Navigation – Plan du site
Variations

Visées sécuritaires et réorientation géostratégique

le contrôle de la frontière espagnole en février 1939
Security Aims and geostrategic shift: control of the Spanish border in February 1939
Jean-François Nativite
Traduction de Robert A. Dougthy
p. 85-93

Résumés

À supposer que la guerre d’Espagne ait bien été un drame espagnol, elle fut aussi, nous dit Pierre Laborie, une guerre civile européenne, un théâtre de sang où le vieux continent divisé pouvait régler ses comptes par procuration. En évitant l’implication directe et les prises de position à l’égard de l’intervention de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, la France avait retardé jusqu’au dernier moment la contagion continentale. Toutefois, elle n’avait pas fait l’économie d’une fracture politique et sociale interne. La gestion antithétique par les gouvernements français de l’immigration et de son volet espagnol entre 1936 et 1939, avait confirmé cette fragilité. Elle avait révélé le double visage d’une nation en crise et sa représentation antagoniste de l’accélération événementielle de la fin des années 1930. La bipolarisation croissante de l’opinion française liée à la guerre d’Espagne et à l’exode, avait fait office de miroir conjoncturel prémonitoire des menaces hexagonales. Ainsi, le balcon pyrénéen de Jean Vilar était devenu une zone névralgique anticipée de la sécurité nationale. Si les legs en tout genre et les héritages venus d’outre-mont avaient une nouvelle fois servis de passerelle entre la géographie des lieux et son histoire, les changements stratégiques et le spectre de la guerre, avaient aussi remis en lumière des hommes que la pacification récente de l’espace avait presque fait oublier : les agents du maintien de l’ordre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 SHDDAT, 7N 3 873, Note du général Fagalde commandant la 16e région militaire, du 12 novembre 1938.

1Davantage préoccupée par la montée des périls en Europe centrale que par les réels dangers qui se profilaient outre-Pyrénées, la politique du gouvernement français face à la situation ibérique était longtemps restée prudente voire passive ; et ce en dépit des nombreuses alertes émises par les services de l’ambassade de France à Madrid, ou par les militaires en poste à la frontière. À la mi-novembre 1938, alors que les divisions italiennes, marocaines et navarraises de Franco entamaient la conquête de la Catalogne, on pouvait encore lire dans le rapport de situation du chef d’état-major de la 16e région militaire, les mots suivants : « la frontière espagnole est bien gardée et les monts pyrénéens forment à cette époque de l’année un verrou quasi infranchissable en cas de tentative d’invasion »1.

  • 2 À compter du 27 novembre 1938, les effectifs de GRM dédiés à la surveillance de la frontière étaien (...)
  • 3 Grâce au soutien de son parti, Bonnet avait obtenu un vote de confiance sur la non-intervention par (...)
  • 4 Catala (Michel), op.cit., p. 20-21.

2Fort de ces certitudes, quelques jours plus tard, le Président du Conseil fit même diminuer le nombre de pelotons de gardes républicains mobiles (GRM) chargés du contrôle de la frontière dans les Pyrénées-Orientales et l’Ariège, afin de reconstituer les réserves susceptibles d’être utilisées sur le front de l’Est2. Comme l’a montré l’historien Jacques Saquer, il fallut attendre le 24 janvier 1939 et une demande officielle d’accueil de population formulée par le ministre espagnol des Affaires étrangères Alvarez del Vayo, pour que les autorités françaises se penchent enfin sur les probables conséquences migratoires qui découleraient de la chute de Barcelone. Cet immobilisme politique était significatif du désarroi de la diplomatie française face à la crise espagnole. Avant le vote de confiance obtenu à la fin du mois de janvier 1939 par Georges Bonnet sur le maintien de la non-intervention3, la France n’avait pas su trancher entre deux solutions : secourir vigoureusement les Républicains pour leur éviter la défaite – cette solution défendue par les députés communistes et socialistes impliquait le risque d’un conflit généralisé en Europe – ou, comme le souhaitaient depuis quelques mois certains parlementaires conservateurs, entamer de véritables discussions avec le général Franco. En définitive, c’est l’accélération brutale des événements militaires qui poussa la France à revoir sa politique ibérique. Avec la victoire désormais inévitable des troupes nationalistes, la stratégie de l’attentisme avait vécu. L’option de l’aide à la République définitivement écartée, la seconde solution s’imposait et la question des réfugiés devint urgente4.

  • 5 Ce principe fondateur avait déjà été invoqué à l’automne 1936 lors du déclanchement des hostilités (...)
  • 6 AD Pyrénées-Atlantiques, 4M 167, Lettre du ministre de l’Intérieur aux préfets du sud de la France, (...)
  • 7 Déclaration du ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, L’Indépendant du 1er février 1939. Citée pa (...)

3Refusant d’assumer seule cette responsabilité, la France opta dans un premier temps pour un simple traitement sécuritaire du problème posé. Le 25 au matin, selon les consignes du ministère de la Défense et de la Guerre, le dispositif de surveillance transfrontalier fut une première fois renforcé afin de fermer les voies d’accès au territoire national et de dissuader les candidats au passage. Mais très vite, devant le manque de collaboration des autorités espagnoles, la France dut assouplir ses positions. Quarante-huit heures plus tard, le gouvernement annonça son désir de faire un geste en faveur des populations en détresse. Dans un « souci d’humanité conforme à la tradition républicaine »5, le ministère de l’Intérieur envoya à tous les préfets du sud de la France une circulaire précisant ses nouvelles instructions : à compter du 27 janvier, les enfants, les femmes et les vieillards qui se présenteraient à la frontière devaient être recueillis, sans pour autant que cela remette en cause la sécurité générale du pays. En plus du rappel des nécessaires qualités à observer trois cas de figure furent envisagés : ceux qui souhaitaient retourner en Espagne devaient être encouragés dans leurs démarches ; ceux qui projetaient de rester et qui disposaient de ressources suffisantes devaient être évacués vers des départements métropolitains situés plus à l’intérieur du territoire, enfin, les indigents qui ne voudraient pas repasser les Pyrénées devaient être soignés et hébergés6. Si l’on en croit les paroles du ministre de l’Intérieur Albert Sarraut, prononcées lors de sa visite dans les Pyrénées-Orientales à la fin du mois de janvier, les choses paraissaient claires : « les femmes et les enfants on les reçoit, les valides on les renvoie, les blessés on les soigne »7 !

4À la simple lecture de ces fanfaronnades, de toute évidence nos dirigeants n’avaient pas d’emblée pris conscience de l’ampleur de la crise, ni de la menace qui pesait sur le pays. Tout aussi étonnant que puisse paraître a posteriori ces tergiversations politiques teintées de suffisance, il semble qu’elles n’aient en rien tranché avec les attentes et les volontés de la population pyrénéenne. Ce n’est qu’avec le déferlement des réfugiés en armes que les consciences allaient réellement évoluer. Comme l’a décrit Marie-Claude Rafaneau-Boj, l’arrivée de soldats débandés mêlés au reste de la foule suscita haine et peur des autochtones, en raison de la remise en cause de la neutralité française que leur présence sur le territoire national pouvait provoquer. Non content d’encourager le sentiment général d’insécurité, avec ce nouveau problème, la guerre était devenue palpable, et la campagne antirépublicaine déclenchée par la droite et l’extrême droite depuis la fin de l’année 1938 put enfin exulter. Pour ces formations politiques, l’heure n’était plus aux observations distanciées. Il fallait réagir sous peine de voir l’intégrité du territoire céder sous les coups de butoir des troupes nationalistes espagnoles.

  • 8 Rafaneau-Boj (Marie-Claude), Odyssée pour la liberté. Les camps de prisonniers espagnols 1939-1945, (...)

5La perspective de l’exode massif de Catalogne effrayait la plupart des Français ; effroi largement répandu et entretenu par les mouvances conservatrices. Des journaux modérés, habituellement proches des républicains, se firent écho de la presse la plus réactionnaire. Même La Dépêche, qui reflétait la position du gouvernement, multiplia les avertissements sur les risques encourus par la présence d’éléments extrémistes, communistes ou anarchistes, et demanda l’envoi d’appuis militaires en vue de se protéger de ce qu’elle qualifiait les « hordes terroristes ». Dans la majorité de la presse, on assista à cette époque à une surenchère des descriptions d’atrocités ou d’exactions commises outre Pyrénées par les « assassins » de la FAI. (Federacion Anarquista Iberica), du PCE (Partido Comunista de España), et du POUM (Partido Obrero de Unificacion Marxista). Depuis la fin janvier 1939, Barcelone était tombée. L’exode le plus dramatique de toute la guerre d’Espagne venait de commencer8.

  • 9 SHDDAT, 7N 2757, Notes sur la « situation en Espagne au 6 février 1939 ».
  • 10 En l’espace de quelques jours, selon Jesús Hernandez, ministre du gouvernement Negrín, 1 480 000 00 (...)
  • 11 Selon le rapport du préfet de l’Ariège daté du 13 février 1939, ce sont 2 323 réfugiés dont 1848 mi (...)
  • 12 Rafaneau-Boj (Marie-Claude), op.cit., p. 49.

6En l’espace de dix-huit jours (du 27 janvier au 15 février 1939), plus de 450 000 personnes civiles et militaires rentrèrent en France par le département des Pyrénées-Orientales, et près de 4 000 en Ariège. Pour n’évoquer que les lieux les plus fréquentés, 100 000 réfugiés affluèrent à Prats-de-Mollo, 40 000 à Bourg-Madame et 30 000 à Saint-Laurent-de-Cerdans. D’autres, dont quelques membres illustres des instances républicaines, avaient pour des raisons de discrétion et de sécurité, choisirent d’emprunter les sentiers accidentés reliant La Bajol à Las Illas. Plus ardus mais moins exposés, ces chemins de contrebandiers permirent finalement à plus de 5 000 expatriés de gagner le territoire français. Au cours de la première phase de l’exode, entre le 27 janvier et le 1er février, quelque 114 000 personnes essentiellement des civils, passèrent la frontière. Les ports du Languedoc-Roussillon et les principaux aérodromes du Sud-Ouest reçurent également homme et matériel. Le 29 janvier, la flotte gouvernementale se réfugia à Rosas afin de gagner rapidement les eaux françaises en cas de besoin. Nonobstant la décision du gouvernement, visant à refouler les hommes valides (du 1er au 5 février), l’exode se poursuivit à un rythme plus soutenu, jusqu’au 14. Durant les journées du 5 et du 6 février, les derniers résidus de l’armée républicaine en fuite (environ 140 000 hommes9) arrivèrent à leur tour par le col du Perthus amenant avec eux tous les biens qu’ils avaient pu sauver10. Entre le 8 et le 11, près de 2 000 miliciens débarquèrent encore en Ariège avec femmes et enfants11. Les nationalistes ayant atteint la frontière andorrane, les réfugiés n’eurent d’autre solution que de se replier vers ce département en empruntant, malgré les risques, les seules issues possibles : le col de Bonet (2 585 m) et la vallée de Vicdessos ; le port de Coulac (2 546 m) et la vallée d’Ustou ; le col d’Envalira (2 400 m) ; le port de L’Hospitalet (1 436 m)12. Au final, on évalue à près de 250 000 le nombre de réfugiés arrivés durant cette deuxième phase.

Faire face à la « Retirada »

  • 13 Le 20 décembre 1938 fut créé à Perpignan, le commandement de la Défense aérienne des Pyrénées. C’es (...)

7En dépit de l’optimisme affiché par Raoul Didkowski (préfet des Pyrénées-Orientales) lors sa conférence de presse du 23 janvier, les mesures prises en matière d’accueil par les municipalités présentes sur le passage des réfugiés se montrèrent vite inadaptées. En fait, rien n’avait été prévu. Au milieu de ce désordre généralisé, seule l’intervention des forces de l’ordre permit à de nombreux édiles d’éviter un véritable fiasco. Contrairement au département de l’Ariège qui était parvenu tant bien que mal à gérer seul la situation, les Pyrénées-Orientales avaient aussitôt choisi d’employer les grands moyens. C’est l’arme au poing et l’artillerie en position, que les différents corps d’armée déployés sur place en soutien de la gendarmerie et des douaniers reçurent les réfugiés. Depuis le 27 janvier, un dispositif militaire spécial nommé « dispositif n° 1 » avait été mis en place dans le département afin de contrôler et de canaliser au mieux les populations qui arrivaient du col du Perthus. S’appuyant sur l’ossature du « Plan de Barrage » établi au printemps 1937, près de 50 000 hommes furent détachés à la frontière pour surveiller un périmètre allant de Cerbère à la frontière andorrane, jusqu’au cours de la Têt. L’organisation générale de ce redéploiement stratégique fut confiée au général Fagalde commandant de la 16e région militaire basée à Montpellier. Toutes les troupes désignées pour participer à ce plan de protection (Gendarmerie départementale, GRM, ainsi que de nombreux régiments hexagonaux et d’Afrique du nord) furent placées sous les ordres du colonel Gauthier, commandant la 12e Légion de GRM. Ce dernier disposait comme adjoint du Chef d’escadron Baggio, commandant la compagnie de Gendarmerie départementale des Pyrénées-Orientales. Afin d’être en mesure de répondre à toute réquisition préfectorale en matière de maintien de l’ordre, un PC gendarmerie fut mis sur pied à Perpignan. Il était censé cordonner ses activités avec celui de la Défense aérienne des Pyrénées (DAP) créé dans le département à la fin de l’année 193813. Les commandements subordonnés étaient assurés par les cadres de la GRM, sous les ordres desquels étaient placés les corps de la troupe.

  • 14 SHDDAT, 7N 3 873, Note du général Fagalde commandant la 16 Région Militaire, no°176 S/2 objet « pro (...)

8Pour faire face aux infiltrations, la protection s’organisa en profondeur à l’aide de trois barrières successives : un barrage frontière profond divisé en quatre sous secteurs (celui de Bourg-Madame aux ordres du commandant Zwilling, celui de Prats-de-Mollo aux ordres du commandant Courtois, celui du Perthus aux ordres du commandant Falieu, et celui de Cerbère aux ordres du commandant Terneau), un barrage médian positionné entre Arles sur Tech et le cours du Tech, aux ordres du commandant de GRM Ramel, et une « zone de ratissage » sur la rocade Elne/l’Ille sur la Têt, placée sous les ordres du lieutenant-colonel Prévost, commandant le 20e régiment de dragons de Limoges. Enfin, dans la région de Perpignan étaient stationnées des réserves mobiles placées sous les ordres du colonel Alexandre, commandant le 24e Régiment de Tirailleurs Sénégalais. À ces troupes s’ajoutaient soixante gendarmes et trois pelotons de GRM spécialement affectés à la garde de la ville14.

  • 15 peschanski (Denis), La France des camps…, op.cit., p. 42.
  • 16 JO, 13 novembre 1938.

9Comme le mentionna le quotidien Le Temps, du 13 février, la population pouvait être rassurée, avec près de 1 500 soldats massés sur la frontière, les réfugiés étaient bien gardés. Les troupes de chaque secteur avaient ordre de barrer au besoin par le feu, les voies d’accès et leurs abords. Personne ne devait s’approcher à moins de 200 mètres des zones de surveillance. Dans un premier temps, de vastes aires de rassemblement furent constituées dans les prairies réquisitionnées à proximité de Perpignan. Depuis la frontière, le long des vallées de la Tet débouchant sur Perpignan et celle du Tech aboutissant à la Méditerranée entre Saint-Cyprien et Argelès, elles s’égrenaient autour de Prats-de-Mollo, d’Arles-sur-Tech ou d’Amélie-les-Bains, de la Tour de Carol, d’Osseja ou de la citadelle Mont-Louis15. Le but à atteindre, était d’empêcher les réfugiés espagnols, quelle que soit leur qualité, de pénétrer sur le territoire français sans avoir été désarmés et avoir subi un interrogatoire d’identité. En effet, même si le terme convivial d’« accueil » fut souvent utilisé dans les textes officiels, les « hébergés » ne furent en aucun cas appréhendés comme des réfugiés politiques comme se fut le cas pour les Russes ou les Arméniens dans les années vingt. Ils tombèrent sous le coup du décret-loi du 12 novembre 1938 prévoyant l’incarcération des étrangers qui, en raison de leurs antécédents judiciaires ou de leur activité dangereuse pour la sécurité nationale, ne pouvaient sans péril pour l’ordre public jouir de cette liberté que confère l’assignation à résidence16. Rapidement, deux types de camps provisoires furent donc établis pour exercer cette surveillance rapprochée : des « camps de contrôle » ou de « triage », comme à la Tour de Carol (secteur de Bourg-Madame), au Boulou (secteur du Perthus), ou à Port-Vendres (secteur de Cerbère), et des « camps de concentration », rebaptisés bientôt « camps d’internement ». Tous dépendaient sur le plan administratif du ministère de la Guerre. Localement, les préfets départementaux étaient chargés de leur entretien et de leur ravitaillement.

  • 17 Grynberg (Anne), « Les Camps d’internement », op.cit., p. 140-141.
  • 18 Ibidem.
  • 19 peschanski (Denis), La France des camps…, op.cit., p. 42-43.
  • 20 SHDDGN, 66E 46, R/2 du 9 mars 1939.

10Dès le 30 janvier, des dizaines de milliers d’Espagnols furent regroupés à la hâte sur les plages du Roussillon. Seuls les malades gravement atteints et les blessés purent espérer trouver un toit, les autres furent contraints d’aménager un abri de fortune, en creusant le sol ou en confectionnant des clayonnages de joncs qu’ils recouvrirent de couvertures et de vêtements17. L’accès aux camps fut strictement interdit. Il leur fallu donc supporter l’inconfort, le manque d’eau, l’absence de vêtements, le manque de nourriture et de médicaments de première urgence18. En règle générale, défense absolue était faite aux internés d’en sortir, sauf pour les corvées qui étaient effectuées sous haute surveillance. Assez vite, compte tenu des conditions climatiques, les zones de rassemblement du Haut-Vallespir et de la Cerdagne furent abandonnées19. Suivant les chiffres relevés par le chef d’escadron Baggio20, au 4 mars 1939 (date de la fermeture officielle de la frontière franco-espagnole par les autorités françaises), ils étaient encore près de 50 000 à s’entasser sur la plage d’Argelès-sur-Mer, 17 000 sur celle du Barcarès et plus de 75 000 sur celle de Saint-Cyprien. D’abord simples villages de toile, les camps d’Argelès et de Saint-Cyprien furent rapidement aménagés en dur.

  • 21 Pons Prades (Edouardo), Los que sí hicimos la guerra, Barcelone, Martínez Roca, p. 54-55.
  • 22 Dreyfus-Armand (Geneviève), Temine (Emile), Les Camps sur la plage, un exil espagnol, Paris, Autrem (...)

11Comme l’ont rappelé Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Témine dans leur travaux consacrés aux camps sur la plage, les réfugiés espagnols reprochèrent souvent à la France de n’avoir pas utilisé, comme le proposait la gauche, les infrastructures militaires – tels les camps de Valdonne, de Caylus, du Larzac ou de la Courtine – pour recevoir les premiers arrivants, en attendant d’aménager les lieux d’accueil : « Certains parlent même du cynisme du gouvernement français pour justifier l’injustifiable, et rappellent les locaux réquisitionnés, quelques mois plus tard, hôtels, thermes, salles de spectacles, maisons inhabitées, pour loger des millions de réfugiés (notamment les réfugiés belges), au moment de l’offensive allemande de 1940 : on fit l’impossible pour les accueillir de manière décente et l’on y arriva21Sans doute, en 1939, les municipalités firent-elles aussi de réels efforts pour héberger femmes, enfants et personnes âgées. Pour les hommes, il en a été tout autrement22 ».

  • 23 Cremieux-Brillhac (Jean-Louis), « L’Engagement militaires des Italiens et des Espagnols dans les ar (...)

12Pour répondre à ces critiques, il semble clairement établi aujourd’hui que dans un premier temps les autorités françaises – privilégiant la solution du rapatriement – ne jugèrent pas nécessaire de porter leur effort sur la dimension « qualitative » de l’accueil et de l’internement des réfugiés aussi bien civils que militaires. Pourtant, dès les premiers jours de février 1939, des voix telle celle du lieutenant-colonel Morel cherchèrent à appeler l’attention de Daladier sur l’incohérence stratégique de ce type de décision : « Dans l’état actuel de la situation internationale et de la situation démographique nationale, quelques milliers de « tirailleurs ibériques » méritent qu’on ne les méprise pas. Ces tirailleurs ne sont à aucun degré marxistes ; le fussent-ils, je me demande pourquoi, on n’utiliserait pas des marxistes comme on utilise des musulmans. Par ce que la classe dirigeante française a un sens de la solidarité sociale plus fort que celui de la solidarité religieuse ? Devant l’intérêt national, rien n’a le droit de compter : je supplie que l’on considère qu’en février 1939, nous ne pouvons faire fi d’un Corps d’Armée »23.

  • 24 Cremieux-Brillhac (Jean-Louis), op.cit., p. 583.

13Mais rien n’y fit. Comme en témoigne le rapport du général Besson (commandant de la région militaire de Montpellier) chargé par Gamelin d’établir une synthèse sur l’utilisation des réfugiés espagnols, ces propositions restèrent lettre morte : « Je me borne à signaler que la garde des miliciens en dehors des camps immobilisera des effectifs considérables de GRM et que les sacrifices consentis pour l’installation des travailleurs seront hors de proportion avec leur rendement. Le retour de la plus grande partie des miliciens dans leurs pays d’origine est la seule solution qui puisse être raisonnablement envisagée »24.

  • 25 AD Pyrénées-Atlantiques, 1M 168, Dossiers secrets de défense nationale, instructions du 12 février  (...)
  • 26 peschanski (Denis), La France des camps…, op.cit., p. 43.

14Pour les autorités tant civiles que militaires l’heure était clairement à la méfiance généralisée. Compte tenu du peu d’encadrement disponible, leur présence n’était pas jugée nécessaire sinon pour de vagues travaux de terrassement. Outre le motif sécuritaire, il s’agissait avant tout sur un plan purement mercantile, de limiter le poids des contraintes qui pesait sur les collectivités territoriales et d’éviter que le problème ne se pérennise afin de libérer les effectifs mobilisés à la défense des Pyrénées. De fait, à l’origine, ces camps organisés dans la précipitation ne devaient avoir qu’une durée provisoire25. Pourtant, en dépit des espérances initiales, des cantonnements durent rapidement être créés en dehors même du département afin de désenclaver la frontière. Cette tâche fut confiée au général Ménard (commandant de la région militaire de Toulouse) au début du printemps 1939. Investi du titre de « Commandant militaire de la main d’œuvre étrangère », il constitua un réseau de six camps spécialisés : Bram (Aude) devait accueillir les vieillards, Agde (Hérault) et Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) les Catalans, Septfonds (Tarn-et-Garonne) et le Vernet (Ariège) les ouvriers spécialisés « à reclasser dans l’économie française », Gurs (Basses-Pyrénées) les aviateurs Basques de la flotte aérienne républicaine. Chacun de ces camps était censé pouvoir héberger 15 à 18 000 personnes, soulageant ainsi les camps du Roussillon où les conditions d’hygiène commençaient à inquiéter les autorités26. Ainsi, très rapidement, les soldats et miliciens internés commencèrent à être utilisés à certains travaux intéressant la Défense nationale. Des compagnies de travailleurs espagnols composées de volontaires furent ainsi constituées dans les régions du Midi dans des villes comme Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, Rivesaltes, Foix, Toulouse, ou encore Saint-Gaudens et Gurs, pour être affectées à des travaux d’aménagement des camps ou d’organisation défensive du front.

  • 27 SHDDAT, 7N 3873, Note du général Fagalde commandant la 16 Région Militaire, no°176 S/2 objet « prot (...)

15Parallèlement à ces dispositions d’urgences, en raison de l’aggravation de la situation (le nombre de réfugiés dépassait les prévisions les plus pessimistes), depuis le 3 février des mesures complémentaires avaient été transmises aux troupes chargées de la sécurité « afin d’accorder au mieux l’aide que l’autorité militaire pouvait apporter en matière de recueil (désarmement des bandes armées identification sommaire), de soutien sanitaire (vaccination, épouillage, dépistage des malades), d’hébergement (mise en chantier des logements provisoires) et d’hospitalisation des intransportables »27. Elles faisaient suite au redécoupage administratif des Pyrénées-Orientales achevé le 6 février. Lorsqu’on sait le chaos sanitaire et humain qui régnait dans le département et l’âpreté des conditions d’accueil, le ton employé pour décrire le nouvel modus operandi laisse pantois.

  • 28 Cf. Grynberg (Anne), « Les Camps d’internements », op.cit., p. 141.
  • 29 Ibidem.

16Selon les notes personnelles du général Fagalde, les plus grandes précautions devaient être prises et chaque détail avait son importance. Il en allait de la crédibilité de tous. La phase dite de recueil consistait à prendre livraison des réfugiés à la frontière (des postes avancés de GRM avaient été installés à cet effet à Ville d’Amont, à Saint-Genis, à Saint-Martin, Maureillas et Saint-Laurent de Cerdans) ou à l’intérieur du département, et à les convoyer après les avoir réparti en trois catégories, « hommes valides de dix huit ans et plus », « femmes et enfants », et « blessés ou malades », jusqu’aux centres de recueil en état de fonctionnement. Ceux qui avaient choisi d’être rapatriés, devaient étaient retirés du groupe en attendant d’être ramenés sur Hendaye (Basses-Pyrénées). Pour les autres, une seule direction : les camps de concentration surveillés par des pelotons de gardes mobiles et des soldats de la troupe (spahis, tirailleurs sénégalais). La discipline se voulait elle exemplaire et concernait aussi bien les réfugiés que les troupes de surveillance. Les règles militaires françaises devaient être appliquées avec sévérité, quelles que fussent les circonstances et les acteurs impliqués. Selon de nombreux témoignages il semble que certains gardiens aient largement outrepassé ces consignes : confiscation abusive d’objets personnels, privations, coups de crosses…Accusés de faire preuve d’ « esprit de rébellion », les « éléments indisciplinés », les « fortes têtes », furent transférés dans la forteresse de Collioure où ils subirent une dure répression28. Les troupes françaises employées à la protection de la frontière devaient être impressionnantes de tenue et d’attitude29.

17En résumé, en seulement quelques jours, l’État via son personnel du maintien de l’ordre, ses préfectures et ses régions militaires, s’était substitué à la défaillance des municipalités. La prise en compte de cette résilience martiale est fondamentale dans la compréhension des agissements gendarmiques postérieurs. Lors de ces journées de février, pour la majorité des Pyrénéens, la force et la coercition furent les seules solutions efficaces face au problème espagnol. De fait, nos militaires et nos gendarmes ressortirent globalement grandis de cette expérience douloureuse. Félicitations et médailles furent distribuées en nombres d’un bout à l’autre de la frontière. Si l’on en croit les rapports officiels, les forces de maintien de l’ordre et plus particulièrement celles de la gendarmerie, furent exemplaires durant cette phase de crise. Préfets, militaires, personnels municipaux, techniciens, tous furent unanimes à ce sujet. Malgré la difficulté des missions qui leur furent imparties, non seulement aucun incident majeur ne fut signalé a posteriori, mais qui plus est, leur sang froid et leur savoir faire permirent une intendance efficace des arrivants espagnols. Pourtant à y regarder de plus près, tout ne fut pas aussi idyllique que certains aient bien voulu le dire. Il semble que cette efficacité militaire tant recherchée fut obtenue au prix de dérives et d’excès savamment étouffés par la hiérarchie.

Des comportements et des hommes

  • 30 Rafaneau-Boj (Marie-Claude), op.cit., p. 55.
  • 31 SHDDGN, 66E 49, R/2 du 8 août 1940.
  • 32 Ibidem.

18En plus de la « négligence volontaire » de l’Administration, écrit Marie-Claude Rafaneau, la propagande xénophobe et les incitations au retour couvertes par les autorités françaises, auraient été exercées dès la fin janvier à tous les postes frontières30. Même si l’ampleur du phénomène reste difficilement perceptible a posteriori, le croisement des signaux faibles retrouvés dans les rapports de situation des compagnies et des multiples témoignages d’anciens exilés espagnols, tend à confirmer cet état de fait. Nous n’insisterons guère sur les procédés (humiliations verbales, mesures vexatoires, insultes, brimades physiques, etc.) bien connus des historiens de la guerre d’Espagne. Les récits des longues marches macabres ponctuées par les « Allez ! Allez ! » condescendants des gendarmes, ne sont que trop tristement célèbres. Il convient toutefois de le rappeler ne serait-ce que pour nuancer les propos des autorités publiques et souligner la diversité des mémoires qui subsiste sur le sujet. Mais il y a plus gênant encore. D’après une enquête de service menée par le commandant de la 16e légion de gendarmerie départementale durant l’été 1940, certains militaires de la compagnie départementale des Pyrénées-Orientales auraient même profité de la crise environnante pour se laisser aller en toute connaissance de cause de leurs supérieurs, à des agissements graves et délictueux. Selon le rapporteur, ce ne sont pas moins de douze gendarmes des brigades de Banyuls-sur-Mer, de Perpignan et de Céret qui furent convaincus de détournement de matériels espagnols provenant de l’exode (machines à écrire, armes, jumelles à prisme, tableaux d’art, etc.), pour une somme totale de plus de 45 000 francs31. Plus que la nature des délits, c’est encore la déposition du chef d’escadron Baggio, lui même incriminé dans cette affaire, qui laisse le plus perplexe : « Ayant été mis en cause (…) au sujet de diverses opérations de l’exode espagnols, j’ai l’honneur de déclarer : il est exact que j’ai autorisé la brigade de gendarmerie de Banyuls-sur-Mer à prendre une machine espagnole au moment de l’exode. Ayant un travail surhumain à accomplir, la brigade avait absolument besoin d’une machine. Toutes les organisations civiles et militaires mises sur pied au moment de l’exode ont opéré de la sorte. Élevant le débat, j’ajoute que l’exode espagnol a fait défiler sous les yeux des gendarmes des trésors inestimables. Beaucoup de ces objets étaient le résultat de vols. Par contre de nombreux réfugiés ont procédé à des ventes rapides des objets qui les encombraient. Il est possible que plusieurs gendarmes aient acquis de cette façon des objets divers. Aucun cependant n’a rien fait d’exagéré en ce sens. »32

  • 33 Nativité (Jean-François), « Violences d’État et mutations conjoncturelles : l’exemple de la gendarm (...)
  • 34 Salgas-Candoret (Emmanuelle), « Une population face à l’exil espagnol. Le cas des Pyrénées-Oriental (...)

19Non content d’assumer les faits, il tendit de plus à justifier son comportement et celui de ses hommes en sacrifiant la loi au profit de la nécessité. Certes les tâches à accomplir semblaient bien longues et difficiles au regard des effectifs employés et des nombreux motifs de tentation. Mais ceci n’explique pas tout. Ces mots faisant la part belle au légitime au détriment du légal, sont avant tout la confirmation du basculement psychologique et comportemental des gendarmes lié à l’urgence de la situation. Comme nous l’avons écrit ailleurs, « le désarmement des réfugiés avait marqué une étape décisive dans la mutation gendarmique : en l’espace de quelques semaines, ils étaient passés de la simple vigilance renforcée à une configuration de guerre »33. En effet, la soudaineté et l’amplitude des événements espagnols avaient donné lieu dans les départements pyrénéens, à tout un panel de décisions exceptionnelles pour la maintient de l’ordre public. Cette politique aux forts accents protectionnistes (héritage direct de l’esprit des décrets-lois de mai-novembre 1938 relatifs aux étrangers) avait, comme l’a souligné Emmanuelle Salgas, conforté au sein de la population les réflexes locaux d’auto protection et de repliement sur soi34 et contribué pour une partie de l’opinion (et les gendarmes ne dérogeaient pas à la règle), à l’apparition d’une forme de nationalisme exacerbé. En plus du péril sanitaire, avec la victoire de Franco et la présence des forces de l’Axe en Espagne, la menace fasciste était dorénavant aux portes des Pyrénées. Depuis peu, l’hypothèse d’une invasion du territoire par la péninsule ibérique était devenue plausible aux yeux des Français.

  • 35 Peyrefitte (Christel), « Les premiers sondages d’opinion », Édouard Daladier, chef de gouvernement, (...)
  • 36 Catala (Michel), op.cit., p. 41.

20En décembre 1938, à la question « Pensez-vous que si le général Franco est vainqueur en Espagne, la France aura un ennemi de plus à ses frontières ? », 74 % des Français interrogés lors d’un des premiers sondages d’opinion, répondirent oui et seulement 21 % non35. Bref, dans ce contexte de crispation internationale de plus en plus prégnant, l’étranger n’était plus le bienvenu. Que dire alors de l’« Espagnol » d’extrême gauche, accusé de tous les maux par une partie de la population française ? Il était un suspect tout désigné. Celui par qui arrivaient le danger et le bruit des bottes36. En tant que premiers défenseurs d’un pays hôte désormais assiégé, il n’en fallait pas plus à nos soldats de l’ordre pour s’autoriser avec l’assentiment de la hiérarchie quelques entorses au règlement.

Haut de page

Notes

1 SHDDAT, 7N 3 873, Note du général Fagalde commandant la 16e région militaire, du 12 novembre 1938.

2 À compter du 27 novembre 1938, les effectifs de GRM dédiés à la surveillance de la frontière étaient passés de sept à trois unités. Les pelotons mobiles (PM) no°490, 500, 501 et 502 furent dirigés sur Paris dans le but d’accomplir prochainement des missions de surveillance de la frontière franco-allemande, jugées beaucoup plus urgente. Cf. SHDDGN, 66E 74, R/2 du 28 novembre 1938.

3 Grâce au soutien de son parti, Bonnet avait obtenu un vote de confiance sur la non-intervention par 374 voix contre 228. Cf. Jules Marin, « La Chambre des députés et la guerre civile espagnole », op.cit., p. 54.

4 Catala (Michel), op.cit., p. 20-21.

5 Ce principe fondateur avait déjà été invoqué à l’automne 1936 lors du déclanchement des hostilités Ibériques.

6 AD Pyrénées-Atlantiques, 4M 167, Lettre du ministre de l’Intérieur aux préfets du sud de la France, 27 janvier 1939, Instruction générale, cabinet du préfet des Basses-Pyrénées.

7 Déclaration du ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, L’Indépendant du 1er février 1939. Citée par Saquer (Jacques), op.cit., p. 168-170

8 Rafaneau-Boj (Marie-Claude), Odyssée pour la liberté. Les camps de prisonniers espagnols 1939-1945, Paris, Éditions Denoël, 1993, p. 39-40.

9 SHDDAT, 7N 2757, Notes sur la « situation en Espagne au 6 février 1939 ».

10 En l’espace de quelques jours, selon Jesús Hernandez, ministre du gouvernement Negrín, 1 480 000 000 francs-or, de la Banque d’Espagne (sans compter les marchandises, produits manufacturés, etc.) furent déposés à la Banque de France à Mont de Marsan (Landes). Cf. Rafaneau-Boj (Marie-Claude), op.cit., p. 44-45.

11 Selon le rapport du préfet de l’Ariège daté du 13 février 1939, ce sont 2 323 réfugiés dont 1848 miliciens qui entrèrent dans le département entre le 8 et le 12 février. Cf. AD de l’Ariège, 5M 144.

12 Rafaneau-Boj (Marie-Claude), op.cit., p. 49.

13 Le 20 décembre 1938 fut créé à Perpignan, le commandement de la Défense aérienne des Pyrénées. C’est le capitaine de frégate commandant le front de mer du secteur oriental qui en assumait la responsabilité par délégation du général commandant la 16e région. Cf. SHDDGN 66E 74, R/2 du 10 janvier 1939.

14 SHDDAT, 7N 3 873, Note du général Fagalde commandant la 16 Région Militaire, no°176 S/2 objet « protection de la frontière des Pyrénées-Orientales », en date du 3 février 1939.

15 peschanski (Denis), La France des camps…, op.cit., p. 42.

16 JO, 13 novembre 1938.

17 Grynberg (Anne), « Les Camps d’internement », op.cit., p. 140-141.

18 Ibidem.

19 peschanski (Denis), La France des camps…, op.cit., p. 42-43.

20 SHDDGN, 66E 46, R/2 du 9 mars 1939.

21 Pons Prades (Edouardo), Los que sí hicimos la guerra, Barcelone, Martínez Roca, p. 54-55.

22 Dreyfus-Armand (Geneviève), Temine (Emile), Les Camps sur la plage, un exil espagnol, Paris, Autrement, 1995, p. 70.

23 Cremieux-Brillhac (Jean-Louis), « L’Engagement militaires des Italiens et des Espagnols dans les armées françaises de 1939 à 1945 », dans Milza (Pierre) et Peschanski (Denis), Exils et migration…, op.cit., p. 582-583.

24 Cremieux-Brillhac (Jean-Louis), op.cit., p. 583.

25 AD Pyrénées-Atlantiques, 1M 168, Dossiers secrets de défense nationale, instructions du 12 février 1939.

26 peschanski (Denis), La France des camps…, op.cit., p. 43.

27 SHDDAT, 7N 3873, Note du général Fagalde commandant la 16 Région Militaire, no°176 S/2 objet « protection de la frontière des Pyrénées-Orientales, mesures complémentaires », en date du 3 février 1939.

28 Cf. Grynberg (Anne), « Les Camps d’internements », op.cit., p. 141.

29 Ibidem.

30 Rafaneau-Boj (Marie-Claude), op.cit., p. 55.

31 SHDDGN, 66E 49, R/2 du 8 août 1940.

32 Ibidem.

33 Nativité (Jean-François), « Violences d’État et mutations conjoncturelles : l’exemple de la gendarmerie dans les Basses-Pyrénées (1938-1944) », dans Souleau (Philippe dir.), Vichy en Aquitaine, à paraître.

34 Salgas-Candoret (Emmanuelle), « Une population face à l’exil espagnol. Le cas des Pyrénées-Orientales (janvier-septembre 1939) », dans Milza (Pierre) et peschanski (Denis dir.), Exils et migration…, op.cit., p. 320.

35 Peyrefitte (Christel), « Les premiers sondages d’opinion », Édouard Daladier, chef de gouvernement, Paris, 1977, p. 265-278.

36 Catala (Michel), op.cit., p. 41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Nativite, « Visées sécuritaires et réorientation géostratégique », Revue historique des armées, 272 | -1, 85-93.

Référence électronique

Jean-François Nativite, « Visées sécuritaires et réorientation géostratégique », Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7797

Haut de page

Auteur

Jean-François Nativite

Docteur en histoire militaire de l’université Paul Valéry Montpellier iii, il a soutenu sous la direction du professeur Jules Maurin, une thèse intitulée : Culture d’ordre et identités régionales. La gendarmerie sous l’occupation dans les départements pyrénéens (1939-1944). Il est actuellement enseignant à l’IRIS Sup’ et directeur de projets en intelligence économique au sein de l’ADIT.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org