Navigation – Plan du site
Variations

Au crépuscule De l’Empire

l’exemple du 151e régiment d’infanterie de ligne
In the twilight of the empire : the example of the 151st line infantry regiment
Jean-François Brun
Traduction de Robert A.Dougthy
p. 73-82

Résumés

Autant par ses conditions de création que par son action lors de sa brève existence, le 151e de ligne présente une histoire relativement originale par rapport à la plupart des unités d’infanterie du Premier Empire, et mérite à ce titre d’être présenté plus en détail. En mars 1812, désireux d’accroître sa puissance militaire sans heurter trop largement l’opinion publique, sensible à l’alourdissement de la conscription, Napoléon décide de lever le premier ban de la Garde nationale. Chaque département sera tenu de fournir tout ou partie d’une cohorte, le 151e en est issu.

Haut de page

Texte intégral

1Autant par ses conditions de création que par son action lors de sa brève existence, le 151e de ligne présente une histoire relativement originale par rapport à la plupart des unités d’infanterie du Premier Empire, et mérite à ce titre d’être présenté plus en détail.

De la garde nationale à la ligne

2En mars 1812, désireux d’accroître sa puissance militaire sans heurter trop largement l’opinion publique, sensible à l’alourdissement de la conscription, Napoléon décide de lever le premier ban de la garde nationale. Chaque département sera tenu de fournir tout ou partie d’une cohorte (chacune représentant un bataillon d’infanterie, une compagnie d’artillerie et une compagnie de dépôt). Les hommes seront recrutés parmi les conscrits de la classe 1812 et des classes antérieures, qui n’ont pas été incorporés dans l’armée active, puisque seule une partie du contingent est réellement appelée sous les drapeaux, dans la mesure ou la ressource d’une classe excède toujours les besoins. Fait nouveau, les gardes nationaux, à l’inverse des expériences antérieures, ne se contenteront pas de faire simplement l’exercice le dimanche sur la place du bourg, voire de la préfecture, mais seront réellement incorporés pour former des unités permanentes, qui tiendront garnison sur divers points de l’Empire, assurant ainsi ce que l’on nommera, au XXe siècle, la « Défense opérationnelle du territoire ». Le décret d’organisation précise bien, cependant, qu’ils ne peuvent être employés qu’a l’intérieur des frontières françaises. Leur présence toutefois permet d’envoyer hors de France les unités de l’armée active qui auraient normalement du assurer les missions désormais dévolues aux cohortes.

3Un peu plus âgés que les conscrits habituels, les gardes nationaux constituent une excellente troupe, dotée d’un uniforme et d’un équipement identiques à ceux de l’infanterie de ligne (hormis boutons et galons, de couleur blanche et non or). En revanche, l’encadrement, composé d’anciens militaires, voire d’anciens gardes nationaux promus pour l’occasion, ou d’officiers retraités ou réformés qui ont repris du service, ne semble pas briller par son efficacité ou sa compétence.

4Le système fonctionne néanmoins relativement bien. Aussi, lorsqu’en janvier 1813, l’Empereur entreprend de reconstituer la Grande Armée, après le désastre de Russie, les 88 cohortes de la garde nationale apparaissent comme une ressource de qualité, immédiatement utilisable. Il les transforme donc, d’un trait de plume, en 22 régiments d’infanterie de ligne (à 4 bataillons de guerre) numérotés a la suite des unités déjà existantes, de 135 a 156. Le 12 janvier, les 50e et 51e cohortes (département du Nord), la 52e (département de la Lys) et enfin la 7e (formée dans l’ex-royaume de Hollande par les départements des Bouches du-Weser, Bouches-de-l’Elbe et Ems supérieur) sont ainsi administrativement réunies pour former le 151e régiment d’infanterie de ligne, à 4 bataillons et un dépôt (composé tout a fait logiquement des compagnies de dépôt correspondantes) qui s’installe à Lille, tandis que les compagnies d’artillerie sont intégrées, de leur côté, dans l’artillerie impériale. Les quatre cinquièmes des soldats comptent alors près de 7 mois de service. Le 16 janvier, le major Recouvreur, du 108e de ligne, promu colonel, prend le commandement de la nouvelle unité. Il aura pour adjoint le chef de bataillon Sellier, qui a débuté sa carrière comme volontaire en 1792, et commande alors la 51e cohorte. Néanmoins, quoique devenu major, Sellier conservera parallèlement le commandement du 3e bataillon jusqu’a la prise de fonction de son successeur à la mi-mars.

La guerre en rase campagne : la première campagne de Saxe

5Le régiment, affecté au 5e corps d’armée, gagne Magdebourg ou il est inspecté par le général Lauriston. Le 13 février, ce dernier adresse son rapport au ministre Clarke :

« Je viens de passer la revue du 151e régiment. Il présente un total de 2 522 hommes, officiers compris, présents sous les armes, et 247 à l’hôpital du lieu. Les hommes en sont de la meilleure espèce, d’une très grande vigueur, et parfaitement bien disposés. Les sous-officiers sont un peu jeunes, mais ils ont envie de bien faire. Quant aux officiers, c’est toujours la même composition que dans les autres régiments. Je n’en parlerai plus à Votre Excellence. Les mesures que Sa Majesté vient de prendre pour le remplacement de ceux qui sont incapables de servir rendront ces nouveaux régiments les plus beaux et les meilleurs de l’armée. » Et l’organisation du 151e de se poursuivre tout au long de ces semaines, marquées par les exercices mais aussi par le remplacement de tous les chefs de bataillon.

6La réduction du nombre de combattants potentiels est constante. Le 25 avril, il n’y a plus que 84,86 % des présents du 20 février. Parallèlement, le personnel officier ne cesse de s’accroître et de se renouveler, insuffisamment cependant si l’on en croit Lauriston, dans une lettre au ministre de la Guerre le26 mars 1813 :

« Votre Excellence me permettra bien de lui faire observer que, malgré le renvoi de 25 officiers, l’un portant l’autre, par régiment, il faudra en renvoyer encore 25 [ce qui équivaudrait a un renouvellement de la moitié des officiers d’un régiment a quatre bataillons], que je suis obligé, à chaque poste, de faire répéter la consigne comme un caporal, que les officiers sont vieux et ne connaissent plus rien au service. »

7C’est également à cette époque, très exactement le 14 mars, que sont incorporés au sein des unités de guerre les premiers conscrits de 1813. Leur profil nous est précisément décrit dans les appréciations portées sur les 2e et 3e compagnies du 5e bataillon (de dépôt), qui ont assuré l’encadrement de Lille à l’Elbe. Ces militaires sont « grands, bien faits, généralement bien constitués. Ils ont fait l’exercice deux fois par jour jusqu’au moment de leur départ ». Tous ont atteint l’école du soldat et « montrent beaucoup de dispositions pour le métier des armes ». La situation matérielle est assez satisfaisante : « L’habillement et l’armement sont complets » (en dépit de quelques fusils a réparer) mais les gibernes, pour la plupart défectueuses, devront être changées.

8Surtout, l’usure des troupes, rançon de la concentration, n’est pas compensée par une intensification de l’entraînement. D’ou les avertissements de Lauriston, le 15 avril, à Eugène de Beauharnais, commandant l’armée de l’Elbe :

« Sa Majesté doit croire avec raison que, depuis le temps où les cohortes sont réunies en régiment, il doit y avoir un ensemble dans les manoeuvres, dans la composition des régiments, cela n’existe nullement. »

9Le 151e, néanmoins, participe à tous les mouvements du 5e corps des le début du mois de mars puis, fin avril, à la contre-offensive générale, menant l’attaque aux ponts de Wettinet de Halle. Il combat ensuite à Lindenau et Lützen, reçoit en mai son aigle et un drapeau modèle 1812, vierge de toute inscription, avant de livrer bataille, le 12, à Weissig, sous les ordres de Mac Donald. Le 19, intégré au groupement Ney, il s’ouvre le passage à Eichberg, dans un affrontement particulièrement dur qui lui coûte 40 tués, parmi lesquels 4 officiers (dont le colonel), et 162 blessés, dont 6 officiers. Le régiment, désormais commandé par Sellier, s’empare, le 21, du village de Pliskowitz, en partie crénelé, et s’y maintient malgré trois assauts ennemis, au prix de 19 sous-officiers et soldats tués, 9 officiers (y compris le chef de bataillon Debar) et 99 hommes de troupe blessés. Poursuivant sa progression avec le reste de l’armée, il se bat à Hainau avant de tomber, le 26, dans une embuscade à Michelsdorf. Pris sous le feu d’une trentaine de pièces et assailli par une cavalerie considérable, le 151e se débande, perdant très rapidement 44 tués, 173 blessés et 399 prisonniers ou égarés. Mais, fait remarquable, on ne comptera aucun officier parmi les victimes. Ce bilan, toutefois, est le plus lourd puisque le 153e, de la même brigade, est réduit de 301 hommes seulement, les pertes totales de la division Maison s’élevant a un millier de fantassins, cinq pièces (soit près du tiers de ses tubes), une compagnie de sapeurs et presque tout le personnel et les caissons de l’artillerie et des trains. Hâtivement réorganisés, les survivants reprennent, les jours suivants, une poursuite plus prudente, passent la Katzbach et occupent Breslau le 1er juin.

10La, le 5e C.A. se restructure sommairement, comme l’indique le général Lauriston dans une lettre du 2 juin au maréchal Berthier :

« Je profite de ce moment de repos pour réorganiser mon corps d’armée, que les trois dernières marches de nuit ont beaucoup réduit. Le soldat n’est pas encore accoutumé à ces sortes de fatigue ; il se bat comme un lion, mais il a fort besoin d’être surveillé pour la discipline. »

11Les chiffres, d’ailleurs, confirment cette nécessité. Début juin, l’effectif sous les armes du 151e ne représente que le cinquième de celui de janvier. En six mois (bien que Michelsdorf fausse quelque peu ces statistiques), les pertes se révèlent considérables et permettent de comprendre combien la Grande Armée était à bout de souffle lorsque fut signé le 4 juin l’armistice de Pleiswitz.

  • 1 Lebron semble avoir eu une carrière sans relief. Sous-lieutenant en Hollande à la légion du comte d (...)

12On conçoit, dans ces conditions, que le premier soin de la hiérarchie ait été de rassembler les débris du régiment sous l’autorité d’un officier dépourvu de commandement, le colonel Lebron11, qui s’efforce de regrouper survivants et convalescents sortant des hôpitaux, en attendant l’arrivée de quelques colonnes de renfort.

La défense d’une forteresse, Glogau-sur-Oder

13L’unité connaît ensuite un sort particulier. A l’issue de la retraite de Russie, les survivants du 4e corps d’armée (franco-italien) s’étaient réfugiés dans la place de Glogau-sur-Oder. Chacune de ses trois divisions d’infanterie (13e, 14e, 15e D.I.) avait alors constitué, au début de 1813, un petit bataillon avec les soldats valides, tandis qu’officiers et sous-officiers en surnombre regagnaient la France ou l’Italie pour encadrer les recrues levées à partir de janvier. Quoique improvisée, cette défense révèle sa solidité en résistant jusqu’à sa délivrance par la nouvelle Grande Armée le 29 mai. Toutefois, la forteresse, unique tête de pont sur l’Oder en possession des Français lors de l’armistice, est destinée à jouer un rôle essentiel dans la future campagne d’automne. Aussi l’Empereur en restructure-t-il complètement la garnison qui compte 8 559 hommes le 17 août.

  • 2 Le 29 juin, quatre lieutenants sont promus capitaines, quatre sous-lieutenants lieutenants et cinq (...)

14Détaché officiellement du 5e C.A. le 20 juin, le 151e d’infanterie pénètre dans la place, le 23. Immédiatement, ses quatre bataillons sont refondus en trois, seulement, dans lesquels sont intégrés les sous-officiers et soldats des bataillons provisoires formés en janvier 1813 avec les survivants des 13e et 14e divisions d’infanterie de la campagne de Russie. L’encadrement, par le biais de promotions et de réformes sans traitement, est à la fois renforcé et, vraisemblablement, épuré de ses pires éléments2. Le résultat de ces diverses opérations demeure néanmoins extrêmement probant puisque, au 15 août, sous le commandement du colonel Lebron, le 151e aligne près de 2 565 combattants dont 75 officiers, avant de recevoir encore, le 18, 404 militaires du 133e de ligne.

15Dès la reprise des hostilités, le 17 août, la place est investie par l’ennemi. Défenseurs et assaillants escarmouchent dans l’attente de la décision stratégique qui se joue alors en Saxe. À partir du 28 octobre, la défaite de Leipzig et les retournements d’alliance sont connus des défenseurs qui doivent faire face, début novembre, à un siège en règle, avec son cortège de travaux d’approche et de bombardements générateurs d’incendies. Les vivres et le bois de chauffage sont parcimonieusement distribués, tandis qu’aux hôpitaux, les médicaments se raréfient. Parallèlement, au sein des unités d’origine étrangère qui constituent une partie de la garnison, le nombre de désertions ne cesse de croître. En janvier, un palier est franchi lorsque Croates, Espagnols, Francfortois et Saxons décident de cesser leur service. Les mesures de résistance a outrance prises alors par le 151e et les compagnies d’artillerie et de génie françaises permettent au gouverneur, le général Laplane, de négocier la sortie des « grévistes », du 24 au 26. Des le 27, un nouveau dispositif, plus resserré, est adopté, offrant à Glogau l’opportunité de continuer sa résistance. Après cette crise sans précédent, le siège reprend son cours, avec en arrière-plan le froid, la faim et la maladie. Puis, le 11 février, les assiégeants s’emparent dans la nuit d’une redoute, reprise au matin par trois compagnies du 151e, précédées d’un détachement de sapeurs.

  • 3 A la capitulation de la place, la garnison de Glogau recense 61 militaires tués, 2 015 décédés à l’ (...)
  • 4 L’aigle et le drapeau du 151e, remis aux Prussiens, avaient été déposés par ces derniers à la « Gar (...)

16Dès lors, l’affrontement prend la forme de duels d’artillerie, tandis que s’ouvrent des négociations extrêmement serrées qui aboutissent, le 12 avril, à la ratification d’une capitulation, six jours après l’abdication de Fontainebleau ! La garnison ne comprend plus que 2 853 militaires3, appartenant pour plus de la moitié au 151e. Tout va ensuite très vite. Le 17, à 6 heures du matin, à lieu l’évacuation. « Environ 1 800 Français (dont moitié qui ont le scorbut font la route sur des voitures) mettent bas les armes4 sur les glacis et les Russes et les Prussiens entrent dans la place et ses ouvrages, après avoir perdu sous ses murs 7 000 hommes par le feu ou les maladies. » Puis les défenseurs, soldats d’une puissance qui n’est plus en guerre depuis quelques jours avec la coalition, reprennent le chemin de la France. De ce voyage, rien n’a filtré. Gageons cependant qu’il dut être joyeux, la nostalgie provoquée par la chute de l’Empire étant contrebalancée par le soulagement né de la promesse de paix (et de survie) que représente la Restauration.

La dissolution du régiment

17Après plus de cinq semaines de silence, Lebron reprend contact, dans une lettre du 23 mai, avec le nouveau ministre de la Guerre, le général comte Dupont, jadis vaincu à Baylen. Le 28, seconde missive pour annoncer l’arrivée à Metz, le 31 mai, de son régiment. D’après ses dires, le 151e, formé de vieux militaires, est animé d’un bon esprit mais, sans rémunération depuis dix mois,

« sous-officiers et soldats sont en général dépourvus d’effets, de linge et chaussures et n’ayant aucun moyen de les pourvoir, j’ose espérer de la bienveillance de Votre Excellence qu’elle prendra en considération la triste situation dans laquelle se trouve le corps et qu’à son arrivée à Metz, son sort changera favorablement ».

18Le 151e, malgré tout, n’échappe pas à la déliquescence qui a marqué la Grande Armée après la première abdication car « depuis le passage du Rhin, j’ai eu 102 déserteurs français et lillois. Je crains d’en avoir encore quelques-uns avant d’arriver à Metz ». La, le 1er juin 1814, est réalisé un appel général qui nous offre la dernière vision de la garnison de Glogau en tant que troupe constituée. Le 151e compte 63 officiers et 973 sous-officiers et soldats sous les armes, tandis que 416 hommes sont encore soignés dans divers hôpitaux.

19Le nouveau régime, qui comble de faveurs maréchaux et généraux de l’Empire dans l’espoir de se les concilier, s’efforce parallèlement de disperser les unités afin de créer de toutes pièces des régiments plus malléables, confiés à des hommes politiquement surs, mais également de réorganiser l’armée, totalement épuisée. Le décret du 12 mai ramène ainsi le nombre de régiments d’infanterie de 288 (au 1er janvier 1814) à 105 seulement, eux-mêmes constitués de bataillons ou de détachements issus de plusieurs régiments, afin de casser, par le biais de ce brassage, l’esprit de corps des combattants de Napoléon. Son retour tardif vaut au 151e d’être dissous en juillet seulement : le 1er bataillon (28 officiers, 258 sous-officiers et soldats) est affecté à Metz, au 59e de ligne, le 2e bataillon (297 présents dont 20 officiers) au 68e de ligne, à Sarrelouis, et les 3e et 5e (l’ex-dépôt, qui était demeuré a Lille) au 21e de ligne, stationné à Cambray.

20Issu des cohortes, ayant connu un destin particulier et une existence extrêmement brève au sein de la Grande Armée, le 151e sera reformé le 1er octobre 1887 seulement, à partir de trois bataillons venant de trois régiments différents, et prendra part, quelques années plus tard, à la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

• Archives nationales, cartons F 604 et F 605.

• Service historique de la Défense, département de l’armée de terre, cartons C2 189, C2 558, C14 23.

• Brun (J-F.), Les oubliés du fleuve, Glogau-sur-Oder, un siège sous le Premier Empire, éditions du Roure, 1997.

Haut de page

Annexe

Annexe n°1 : Les cohortes de la Garde nationale

Le sénatus-consulte du 13 mars 1812 réorganise entièrement l’institution de la Garde nationale, divisant les Français valides et non mobilisés en trois catégories. Le 1er ban sera formé des hommes de 20 à 26 ans « qui, appartenant aux six dernières classes de conscription mises en activité, n’ont point été appelés à l’armée active, lorsque ces classes ont fourni leur contingent » (article 2). Le 2e ban sera composé des hommes valides de 26 à 40 ans (article 3), l’arrière-ban enfin comprendra tous les hommes valides de 40 à 60 ans (article 4).

Le premier ban devait immédiatement être utilisé pour recruter cent cohortes (équivalant chacune à un bataillon d’infanterie, une compagnie d’artillerie et une compagnie de dépôt), mais le nombre de ces nouvelles unités est définitivement ramené, le 14 mars, à 88 seulement. Les conditions d’emploi sont clairement définies : « Le 1er ban de la Garde nationale ne doit pas sortir du territoire de l’Empire ; il est exclusivement destiné à la garde des frontières, à la police intérieure, et à la conservation des grands dépôts maritimes, arsenaux et places fortes. » (article 7). De même, contrairement a la levée exceptionnelle de 300 000 hommes décidée par la Convention en février 1793, le principe de relève d’une classe par la suivante est clairement spécifié : « Les hommes composant les cohortes du 1er ban de la Garde nationale se renouvellent par sixième chaque année : à cet effet, ceux de la plus ancienne classe sont remplacés par les hommes de la conscription de l’année courante. » (article 5).

La mise sur pied initiale est également définie dans ses moindres détails : « Les hommes destinés à former ces cohortes seront pris (…) sur les classes de la conscription de 1807, 1808, 1809, 1810, 1811 et 1812. » (article 9, complété de l’article 10 qui exclut les mobilisables mariés antérieurement à la publication du sénatus-consulte). De même, « le renouvellement des classes de 1807 et 1808 aura lieu pour la première fois, en 1814, par la conscription de 1813 et 1814 » (article 11). Si bien qu’en janvier 1813, les unités sont au maximum de leur effectif, dans la mesure ou aucun des incorporés du printemps 1812 n’a encore été libéré, tandis qu’arrivent les premiers soldats de la classe 1813 (puisque la levée des conscrits de cette classe, effectuée à partir du 1er septembre 1812, comprenait 120 000 hommes destinés à l’armée active, auxquels s’en ajoutaient 17 000, au titre du 1er ban de la Garde nationale).

D’autre part, afin de ne pas affaiblir l’encadrement de l’armée active, « les officiers et sous-officiers destinés à commander les cohortes pourront être pris parmi les officiers, sous-officiers et soldats jouissant de la solde de retraite, et parmi ceux qui ont été réformés des corps de la ligne pour blessures ou infirmités, pourvu que les uns et les autres soient jugés en état de reprendre du service. Les capitaines seulement et les officiers, sous-officiers et soldats qui auraient déjà servi dans les bataillons de gardes nationales en activité seront susceptibles d’être admis à servir dans les cohortes. Ils pourront y être employés dans leurs grades respectifs : les soldats y seront reçus comme caporaux pour la première formation seulement » (articles 47 et 48). Mais, afin d’éviter théoriquement toute dérive préjudiciable au service, l’article 50 réitère une précision fondamentale : « Il ne sera admis que des officiers et sous-officiers valides et en état de faire la guerre. »

Enfin, l’article 44 trace un cadre d’emploi précis. Les cohortes doivent être groupées six par six afin de constituer a chaque fois une brigade, stationnée sur le territoire national, et commandée par un général de brigade.

Annexe n°2 : L’histoire du 151e à travers ses livrets d’appel

31 décembre 1812 : le recrutement des cohortes

12 janvier 1813 : Formation du151e de ligne

Phase de concentration du 5e corps d’armée

(A) Cette rubrique concerne seulement les militaires officiellement détachés de leur unité. Ceux admis à l’hôpital ou restés en arrière sont, en revanche, classés dans la colonne « absents sans solde », dans tous les appels de l’époque impériale.

(B) Déserteurs et traînards sont bien évidemment inclus dans cette catégorie.

L’attrition de la 1re campagne de Saxe

Ces diverses récapitulations mettent ainsi clairement en avant le processus d’érosion constante des effectifs sous les armes, qui s’accroît énormément lors de la phase de mouvement de la première campagne de Saxe L’ensemble de la Grande Armée étant touchée par ce phénomène, le choix d’un armistice apparaît dès lors comme une décision parfaitement justifiable.

(A) Mais, le 1er juin, on ne recensait sous les armes que 465 combattants, dont 37 officiers.

Juillet 1814 : La dispersion du 151e de ligne

Haut de page

Notes

1 Lebron semble avoir eu une carrière sans relief. Sous-lieutenant en Hollande à la légion du comte de Marboil en 1788, il est en effet seulement colonel en 1813. Ses fonctions durant la première campagne de Saxe sont multiples. Il conduit d’abord, depuis Mayence, les 4e bataillons de la division Durutte (à la suite du 6e corps d’armée). Lorsque ces derniers ont fait leur jonction avec le 7e corps, il gouverne Torgau à partir du 11 mai puis dirige un convoi qui quitte Dresde le 26 mai. A l’issue de cette mission, il reçoit le commandement du 151e de ligne, qu’il conserve jusqu’à la dissolution du régiment.

2 Le 29 juin, quatre lieutenants sont promus capitaines, quatre sous-lieutenants lieutenants et cinq sous-officiers deviennent sous-lieutenants. Le 8 juillet, l’adjudant-major et les trois porte-aigle sont désignés. Enfin, le 5 août, sont réformés sans traitement deux lieutenants, quatre sous-lieutenants et l’officier payeur

3 A la capitulation de la place, la garnison de Glogau recense 61 militaires tués, 2 015 décédés à l’hôpital, 542 déserteurs et 110 prisonniers, auxquels il convient d’ajouter les contingents sortis les 24 et 26 janvier 1814, soit 920 Croates, 114 Espagnols, 538 Francfortois et 91 Saxons.

4 L’aigle et le drapeau du 151e, remis aux Prussiens, avaient été déposés par ces derniers à la « Garnisonkirche » de Potsdam et sont conservés actuellement au musée historique de Berlin.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rha.revues.org/docannexe/image/7867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/7867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/7867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/7867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende (A) Mais, le 1er juin, on ne recensait sous les armes que 465 combattants, dont 37 officiers.
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/7867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://rha.revues.org/docannexe/image/7867/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Brun, « Au crépuscule De l’Empire », Revue historique des armées, 273 | -1, 73-82.

Référence électronique

Jean-François Brun, « Au crépuscule De l’Empire », Revue historique des armées [En ligne], 273 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7867

Haut de page

Auteur

Jean-François Brun

Maître de conférences en histoire à l’université de Saint-Étienne, il est spécialiste d’histoire économique et militaire. Lieutenant-colonel de réserve, ancien auditeur de l’IHEDN, il a participé à trois reprises aux opérations extérieures au Kosovo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org