Navigation – Plan du site
Dossier

Lanciers contre Panzers ? À voir…

Andrzej Nieuwazny
p. 88-92

Résumés

Malgré de nombreuses preuves probantes du contraire, la légende des lanciers polonais attaquant les chars allemands en 1939 est toujours vivante. On la voit persister non seulement dans les discussions entre internautes ou dans les travaux de vulgarisation mais aussi dans les livres de référence en histoire militaire. Or, et les historiens sont formels, aucune charge n’a été menée contre les chars de façon délibérée en septembre 1939! Qui plus est, l’instruction de combat de cavalerie mettait l’accent sur le combat à pied. La cavalerie polonaise était, il est vrai, confrontée à des forces supérieures en nombre et en technologie, mais cela résultait en premier lieu de la situation économique du pays. Sa modernisation et sa motorisation ont été interrompues par la guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans Canadian Army Journal, vol.8 (2005), le major Tod Strickland accuse les Polonais de «ne pas av (...)

1Pologne, septembre 1939... Les trompettes sonnent, la cavalerie attaque... Les chevaux et les hommes s’écroulent, fauchés par les mitrailleuses allemandes. Un lancier fou de rage et de désespoir brise la lame de son sabre contre le canon d’un char allemand.... Ainsi s’achève le film Lotna – La dernière charge du cinéaste polonais Andrzej Wajda, lui-même fils d’un officier de cavalerie assassiné par les Soviétiques à Katyn en 1940. Son film, sorti en 1959, s’inscrivait dans la logique de la jeune « école polonaise » s’opposant au culte de l’héroïsme suicidaire, prétendument propre à la tradition romantique du pays. « C’est beau mais c’est pas la guerre » se disait un spectateur non averti et seuls les anciens cavaliers (nombreux à l’époque) criaient au scandale ! Car cette scène, symbole de l’impuissance de l’armée héroïque, était inventée de toutes pièces par l’artiste. Les vétérans outragés savaient déjà qu’en 1939 aucune charge de lanciers contre les chars n’avait eu lieu, mais ce mythe est toujours vivant. On le voit persister non seulement dans les discussions entre internautes ou dans les travaux de vulgarisation mais aussi dans les textes de référence en histoire militaire 1.

  • 2 Chiffres cités par Kazimierz Pajak, Ksztaltowanie się polskiej techniki wojskowej w latach 1918-193 (...)

2La Pologne, restaurée après 1918, doit construire son économie nationale à partir de trois systèmes différents et rattraper les pertes subies pendant la guerre ; beaucoup d’usines ont été détruites ou démontées en 1915. La motorisation de ce pays essentiellement agricole, aussi bien que la modernisation de son armée, est lente et complexe. En 1935, année de la mort de Pilsudski, il n’y a en Pologne que 24 820 véhicules de tous types. À la même époque, l’Allemagne compte 937 000 véhicules immatriculés, l’URSS 180 000, la France 2 036 000 et même la « petite » Tchécoslovaquie en dénombre 112 000 2. De 1933 à 1938, le Troisième Reich dépense pour l’armement trente fois plus que la Pologne, et soixante fois plus de 1938 à 1939 !

3Malgré ses efforts, en 1939, l’armée polonaise ne dispose que d’un millier de chars et de voitures blindées (9e place mondiale), tandis que l’Armée rouge en comptabilise plus de 10 000, la Wehrmacht 4 300 et l’armée française environ 3 500. Il est à noter que l’arsenal polonais est partiellement désuet, le pourcentage de chars étant relativement bas. Si, après 1935, la situation économique du pays limite toujours la motorisation de l’armée, celle de la cavalerie est encore plus retardée par ses généraux qui, chérissant le souvenir de la guerre mobile de 1919-1920, pensent que les conditions naturelles du pays et ses mauvaises routes gêneront les chars ennemis et favoriseront la mobilité de la cavalerie montée appuyée de chenillettes ou de voitures blindées.

  • 3 Kozlowski (Eugeniusz), Wojsko Polskie 1936-1939, Warszawa, 1974, p. 150.
  • 4 Malgré leurs noms différents, outre quelques détails de l’uniforme, l’instruction et l’armement des (...)
  • 5 Pour l’organisation détaillée voir: Piekalkiewicz (Janusz), Chevaux et cavaliers de la Deuxième Gue (...)
  • 6 Pour l’histoire de ces unités, voir les Mémoires de Stanislaw Maczek, Avec mes blindés. Pologne – F (...)

4En 1939, cette opinion ne fait plus l’unanimité et si l’inspecteur général, le maréchal Rydz-Smigly, qui, pourtant, comprend bien les faiblesses de l’équipement militaire, bloque la motorisation d’un régiment de lanciers, l’inspecteur de l’armée (à Lvov), le général Fabrycy, élabore, quant à lui, un projet radical de réforme. Mettant l’accent sur les coûts (70 millions de zlotys par an dont 20 millions pour les chevaux) générés par la cavalerie, sans rapport avec son efficacité éventuelle, il propose de liquider le quart des 40 régiments pour renforcer les autres, de réduire le nombre de brigades à neuf et de les transformer en « divisions légères » dotées d’unités d’infanterie et d’artillerie motorisées, ainsi que d’escadrons de reconnaissance renforcés 3. Mais il est déjà trop tard, la Pologne s’apprêtant à entrer sous peu en  guerre avec trois régiments de chevau-légers, dix régiments de chasseurs à cheval, vingt-sept régiments de lanciers (uhlans) 4 et un régiment combiné de gardes frontières (KOP) ; seuls trois régiments étant motorisés. La cavalerie polonaise est la dernière cavalerie autonome stratégique. Des onze brigades formées en 1937, cinq possèdent quatre régiments chacune et six brigades en ont trois ; deux brigades provisoires seront formées pendant les combats 5. La cavalerie représente 10,5 %de toute l’armée, tandis que l’on compte 90 régiments d’infanterie (soit 57,2 %). Dans la Wehrmacht, ces chiffres sont respectivement de 2,1 %et de 43,5 %; dans l’Armée rouge de 6,2 %et de 43,3 %et dans l’armée française de 6,4 %et de 52,5 %. La 10e brigade motorisée (composée entre autres unités du 10e chasseurs à cheval et du 24e lanciers) du général Maczek, résistant en 1939, fournira cependant les cadres pour les unités blindées combattant sur le sol français en 1940 et 1944 6. La brigade blindée et motorisée « de Varsovie » (composée entre autres du 1er chasseurs à cheval) du général Rowecki, dont l’organisation a été interrompue, combat jusqu’au 20 septembre ; Rowecki devient par la suite commandant de l’Armée secrète (AK). Il sera fusillé par les Allemands en 1944.

La cavalerie combat... à pied !

5Entre 1921 et 1939, le cheval reste le moyen de transport de base et la proportion de la cavalerie et de l’infanterie n’a guère changé, mais les missions des cavaliers ont évolué. Déjà, le règlement du 1922 consacrait 14 pages au combat à cheval et 53 au combat à pied. L’instruction de 1930 est formelle: « la cavalerie se déplace à cheval mais combat à pied ». La charge n’est prévue que dans des cas exceptionnels, résultant d’une rencontre circonstancielle avec l’ennemi, inévitable à la guerre. L’évolution tactique nécessite la modernisation de l’armement. En 1938, le nouveau chef du département de cavalerie du ministère de la Guerre, le général Skuratowicz, constate la faiblesse de son arme. Selon ses calculs, un régiment de cavalerie combattant à pied est 2 à 2,5 fois plus faible que les régiments de l’armée allemande ou soviétique.

6Mobilisée en août 1939, une brigade autonome de cavalerie de 3 à 4 régiments est composée de 232 à 373 officiers, de 5 911 à 6 911 sous-officiers et soldats, de 5 194 à 6 291 chevaux et de 65 à 66 voitures. Les cavaliers peuvent compter sur le feu de 151 à 183 mitrailleuses de tous types et de 9 lance-grenades. L’artillerie comprend 2 mortiers de 81mm, et 12 à 16 canons de 75 mm ; la DCA de 2 canons de 40 mm. L’armement antichar, 14 à 18 canons de 37 mm, est renforcé avant la guerre de 51 à 64 fusils antichars, efficaces contre les blindages légers allemands. Le groupe de reconnaissance a, entre autres, 7 à 8 automitrailleuses et 13 chenillettes TKS (2,65 tonnes).

Le 1er septembre 1939, à pied et à cheval

7Le premier jour de la guerre peut servir d’illustration à l’instruction de combat de cavalerie. Dès l’aube, la brigade de Wohlynie (armée « Lodz ») du colonel Filipowicz, soutenue par un train blindé, un régiment de cavalerie et un régiment d’infanterie, contient la 4e division blindée allemande (environ 300 chars et 200 véhicules blindés) du général Reinhardt près du village de Mokra. Les armes antichars polonaises, cachées dans des positions bien préparées, infligent des pertes sévères aux tanks ennemis, dont les actions sont mal coordonnées avec l’infanterie. Le soir, ayant perdu plus de 500 hommes, la brigade quitte le champ de bataille, jonché de plus de 100 véhicules allemands. La 4e division blindée est mise hors de combat pour deux jours.

8Pourtant, ce n’est pas Mokra mais un incident relativement insignifiant, à l’autre bout du pays, qui forgera l’image de la cavalerie polonaise dans cette campagne. Le soir du 1er septembre, à Krojanty (près de Chojnice), le colonel Mastalerz du 18e lanciers (brigade de Poméranie) reçoit l’ordre de contenir les unités de la 20e division motorisée, qui menacent la retraite de l’infanterie polonaise. Arrivé en vue des Allemands, au repos près d’un bois clairsemé, le colonel ordonne une charge. À la question d’un officier, qui ne veut pas en croire ses oreilles, Mastalerz répond sèchement : » Ce n’est pas à vous, jeune homme, de m’instruire comment il faut obéir à un ordre inexécutable. » Un « hourra » retentit et la vague d’environ 250 uhlans prend par surprise les premiers détachements allemands qui essaient de trouver leur salut dans la fuite.

  • 7 Piekalkiewicz, Chevaux et cavaliers, p. 14-15.

9« Soudain, écrit Janusz Piekalkiewicz, débouchant d’un virage sur la route de Chojnice, surgit une longue colonne de blindés et d’unités motorisées, que, dans l’âpreté du combat, les uhlans ne remarquent pas. Les Polonais encaissent les salves des blindés avant d’avoir pu faire faire demi-tour à leurs chevaux lancés à brides abattues, et le massacre commence. » 7Cette « charge de Reichschoffen » polonaise, première charge de cavalerie de la Seconde Guerre mondiale, a coûté 25 tués (y compris Mastalerz) et 50 blessés. Mais le temps gagné a permis aux bataillons d’infanterie de faire retraite en bon ordre et aux Allemands de ne pas atteindre leurs objectifs. Le commandant du XIXe corps, le général Guderian, décrira dans ses mémoires l’effet de choc subi par les états-majors de ses divisions motorisées.

La légende des uhlans suicidaires

10Ni la cavalerie, ni même l’armée entière, n’aurait pu sauver en 1939 la Pologne écrasée par la Wehrmacht, la Luftwaffe et par l’Armée rouge dès le 17 septembre. Pendant presque 70 ans, les historiens ont étudié toutes les batailles de cette campagne tragique. Pour la cavalerie, leur verdict est formel – aucune charge n’a été menée contre les chars de façon délibérée.

  • 8 Son recueil de reportages, Una guerra di 30 giorni: la tregedia della polonia (Milano,1940), a été (...)

11L’épisode de Krojanty, amplifié par la propagande nazie (dans le film Kampfgeschwader Lützow de Hans Bertram, tourné en 1941), devait montrer l’irresponsabilité des Polonais, accusés de contribuer au déclenchement de la guerre. Cet effet de propagande était, involontairement, renforcé par les correspondants de guerre. Ainsi, l’Italien Mario Appelius a immortalisé la charge de Wolka Weglowa où, le 19 septembre, le 14e lanciers s’est ouvert un passage dans Varsovie : « Tout à coup, un détachement héroïque de quelques centaines de cavaliers surgit au galop des broussailles, l’étendard en tête. Toutes les mitrailleuses allemandes se taisent, seuls les canons tirent. Leur feu forme un barrage à 300 m devant les positions allemandes. Mais les cavaliers polonais chargent au galop comme au Moyen Âge ! À leur tête, sabre au clair, attaque le commandant. On voit la distance entre la cavalerie polonaise et le barrage diminuer... Quelle folie de continuer une telle attaque contre la mort certaine... Et pourtant, les Polonais passent ! » 8 La popularité de l’image des « lanciers contre les chars », en France, peut s’expliquer par le mythe encore présent de la Pologne, « terre malheureuse des héros romantiques », hérité du XIXe siècle. À son tour, la propagande communiste se servira de l’image du lancier suicidaire pour dénigrer le système politique et l’armée d’avant 1945.

  • 9 Na polskim szlaku. Wspomnienia 1939-1947 [Sur le sentier polonais. Souvenirs 1939-1947], Londres,19 (...)

12En guise de conclusion, rendons la parole au général Klemens Rudnicki, commandant du 9e lanciers en 1939,mais aussi de la 6e division d’infanterie polonaise à Monte-Cassino : « Nous avons commencé la guerre avec 38 régiments montés et avec une confiance profonde en leur utilité sur le champ de bataille. Après 1939, nous devions tout de même avouer que, confrontée aux technologies nouvelles, la cavalerie était devenue un anachronisme. Sa puissance de feu était insuffisante et de l’autre côté, vu la vulnérabilité des chevaux, elle était trop sensible au feu ennemi. (...) Il se peut que notre attachement au cheval et à nos vieilles traditions ait contribué au freinage de ces changements, et qu’on puisse nous le reprocher. Néanmoins, même un soutien plus énergique n’aurait pas servi à grand chose. Les possibilités matérielles et industrielles de la Pologne ne permettaient pas d’espérer une évolution de l’armement plus rapide. En fait, la cavalerie n’a pas joué un grand rôle dans cette campagne, même si elle tenait bon partout où elle pouvait tirer parti d’un terrain impraticable pour les blindés. L’ennemi ne pouvait pas l’écraser, mais elle aussi était incapable de le frapper de façon plus efficace. » 9 La recherche de cette efficacité, rajoutons-le, excluait des charges « à l’ancienne » et surtout les charges contre les chars.

Haut de page

Notes

1 Dans Canadian Army Journal, vol.8 (2005), le major Tod Strickland accuse les Polonais de «ne pas avoir intégré les leçons de la Première Guerre mondiale» prenant comme preuve la charge «contre les chars»; cité par Eshel (David), Bravery in Battle. Valour on the Front Line, London, Cassel,1999.

2 Chiffres cités par Kazimierz Pajak, Ksztaltowanie się polskiej techniki wojskowej w latach 1918-1939 [Formation de la technique militaire polonaise 1918-1939], dans : Spoleczenstwo, armia i polityka w dziejach Polski i Europy, Poznan, 2002.

3 Kozlowski (Eugeniusz), Wojsko Polskie 1936-1939, Warszawa, 1974, p. 150.

4 Malgré leurs noms différents, outre quelques détails de l’uniforme, l’instruction et l’armement des trente-septrégiments montés étaient identiques.

5 Pour l’organisation détaillée voir: Piekalkiewicz (Janusz), Chevaux et cavaliers de la Deuxième Guerre mondiale, Maloine éditeur, 1986, p.284-287; voir aussi: «La cavalerie polonaise: structure, doctrine et opérations en1939», Vae Victis, no 28 (septembre-octobre1939). Mise au point polonaise est celle de Juliusz S. Tym, Kawaleria w operacji i w walce [Cavalerie en opération et au combat], Varsovie, 2007.

6 Pour l’histoire de ces unités, voir les Mémoires de Stanislaw Maczek, Avec mes blindés. Pologne – France – Belgique – Hollande – Allemagne, Presses de la cité, 1967.

7 Piekalkiewicz, Chevaux et cavaliers, p. 14-15.

8 Son recueil de reportages, Una guerra di 30 giorni: la tregedia della polonia (Milano,1940), a été publié cinq fois.

9 Na polskim szlaku. Wspomnienia 1939-1947 [Sur le sentier polonais. Souvenirs 1939-1947], Londres,1984, p.46-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrzej Nieuwazny, « Lanciers contre Panzers ? À voir… », Revue historique des armées, 249 | 2007, 88-92.

Référence électronique

Andrzej Nieuwazny, « Lanciers contre Panzers ? À voir… », Revue historique des armées [En ligne], 249 | 2007, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://rha.revues.org/983

Haut de page

Auteur

Andrzej Nieuwazny

Historien polonais, maître de conférences à l’université Nicolas Copernic de Torun et à l’Académie des sciences humaines de Pultusk, il est l’auteur, avec Christophe Laforest, de l’ouvrage, De tout temps amis. Cinq siècles de relations franco-polonaises, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, 445 pages.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org