Navigation – Plan du site
Dossier

Du mandat national à l’engagement coalition

l’adaptation de la Marine nationale aux opérations extérieures (1987-1999)
National mandate in a coalition commitment : adaptation of the Navy for external operations (1987-1999).
Dominique Guillemin
Traduction de Robert A.Doughty
p. 51-62

Résumés

Si depuis la décolonisation les armées françaises n’ont cessé d’intervenir outre-mer, la signification et les modalités de ces opérations sont en constante évolution. La Guerre du Golfe (1990-1991), en particulier, a constitué un tournant majeur dans l’engagement militaire extérieur de la France, tant par l’importance et la nature des moyens mis en jeu que par la nécessité d’agir en coalition. Cet article se propose de suivre l’évolution de l’outil de défense aux opérations extérieures à travers l’exemple de l’engagement de la Marine nationale dans trois opérations majeures conduites avant, pendant et après la Guerre du Golfe : PROMETHÉE (1987-1988), DAGUET (1990-1991) et TRIDENT (1999).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une excellente présentation de l’émergence de la notion d’intervention extérieure et sa mise en pra (...)
  • 2 Louis Gautier, La défense de la France après la guerre froide, Paris, Presses universitaires de Fra (...)

1La décolonisation aurait pu marquer la fin d’une intense activité outre-mer pour les armées françaises désormais essentiellement repliées sur la défense d’un territoire national sanctuarisé par la dissuasion nucléaire. Pourtant, à partir du milieu des années soixante-dix, on assiste, au contraire, à l’ouverture d’un nouveau cycle d’activité opérationnelle caractérisé par les interventions extérieures1. D’abord soutien des intérêts nationaux ou des accords de défense bilatéraux, ces opérations extérieures (ou OPEX) deviennent progressivement l’apport militaire de la France à un effort multinational de maintien ou de rétablissement de la paix. La conjonction de deux événements survenus au tournant des années 1990-1991 provoque le basculement d’une logique à l’autre. D’une part, l’effondrement de l’Union soviétique qui écarte la crainte d’une invasion mais ouvre un espace d’instabilité entre les deux anciens blocs. Et, d’autre part, l’invasion du Koweït par l’Irak qui, par son intensité et l’ampleur des moyens qu’elle mobilise, contribue à faire prendre conscience de la nécessité d’une réforme en profondeur de l’outil de défense. La décennie suivante voit la mise en oeuvre d’un processus d’interarmisation et de professionnalisation des forces armées qui facilite la mise en œuvre des opérations extérieures devenues, dans le même temps, leur « nouvelle frontière »2.

  • 3 ALINDIEN assure le contrôle opérationnel des forces en zone maritime de l’océan Indien sous l’autor (...)
  • 4 Laurent Suteau, « La diplomatie navale au service du maintien de la paix », Stratégique, n° 89/90, (...)
  • 5 De 1982 à 1986, les missions OLIFANT maintiennent une présence navale permanente sur les côtes liba (...)
  • 6 Du 21 septembre au 23 novembre, le GAN est envoyé au large de la Libye pour contraindre ce pays à r (...)

2L’histoire de la Marine nationale – acteur naturel de la projection de forces – témoigne de l’évolution des armées françaises dans ce contexte nouveau. La création, en 1973, d’un amiral commandant les forces maritimes de l’océan Indien (ALINDIEN), donne le signal d’un redéploiement sur les théâtres lointains3. Les opérations Saphir 1, en 1975, puis Saphir 2, en 1977, voient l’engagement d’un porte-avions dans le golfe d’Aden en soutien ostensible du processus d’indépendance de la République de Djibouti4. Puis, dans les années 1980, le Groupe aéronaval (GAN) ne cesse d’être employé a de semblables missions de diplomatie navale au large du Liban5 ou de la Libye6. Le porte-avions, par sa puissance et sa charge symbolique, devient ainsi une pièce maîtresse de l’action extérieure de la France, tant sur le plan politique que militaire. Il est, par conséquent, un excellent marqueur de l’adaptation des armées aux opérations extérieures.

3Fondée sur l’étude des archives de l’état-major de la Marine (EMM) déclassifiées dans le cadre du projet de recherche « Marine OPEX » conduit par le Service historique de la Défense, cet article se donne pour objet de présenter l’évolution du rôle de la Marine nationale dans les opérations extérieures à travers l’étude comparative de trois missions réalisées par le Groupe aéronaval avant, pendant et après la Guerre du Golfe.

PROMÉTHÉE, 1987-1988 : exemple abouti du modèle français de « diplomatie du porte-avions »

  • 7 « Bilan des attaques dans la Golfe », annexe à la fiche n°173/EMM/OPS/REN/CD, le 17 novembre 1988. (...)
  • 8 L’empire d’Iran avait investi un milliard de dollars dans la société d’enrichissement d’uranium EUR (...)

4Durant la guerre Iran-Irak (1980-1988), les belligérants multiplient les atteintes à la liberté de navigation dans le golfe Persique. D’abord limitée aux attaques irakiennes dans le nord du Golfe, cette guerre au commerce se généralise à partir de 1984 quand l’Iran décide de riposter par une forme particulière de guérilla navale mettant en œuvre des avions, des hélicoptères, des mines et les vedettes rapides des Gardiens de la révolution, les Pasdarans. Lors de cette Tanker War, 447 navires sont attaqués dans le golfe Persique, dont 379 pétroliers7. Pour la République islamique, cette guerre économique est aussi une forme de « terrorisme maritime » qui, à travers l’image spectaculaire des pétroliers en flammes, cherche à intimider les gouvernements des pays considérés comme hostiles. C’est le cas de la France, dont les relations avec l’Iran, déjà tendues par un important contentieux financier8, sont encore compromises par son antagonisme à l’encontre du Hezbollah libanais et de la Libye de Mouammar Kadhafi, deux alliés de Téhéran. Au même titre que les attentats commis à Paris ou les enlèvements de journalistes perpétrés au Liban au même moment, les agressions contre le trafic maritime français dans le golfe Persique témoignent de la détérioration des relations entre les deux pays.

5Dans un premier temps, la marine iranienne tente d’arraisonner des navires, comme autant de prises de gages dans les négociations. Après une première tentative à l’encontre du porte-conteneurs Ville de Bordeaux, le 18 mai 1985, la Marine nationale engage périodiquement un bâtiment de combat dans le golfe Persique. Cependant, il ne s’agit que d’accompagner les navires de commerce sur leur route, et non de les escorter, une nuance qui traduit la volonté du gouvernement français de contrôler son niveau d’engagement dans la crise.

  • 9 « L’aide militaire aux Émirats arabes unis », fiche n°96/EMM/OPS/ACT/SEC/CD le 11 décembre 1986. SH (...)
  • 10 Lettre de M. François Rozan, président du Comité Central des Armateurs Français, au ministre de la (...)
  • 11 « Les opérations dans l’océan Indien », conférence du vice-amiral Jacques Lanxade prononcée le 24 f (...)

6Puis, dans un second temps, l’enlisement du dialogue franco-iranien conduit Téhéran à ordonner de véritables attaques, ciblant cette fois des pétroliers. Le d’Artagnan, le 28 janvier 1986, et le Chaumont, le 4 mars, sont attaqués par l’aviation. Le 13 septembre, le Brissac est atteint par deux missiles tirés d’hélicoptères. Enfin, le 26 novembre, la plateforme pétrolière d’Abu al Bu-Koosh, possession conjointe du groupe Total et des Émirats Arabes Unis, est bombardée par deux avions iraniens. Les Émirats demandent alors à la France des moyens de protection antiaérienne, dont un navire qui serait positionné dans le champ pétrolifère. Mais le gouvernement suit l’avis négatif de l’état-major de la Marine à ce sujet. Celui-ci souligne la vulnérabilité d’un tel dispositif et redoute d’entrer dans une logique d’escalade : « notre concours serait vraisemblablement perçu par les Iraniens comme un engagement dans le conflit. Il est à craindre que notre trafic commercial devienne alors une cible privilégiée »9. Cette prudence expose cependant le gouvernement aux critiques des armateurs qui réclament une protection directe pour leurs bâtiments10. Le vice-amiral Jacques Lanxade, ALINDIEN lors des événements, résume ainsi l’inconfort de la position française : elle « visait à obtenir la normalisation de nos relations avec l’Iran, et donc excluait tout acte pouvant être interprété comme une provocation. Cette phase de « présence passive » fut très délicate à vivre pour nos personnels, et la marine marchande a ressenti, pour sa part, la désagréable impression d’être abandonnée par la Marine nationale »11.

  • 12 Ultime phase du bras de fer franco-iranien, la « guerre des ambassades » débute le 2 juillet 1987 p (...)
  • 13 Note sur les règles d’engagement de la TF 623, message n°10038 DEF/EMA/EMP.3, le 5 août 1987, cité (...)
  • 14 Pierre Branche, « Avec la ˝Royale˝… », Le Figaro, 6 octobre 1987, cité par Jean-Marc Balencie, op.  (...)

7Cette « phase délicate » prend fin avec l’échec des négociations franco-iraniennes, rendu public par le déclenchement de la « guerre des ambassades »12. Le 17 juillet 1987, l’attaque du porte-conteneurs Ville d’Anvers décide le gouvernement français à rompre les relations diplomatiques avec la République islamique d’Iran et à engager l’épreuve de force. L’opération PROMÉTHÉE débute le 30 juillet avec le départ de la Task Force (TF) 623, formée autour du porte-avions Clemenceau, pour la mer d’Oman. Ses missions sont d’assurer la protection des intérêts français, d’affirmer une présence en mer d’Arabie et dans le golfe Persique, et de préparer une action de rétorsion éventuelle sur un objectif désigné par le gouvernement suivie d’une incursion de trente-six heures dans le Golfe13. Ce dernier point justifie les déclarations inhabituellement menaçantes du commandant du GAN, le contre-amiral Jacques Le Pichon : « Le groupe aéronaval est un bâton particulièrement efficace pour le Gouvernement, ne serait-ce que par la menace d’un coup bien envoyé a un moment précis et en un lieu précis »14. Un « bâton » impressionnant, en effet : la TF 623 mobilise simultanément jusqu’à dix-sept navires, soit 40 % du tonnage de la flotte. Elle se décompose en trois Task Group (TG) correspondant chacun à un domaine opérationnel : le TG 623.1 est chargé des incursions dans le golfe Persique lors des transits de navires marchands, le TG 623.2, avec le Clemenceau, prépare les éventuelles opérations de rétorsion et le TG 623.3 est un groupe de guerre anti-mines.

  • 15 « Déploiement en mer et États côtiers », fiche EMM/ OPS, 13 août 1987. SHD/MV, carton 259Y 23.

8Le premier succès d’un tel déploiement est logistique : en maintenant le GAN à 9 000 km de Toulon pendant quatorze mois, la Marine nationale démontre sa capacité à durer en zone de crise, au prix, il est vrai d’un effort soutenu engageant toute la flotte française. La base de Djibouti permet au groupe Clemenceau de s’insérer dans un dispositif prépositionné de commandement et de soutien. Elle s’avère indispensable pour maintenir le cycle d’activité du porte-avions – 12-15 jours d’arrêt pour 30-40 jours d’opérations – ainsi que pour l’acheminement par avions des pièces de rechange15. Ce succès valide donc la priorité stratégique accordée a l’océan Indien depuis les années soixante-dix.

  • 16 Airborne Warning and Control System. C’est un système de stations radars monté sur des avions capab (...)
  • 17 Vice-amiral (2S) Jacques Le Pichon, « Le groupe aéronaval en océan Indien au cours de la guerre ent (...)
  • 18 De septembre à 1987 à mars 1988, l’opération CLEANSWEEP réunit des unités de déminage belges, brita (...)

9Le groupe « PROMÉTHÉE » réussit également à s’insérer dans un environnement complexe de crise, ou la tenue de situation n’est pas facile. Dans les deux rails de navigation du détroit d’Ormuz et les dix-huit couloirs aériens qui le traversent, les bâtiments et aéronefs militaires, alliés ou potentiellement hostiles, se confondent facilement avec le trafic civil. L’échange de renseignements est donc indispensable avec les marines alliées présentes. Une rencontre sur le porte-avions USS Constellation entre le contre-amiral Le Pichon et l’amiral Lyons, commandant en chef de la flotte du Pacifique, permet de faire bénéficier la TF 623 d’un accès au système de liaison de données américain ; la vision radar des AWACS16 lui donne ainsi une « vue plongeante » à l’intérieur du Golfe17. Mais cette coopération n’engage pas la conduite des opérations, chaque marine agissant sous mandat national selon son propre contrat opérationnel. De la même manière, le TG 623.3 participe à la mission de déminage des eaux du golfe Persique décidée par l’Union de l’Europe Occidentale (UEO), mais de façon indépendante des autres flottes, après un partage des secteurs de responsabilité18.

  • 19 Sur cet aspect de la question, voir Lee Allen Zatarein, Tanker War : America’s First Conflict With (...)
  • 20 « Éléments concernant la marine marchande dans le golfe Arabo-persique entre 1985 et 1988 », Fiche (...)
  • 21 Antenne 2, le 23 décembre 1987, interview par Paul Amar et Élie Vannier, INA, 4mn47. http://www.ina (...)

10Mais c’est surtout la réussite politique de cet engagement militaire qui est à souligner. Alors que, les États-Unis s’engagent au même moment dans un conflit limité contre l’Iran, au coeur même de l’environnement pétrolier du Golfe19, le gouvernement français valorise une démonstration de force sur les modes dissuasif et coercitif à la fois. L’effet de dissuasion est net, avec l’arrêt immédiat des attaques contre les bâtiments de commerce français. Pendant la durée de l’opération, soixante-dix bâtiments sous pavillon national sont escortés de fait dans le golfe Persique sans incidents, permettant un regain de confiance de la marine marchande en la Marine nationale20. L’effet coercitif, plus difficile à évaluer, est obtenu par le maintien d’une menace de rétorsion crédible, y compris en effectuant des missions de reconnaissance aérienne sur des bases iraniennes. Cette détermination à faire revenir l’Iran à la table des négociations est soulignée par la présence du président François Mitterrand dans la zone des opérations, le temps d’une interview télévisée depuis la passerelle du Clemenceau21. En rendant périlleux toute nouvelle escalade, PROMÉTHÉE s’inscrit en fait dans une logique de sortie de crise. Et quand les tensions entre Paris et Téhéran s’apaisent, en juin 1988, l’éloignement du porte-avions des côtes iraniennes, puis son retrait définitif en septembre, indiquent, tel un baromètre, l’amélioration de leurs relations.

11Exemple le plus abouti de diplomatie du porte-avions « à la française », PROMÉTHÉE illustre aussi la conception des interventions extérieures pratiquée par la France depuis le milieu des années soixante-dix. Elles consistent à faire un usage autonome, mais limité, des moyens militaires, sous le contrôle direct du pouvoir exécutif, dans un but politique précis. C’est ce modèle que va remettre en cause la guerre du Golfe.

La Marine nationale en marge de la guerre du Golfe, 1990-1991

  • 22 « Les opérations navales au Moyen-Orient », fiche n°145 EMM/OPS/ACT/NP, le 17 décembre 1990. SHD/MV (...)
  • 23 Hubert Védrine, Les mondes de François Mitterrand, Paris, Fayard, 2006, p. 526-527.

12Le 2 août 1990, alors que la communauté internationale est partagée entre le soulagement et les interrogations que lui inspire la fin de la guerre froide, l’Irak envahit par surprise le Koweït dans un geste de défi aux monarchies du Golfe. Comme précédemment face à la menace iranienne, les marines occidentales convergent vers le golfe Persique pour tenter de limiter la crise et rassurer l’Arabie Saoudite, désormais exposée à une invasion irakienne. Depuis Djibouti, la Marine nationale peut renforcer rapidement le bâtiment en patrouille devant le détroit d’Ormuz, et se tenir prête à participer à l’embargo contre l’Irak, dès son entrée en vigueur, le 6 août22. Mais après ces premières mesures, qui relèvent de l’acte réflexe, il faut plus de temps au gouvernement pour déterminer une action réfléchie. En effet, alors que se préparent les conférences intergouvernementales chargées de rédiger le nouveau traité européen, le président François Mitterrand est persuadé que ses choix engageront le leadership de la France en Europe, comme ceux de l’Amérique engageront le sien dans le monde23. Lors du premier Conseil restreint tenu à l’Élysée, le 9 août, il affirme, face à des avis divergents au sein du gouvernement, la nécessité d’apporter un soutien militaire immédiat aux pays menacés par l’Irak, tout en favorisant le plus longtemps possible la réussite d’une solution négociée. Cette position diplomatique prend la forme tangible d’un nouveau déploiement du groupe aéronaval sous le nom d’opération SALAMANDRE.

  • 24 Á titre d’exemples « Mission SALAMANDRE, les questions », P. Darcourt, Le Figaro, 30 août 1990, p.  (...)
  • 25 Jérôme de Lespinois, L’armée de terre française. De la défense du sanctuaire à la projection, Paris (...)
  • 26 François Fillon, « Mais à quoi sert le Clemenceau ? », Le Monde, 8 septembre, p. 2.
  • 27 R. Girard, « Á bord du Clemenceau : la ronde des Gazelles », Le Figaro, 23 août 1990, p. 7.

13Le 13 août, la TF 623 appareille à nouveau vers la mer d’Arabie. Mais cette fois, à la place des chasseurs-bombardiers habituels, les hangars du porte-avions Clemenceau abritent quarante-deux hélicoptères du 5e Régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC) et le pont est encombré par les véhicules d’une compagnie d’infanterie. Cette configuration inhabituelle provoque une polémique dans la presse : porte-avions, porte-hélicoptères, porte-camions… Quelle est la valeur militaire réelle du navire24 ? Cet emploi est pourtant légitime. Depuis plusieurs années, des exercices interarmées entraînent les hélicoptères de l’Armée de terre à conduire des missions de combat depuis le pont des porte-avions25. De plus, les hélicoptères antichars répondent parfaitement à l’hypothèse d’une offensive mécanisée irakienne contre l’Arabie Saoudite. En fait, les critiques pertinentes visent non pas ce choix opérationnel, mais la moindre détermination politique que semble induire le couple porte-avions – hélicoptères par rapport aux moyens déployés par les États-Unis26. Comme le souligne le contre-amiral Pierre Bonnot, commandant les Forces maritimes de l’océan Indien, « un régiment d’hélicoptères, arme défensive contre une attaque de blindés, incarne un degré d’agressivité moindre qu’une escadrille de chasseurs-bombardiers embarqués »27.

  • 28 « Les premiers enseignements des opérations SALAMANDRE et Artimon », fiche n°124 EMM/LOG/ EF/DR, le (...)
  • 29 « Emploi du groupe aéronaval dans la crise du Moyen-Orient », fiche n°90 EMM/OPS/ACT/CDSF, le 13 se (...)
  • 30 « Sur la nature du déploiement du [porte-avions] », fiche n°10/90 CECMED/OPS/CD, le 19 septembre 19 (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 « Premiers enseignements de la guerre du Golfe », lettre n°379 EMM/PL/EG/CD, le 19 septembre 1990. (...)

14Dans un premier temps, la mission est une démonstration originale de diplomatie de défense, avec des exercices multilatéraux conduits à Djibouti, aux Émirats Arabes Unis et en Oman. Mais, après l’occupation de l’ambassade de France à Koweït-City, le 15 septembre, la présence du Clemenceau permet au gouvernement de graduer son engagement en projetant les hélicoptères du 5e RHC en Arabie Saoudite. L’opération a donc permis à la France de maintenir son rang en toute indépendance, le temps de valider la légitimité de son engagement tout en préservant le rôle des Nations unies. SALAMANDRE fait ainsi la transition avec la séquence suivante de l’engagement français : le déploiement de troupes au sol, l’opération DAGUET. Le bilan que tire l’état-major de la Marine de cette ouverture de théâtre est satisfaisant en terme de mise en oeuvre des moyens. Les moyens de soutien prépositionnés à Djibouti ont favorisé une montée en puissance rapide des forces participant à l’embargo, tandis que le strict respect des périodes d’entretien permet au porte-avions d’appareiller dans de meilleures conditions que lors de PROMÉ-THÉE28. Mais, avant même le début de l’opération DAGUET, SALAMANDRE est déjà considérée comme du passé. C’est maintenant à la participation du groupe aéronaval dans un rôle offensif que se prépare l’état-major de la Marine. Dès le 10 septembre, la possibilité de conduire des missions de guerre menées depuis la Méditerranée orientale, le Nord de la mer Rouge, ou le golfe Persique est examinée29. Et diverses options sont envisagées pour déployer le GAN en océan Indien rapidement, soit par la relève du Clemenceau par le Foch, sur place ou à Toulon, soit par transfert à Djibouti des flottilles de l’aéronavale et de leur soutien sur le Foch30. Ces scénarios donnent l’impression que la Marine se repose sur ce qu’elle sait faire, appuyée sur une solide expérience et la certitude que « l’absence de porte-avions en [Zone maritime de l’océan Indien], quelle que soit sa configuration, n’est probablement pas acceptable pour le pouvoir politique »31. C’est prendre le risque d’un grave contresens alors que l’ampleur du conflit annoncé et l’environnement de travail international et interarmées de la coalition anti-irakienne sont bien différents des opérations de diplomatie navale dont SALAMANDRE est la dernière expression. Dès le 19 septembre, le vice-amiral Goupil, major-général de la Marine, en rend compte clairement : « la situation actuelle montre bien les limites de notre action dès que l’on quitte le domaine de la crise pour entrer dans « logique de guerre ». C’est le principal enseignement que l’on peut tirer de ces événements : nos moyens militaires permettent d’afficher une certaine autonomie de décision, mais notre marge de manoeuvre apparaît très étroite pour revendiquer une véritable liberté d’action en cas de conflit ouvert »32.

  • 33 « Groupe de travail Morgane », fiche n°90 CECMED/ PLAN/CDSF, le 10 décembre 1990. SHD/MV, série 259 (...)
  • 34 « Enseignements de la crise puis du conflit provoqué par l’Irak à propos du Koweït », fiche n° 43 E (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 La liaison 11 est une liaison de donnée tactique qui permet des échanges automatiques d’information (...)
  • 37 Identification Friend and Foe, système permettant aux radars de reconnaître les appareils alliés.
  • 38 « Enseignements de la crise puis du conflit provoqué par l’Irak à propos du Koweït », fiche n° 43 E (...)

15De fait, après le retour du Foch à Toulon, le 5 octobre, l’aéronavale ne parvient pas à faire accepter sa participation à la campagne de bombardements contre l’Irak, son « cœur de métier » par excellence. Pourtant, de septembre à décembre 1990, les travaux d’états-majors s’accumulent sur ce sujet, et un groupe de travail est créé pour constituer un dossier de théâtre au profit d’une future Task Force aéronavale33. Certes, des frappes aériennes auraient pu être lancées depuis la Méditerranée orientale ou la mer Rouge, mais avec un rendement limité par le rayon d’action des appareils et l’absence de capacité à tirer des munitions à guidage laser34. En outre, il aurait fallu un soutien de la coalition dans le domaine de la couverture aérienne, de la guerre électronique et du ravitaillement en vol35. Une participation efficace aurait nécessité un positionnement dans le golfe Persique, au coeur du dispositif allié. Dans tous les cas, il aurait fallu intégrer les forces françaises dans le commandement interallié, et le plus tôt possible pour compenser la perte d’interopérabilité constatée avec les marines anglo-saxonnes. Ainsi, peu de navires français sont équipés de la liaison 11 indispensable à une action coordonnée36, leurs aéronefs ne sont pas munis de la dernière génération d’IFF37, et les réseaux de communication par satellites français et américains ne sont pas compatibles. Or, la volonté du gouvernement est, au contraire, de préserver son indépendance d’action le plus longtemps possible. Quand vient la décision d’intégrer le commandement interallié, le 28 décembre 1990, il est trop tard pour la Marine, écartée des combats : « À moins de trois semaines de la fin de l’ultimatum, les plans alliés étaient prêts et l’intégration éventuelle des forces françaises et UEO ne pouvait l’être que dans des missions marginales et non offensives, au moins au départ »38. Ainsi, c’est une combinaison d’inadaptation militaire et de retenue politique qui laisse la Marine nationale en marge de la guerre du Golfe.

  • 39 Rapport du vice-amiral d’escadre Michel Tripier, commandant en chef pour la Méditerranée, « Aspects (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

16Comme l’ensemble des armées françaises, elle tire de ce conflit des leçons qui remettent en cause son modèle d’intervention antérieur. Pour le vice-amiral d’escadre Michel Tripier, commandant les forces navales en Méditerranée, deux leçons fondamentales sont à prendre en compte. La première est qu’on ne fait pas la guerre seul, mais aux côtés des États-Unis, avec cette conséquence stratégique : « (…) que pour ne pas être réduit à un rôle marginal, il fallait très tôt prendre la décision d’intervenir à leurs côtés de façon à pouvoir entrer dans leur planification. L’habitude de travailler ensemble, pourtant largement développée, ne pouvait suffire à elle seule [pour permettre l’engagement], dans de bonnes conditions, de moyens aéronavals à leurs côtés »39. Et, logiquement, la recherche d’interopérabilité qui en découle revient à suivre les normes américaines : « il reste beaucoup à faire en matière d’interopérabilité interalliée. Pour commencer, une attitude réaliste s’impose : on ne peut pas prétendre régenter les États-Unis en la matière »40. La seconde leçon est la nécessité d’améliorer les capacités de combat de la flotte, qui ne peut pas se contenter « de capacités de vigilance et de concertation (…). Il faut, en outre, porter des coups à l’adversaire. Ces dernières années, l’accent a été mis sur les moyens de gérer la crise peut-être au détriment d’une imagination prospective tournée vers le combat »41.

17C’est cette marine « tournée vers le combat » qui va connaître l’épreuve du feu lors de la guerre du Kosovo.

TRIDENT (Kosovo, 1999), la marine au coeur d’un dispositif multinational de coercition.

  • 42 Les Crusader de la Flottille 12F sont renvoyés en France le 1er mars faute d’utilité sur le théâtre (...)

18Huit ans après la Guerre du Golfe, la Task Force 470 (TF 470) formée autour du porte-avions Foch participe a l’opération ALLIED FORCE – ou TRIDENT pour le volet français. Déclenchée le 24 mars 1999, cette campagne aérienne coordonnée par l’OTAN a pour but de contraindre la Serbie à évacuer la province du Kosovo. L’emploi d’un porte-avions pour cette mission paraît inutile de prime abord. Le théâtre des combats est proche des bases aériennes italiennes et l’outil aéronaval français est bien vieillissant. Le Clemenceau a été retiré du service deux ans plus tôt, et le Foch doit être vendu au Brésil à la fin de l’année, après trente-six ans de service actif. En ce qui concerne les avions embarqués, seuls les chasseurs-bombardiers Super-Étendard, récemment modernisés, ont une valeur militaire. Les intercepteurs Crusader, hors d’âge, ne valent littéralement pas un coup de catapulte…42. Plusieurs raisons expliquent cependant un retour en force du groupe aéronaval : sa souplesse de déploiement durant toute la durée de la crise et des capacités de combat rénovées, bien intégrées au sein de la force multinationale.

  • 43 Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, chargée depuis 1973 de favoriser le dial (...)
  • 44 Anonyme, « Le ministre de la Défense en visite sur le Foch », Cols Bleus, n°2460, 31 octobre 1998, (...)
  • 45 Conférence de l’amiral Alain Coldefy lors du colloque « L’occupation militaire des espaces maritime (...)

19La maîtrise du temps de crise par la Marine nationale est déterminante. Sans elle, il serait difficile de faire le meilleur usage des moyens disponibles, au moment où leur effet sera déterminant. Ainsi, d’octobre 1998 à avril 1999, l’unique porte-avions en service reste dans une posture de vigilance en temps de paix qui suit l’évolution de la situation au Kosovo selon quatre temps : crise – détente – crise – conflit. Le premier correspond à l’amplification des violences dans la province serbe. Le 5 octobre 1998, la Task Force 470 est mise en alerte depuis Beyrouth et placée sous les ordres du contre-amiral Alain Coldefy. Elle poursuit ses exercices en Méditerranée orientale, tout en se tenant prête à rallier le théâtre en soixante-douze heures pour mener l’opération TRIDENT 98. à partir du 13, les négociations ouvertes à Belgrade aboutissent à la signature d’un cessez-le-feu, confirmé le 16 par la mise en place d’une mission de vérification formée par l’OSCE43, et, le 24, par le vote de la résolution 1203 des Nations unies. La force navale française accompagne ce processus en se rapprochant ostensiblement de l’Adriatique. Le 15, elle est en mer Ionienne et accroît son niveau de coopération avec les forces alliées déjà présentes puis, le 18, elle franchit le canal d’Otrante. Le 23, le ministre de la Défense, Alain Richard, peut déclarer à bord du Foch que : « la France ne fait pas seulement des déclarations politiques [mais elle met en oeuvre] des moyens de puissance adaptés au choix de son engagement »44. Le porte-avions est évidemment au premier rang de ces « moyens de puissance », jouant alternativement de son aptitude à montrer « sa puissance amicale en temps de paix, la menace crédible et ostensible de son utilisation en temps de crise et finalement l’efficacité de son emploi en temps de guerre »45. Mais pour préserver son emploi en temps de guerre, encore faut-il économiser son potentiel.

  • 46 Les pilotes doivent régulièrement passer leur qualification a l’appontage. En l’absence de second p (...)
  • 47 Correspondance du chef d’état-major de la Marine, l’amiral Jean-Charles Lefebvre et du contre-amira (...)
  • 48 La composition des unités qui composent la TF 470 varie avec les relèves mais, outre le Foch, on pe (...)
  • 49 « Directives opérationnelles TRIDENT », message n°0126 CD 2701 CECMED/EMPL/SURF, le 26 janvier1999. (...)

20Dans un second temps, alors que la situation semble s’apaiser au Kosovo, la TF 470 reçoit la permission de relâcher sa garde. Elle fait escale à Trieste, du 4 au 9 novembre, avant de rallier Toulon le 12 où le Foch est à nouveau placé en alerte à soixante-douze heures. Ce bon tempo permet à la TF 470 d’être à nouveau disponible lorsque la situation se dégrade après le massacre de Račak, le 15 janvier 1999. Ce troisième temps de vigilance n’est pas si simple à mettre en oeuvre. En effet, un porte-avions n’est jamais seul, et sa mise en oeuvre engage de nombreuses composantes de la flotte, sans compter les contraintes d’entraînement des pilotes de l’aéronavale46. L’état-major de la Marine doit donc redéfinir ses priorités en faveur de TRIDENT 9947. Un déploiement du GAN dans l’océan Indien est annulé, et les bâtiments les plus rares, frégate antiaérienne et sous-marin nucléaire d’attaque, rallient le groupe avec retard48. De la même façon la gestion économe des moyens est jugée cruciale pour pouvoir durer en opération. Heures de mer de bâtiments, carburant, coups de catapultes du porte-avions… La directive opérationnelle [qui] fixe la mission précise, les dépenses à surveiller de près49. Une fois le porte-avions engagé, en effet, son retrait précoce pourrait être interprété comme une faiblesse militaire, peut-être même, comme un manque de volonté politique. De retour sur zone, le 29 janvier 1999, la TF 470 doit donc se maintenir à la fois pour contraindre les Serbes et pour rester crédible aux yeux des alliés. L’échec des négociations de Rambouillet, le 23 février, et la campagne aérienne de l’OTAN le 24 mars annoncent l’engagement du groupe aéronaval dans le quatrième temps de son action, la participation au conflit. C’est chose faite le 5 avril, date des premières frappes françaises.

  • 50 Conférence de l’amiral Alain Coldefy. Op. cit.,
  • 51 Amiral (2S) Alain Coldefy, « L’aéronautique navale dans les opérations du Kosovo (janvier-juin 1999 (...)
  • 52 Télécopie d’une lettre et d’une présentation du contre-amiral Coldefy, le 8 mai 1999. SHD/MV, série (...)
  • 53 Le Super-Étendard modernisé au standard 3 met en oeuvre des bombes GBU-12 guidées par le pod de dés (...)
  • 54 Les 3 et 4 décembre 1998, au sommet de Saint-Malo, le président Jacques Chirac et le premier minist (...)
  • 55 Message n° 25 CD 2302 CTF 470, le 23 février 99. SHD/MV, série 259Y, carton TRD3.
  • 56 Amiral (2S) Alain Coldefy, op. cit., p. 91.
  • 57 « Maintien de la stature maritime française en Adriatique », fiche n°124 DEF/EMM/OPL/EMPL/ CD, le 7 (...)
  • 58 Amiral (2S) Alain Coldefy, op. cit., p. 92.

21Contrairement à la guerre du Golfe, la TF 470 bénéficie d’une position au coeur du dispositif interallié. Son déploiement précoce, et le maintien en mer Ionienne du porte-avions américain Eisenhower permettent au Foch de se placer à moins de cent nautiques du littoral yougoslave. Cet excellent « créneau de tir » permet de maximiser ses moyens en menant des frappes aériennes à un rythme soutenu et avec une grande réactivité. Ainsi, seize Super-Étendard accomplissent quatre cent douze missions offensives, avec les meilleurs taux de réussite de l’Alliance Atlantique (75 %) et un taux d’annulation des missions beaucoup plus faible que pour l’aviation basée à terre (21 % au lieu de 41 %)50. Ce succès s’explique en partie par la longueur inhabituelle des missions qui autorise une excellente réactivité, comme l’explique l’amiral Coldefy : « J’ai dit aux pilotes (…) que les objectifs étaient à quinze minutes et que nous allions donc faire des missions de six heures. En fait, ça a marché, car nous étions à la porte d’entrée ; nous attendions (…). Quant à l’état-major de l’OTAN, il lui arrivait de chercher, pour des objectifs d’opportunité, des patrouilles qui étaient déjà en l’air et qui étaient disponibles. Or, comme tous les raids (…) étaient planifiés, plusieurs fois nous nous sommes retrouvés être les seuls disponibles »51. Ainsi, la participation de l’aviation embarquée, modeste par elle-même (4 % des missions d’assaut de la coalition), représente le tiers de la participation française (12 % du total). Dit autrement, la présence du groupe aéronaval augmente de moitié le potentiel aérien mis en ligne par la France. Pour son commandant, la TF 470 fait la preuve au combat de l’efficacité de l’action navale contre la terre52. Cette réussite est le fruit d’un effort de mise à niveau capacitaire mené depuis la guerre du Golfe. Dans l’attente des grands programmes de la génération suivante, le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et l’avion de combat Rafale, la Marine se dote des équipements dont la carence avait été la plus sensible en 1990-1991. Ainsi, la version du Super-Étendard entrée en service en 1997 est maintenant capable de mener des frappes de précision à distance de sécurité53. Pour la première fois également, un sous-marin nucléaire d’attaque est placé sous le contrôle opérationnel du commandant du GAN. Sa présence en couverture devant les bouches de Kotor est précieuse, aussi bien pour empêcher une sortie de la marine serbe que pour le recueil du renseignement électronique. Des progrès notables ont également eu lieu dans le domaine des systèmes d’information et de communication. Outre le réseau satellitaire national Syracuse, le Foch est relié au système de liaison américain Fleetsatcom. De plus, tous les bâtiments sur le théâtre disposent de la liaison 11, et la frégate antiaérienne est capable de tenir la fonction Bluecrown, comparable à celle d’un contrôleur de l’air sur le théâtre. En donnant une « langue commune » aux forces alliées, ces systèmes permettent l’interopérabilité du groupe français avec les autres forces navales présentes en Adriatique, ce qui offre d’intéressantes possibilités d’affichage politique. Ainsi, l’intégration d’une frégate de la Royal Navy à la TF 470 manifeste de façon tangible le rapprochement franco-britannique, quelques mois après les accords de Saint-Malo54. Mais surtout, cette intégration réussie dans le dispositif d’Allied Force permet à la France de participer aux échanges interalliés au plus haut niveau, notamment pour la question cruciale de la détermination des objectifs55. Même si elle est écartée du ciblage des missiles de croisière dont elle est dépourvue, sa présence au coeur des opérations lui permet de peser sur les décisions, par exemple en convainquant les Américains de ne pas frapper au Monténégro, pour éviter qu’il ne bascule du côté serbe56. Les renseignements obtenus par la frégate antiaérienne et le sous-marin nucléaire d’attaque permettent aussi de participer à l’échange des informations les plus sensibles57, ou au contraire d’intercepter les opérations aériennes cachées de l’US Air Force, dont les objectifs doivent finalement être partagés58.

  • 59 HÉracl Es est la participation française a l’intervention américaine en Afghanistan Enduring Freedo (...)
  • 60 Conduite du 19 mars au 31 octobre 2011, cette opération a engagé pas moins de trente bâtiments qui (...)

22La TF 470 tient ainsi une place de premier rang au sein de la coalition jusqu’à la fin des hostilités. Après 116 jours d’activité, les marins français rentrent à Toulon le 3 juin, le jour même de l’arrêt des combats. En définitive, l’opération TRIDENT marque l’adaptation réussie de la Marine nationale a un nouveau modèle d’opération extérieure apparu avec la guerre du Golfe qui tranche avec les opérations de diplomatie navale, plus ou moins coercitives menées jusqu’alors. En même temps que la projection de force devient la nouvelle frontiere des armées françaises, il est admis qu’elles ne s’engageront plus seules dans un conflit régional. L’enjeu devient alors de trouver sa place dans des opérations de combat menées sous mandat multinational. Dans ce nouveau cadre d’action, l’objet politique de l’usage de la force armée demeure le maintien de l’autonomie décisionnelle française, moins comme une voix indépendante sur la scène internationale que comme un point de vue à faire valoir au sein d’une coalition. Depuis 1999, la marine continue d’inscrire son action dans cette dynamique en engageant un groupe aéronaval rénové en appui de l’intervention en Afghanistan (opération HÉRACLES en 2001)59, ou au large des côtes libyennes (opération HARMATTAN, 2011)60. Cette dernière opération est encore trop récente pour avoir livré tous ses enseignements. Mais elle semble s’inscrire dans la continuité d’une intégration interarmées et interalliée poussée, et le rôle de premier plan joué par la Marine nationale dans les combats contre les troupes gouvernementales libyennes permet de mesurer le chemin parcouru depuis un quart de siècle dans le domaine des capacités d’action de la mer vers la terre.

Haut de page

Notes

1 Une excellente présentation de l’émergence de la notion d’intervention extérieure et sa mise en pratique est donnée dans l’ouvrage d’André Foures, Au-delà du sanctuaire, Paris, Économica, 1986, 270 p.

2 Louis Gautier, La défense de la France après la guerre froide, Paris, Presses universitaires de France, 2009, chapitre 6 « L’engagement militaire de la France dans le monde », p. 207-242. Ainsi, en octobre 2013, on compte 8 500 militaires français engagés en opération hors du territoire national, sous vingt-deux mandats différents.

3 ALINDIEN assure le contrôle opérationnel des forces en zone maritime de l’océan Indien sous l’autorité directe du Chef d’état-major des armées. Longtemps embarqué avec son état-major sur un bâtiment de commandement, ALINDIEN est, depuis novembre 2010, basé à terre à Abu Dhabi. Sur l’activité de la Marine nationale sur ce théâtre, voir Jean-Marc Balencie, La diplomatie navale française en océan Indien, 1967-1992. Vingt-cinq ans d’utilisation de la marine nationale comme outil de politique étrangère, thèse de sciences politiques sous la direction du Pr. Philippe Chapal, Université Pierre Mendes-France Grenoble II, 1992, 733 p.

4 Laurent Suteau, « La diplomatie navale au service du maintien de la paix », Stratégique, n° 89/90, Institut de stratégie comparée, 2007, p. 193-215.

5 De 1982 à 1986, les missions OLIFANT maintiennent une présence navale permanente sur les côtes libanaises, en soutien aux opérations de maintien de la paix de la FINUL.

6 Du 21 septembre au 23 novembre, le GAN est envoyé au large de la Libye pour contraindre ce pays à respecter l’accord franco-libyen du 17 septembre relatif à l’évacuation simultané du Tchad, sous peine d’actions de rétorsion.

7 « Bilan des attaques dans la Golfe », annexe à la fiche n°173/EMM/OPS/REN/CD, le 17 novembre 1988. Service historique de la Défense, Département marine, Vincennes (passim SHD/MV), série 259Y, carton 19.

8 L’empire d’Iran avait investi un milliard de dollars dans la société d’enrichissement d’uranium EURODIF en échange d’un accès à 10 % de sa production. Mais après la révolution islamique, le nouveau régime réclame le remboursement du prêt tandis que la France refuse la livraison de l’uranium enrichi. Sur cette question, voir Dominique Lorentz, Secret atomique. La bombe iranienne ou la véritable histoire des otages français au Liban, Les arènes, Paris, 2002, 276 p.

9 « L’aide militaire aux Émirats arabes unis », fiche n°96/EMM/OPS/ACT/SEC/CD le 11 décembre 1986. SHD/MV, série 259Y, carton 14.

10 Lettre de M. François Rozan, président du Comité Central des Armateurs Français, au ministre de la défense Paul Quiles, le 7 mars 1986, SHD/MV, série 259Y, carton 23.

11 « Les opérations dans l’océan Indien », conférence du vice-amiral Jacques Lanxade prononcée le 24 février 1988 à l’École supérieure de guerre navale, SHD/Département interarmées, ministériel et interministériels, série 2000 Z 271, carton 26.

12 Ultime phase du bras de fer franco-iranien, la « guerre des ambassades » débute le 2 juillet 1987 par le siège de l’ambassade d’Iran à Paris dans laquelle s’était réfugié Wahid Gordji, un diplomate iranien soupçonné d’avoir coordonné la vague d’attentats qui frappa la France en 1986. En représailles, l’Iran fit, à son tour, le blocus de l’ambassade de France à Téhéran. Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La décennie Mitterrand, tome 2, Paris, Seuil, 1995, p. 836-851.

13 Note sur les règles d’engagement de la TF 623, message n°10038 DEF/EMA/EMP.3, le 5 août 1987, cité dans la note « ROC/ROE », EMM/OPS, le 18 août. SHD/MV, série 259Y, carton 23.

14 Pierre Branche, « Avec la ˝Royale˝… », Le Figaro, 6 octobre 1987, cité par Jean-Marc Balencie, op. cit., p. 449.

15 « Déploiement en mer et États côtiers », fiche EMM/ OPS, 13 août 1987. SHD/MV, carton 259Y 23.

16 Airborne Warning and Control System. C’est un système de stations radars monté sur des avions capables de surveiller un vaste espace aérien.

17 Vice-amiral (2S) Jacques Le Pichon, « Le groupe aéronaval en océan Indien au cours de la guerre entre l’Iran et l’Irak (juillet 1987-septembre 1988) », Revue historique des Armées, n°4, 1995, p. 53-62.

18 De septembre à 1987 à mars 1988, l’opération CLEANSWEEP réunit des unités de déminage belges, britanniques, françaises, italiennes et néerlandaises. Le TG 623.3 prend en charge le déminage des abords de Fujairah et de Khor Fafkan, en mer d’Oman. Marc DeVore, Europe’s First Military Intervention : The Western European Union in the Persian Gulf, 1987-88, MIT Department of Political Science, XXX, 37 p.

19 Sur cet aspect de la question, voir Lee Allen Zatarein, Tanker War : America’s First Conflict With Iran, 1978-1988, Philadelphie, Newbury : Casemate, 2008, 425 p.

20 « Éléments concernant la marine marchande dans le golfe Arabo-persique entre 1985 et 1988 », Fiche n°95 EMM.OPS/ACT/NP, le 12 juin 1989. SHD/MV, série 259Y, carton 23.

21 Antenne 2, le 23 décembre 1987, interview par Paul Amar et Élie Vannier, INA, 4mn47. http://www.ina.fr/politique/politique-internationale/video/ I00009885/François-Mitterrand-à-propos-de-la mission- du-porte-avion-Clemenceau-dans-le-golfe persique. fr.html, consulté le 1er novembre 2013.

22 « Les opérations navales au Moyen-Orient », fiche n°145 EMM/OPS/ACT/NP, le 17 décembre 1990. SHD/MV, série 259Y, carton GDG 1.

23 Hubert Védrine, Les mondes de François Mitterrand, Paris, Fayard, 2006, p. 526-527.

24 Á titre d’exemples « Mission SALAMANDRE, les questions », P. Darcourt, Le Figaro, 30 août 1990, p. 5 ; « La lenteur politique du Clemenceau », Jean Guisnel, Libération, le 30 août 1990, p. 2-3.

25 Jérôme de Lespinois, L’armée de terre française. De la défense du sanctuaire à la projection, Paris, L’Harmattan, 2000, tome 2, p. 521.

26 François Fillon, « Mais à quoi sert le Clemenceau ? », Le Monde, 8 septembre, p. 2.

27 R. Girard, « Á bord du Clemenceau : la ronde des Gazelles », Le Figaro, 23 août 1990, p. 7.

28 « Les premiers enseignements des opérations SALAMANDRE et Artimon », fiche n°124 EMM/LOG/ EF/DR, le 14 septembre 1990. SHD/MV, série 259Y, carton GDG1.

29 « Emploi du groupe aéronaval dans la crise du Moyen-Orient », fiche n°90 EMM/OPS/ACT/CDSF, le 13 septembre 1990. SHD/MV, série 259Y carton GDG4.

30 « Sur la nature du déploiement du [porte-avions] », fiche n°10/90 CECMED/OPS/CD, le 19 septembre 1990. SHD/MV, série 259Y, carton GDG4.

31 Ibid.

32 « Premiers enseignements de la guerre du Golfe », lettre n°379 EMM/PL/EG/CD, le 19 septembre 1990. SHD/MV, série 259Y, carton GDG13.

33 « Groupe de travail Morgane », fiche n°90 CECMED/ PLAN/CDSF, le 10 décembre 1990. SHD/MV, série 259Y carton GDG4.

34 « Enseignements de la crise puis du conflit provoqué par l’Irak à propos du Koweït », fiche n° 43 EMM/ OPS/ACT/CD, le 8 mars 1991. SHD/MV, série 259Y carton GDG4.

35 Ibid.

36 La liaison 11 est une liaison de donnée tactique qui permet des échanges automatiques d’informations entre les unités qui en sont équipées.

37 Identification Friend and Foe, système permettant aux radars de reconnaître les appareils alliés.

38 « Enseignements de la crise puis du conflit provoqué par l’Irak à propos du Koweït », fiche n° 43 EMM/ OPS/ACT/CD, le 8 mars 1991. SHD/MV, série 259Y, carton GDG4.

39 Rapport du vice-amiral d’escadre Michel Tripier, commandant en chef pour la Méditerranée, « Aspects maritimes de la Guerre du Golfe », 1er mars 1991. SHD/MV, série 259Y, carton GDG1.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Les Crusader de la Flottille 12F sont renvoyés en France le 1er mars faute d’utilité sur le théâtre et par souci d’économiser le potentiel de coups de catapultes du Foch. « Prévisions d’activité de la TF 470 », message n°0207 CD 2602 CECMED/Emploi, le 26 févier 1999. SHD/MV, série 259Y, carton TRD3.

43 Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, chargée depuis 1973 de favoriser le dialogue entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est.

44 Anonyme, « Le ministre de la Défense en visite sur le Foch », Cols Bleus, n°2460, 31 octobre 1998, p. 21.

45 Conférence de l’amiral Alain Coldefy lors du colloque « L’occupation militaire des espaces maritimes et littoraux en Europe, de l’époque moderne a nos jours », Centre d’études supérieures de la Marine / Service historique de la Défense / université de Hull, université de Lille-3, Paris, le 18 mars 2011. Actes à paraître en 2014 aux éditions Économica.

46 Les pilotes doivent régulièrement passer leur qualification a l’appontage. En l’absence de second porte-avions capable de les entraîner, l’absence prolongée du Foch conditionne le maintien de la compétence des pilotes basés à terre, et à terme, toute possibilité de relève.

47 Correspondance du chef d’état-major de la Marine, l’amiral Jean-Charles Lefebvre et du contre-amiral de Chermont, adjoint « opérations/logistique », à propos des priorités opérationnelles, le 28 janvier 1999. SHD/MV, série 259Y carton TRD3.

48 La composition des unités qui composent la TF 470 varie avec les relèves mais, outre le Foch, on peut citer la présence, entre février et avril, des navires suivants : le sous-marin Améthyste, la frégate antiaérienne Cassard, la frégate anti-sous-marine HMS Somerset, le pétrolier-ravitailleur Meuse et le bâtiment-atelier polyvalent Jules Verne.

49 « Directives opérationnelles TRIDENT », message n°0126 CD 2701 CECMED/EMPL/SURF, le 26 janvier1999. SHD/MV, série 259Y, carton TRD3.

50 Conférence de l’amiral Alain Coldefy. Op. cit.,

51 Amiral (2S) Alain Coldefy, « L’aéronautique navale dans les opérations du Kosovo (janvier-juin 1999) », Bulletin d’études de la Marine, Paris Centre d’études supérieures de la Marine, n°46, octobre 2009, p. 88-93.

52 Télécopie d’une lettre et d’une présentation du contre-amiral Coldefy, le 8 mai 1999. SHD/MV, série 259Y carton TRD3.

53 Le Super-Étendard modernisé au standard 3 met en oeuvre des bombes GBU-12 guidées par le pod de désignation laser ATLIS 2, et des missiles guidésAS30L.

54 Les 3 et 4 décembre 1998, au sommet de Saint-Malo, le président Jacques Chirac et le premier ministre Tony Blair appellent à l’établissement de moyens militaires autonomes pour l’Union européenne. C’est le début de la politique européenne de sécurité et de défense inscrite depuis dans les traités européens.

55 Message n° 25 CD 2302 CTF 470, le 23 février 99. SHD/MV, série 259Y, carton TRD3.

56 Amiral (2S) Alain Coldefy, op. cit., p. 91.

57 « Maintien de la stature maritime française en Adriatique », fiche n°124 DEF/EMM/OPL/EMPL/ CD, le 7 mai 1999. SHD/MV, série 259Y, carton TRD2.

58 Amiral (2S) Alain Coldefy, op. cit., p. 92.

59 HÉracl Es est la participation française a l’intervention américaine en Afghanistan Enduring Freedom . Du 18 décembre 2001 au 20 juin 2002, la marine déploya en océan Indien la TF 473 : porte-avions nucléaire Charles de Gaulle, frégates anti-sous- marines Lamotte-Piquet et Jean de Vienne, frégate antiaérienne Jean Bart, pétrolier-ravitailleur Meuse et sous-marin nucléaire d’attaque Rubis.

60 Conduite du 19 mars au 31 octobre 2011, cette opération a engagé pas moins de trente bâtiments qui se sont relayés au large des côtes libyennes, parmi lesquels on compte le porte-avions Charles de Gaulle, les bâtiments de projection et de commandement Tonnerre et Mistral ainsi que trois sous-marins nucléaires d’attaque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Guillemin, « Du mandat national à l’engagement coalition », Revue historique des armées, 273 | -1, 51-62.

Référence électronique

Dominique Guillemin, « Du mandat national à l’engagement coalition », Revue historique des armées [En ligne], 273 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7896

Haut de page

Auteur

Dominique Guillemin

Professeur certifié d’histoire-géographie, détaché depuis 2009 au SHD, il est en charge du projet de recherche « Marine OPEX » sur l’étude des opérations extérieures de la marine de 1962 à nos jours. Il prépare actuellement une thèse en histoire des relations internationales à Paris-I sur « le réseau des attachés navals français de 1919 à 1939 ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org