Navigation – Plan du site
Lectures

Anne-Aurore Inquimbert, Les équipes Jedburgh (juin 1944-décembre 1944). Le rôle des services spéciaux alliés dans le contrôle de la résistance intérieure française

Lavauzelle, Panazol, 2006, 172 pages
Jean-Jacques Sénant

Texte intégral

1Anne-Aurore Inquimbert est doctorante à l’université Paris IV-Sorbonne et elle poursuit ses études parallèlement à ses fonctions de secrétaire de rédaction de la Revue historique des armées ; depuis plusieurs années, elle s’intéresse tout spécialement au domaine souvent mal connu et toujours complexe constitué par la jonction du politique et du militaire et à la difficulté de comprendre les multiples facettes de l’implication des acteurs de ce jeu de rôles insaisissable. Elle nous propose un ouvrage court (moins de 170 pages) mais très bien documenté sur un épisode extrêmement mal connu de l’activité interalliée au cours du deuxième conflit mondial : le plan « J ». « J » pour « Jedburgh », nom à l’origine incertaine tout comme l’est la place qu’il est possible de lui donner dans l’histoire. Le livre s’intitule Les équipes Jedburgh et a, pour sous-titre Le rôle des services spéciaux alliés dans le contrôle de la résistance intérieure française. Le plus grand mérite du travail d’Anne-Aurore Inquimbert, bien écrit et que se lit comme un roman, est de nous faire douter de tout : où faut-il vraiment situer la genèse du plan « J »  ? Quels sont les buts poursuivis par les différents protagonistes, sont-ils tactiques ou politiques  ? Quelle a été l’importance réelle de la conception et de la réalisation de ce plan  ? Autant de questions dont les réponses ne sont souvent qu’esquissées, mais le simple fait de les poser suffit à montrer l’insuffisance actuelle des recherches sur un sujet qui pourrait se révéler d’un intérêt primordial dans le cadre de l’étude des relations interalliées au cours de la guerre, car les arcanes de sa préparation pourraient constituer un révélateur de l’évolution de ces relations, de leurs à-coups, entre 1942 et 1944. La lecture de cet ouvrage donne indubitablement envie d’aller plus loin, d’approfondir la recherche sur ces équipes Jedburgh dont on sait si peu de choses et dont, en particulier, on ne sait pas dire avec certitude si elles ont atteint les objectifs poursuivis par le plan « J ». Enfin, dernière interrogation et non des moindres : l’étude des équipes Jedburgh peut-elle être strictement assimilée à la recherche sur » le rôle des services spéciaux alliés dans le contrôle de la résistance intérieure française » ? Rien n’est moins sûr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Sénant, « Anne-Aurore Inquimbert, Les équipes Jedburgh (juin 1944-décembre 1944). Le rôle des services spéciaux alliés dans le contrôle de la résistance intérieure française », Revue historique des armées [En ligne], 249 | 2007, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/953

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org