Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Texte intégral

1Éditorial

2Colonel Jean-Marc Marill,

3docteur en histoire, rédacteur en chef

4Le dossier éponyme de ce numéro de la Revue historique des armées est consacré aux « coalitions ». Les articles qui le composent concernent de vastes zones géographiques allant de l’Amérique du Sud à l’Europe et au Moyen-Orient. La séquence chronologique, quant à elle, s’étend du XIXe au XXIe siècle. Les caractéristiques des guerres de coalitions ont déjà été décrites par l’historien antique Thucydide. La guerre du Péloponnèse ou deux blocs s’affrontèrent sous l’égide des deux plus puissantes cités du monde grec - la ligue attico-délienne et la ligue péloponnésienne - a en effet expérimenté toutes les formes et toutes les vicissitudes d’une guerre de coalitions. Des grandes batailles navales et terrestres, des phases de combats de basse intensité, des actions subversives, des intérêts stratégiques divergeant au sein des blocs ont caractérisé ce long conflit. Ainsi les guerres de coalitions ont d’emblée couvert l’ensemble du spectre des conflits allant de la guerre généralisée impliquant l’engagement d’armées puissantes et nombreuses, au combat de basse, voire de très basse intensité mettant en jeu des forces aux effectifs réduits et mal équipés ainsi que le montre l’article « Guerre et alliances en Amérique du Sud » du professeur émérite Marie-Danielle Demélas. Les guerres ou opérations menées en coalitions se font souvent sous l’égide de superpuissances qui imposent leur stratégie mais quand il s’agit d’empire tel l’empire britannique lors de la Première Guerre mondiale, le choc généré par l’étendue des pertes humaines et la durée du conflit entraînent l’émergence d’une prise de conscience de l’identité nationale comme ce fut le cas pour le Canada. L’article de Carl Pépin « La grande guerre du Canada» montre bien l’évolution de cette colonie entre l’entrée en guerre, sur ordre de Londres, sans que le dominion n’en ait été saisi et la présence de ce dernier comme puissance signataire lors du traité de Versailles en 1919. Entre ses deux dates 65 000 soldats canadiens avaient été tués et la bataille de Vimy avait uni, dans le même sacrifice, la destinée de quatre divisions canadiennes. Un sentiment national né de ce champ de bataille allait renforcer l’identité nationale canadienne. Les coalitions contemporaines comme celle mise sur pied par la France, la Grande-Bretagne et Israël lors de la crise de Suez démontrent également que les rapports de force militaire internes jouent un grand rôle dans la conduite stratégique et peuvent déterminer l’issue du combat. Philippe Vial dans son article « Marianne et la gouvernante anglaise » explicite combien l’organisation déficiente de la IVe République dans le domaine du politico-militaire condamne la France a un certain suivisme de la Grande-Bretagne. Cette logique se retrouve à l’aune des opérations récentes ou la superpuissance américaine détermine la stratégie générale, l’état final recherché par la coalition et le poids relatif qu’il accorde a ses alliés selon les contraintes de la planification, de l’interopérabilité et des capacités de combat de ceux-ci. L’étude de Dominique Guillemin, « Du mandat national a l’engagement en coalition », décrit l’évolution du concept d’emploi de la marine nationale comme outil diplomatico-militaire lors de l’opération Prométhée en 1987-1988 à l’allié intégré et interopérable de l’opération Trident au Kosovo en 1999, Héraclès en Afghanistan en 2001 ou Harmattan en Libye, en 2011.

5Dans le domaine des opérations aériennes au sein d’une coalition, l’importance de la planification et de l’interopérabilité est telle qu’elle détermine le poids respectif accordé aux coalisés dans la conduite de la guerre. De la première guerre du golfe à l’Afghanistan, le fossé technologique est si grand entre l’aéronautique militaire américaine et ses homologues de la coalition qu’elle mène à sa guise et selon sa stratégie la guerre aérienne. Cette suprématie américaine, analyse Jérôme de Lespinois, s’impose pour l’armée de l’air française malgré les velléités politiques initiales.

6Ce numéro qui clôture l’année d’abonnement 2013 parait avec deux mois de retard. Nous prions nos chers lecteurs de nous en excuser, 2014 verra un retour aux errements antérieurs. La rédaction en profite également pour vous souhaiter une belle année 2014 et une bonne lecture de notre revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 273 | 2014, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7931

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org