Navigation – Plan du site
Dossier

Guerres et alliances en Amérique du Sud

Wars and alliances in South America
Marie-Danielle Demelas
p. 15-29

Résumés

L’Amérique latine offre peu d’exemple de coalitions. La formation complexe et disparate des États indépendants et la faiblesse d’armées qui furent longues à se professionnaliser expliquent que la collusion de quelques États, à visée défensive, plus rarement offensive, ne fut pas aussi répandue en Amérique latine qu’elle l’a été dans d’autres partie du monde. Trois régions ont noué des ententes qui ont abouti à des affrontements sur le champ de bataille : l’Amérique centrale, les Andes, le Río de la Plata et son hinterland. Le coût de certaines de ces guerres — guerre du Pacifique (1879-1883), et surtout guerre de la Triple Alliance (1865-1870) — a incité l’Amérique latine à régler ses conflits par la voie diplomatique, des arbitrages ou des guerres limitées à deux belligérants.

Haut de page

Texte intégral

1En dépit de clichés tenaces, l’Amérique latine, depuis qu’elle est indépendante, n’a pas été marquée par la guerre comme l’a été l’Europe, et si elle s’est trouvée sous les armes, ce fut plus souvent à cause de luttes intestines que de conflits entre États. Aussi le tour est assez vite fait de ses alliances et de ses coalitions, celles-ci ayant été surtout notables au XIXe siècle. Après des premières décennies troublées, les États dominants – Brésil, Mexique, puis Argentine – ont opté pour l’action diplomatique et des relations pacifiées avec leurs voisins. Ceux-ci ont bien tenté de s’allier entre eux pour contrebalancer leur poids, mais sans succès.

  • 1 MERCOSUR, ALENA, ALBA, CAN, UNASUR… Respectivement : Marché commun du Sud formé de l’Argentine, du (...)

2Aujourd’hui, c’est en termes d’union économique et d’intégration régionale que se poserait la question des alliances, même si certains des traités passés au cours des dernières décennies1 affirment leur caractère en réaction à des puissances extérieures : États-Unis ou Europe. Seule l’ALBA, qui intègre Cuba et accueille en observateurs l’Iran et la Russie, tient encore des propos va-t’en-guerre.

3Au XIXe siècle, trois régions, aux frontières disputées et aux équilibres précaires, ont fait l’objet d’ententes défensives et offensives qui ont abouti à des affrontements sur le champ de bataille : l’Amérique centrale, les Andes, le Río de la Plata et son hinterland. La perte de la moitié de son territoire par le Mexique au profit des États-Unis, en 1848, ne relève pas d’un système d’alliance.

4Mais avant de traiter d’ententes ou de coalitions entre États d’Amérique latine, il faut retracer la formation même de ces États. La façon dont elle se produisit et les problèmes qu’elle a suscités, sans qu’ils puissent être résolus rapidement, explique l’originalité de ces configurations.

États et frontières

5Les premières frontières du Nouveau Monde, tracées par deux papes à la fin XVe siècle, modifiées par le traité de Tordesillas et approuvées par un troisième pontife dans les premières années du XVIe siècle, confiaient la pointe orientale du Brésil au Portugal et le reste au roi d’Espagne.

6Les Portugais créent des comptoirs, comme ils l’ont pratiqué en Asie et en Afrique, établissent des plantations exploitées par une main-d’oeuvre servile, laissent à des bandes privées la liberté d’entreprendre des raids vers l’intérieur.

  • 2 Sur les projets les plus cohérents, ceux d’Hernán Cortes, consulter Christian Duverger, Cortes, Par (...)

7Du côté espagnol, l’exploitation des territoires conquis est marquée par les projets des conquistadors, les plus hardis d’entre eux rêvant de créer des sociétés nouvelles, loin de la tutelle et des hiérarchies de la métropole2. Fortement marquée aussi par le poids des sociétés indigènes dont la majorité des dirigeants se ralliât aux vainqueurs après des résistances malheureuses. Durant près de trois siècles s’établit une pax hispanica troublée par des rébellions indiennes, certaines graves, quelques frondes citadines, plusieurs cruelles, et des tensions croissantes entre le Brésil et les provinces espagnoles du Río de la Plata.

8En 1808, l’occupation de la péninsule ibérique par l’armée française déclenche un processus complexe et imprévu : soulèvements, résistance et guérillas en Espagne, mais aussi vacance du pouvoir en métropole qui suscite, en Amérique, des guerres d’indépendance ruineuses pour les provinces espagnoles, et aboutit à une séparation d’avec le Portugal sans affrontement pour le Brésil. Entre 1811 et 1830, la plupart des États de l’Amérique latine contemporaine se met en place.

  • 3 A l’exception des Guyanes, des Antilles et du Canada.
  • 4 Pour suivre les débuts de la puissance des États-Unis, consulter Marie-Jeanne Rossignol, Le ferment (...)

9Le continent américain3 offre alors le modèle d’une première décolonisation qui, le Brésil mis à part, fonde son indépendance sur des principes démocratiques et républicains. Les anciennes possessions espagnoles s’étendent loin en Amérique du Nord, le Mexique est aussi riche et peuplé que les États-Unis4, Panamá appartient à la Grande-Colombie, la plus grande partie de l’Amazonie reste inconnue, toutes les cartes de l’intérieur des terres portent de grandes taches blanches, et l’extrême Sud est occupé par des nations indiennes qui ne reconnaissent nul souverain.

Des États disparates

10Mais ces jeunes nations ne naissaient pas égales, et leur création n’avait pas toujours été prévue ni souhaitée par les acteurs de leur émancipation.

11En 1821, le Brésil se séparait du Portugal, le fils du roi devenant le premier empereur sous le nom de Pedro Ier, avant de revenir en Europe et de céder l’empire à son fils, Pedro II, en 1831. Durant les trois années suivant la séparation d’avec Lisbonne, quelques provinces périphériques s’étaient opposées à l’autorité du nouvel empire, sans succès. En revanche, en 1828, la province Cisplatina, disputée au vice-royaume du Río de la Plata et annexée en 1821, devenait indépendante. L’Uruguay, ainsi fondé, devait son existence à l’intervention britannique qui souhaitait qu’un État-tampon séparât le Brésil du Río de la Plata. La solution parut sage.

12Par la suite, aucune sécession n’aboutit dans un territoire pourtant si vaste. Malgré les distances et les disparités, les cadres de la société brésilienne tenaient bon et maintenaient des liens qui préservaient leurs intérêts.

  • 5 C’était l’objectif du Congres de Panamá, convoqué par Bolívar en décembre 1824, et réuni deux ans p (...)

13Des quatre vice-royaumes espagnols, deux avaient rapidement opté pour l’indépendance, la Nouvelle-Grenade et le Río de la Plata ; deux l’avaient contenue le plus longtemps possible, le Mexique et le Pérou. Il n’empêche : partout les tendances centripètes l’avaient emporté. En Amérique du Sud, les Libertadores envisageaient la formation de grands ensembles, fédérations et confédérations fraternellement réunies dans une structure panaméricaine chargée d’arbitrer leurs conflits5. Néanmoins, les oligarchies locales, ou ce qu’il en resta après tant de massacres, alliées aux nouveaux arbitres – les officiers des armées indépendantistes –, décrétèrent chacune leur territoire indépendant et souverain.

14Tout de suite, deux sérieux problèmes se posaient : celui des disparités existant entre ces nouveaux États (territoire, population, ressources, accès aux marchés), et celui de la complexité de leurs relations fondées sur une histoire longue et difficultueuse. Autrement dit, ni l’égalité ni l’harmonie ne régnaient entre les jeunes nations.

15Devinrent indépendants des territoires correspondant à d’anciens vice-royaumes (Mexique, Pérou, Río de la Plata, Nouvelle- Grenade), à des Audiences (Guatemala, Charcas, Paraguay, Quito…), et à des capitaineries générales (Chili, Venezuela, Guatemala). Pour entendre une telle hétérogénéité, imaginons que des États se forment aujourd’hui, les uns à partir de vieilles nations et les autres à partir de régions, voire de départements… L’Uruguay devient indépendant avec 40 à 50 000 habitants, le Paraguay avec 200 000. Le Mexique en comptait plus de 7 millions, le Brésil près de 5, la France 30 et la Grande-Bretagne moins de 15.

16En dépit de leur territoire rogné au profit de circonscriptions promues au rang d’État, Mexico, Lima ou Buenos Aires conservaient leur prestige, un savoir-faire administratif, des habitudes de cour vice-royale ; les ports du Callao et du Río de la Plata attiraient des migrants. Et ces capitales continuaient de penser que leurs frontières légitimes étaient celles de leur plus grande expansion à l’époque coloniale.

  • 6 Sur l’importance mondiale de ces mines qui explique l’obstination des Argentins, lire E. Le Roy Lad (...)

17Ainsi, des 1810, Buenos Aires mène une politique de domination de son arrière-pays, tente par trois fois de s’emparer des mines d’argent du Potosi6 (bientôt boliviennes), et mène une expédition, rapidement défaite, pour s’approprier le Paraguay. Les relations du port avec les provinces de l’intérieur furent l’objet d’affrontement durant près d’un demi-siècle avant qu’un accord ne s’établisse. Durant la même période, Mexico montrait une volonté identique de contrôler l’Amérique centrale, tandis que Lima cherchait à se subordonner les provinces andines qui s’étaient émancipées.

Arrêter des frontières

18Un principe de droit international fixa les nouvelles démarcations qui fut repris dans le cadre des décolonisations du XXe siècle. Il s’agit de l’uti possidetis de 1810. Le principe en était simple : on convenait d’arrêter les bornes aux limites des circonscriptions coloniales de 1810 ; mais son application fut délicate et son respect hasardeux. L’ensemble de l’espace colonial était mal connu, mal relié, peu peuplé ; des groupes ethniques importants étaient établis de part et d’autre d’une frontière. Autant de contestations possibles et de causes de conflits futurs.

19Des États en expansion passèrent outre les règles de l’uti possidetis, préférant se réclamer d’une doctrine des frontières naturelles, comme Buenos Aires qui s’agrégea les trois provinces de Mendoza, San Juan et San Luis qui dépendaient auparavant de la capitainerie générale du Chili. Quant au Brésil, il accrut son territoire aux dépens de ses voisins jusqu’au XXe siècle.

  • 7 Première appellation de la République argentine, sur le modèle des Provinces-Unies des Pays-Bas, au (...)

20Fidèle à une doctrine d’équilibre des puissances forgée en Europe, Simón Bolívar souhaitait l’émergence d’un petit nombre d’États, complémentaires et de poids équivalent, incités par la force des choses à s’allier durablement : le Mexique dominant l’Amérique centrale, de l’Isthme au Río Grande ; la Grande-Colombie comprenant les États actuels de l’Équateur, de la Colombie, du Venezuela et du Panamá ; enfin, le Brésil. Plus au Sud, la vision bolivarienne devenait moins précise. Fallait-il regrouper le Pérou, le Chili et la Bolivie d’un côté, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay de l’autre ? Ou ne former qu’une entité sous la direction de Buenos Aires que sa situation destinait à l’ouverture sur le monde atlantique ? La décision était d’autant plus difficile à prendre que les « Provinces-Unies du Río de la Plata7 », aussi bien que les pays andins, s’adonnaient à des guerres civiles qui ne permettaient d’imaginer à court terme aucune hégémonie possible de l’un de ces États.

  • 8 L’audience de Charcas, aussi nommée Haut-Pérou, s’appellera República Bolívar avant de devenir la B (...)

21Pendant que les dirigeants s’interrogent et désespèrent, des groupes régionaux imposent comme un état de fait leurs intérêts étroits contre les capitales. Le Paraguay proclame son indépendance et s’installe dans l’autarcie, une autarcie à vrai dire imposée par le blocus que Buenos Aires impose à ses exportations qui s’effectuent par voie fluviale. L’audience de Charcas se déclare indépendante, et pour faire accepter cette entorse à la vision géopolitique du Libertador, se donne Bolívar pour héros éponyme8. L’ancien Reino de Quito n’attend que la mort du grand homme, en1830, pour se séparer de la Grande-Colombie et devenir l’Équateur.

  • 9 C’est l’une des conséquences de la Guerre des Mille Jours, d’octobre 1899 à novembre 1902.

22Une ultime sécession, dans les dernières années du XIXe siècle, aboutit à la création du Panamá9. L’Amérique latine telle que nous la connaissons, des lors en place, ne connaîtra pas les bouleversements de frontières ni de peuplement qu’a subi l’Europe durant la même période.

La guerre et l’État

23Avant d’en venir à l’histoire des quelques ententes et confédérations qui ont marqué l’Amérique latine depuis deux siècles, j’évoquerai sommairement le rôle que la guerre a pu jouer dans la formation des nouveaux États. La guerre, ou plutôt les guerres d’indépendance furent fondatrices. Mais en guise de nouvel ordre politique et juridique, faisant éclater tous les facteurs de division qui s’exprimaient plus rarement jusqu’alors, elles créèrent l’accoutumance au désordre et à une violence qui n’étaient pas si répandus sous l’ancien régime.

  • 10 En 1830, l’armée vénézuélienne ne compte pas plus de 1 000 hommes (Leslie Bethell, Cambridge Histor (...)
  • 11 Alain Rouquié, Pouvoir militaire et société politique en République argentine, Paris, PFNSP, 1978.

24En outre, les conflits qui se manifestèrent pendant la première moitié du XIXe siècle mobilisèrent trop peu d’hommes10, mal équipés, mal commandés et très peu formés, pour que les forces militaires représentent et affirment la puissance d’un État. Les armées ne furent guère professionnalisées avant le XXe siècle et, avant cela, il existait peu de distance entre les sociétés civile et militaire11. Un grand nombre de combats n’ont mis en présence que quelques centaines d’hommes, principalement recrutés parmi les peones [journaliers] d’haciendas et de fazendas, ayant a leur tête le maître de la terre, maître des hommes pareillement, qui s’arrogeait le grade de commandant ou de colonel.

25Ni la guerre ni l’armée n’ont modernisé des États impuissants à lever l’impôt nécessaire au financement de leurs conflits. La fiscalité latino-américaine reposait sur les droits de douane, et les revenus variaient selon les cours des produits exportés sur le marché mondial. Une bonne partie du coût de la guerre pesait sur des populations qui ne devaient s’attendre à nulle compensation ni indemnisation.

26On constate ainsi une privatisation de la guerre : elle est d’abord civile, et elle est alimentée par des troupes de civils qui, de plus ou moins bon gré, se sont improvisés soldats. Mais en ces temps difficiles, la vie quotidienne d’un peón ou d’un gaucho enseignait aussi bien à se servir d’une arme, qu’à supporter les rigueurs de la vie en campagne, à tuer et à mourir s’il le fallait.

27À la tête de ces forces hâtivement levées, des hommes pour beaucoup sans instruction militaire, les meilleurs d’entre eux, au tempérament de guerrier et a la forte emprise sur leurs hommes, souvent désignés par le terme de caudillos. Ce sont avant tout des chefs de troupes aux bases locales limitées. A tel point que les alliances les plus nombreuses et durables furent celles qui unirent ces dirigeants provinciaux contre un centre, une capitale qui peinait à s’imposer. C’est en grande partie ce schéma qui résume les cinquante premières années d’existence de l’Argentine et cent ans d’histoire de la Colombie.

Confédérations et coalitions

28Ces préliminaires assez longs étaient nécessaires pour faire entendre que la collusion de quelques États, à visée défensive le plus souvent, plus rarement offensive, n’est pas aussi répandue en Amérique latine qu’elle le serait dans d’autres parties du monde et, quand elle se produit, elle reste de faible portée.

29Il est difficile de définir ces alliances : elles sont mouvantes, mêlant presque toujours politique extérieure et intérêts régionaux, guerre civile et intervention étrangère. Aussi, des régions font partie d’ententes au même titre que des États. Pour n’en citer qu’un exemple, en 1852, Juan Manuel de Rosas, gouverneur de Buenos Aires, dictateur tenace et président de la Confédération argentine, est défait par une coalition réunissant les provinces argentines de l’intérieur alliées à l’Uruguay et au Brésil.

  • 12 Les États d’Amérique centrale se sont créés en réaction contre la tutelle du Mexique, l’Équateur a (...)

30On peut déjà en conclure que le principe d’équilibre des forces, accepté assez unanimement en Amérique, y était entendu de façons différentes : l’équilibre entre des blocs déterminés sur des bases géostratégiques pouvait être défendu par les puissants, qu’il avantageait. Mais pour les États les plus faibles, par leur poids démographique et économique, ou par l’insuffisance de leur structure étatique et leur absence d’intégration, lorsqu’ils ne se résignaient pas à entrer dans l’orbite d’un plus grand, le même souci d’équilibre les poussait à des alliances défensives contre tout voisin plus dynamique et ambitieux12.

Fédération d’Amérique centrale (1823-1839)

31Un relief difficile, un peuplement hétérogène, des formations historiques dissemblables, justifièrent de fortes différenciations entre les provinces centraméricaines, qui furent soumises à l’empire aztèque. Après la conquête espagnole, elles passèrent sous l’administration de la capitainerie générale du Guatemala, sans pour autant que cette gestion unifiée n’entraînât d’identité ni de nivellement.

  • 13 À propos de l’influence constitutionnelle des États-Unis en Amérique latine, je renvoie le lecteur (...)

32Lorsque l’Empire mexicain est proclamé, en 1821, le nouvel État s’empresse de remettre la main sur ces régions, certaines s’étant richement développées au cours de la période coloniale. Mais deux ans plus tard, l’empereur Iturbide détrôné, la république instaurée, l’Amérique centrale est laissée à sa propre gouverne. Comme l’avaient fait les provinces argentines, ses composantes se rassemblaient en une République fédérale. Dans le Río de la Plata, cette forme d’union rappelait la formation des Pays-Bas ; dans l’isthme, le modèle fut celui des treize colonies nord-américaines13.

33Après quelques guerres civiles et sécessions, la fédération tiraillée, divisée, impuissante à établir de communication facile entre ses membres, ne disposait pas du poids nécessaire pour se faire respecter des grandes puissances intéressées au franchissement de l’isthme (États-Unis et Grande-Bretagne.). Elle fut dissoute en 1839, ses membres devenant les États indépendants du Nicaragua, du Honduras, du Costa Rica, du Guatemala et du Salvador.

34Des tentatives de restaurer l’union se produisirent en 1842-1846, en 1852, en 1886-1898, enfin en 1921-1922, sans connaître plus de succès. Les facteurs de division se montraient toujours plus forts que les intérêts communs. Fractionnée, l’Amérique centrale restait aisément contrôlable.

Confédérations du Pérou et de la Bolivie (1835-1839 et 1879-1883)

35Situés loin des États-Unis et des principaux enjeux géopolitiques de l’époque, les pays andins commencèrent leur existence indépendante de façon paradoxale. Le plus récemment fondé et le plus improbable, la Bolivie, s’affirma en ses débuts plus dynamique, moins divisé, et tout aussi peuplé que les territoires encore dirigés par Lima.

  • 14 Groupe ethnique centré autour du lac Titicaca au Pérou et en Bolivie, également présent dans les An (...)

36Cette réussite fut en partie l’oeuvre d’un dirigeant, le général Andrés de Santa Cruz y Calahumana, dont l’ascendance, espagnole par le père, un officier, aristocratie indienne par la mère, une aymara14, répondait bien aux caractéristiques de ces sociétés nouvelles. Royaliste passé à la cause de l’indépendance et l’un des principaux chefs de l’armée du général San Martín, Santa Cruz devint l’un des hommes forts du Pérou indépendant. Indépendant autant que divisé et ingouvernable. En 1828, après avoir présidé le Pérou pendant deux ans, il est appelé à diriger la Bolivie qui a usé quatre présidents en un an. Il rétablit l’ordre bien vite et entreprend de faire de ce pays enclavé un grand État andin.

  • 15 En direction de l’Atlantique, il existe bien des fleuves, mais les affluents de l’Amazone sont coup (...)
  • 16 Le premier, le maréchal Sucre, dès avant la proclamation de l’indépendance (Archivo nacional de Bol (...)

37Il lui faut garantir au pays des issues hors des Andes. La Bolivie est née avec un débouché maritime, un couloir désertique menant de la cordillère occidentale aux ports de Cobija et d’Antofagasta, sur le Pacifique15. Mais, comme ses prédécesseurs16, Santa Cruz souhaite obtenir un débouché sur le Pacifique à partir d’Arica, qui appartient au Pérou. Le port bolivien avait quelques qualités, mais il était le débouché du sud du pays. Or le poids économique et surtout politique de la capitale du Nord, la ville de La Paz, était déjà prépondérant. Le débouché de Cobija s’en trouvait à six semaines de mauvaises routes, alors que l’on atteignait le port d’Arica depuis La Paz en huit jours.

38La situation politique confuse du Pérou fournit un prétexte à l’intervention bolivienne. En 1835, l’armée de Santa Cruz franchit le Desaguadero afin de rétablir l’ordre, et le maréchal prend en main la destinée des deux pays. Il entreprend un nouveau découpage de l’espace andin : si le Pérou ne parvient à la stabilité, c’est qu’il est composé de parties trop dissemblables. Il faut donc reconnaître qu’il existe deux entités nommées Pérou, et qu’à des titres différents, elles doivent s’agréger à la Bolivie.

39Une confédération est décrétée, réunissant désormais trois États : le Pérou Sud, le Pérou Nord et la Bolivie qui comptait alors à peu près autant d’habitants que les deux États péruviens, environ 1,5 million. La Confédération se donne pour noyau le département de La Paz, l’altiplano péruvien et ses marges pacifiques. Au reste, la propagande officielle ne manquait pas de rappeler que tel était bien le coeur de l’empire de Tiahuanaco.

40Les ambitions de la Confédération se tournaient également vers le bassin du Río de la Plata : alors que son armée (près de 9 000 hommes) guerroie dans le Sud et le Nord contre l’armée chilienne et contre des factions péruviennes, le maréchal de Santa Cruz envoie aussi des forces au Sud de Tarija. Victorieux, il envisageait le rattachement à la confédération des provinces argentines de Jujuy et de Salta, et même celles de Tucumán et de Catamarca.

  • 17 Ces conceptions seront reprises et théorisées au début du XIXe siècle, par Jaime Mendoza (El macizo (...)

41Maître de l’altiplano, il poursuivait un plus vaste dessein visant à constituer autour du noyau andin un glacis qu’il destinait autant à étendre sa puissance qu’a assurer la sécurité de la Confédération contre l’Équateur et la Colombie au Nord, contre l’Argentine au Sud, l’étendue côtière du Pérou ainsi que les progrès de sa marine présentant des garanties suffisantes, croyait-il, contre les visées chiliennes. Il ne semblait pas avoir accordé beaucoup d’intérêt à ses relations avec le Brésil dont le séparaient des terres mal connues17.

42Ce « super-État », unifié de façon autoritaire (Santa Cruz disposait des pleins pouvoirs), était doté d’une législation moderne (un code civil et un code commercial sur le modèle français), et d’institutions identiques.

43Cependant, le projet péchait par présomption et défaut de renseignement. Le Chili, jugé de peu de poids, avait consacré ses deux premières décennies d’existence à un effort militaire qui donnait à ce petit pays une marine puissante et une infanterie formée, équipée, disciplinée. Il n’avait pas le choix : laisser s’accomplir le projet de la Confédération était se condamner à moyen terme à devoir s’y agréger en position subalterne. Le Chili n’attendit donc pas que son adversaire potentiel se stabilise et s’affermisse. Il passa à l’attaque et il défait l’armée de la Confédération en une bataille, celle de Yungay, le 20 janvier 1839.

44En 1839, la Confédération péruvo-bolivienne disparut donc, échouant pour avoir sous-estimé les résistances, internes et étrangères, à sa politique. Après la défaite, la Bolivie dut s’engager à rembourser au Chili une partie de la dette péruvienne, alors qu’elle avait épuisé ses ressources dans un effort militaire sans précédent. Le pays ne s’en remit pas, et fut, une fois pour toutes, relégué au rang d’État de seconde catégorie.

45Quarante ans plus tard, de nouveaux projets de confédération péruvo-bolivienne furent agités. Mais dans des conditions si critiques qu’aucun des deux États ne se trouva en mesure d’y adhérer.

46En 1879, la Bolivie n’avait toujours pas entrepris de mettre en valeur son territoire côtier, ni avancé dans ses intentions d’obtenir Arica, et le Pérou vivait des rentes procurées par l’exploitation du guano sans se préoccuper de projets d’avenir. Le Chili avait poursuivi la consolidation de son projet national, défini plus nettement certaines de ses frontières vers l’Est et le Sud, renforcé sa marine et son armée.

47Dans les années 1860, on découvrit d’importants gisements de salpêtre, de cuivre et d’argent, dans les provinces côtières de la Bolivie et du Sud péruvien. Des entreprises britanniques et chiliennes en firent l’exploitation, et des contentieux surgirent au sujet des droits de douane a régler aux États maîtres du sous-sol. Un conflit devint probable.

48En 1873, la Bolivie et le Pérou signent un traité secret d’alliance défensive contre le Chili. L’Argentine, sollicitée d’y adhérer, pose pour condition que lui soit cédée une partie du département bolivien de Tarija. Elle ne l’obtient pas, l’espoir d’une triple alliance contre le Chili disparaît. Celui-ci passe à l’offensive en 1879.

49Cette guerre du Pacifique fut de courte durée. Les troupes chiliennes débarquent à Antofagasta le 14 février 1879, s’emparent du littoral bolivien, étendent leurs conquêtes vers le Nord et occupent Lima le 17 janvier 1881.

50À partir du mois d’avril 1880, l’armée bolivienne se replie sur l’altiplano et n’en sortira plus. Le Pérou, envahi, se résigne à une paix séparée (traité d’Ancón, 20 octobre 1883). La Bolivie accepte une trêve signée le 4 avril 1884. Le traité de paix attendra le 20 octobre 1904.

51La Confédération projetée ne connut même pas un début d’exécution : qui aurait été en mesure de la conduire ? Après des premiers revers, le président bolivien fut destitué par un coup d’État militaire. Quant au président du Pérou, il annonça qu’il partait à l’étranger pour acheter des armes, et il ne revint pas. Les nouveaux dirigeants ne se soucièrent plus d’union entre les deux États, mais de leur survie politique et de la reconstruction de leur propre pays.

52La Bolivie avait perdu son littoral, l’État péruvien était vacant, Lima occupée, l’intérieur saccagé par les colonnes chiliennes. L’essor économique du Chili connut alors une accélération remarquable grâce aux revenus des nitrates dont il venait de s’emparer, et il disposait de la maîtrise du Pacifique.

  • 18 Accès qu’elle a été bien près d’obtenir en 1979. Le 30 octobre, un vote de l’OEA lui en reconnaît l (...)

53Les conséquences de cette guerre pèsent toujours sur les relations difficiles entretenues par ces trois États, la Bolivie continuant de réclamer un accès à la mer18.

54La confédération de Santa Cruz n’a cependant pas été oubliée ; Carlos Mesa, qui présida la Bolivie de 2003 à 2005, manifeste un vif intérêt pour l’oeuvre du maréchal, et Ollanta Humala, président actuel du Pérou, a déposé à l’Université de la Sorbonne nouvelle un sujet de thèse portant sur « la Confédération Pérou-Bolivie (1836-1839). Histoire et perspective ».

La Triple Alliance (1864-1870)

55La dernière coalition que j’évoquerai reste la plus célèbre car elle s’est exprimée au cours de la guerre la plus violente qui se soit déroulée en Amérique du Sud. Contemporaine de l’expédition française au Mexique et de la guerre de Sécession aux États-Unis, elle a suscité de l’intérêt jusqu’en Europe.

56Il existait plusieurs raisons à ce conflit. La première était celle de l’équilibre des forces régionales. Toute tentative brésilienne de contrôler l’Uruguay était tenue par le Paraguay pour un casus belli. Et le président du Paraguay, le maréchal Francisco Solano López, ne cachait pas non plus des ambitions qui le poussaient à s’aventurer en territoire brésilien et argentin. L’autre cause de la guerre était celle du contrôle de la navigation des grands fleuves, Paraguay et Paraná. Il n’était possible de joindre Río de Janeiro au Mato Grosso qu’à partir du río Paraguay : le Brésil ne pouvait donc s’accommoder d’un Paraguay qui lui dicterait ses conditions. Enfin, le gouvernement argentin était en passe de parvenir, enfin, à unifier sa république éclatée, mais le Paraguay servait de refuge aux opposants politiques et de soutien aux sécessions régionalistes. Il lui fallait donc mettre fin au régime de Francisco Solano López et donner au pays d’entre les fleuves une leçon telle qu’il ne se risquerait plus à gêner l’unification argentine.

  • 19 L’Uruguay compte parmi ses habitants environ 10 % de Brésiliens, gauchos du Rio Grande do Sul, prop (...)

57En octobre 1864, le Brésil occupe l’Uruguay19. En janvier 1865, c’est un homme favorable au Brésil, Venancio Flores, qui prend le pouvoir à Montevideo, avec l’approbation de Buenos Aires. Les ingérences argentines et brésiliennes en Uruguay persuadent alors Francisco Solano López qu’il en sera de même, bientôt, pour le Paraguay dont l’indépendance ne semble plus assurée. Il envisage alors de rompre son enfermement au cœur des terres en accédant au port de Montevideo, grâce à l’appui des séparatistes des provinces argentines de Entre-Ríos et de Corrientes.

58En décembre 1864, une armée de 5 000 Paraguayens occupe le Mato Grosso, en avril 1865, elle s’empare de Corrientes, en Argentine, et en juin du Rio Grande do Sul brésilien. En octobre, c’est la retraite. L’opération a coûté 50 000 pertes (tués, blessés, prisonniers). Ce n’est que la première partie d’une guerre de cinq ans. Une deuxième armée araguayenne se reforme.

59Le 1er mai 1865, le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay signent le traité secret de la Triple Alliance. Des exilés politiques paraguayens se joignent à la coalition, forment la Légion paraguayenne et s’agrégent aux troupes de la Triple Alliance ; leur commandant, le colonel Juan Decoud, présidera le premier gouvernement provisoire à Asunción, avant la conclusion du traité de paix.

  • 20 Plusieurs ouvrages soulignent le rôle fondamental des femmes dans le domaine économique ainsi que l (...)

60Le 24 mai 1866, la bataille de Tuyutí fait 20 000 morts ou blessés et détruit l’armée paraguayenne qui parvient à se recomposer plus loin. Des lors, tout le pays n’œuvre plus que pour la guerre qui se déroule sur son territoire20.

  • 21 Parmi les autres innovations de ce conflit, figurent la création d’une presse destinée aux armées, (...)

61Une guerre qui s’adapte à un terrain très particulier, dont la guerre du Chaco montrera, au XXe siècle, qu’il est un facteur déterminant qui fait des Paraguayens de redoutables combattants. Le Brésil dispose de la supériorité sur les fleuves grâce à sa marine, il procède à des reconnaissances en partie grâce à des ballons. Les Paraguayens répliquent en édifiant et renforçant une ligne de fortins équipés d’une artillerie importante, quoique disparate. Leur défense repose sur des barrages fluviaux de barges et de chaînes, des torpilles placées dans le courant. S’ajoutent à cela des tranchées, des chevaux de frise, des pièges, une végétation aux épines féroces et de vastes étendues marécageuses, obstacles dans lesquels l’armée de la Triple Alliance perdra beaucoup des siens21.

62L’année 1867 marque un temps d’arrêt : le président argentin Mitre, qui exerce le commandement de l’armée de la coalition, doit quitter le front pour combattre les soulèvements fédéralistes de ses provinces. Pendant ce temps, l’armée brésilienne est victime du choléra, de la variole et des fièvres contractées dans les marais.

63Les combats reprennent l’année suivante. En janvier 1869, l’armée paraguayenne à peu près anéantie ne peut empêcher la prise d’Asunción. Pendant plus d’un an encore, le président Francisco Solano López échappe à ses poursuivants, menant une guerre de guérilla comme l’avaient fait avant lui les caudillos des Andes ou de l’intérieur argentin qui pouvaient tenir durant des années de traque, chefs de quelques dizaines d’hommes sans espoir. Il meurt au combat le 1er mars 1870.

  • 22 Le Brésil comptait alors un pourcentage d’esclaves supérieur à celui des États-Unis (entre un quart (...)

64Cette guerre, qui mettait en présence trois sociétés absolument dissemblables, résumait bien la diversité latino-américaine. Elle avait confronté « le Brésil esclavagiste, l’Argentine ou prédomine le travail libre, le Paraguay dont une grande part des moyens de production appartient à l’Etat et une grande part de la population est guaranie22 ».

65Le Brésil était un empire où Pedro II disposait de pouvoirs étendus et l’aristocratie d’une position dominante ; l’Argentine se partageait entre une société portuaire, marchande, ouverte aux influences internationales, et des provinces rurales où les gauchos, métis et indiens, représentaient l’antithèse de la civilisation rêvée à Buenos Aires. Quant au Paraguay, depuis son indépendance, il n’avait connu que des dictateurs : Gaspar de Francia (1813-1840), son neveu Carlos Antonio López (1840-1862), et Francisco Solano López, qui succéda à son père en 1862.

  • 23 Pour reprendre le titre d’un numéro spécial que lui a consacré la revue Hérodote.
  • 24 « Quels que soient les divers intérêts en jeu dans ce conflit, c’est entre l’oligarchie esclavagist (...)
  • 25 André Amaral de Toral, “A participação dos negros escravos na guerra do Paraguai“, Estudios Avançad (...)

66En dépit du soutien affiché par le « géographe libertaire23 », Elisée Reclus, qui assura sa défense dans la Revue des Deux Mondes, le Paraguay n’avait rien du paradis des droits de l’homme24. « Os direitos individuais nao existiam nem na monarquia constitucional escravocrata brasileira, nem na pretensa República paraguaia25. » Le président, et ses proches, disposaient des pouvoirs réels, le parlement se réunissait rarement et ses avis importaient peu. Un contrôle policier s’exerçait sur la population, les opposants pouvaient être exécutés sommairement (ce qui se produisit pendant la guerre pour 400 d’entre eux). De vastes propriétés d’État garantissaient l’autosuffisance du pays.

  • 26 Leslie Bethell, The Paraguayan War (1864-1870), Op. cit. p. 6. À partir de 1868, tous les Paraguaye (...)

67Pendant cinq ans, le Paraguay, qui avait accédé à l’indépendance avec une population de 160 000 à 200 000 habitants (n’espérons pas plus de précisions des données de l’époque), s’est battu contre une coalition, celle de la Triple Alliance, formée du Brésil (10 millions d’habitants), de l’Argentine (1,5 million) et de l’Uruguay (250 000)26.

68Pour une population totale comprise entre 312 000 et 407 000 habitants, l’armée paraguayenne comprenait, au début de la guerre, 37 bataillons, un total de 35 305 soldats et 3 306 officiers. En six ans de guerre, ce furent 70 à 80 000 hommes engagés, mais les pertes considérables (morts, blessures, maladies, désertions) firent qu’à partir de 1867, l’armée paraguayenne ne comptait que 20 000 hommes contre des forces trois fois supérieures. Ce fut bientôt tout un pays mobilisé contre l’ennemi tandis que ses adversaires peinaient à remplir leurs engagements réciproques.

  • 27 Les inégalités sociales au Brésil étaient telles que les hommes de familles aisées échappaient à la (...)
  • 28 Il n’existe cependant pas de données statistiques qui permettent d’établir avec certitude le nombre (...)
  • 29 Diego Abente, “The War of the Triple Alliance : Three Explanatory Model“, Latin American Research R (...)

69C’est sur le Brésil que reposa l’essentiel de l’effort de guerre de la Triple Alliance. Pour remédier aux difficultés d’enrôlement de l’armée régulière27, on recruta des membres de la Garde Nationale et tous les esclaves de la maison impériale, libérés à cette occasion28.Au total, le Brésil aura mobilisé de 130 000 à 150 000 hommes29. L’Argentine s’était engagée à fournir 15 000 soldats, mais elle eut du mal à les rassembler, les hommes disparaissant à l’annonce de la venue de recruteurs, et ceux qui s’étaient fait prendre désertaient aussitôt sortis de leur province. L’Uruguay alignait une armée de 5 000 hommes en théorie, moins en réalité, dont une partie était formée de Paraguayens en exil.

  • 30 Cité par Hernán Santivanez Vieyra, Resena de Maldita guerra. Nueva historia de la Guerra del Pargua (...)

70Les pertes du vaincu, le Paraguay, furent considérables, j’y reviendrai. Celles de ses adversaires furent aussi exceptionnelles selon les critères de l’époque. Les morts avaient été moins nombreux au combat, du fait de blessures mal soignées et, surtout, d’épidémies, d’épuisement, de malaria. Un officier brésilien, Henrique d’Avilla, écrivit : « Les deux tiers de nos soldats sont morts à l’hôpital, ou au cours des marches vers le théâtre de la guerre, sans avoir tiré un seul coup de fusil, sans avoir aperçu d’ennemi »30.

  • 31 F. J. McLynn, “Consequences for Argentina of the War of Triple Alliance 1865-1870“, The Americas, v (...)

71Dans le camp argentin, l’incompétence du commandement, les distances à parcourir, la vigueur des rebellions internes, le mauvais état sanitaire de la troupe, expliquent le nombre important des pertes : 18 000 soldats seraient morts durant la guerre, et 5 000 autres dans les opérations de répression des soulèvements fédéralistes en Argentine même. S’ajoutent à cela les victimes, nombreuses mais dont le nombre est mal connu, du choléra lors des épidémies de 1867 et de 1868. Le total des pertes est évalué à près de 30 000 pour une population totale de 1 836 490 [selon le recensement de 1869], soit 1,63 %31.

  • 32 Cristina SCHEIBE WOLFF, « L’historiographie brésilienne de la guerre du Paraguay », in Luc Capdevil (...)

72Le Brésil a perdu de 25 à 50 000 hommes au combat, et un nombre comparable du fait des épidémies. Il a définitivement neutralisé la menace paraguayenne, mais la guerre, la plus importante jamais menée par le pays, a affaibli le régime impérial, et posé en des termes nouveaux les questions de la professionnalisation de l’armée, de la citoyenneté et de l’esclavage. En 1871, une loi libère les enfants à naître des esclaves (« liberté des ventres »), et l’esclavage est aboli en 1888. L’année suivante, des officiers, anciens combattants de la guerre du Paraguay, mettent fin à l’empire et instaurent un régime républicain32. S’ils n’hésiteront pas à réprimer brutalement toute dissidence intérieure, les militaires ne se risqueront plus à guerroyer contre les pays voisins, non par refus du combat (des corps expéditionnaires brésiliens ont participé à plusieurs guerres extérieures à l’Amérique) mais parce que l’action diplomatique est apparue plus sûre.

  • 33 “Unlike other Latin American countries, Paraguay autofinanced its war.“ Miguel Angel Centeno, “War (...)

73En Argentine, les conséquences politiques sont aussi lourdes. Bartolomé Mitre perd le pouvoir au profit de son principal rival, Faustino Sarmiento. Le financement de la guerre, faute de souscriptions et de dons volontaires, a été assuré par des prêts de la banque de Londres (Barings et Rothschild) qui accroissent la dépendance de l’Argentine à l’égard de la finance britannique33.

74Les effets les plus graves furent diplomatiques. En s’alliant au Brésil, l’Argentine avait provoqué l’hostilité des hispano-américains ; au cours de la guerre, elle omet de manifester sa réprobation à l’égard de l’expédition française au Mexique, et de condamner l’Espagne dont la marine s’empare des îles Chinchas (péruviennes) et bombarde Valparaiso en 1866, après avoir repris Saint-Domingue. Pour longtemps, l’Argentine fut accusée par les États voisins de favoriser les ambitions européennes aux dépens de la solidarité latino-américaine.

75Cependant, la guerre marquait la fin des dissidences internes, et l’appartenance à la République argentine des provinces de Corrientes et d’Entre-Ríos ne fut plus remise en question. Le pays put désormais se consacrer à une expansion qui va faire d’un territoire peuplé par moins d’un demi-million d’habitants à l’indépendance l’une des trois principales puissances de l’Amérique latine en 1900.

76Malgré l’ampleur de sa défaite, l’existence du Paraguay n’a pas été remise en question. Les troupes brésiliennes évacuent le Paraguay en juin 1876, et les troupes argentines en novembre 1878. Le pays est amputé de 40 % de son territoire, mais le Paraguay, exsangue, survit indépendant.

77Le traité de 1865 stipulait que les vainqueurs exigeraient du Paraguay le règlement du coût de la guerre en faveur des États alliés, également pour leurs ressortissants. Sur ce dernier point, les données font défaut. Quant aux dettes d’État, elles ne furent jamais réglées ; en 1942, l’Argentine et le Brésil abandonnèrent officiellement toute prétention à être indemnisés.

  • 34 Capucine Boidin, « Pour une anthropologie et une histoire régressive de la guerre de la Triple Alli (...)
  • 35 Vera Blinn Reber, « Comment on « The Paraguayan Rosetta Stone » », in Latin American Research Revie (...)
  • 36 Le Paraguay ravagé n’a pas été en mesure de comptabiliser ses pertes ; avant la guerre, comme après (...)

78La question la plus importante reste celle du coût humain de la défaite. Le pays fut ruiné, mais combien sont morts et comment le pays put-il récupérer de ce ravage ? Des chercheurs continuent d’écrire que le Paraguay aurait perdu 60 % de sa population et 90 % des hommes en âge de combattre34, alors que des évaluations, qui valent à leurs auteurs les foudres des tenants d’un génocide, évaluent le maximum de pertes à 18 % de la population, entre morts au combat, victimes d’épidémies et de disettes, émigrations forcées ou volontaires35. La question n’est pas de remettre en question l’acharnement de la guerre –d’autres conflits américains ont montré la cruauté de ces affrontements entre voisins –, mais on conçoit mal comment un pays pareillement saigné serait parvenu à retrouver un niveau démographique d’avant-guerre en une génération et un potentiel guerrier qui lui permit d’étriller son adversaire pendant la guerre du Chaco36.

  • 37 La thèse est présentée par Leon Pomer, La guerra del Paraguay. Estado, política y negocios, Buenos (...)

79Dans les années 1970, au temps des dictatures militaires établies dans le Cône Sud et les Andes, s’est étoffée la thèse d’une histoire manipulée par les intérêts britanniques : le Paraguay devait être vaincu pour le plus grand profit de la City37. Pourtant bien diffusée, cette thèse ne tient pas ; les meilleurs soutiens du Paraguay ont été britanniques, et son existence ne gênait en rien l’expansion du capitalisme. Pas davantage que l’Albanie d’Enver Hojda n’a fait trembler l’impérialisme américain, 300 à 400 000 Paraguayens, habitués à l’autarcie et la frugalité, ne pouvaient représenter une menace ni un marché à conquérir.

  • 38 Leslie Bethell, Op. cit. p. 4.

80Le fin mot de l’histoire est donné par l’un des spécialistes de l’histoire d’Amérique latine : Francisco Solano López “made an enormous gamble and lost38”. Le dirigeant paraguayen fit le pari de la supériorité militaire de son pays sur l’armée brésilienne – la durée de la guerre et son prix pour ses adversaires montrent que cette valeur était bien réelle, et la Guerre du Chaco donnera des preuves encore plus indéniables du talent militaire paraguayen. Mais il fit aussi le pari qu’il n’aurait jamais à combattre qu’un adversaire à la fois et que les dissensions internes de l’Argentine paralyseraient son action. Ce fut probablement son erreur la plus grave : les temps anarchiques des lendemains de l’indépendance touchaient à leur fin.

Conclusions

  • 39 Les derniers conflits ont été réglés par un arbitrage de la papauté (délimitation des frontières de (...)
  • 40 « Guerre du football » entre le Honduras et le Salvador, en juillet 1969, guerre du Cenepa entre le (...)

81La plupart des conflits latino-américains ont eu pour cause la dispute de frontières imprécises39 ou la remise en question d’un équilibre entre des États trop faibles pour se poser en meneurs du sous-continent. Quelques décennies ont suffi pour que le coût de ces guerres et l’absence de bénéfice qui s’en est suivie découragent tout système d’alliance qui aurait entraîné le risque de conflits comparables à celui de la Triple Alliance. Les guerres n’ont pas disparu mais n’ont plus opposé chaque fois que deux adversaires, dans des campagnes limitées. La brutalité et la durée de la guerre du Chaco (1932-1935) font figure d’exception. Au XXe siècle, la plupart des guerres latino-américaines n’ont duré que quelques jours, ont peu touché les populations civiles et n’ont pas entraîné de lourdes pertes dans les rangs de l’armée40. La paix civile ne s’est pas établie pour autant ; les sociétés d’Amérique centrale, du Pérou ou de Colombie sont (ou ont été) récemment des sociétés en guerre.

82Il resterait à évoquer les relations de l’Amérique latine avec les puissances extérieures, un registre dans lequel s’établit une autre dimension des alliances.

  • 41 Cf. Marie-Danielle Demélas et Yves Saint-Geours, Jérusalem et Babylone. Politique et religion en Am (...)
  • 42 « Si jusqu’aujourd’hui, nous n’avons pu trouver remède à nos révolutions et à nos tyrannies, et si (...)

83Au XIXe siècle, la plupart des gouvernants partageaient une vision hiérarchisée du monde, qui était celle des élites européennes. Ils admettaient que le concert des nations rassemblât de grandes puissances et de jeunes nations, auxquelles on appliquait sans nuance la métaphore familiale, les unes ayant encore besoin de la tutelle des autres pour accéder à l’âge adulte. C’est en vertu de ce poncif, mais aussi en réaction désespérée à l’impossibilité de parvenir à la paix civile, voire pour garantir des intérêts plus égoïstes, que certains firent appel à des interventions nord-américaines ou européennes. En 1863, les conservateurs mexicains favorisaient l’intervention du corps expéditionnaire français. Peu de temps après, le président de l’Équateur, Gabriel García Moreno, sollicitait le protectorat du Second Empire sur son pays déchiré41. Durant la guerre du Pacifique, la Bolivie vaincue connaissait la tentation de recourir à la protection d’un Grand, celle des États-Unis42.

84Parallèlement, les États de la vieille Europe n’hésitaient pas à s’unir pour rappeler à l’ordre les jeunes États en retard d’une dette ou d’une réparation. Le Río de la Plata fut ainsi soumis à des blocus français et britanniques, celui conduit par la France en 1838-1840 ayant été particulièrement ruineux.

85En 1864, l’Espagne occupait les îles Chinchas qui fournissaient au Pérou son principal produit d’exportation, le guano. Par cette intervention, elle se retrouvait pour deux ans en guerre contre le Pérou, mais aussi contre le Chili, la Bolivie et l’Équateur. La Unión Ibero-americana formée de ces quatre pays obtint bientôt le soutien de la plupart des États sud-américains et rassembla une opinion publique qui commençait à s’exprimer. Aucun américanisme efficient ne résulta de cette « Guerre du Guano », mais la mobilisation des États latino-américains contre une puissance européenne en 1865 apparut comme une répétition de ce qui se passa en 1982, durant la guerre des Malouines.

Haut de page

Notes

1 MERCOSUR, ALENA, ALBA, CAN, UNASUR… Respectivement : Marché commun du Sud formé de l’Argentine, du Brésil, de l’Uruguay, du Paraguay et du Venezuela, auxquels sont également associés le Chili, la Bolivie, le Pérou, la Colombie et l’Équateur. Accord de libre-échange nord-américain qui associe le Mexique aux États-Unis et au Canada. Alliance bolivarienne pour les Amériques qui regroupe la Bolivie, l’Équateur, le Venezuela, le Nicaragua et Cuba. Communauté andine des nations (Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie). Union des nations sud-américaines, qui intègre le MERCOSUR et la CAN.

2 Sur les projets les plus cohérents, ceux d’Hernán Cortes, consulter Christian Duverger, Cortes, Paris, Fayard, 2001.

3 A l’exception des Guyanes, des Antilles et du Canada.

4 Pour suivre les débuts de la puissance des États-Unis, consulter Marie-Jeanne Rossignol, Le ferment nationaliste. Aux origines de la politique extérieure des États-Unis, 1789-1812, Paris, Belin, 1994.

5 C’était l’objectif du Congres de Panamá, convoqué par Bolívar en décembre 1824, et réuni deux ans plus tard.

6 Sur l’importance mondiale de ces mines qui explique l’obstination des Argentins, lire E. Le Roy Ladurie, J.-N. Barrandon, B. Colin, M. Guerra, C. Morrisson, « Sur les traces de l’argent du Potosí », Annales E. S. C., 1990, vol. 45, n°2, p. 483-505.

7 Première appellation de la République argentine, sur le modèle des Provinces-Unies des Pays-Bas, autre exemple d’émancipation de la tutelle espagnole. Geneviève Verdo, L’indépendance argentine entre cités et nation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

8 L’audience de Charcas, aussi nommée Haut-Pérou, s’appellera República Bolívar avant de devenir la Bolivie.

9 C’est l’une des conséquences de la Guerre des Mille Jours, d’octobre 1899 à novembre 1902.

10 En 1830, l’armée vénézuélienne ne compte pas plus de 1 000 hommes (Leslie Bethell, Cambridge History of Latin America, Cambridge University Press, 1985, vol. 3, p. 520).

11 Alain Rouquié, Pouvoir militaire et société politique en République argentine, Paris, PFNSP, 1978.

12 Les États d’Amérique centrale se sont créés en réaction contre la tutelle du Mexique, l’Équateur a voulu ne dépendre ni de Lima ni de Bogotá ; la Bolivie décida d’exister sans Lima ni Buenos Aires ; le Paraguay ne voulut plus appartenir au Río de la Plata ; l’Uruguay devait son existence à la nécessité de placer une marche entre le Brésil et l’Argentine… On conçoit que les luttes d’indépendance d’avec l’Espagne ont masqué souvent des volontés d’émancipation locales.

13 À propos de l’influence constitutionnelle des États-Unis en Amérique latine, je renvoie le lecteur aux lignes féroces que Tocqueville a consacrées à l’adoption, par la République mexicaine, d’une constitution sur le modèle nord-américain (De la Démocratie en Amérique, Tome 1, chap. VIII).

14 Groupe ethnique centré autour du lac Titicaca au Pérou et en Bolivie, également présent dans les Andes chiliennes et argentines.

15 En direction de l’Atlantique, il existe bien des fleuves, mais les affluents de l’Amazone sont coupés de rapides, et la navigation sur le Pilcomayo, un affluent du Paraguay qui devrait permettre le débouché au Río de la Plata, reste théorique ; son cours n’est pas reconnu entièrement a la fin du XIXe siècle.

16 Le premier, le maréchal Sucre, dès avant la proclamation de l’indépendance (Archivo nacional de Bolivia, fondo Independencia).

17 Ces conceptions seront reprises et théorisées au début du XIXe siècle, par Jaime Mendoza (El macizo andino).

18 Accès qu’elle a été bien près d’obtenir en 1979. Le 30 octobre, un vote de l’OEA lui en reconnaît le droit. Seul le Chili a voté contre. Mais dans la nuit de la Toussaint, un coup d’État militaire renverse le gouvernement civil qui avait emporté cette victoire diplomatique. Tout fut à recommencer.

19 L’Uruguay compte parmi ses habitants environ 10 % de Brésiliens, gauchos du Rio Grande do Sul, propriétaires de près de 30 % des terres d’élevage en Uruguay et soucieux de pouvoir franchir la frontière sans restriction pour mener leurs troupeaux au Brésil. Leslie Bethell, The Paraguayan War (1864-1870), ILAS, Londres, 1996, p. 2.

20 Plusieurs ouvrages soulignent le rôle fondamental des femmes dans le domaine économique ainsi que leur présence au sein des armées. Le premier point est une nouveauté ; en Amérique latine, la plupart des conflits n’impose pas une conscription si rigoureuse qu’il ne reste plus d’hommes dans les campagnes et les manufactures. Mais il s’est toujours trouvé des femmes dans toutes ces armées pré-modernes qui n’isolent pas les hommes de leurs compagnes. Un camp militaire comprend forcément un certain nombre de femmes et d’enfants. Cf. Barbara J. Ganson, “Following Their Children into Battle : Women at War in Paraguay, 1864-1870“, in The Americas, vol. 46, 1990, p. 335-371.

21 Parmi les autres innovations de ce conflit, figurent la création d’une presse destinée aux armées, certains journaux paraguayens étant rédigés en guarani, et l’utilisation de la photographie. La Guerre de la Triple Alliance, avec celles de Crimée et de Sécession, est l’un des premiers conflits photographiés. André Amara de Toral, “Entre retratos e cadáveres : a fotografia na Guerra do Paraguai“, in Revista brasileira de História, Sao Paulo, 1999, n° 19, p. 283-310. Hérib Caballero Campos et Cayetano Ferreira Segovia, “El Periodismo de Guerra en el Paraguay (1864-1870)“, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, Puesto en línea el 01 febrero 2006, consultado el 19 agosto 2013. URL : http://nuevomundo.revues.org/1384; DOI : 10.4000/nuevomundo.1384.

22 Le Brésil comptait alors un pourcentage d’esclaves supérieur à celui des États-Unis (entre un quart et un cinquième de la population). Le Paraguay, qui n’avait pas aboli l’esclavage, comptait aussi un certain nombre de Noirs parmi ses combattants. La participation des guaranis à la guerre est certaine et importante, mais elle est moins connue que celle de la guerre du Chaco (1932-1935).

23 Pour reprendre le titre d’un numéro spécial que lui a consacré la revue Hérodote.

24 « Quels que soient les divers intérêts en jeu dans ce conflit, c’est entre l’oligarchie esclavagiste et la démocratie républicaine qu’a lieu la véritable guerre. […] Ce funeste traité qui associait deux républiques a l’empire pour la conquête d’une autre république. » Elisée Reclus, in La revue des Deux Mondes, 1868.

25 André Amaral de Toral, “A participação dos negros escravos na guerra do Paraguai“, Estudios Avançados, 9 (24), 1995, p. 295.

26 Leslie Bethell, The Paraguayan War (1864-1870), Op. cit. p. 6. À partir de 1868, tous les Paraguayens de sexe masculin, de 10 à 60 ans, furent mobilisés.

27 Les inégalités sociales au Brésil étaient telles que les hommes de familles aisées échappaient à la conscription, ou devenaient officiers par leur statut même, et accaparaient les services de plusieurs soldats en tant que domestiques.

28 Il n’existe cependant pas de données statistiques qui permettent d’établir avec certitude le nombre des esclaves dans l’armée. Les évaluations varient de 5,5 % à 7 % d’une armée de 123 150 hommes. André Amaral de Toral, Op. cit., p. 292

29 Diego Abente, “The War of the Triple Alliance : Three Explanatory Model“, Latin American Research Review, vol. 22, No. 2 (1987), p. 52.

30 Cité par Hernán Santivanez Vieyra, Resena de Maldita guerra. Nueva historia de la Guerra del Parguay (por Francisco Doratioto), 2004.

31 F. J. McLynn, “Consequences for Argentina of the War of Triple Alliance 1865-1870“, The Americas, vol. 41, No. 1 (Jul., 1984), p. 81-98.

32 Cristina SCHEIBE WOLFF, « L’historiographie brésilienne de la guerre du Paraguay », in Luc Capdevila, Nicolas Richard, Capucine Boidin, Les guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, Paris, ColIibris, 2007, p. 125.

33 “Unlike other Latin American countries, Paraguay autofinanced its war.“ Miguel Angel Centeno, “War & Taxation in Nineteenth-Century Latin America“, American Journal of Sociology, vol. 102, No. 6 (mai 1997), p. 1582.

34 Capucine Boidin, « Pour une anthropologie et une histoire régressive de la guerre de la Triple Alliance, 2000-1870 », in Les guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, Op. cit., p. 157.

35 Vera Blinn Reber, « Comment on « The Paraguayan Rosetta Stone » », in Latin American Research Review, vol. 37, No. 3 (2002), p. 129-136. Leslie Bethell, avec raison et mesure, fait remarquer qu’un taux de 15 a 20 % de pertes “are enormously high percentage by the standards of any modern war“ (The Paraguayan War (1864-1870), Op. cit. p. 9).

36 Le Paraguay ravagé n’a pas été en mesure de comptabiliser ses pertes ; avant la guerre, comme après d’ailleurs, les recensements ne répondent pas aux exigences statistiques actuelles. Les chercheurs procèdent donc à des calculs appliquant aux données dont on dispose des projections plus ou moins risquées. Partant de l’hypothèse la plus extrême (60 % de morts), et pour expliquer que la population du Paraguay se soit reconstituée en 25 ans, il faudrait lui reconnaître un taux de croissance de 3 % par an. Outre que les structures familiales et économiques avaient été désorganisées par la guerre, un taux de croissance aussi élevé, dans un pays qui ne pouvait faire appel à une forte immigration, ne s’observe qu’en période de transition démographique, après le recul de la mortalité et avant la maîtrise de la fécondité. En situation pré transitoire, on tourne plutôt autour de 1 % ; il faut alors 70 ans pour parvenir à un doublement de la population.

37 La thèse est présentée par Leon Pomer, La guerra del Paraguay. Estado, política y negocios, Buenos Aires, Colihue, 2008. En dépit des prêts consentis au Brésil et à l’Argentine par Rothschild et Barings, l’essentiel de l’effort de guerre a été financé par les pays belligérants et les emprunts n’ont représenté respectivement que 15 et 20 % de leurs dépenses. Dix ans après la fin du conflit, les sommes engagées au Paraguay ne représentaient que 1 % du total des investissements britanniques en Amérique latine. Leslie Bethell, The Paraguayan War (1864-1870), Op. cit. p. 15-27.

38 Leslie Bethell, Op. cit. p. 4.

39 Les derniers conflits ont été réglés par un arbitrage de la papauté (délimitation des frontières de la Terre de Feu entre l’Argentine et le Chili, en), ou des négociations entre les belligérants (la guerre de 1995 entre l’Équateur et le Pérou réglée en 1998). Il subsiste encore des litiges territoriaux entre le Venezuela et le Guyana, entre le Venezuela et la Colombie, entre Guatelama et Belize, ainsi qu’en Antarctique. Yves Saint-Geours, « L’Amérique latine dans la géopolitique mondiale », in Pouvoirs, Paris, 2001, n°98, p. 8.

40 « Guerre du football » entre le Honduras et le Salvador, en juillet 1969, guerre du Cenepa entre le Pérou et l’Équateur en janvier-février 1995.

41 Cf. Marie-Danielle Demélas et Yves Saint-Geours, Jérusalem et Babylone. Politique et religion en Amérique du Sud, le cas de l’Equateur, Paris ERC, 1988, p. ….

42 « Si jusqu’aujourd’hui, nous n’avons pu trouver remède à nos révolutions et à nos tyrannies, et si nous ne pouvons non plus nous protéger de la convoitise de nos voisins, mettons-nous sous la protection d’un grand peuple » (El Comercio, La Paz, n°374, 1er août 1879).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Danielle Demelas, « Guerres et alliances en Amérique du Sud », Revue historique des armées, 273 | -1, 15-29.

Référence électronique

Marie-Danielle Demelas, « Guerres et alliances en Amérique du Sud », Revue historique des armées [En ligne], 273 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7884

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org