 1930, 36-37) la formule-t-elle : « réaliser la surprise par la mise en jeu d’un produit de trois facteurs, violence, vitesse, masse » in Baldin, p. 8.

25 À ce propos, il est tentant de prêter un nouveau rôle au cheval de Casse-pipe. En effet, victime des hommes et de sa loyauté envers eux, il aurait peut-être, par sa liberté de galoper et de fuir, par sa vigueur, par l’image de son indiscipline et à la connaissance rétrospective de son martyr et de son obsolescence, inspiré en Destouches, par anticipation des « grandes crises » qu’il s’attendait à vivre, une vision de lui-même : fougueux, intrépide, batailleur ; et immolé aux trahisons de son époque. Cette hypothèse, si elle pouvait être démontrée, ajouterait un nouvel élément à la valeur autobiographique du roman.

26 Durand (Capitaine F.), Des tendances pacifiques de la société européenne et du rôle des armées dans l’avenir, 1841, cité in Girardet, op.cit.,p. 18.

27 Voir Girardet (Raoul), op.cit. et note 3 du présent article.

28 Mémoire des hommes, journaux des marches et opérations des corps de troupes, JMO du 12e régiment de cavalerie, 26 N 877/16, 31 juillet 1914-31 décembre 1916, p. 18.

29 Mémoire des hommes, Inventaire des journaux des grandes unités, JMO de la 7e division de cavalerie, 26 N 488/1, 31 juillet 1914-31 décembre 1916, p. 50.

30 Lettre à Albert Paraz, in Louis-Ferdinand Céline en verve, Présentation et choix David Alliot, Horay, 2004, 57.

31 Le cheval et la civilisation du xviiie siècle à 1914, « Des hommes et des chevaux pendant quatre siècles » et « Le cheval et les mythologies sociales », avec Daniel Roche, conférences BnF, Institut de France, Fondation Del Duca, lundi 20 et mercredi 23 novembre 2006.

32 Rappelons que le substantif familier « casse-pipes » est un nom masculin invariable, que Céline « individualise » en en modifiant l’orthographe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Hafez-Ergaut, « Des hommes, des chevaux et de la guerre dans Casse-pipe », Revue historique des armées, 272 | -1, 75-84.

Référence électronique

Agnès Hafez-Ergaut, « Des hommes, des chevaux et de la guerre dans Casse-pipe », Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7795

Haut de page

Auteur

Agnès Hafez-Ergaut

Titulaire des diplômes de « Doctor of philisophy » et de « Master of Arts » en littérature de l’université d’Australie Occidentale, Agnès Hafes-Ergaut s’intéresse à la dimension historique de la littérature française à l’université de Tasmanie et a notamment publié « Le Vertige du vide Huysmans, Céline et Sartre », ainsi que plusieurs articles sur Louis-Ferdinand Céline.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org