Navigation – Plan du site
Lectures

Guy Le Moing,  La bataille navale de l’Écluse 24 juin 1340,

Collection Campagnes et stratégies, Économisa, 203 pages
Patrick Boureille
p. 136

Texte intégral

1Guy Le Moing rassemble en 160 pages de texte et 40 pages d’annexes l’ensemble des données dont nous dispo­sons sur la bataille de l’Écluse (Sluys en flamand), première bataille navale de la guerre de Cent ans qui eut lieu le 24 juin 1340 devant l’avant-port de Bruges. De cette défaite navale française oubliée aujourd’hui, il brosse le déroulement en deux parties. Après un chapitre préliminaire (pages 15 à 41) consacré à la guerre navale à l’aube du XIVème siècle, la première partie (pages 43 à 79) présente le contexte de l’affrontement franco-anglais en trois chapitres : les nations « occidentales » (mot étrange il est vrai à cette époque) en 1340, les relations entre Londres et Paris depuis l’avènement de la dynastie des Valois en 1328, et les deux premières années d’une guerre très indécise. La seconde partie (pages 81 à 163), de loin la plus développée avec huit chapitres, porte sur la bataille en elle-même : les enjeux pour chacune des parties en présence, les préparatifs de chaque flotte, la configura­tion du site, le déroulement des opérations, les suites de la bataille et, enfin, les causes de la défaite française. Curieusement intégré à cette seconde partie, le chapitre 11 porte sur les conséquences de l’Écluse. Cinq annexes suivent le corps du texte. En réalité, elles ne sont que trois car l’éditeur a curieusement intégré l’index des noms de personnes et la bibliographie comme des annexes ! Il n’empêche, l’annexe 2 regroupant les récits de la bataille de l’Écluse par les chroniqueurs est indispensable à la bonne compréhension des événements. La précède un ensemble de notices succinctes concernant quelques navires français présents à la bataille ; la suit trois docu­ments intéressants mais classés de manière un peu foutraque en une annexe 3 de type « varia ».

2L’objectif de l’auteur n’est pas de « dévoiler des faits inconnus ou [de] révéler des sources ignorées », mais de présen­ter « la patiente compilation d’éléments découverts par d’autres » (page 14). À tout le moins, l’objectif est atteint et le lecteur comprend parfaitement le déroulement de la bataille dont l’issue coïncida avec la destruction ou la capture de 180 navires français sur les 212 présents et la mort de plus de 15 des 20 000 combattants. Même si Guy Le Moing rectifie certaines idées reçues comme le désavantage numérique des Anglais et essaie de répartir de manière nuancée les responsabilités de chacun dans cet affrontement, le lecteur ne peut qu’être atterré par l’étendue de la stupidité de la partie française. Impécunieux, Philippe VI ne dispose plus de l’appui des galères génoises d’Ayton Doria dont les équipages se sont mutinés en août 1339 et a dû renvoyer les galères monégasques de Grimaldi quelques mois plus tard pour les mêmes raisons. Lui restent les navires et les équipages fournis par les provinces de Normandie et de Picardie ainsi que ses propres navires. Mal inspiré, il a confié le commande­ment de cette flotte à une dyarchie composée de Hue Quiéret et de Nicolas Behuchet : s’ils ne manquent ni l’un ni l’autre de courage, ils ne peuvent se souffrir et la cohabitation sur le navire amiral Christophe devait être pour le moins tendue. Si Quiéret a de véritables titres de marin (et de vieille noblesse) à faire valoir, Behuchet fraiche­ment anobli et récemment nommé amiral par faveur royale, gère plus en trésorier qu’en stratège : la valeur des équipages recrutés s’en ressent et le roi de France présente des soldats issus du petit peuple peu aguerris mais peu chers à solder devant Édouard III entouré de gentilshommes et d’archers gallois accoutumés à la guerre après les conflits successifs avec l’Écosse de Robert Bruce. La noblesse française, peu familière des combats navals et déçue de n’avoir pas livré bataille à Buironfosse l’année précédente, s’est largement abstenue de répondre à la convocation du roi. Enfin, last but not least, en dépit des avertissements du corsaire Barbavera, la flotte française s’est enfermée dans le Zwin, un bras de mer parsemé de banc de sable, au risque d’avoir la marée contre elle qui la rejetterait vers une côte rendue éminemment hostile tant par ses exactions que par la dépendance des tisserands flamands menés par Jacques van Artevelde envers les laines anglaises. En revanche, la tactique eût été bonne si elle avait été respectée plus longtemps : liés les uns aux autres, constitués en trois lignes inexpugnables, les bâtiments français s’ils refusaient l’offensive pouvaient fournir une forte opposition. Hélas, les Anglais feignant de fuir ou venant prendre le soleil et le flux ( ?), les Français se désolidarisent et se lancent à leur poursuite. La bataille de l’Écluse devient alors l’effondrement rapide de l’avant-garde française et, après la mort des amiraux et la capture et le retournement des plus fortes unités françaises, un vaste « chacun pour soi » aggravé par l’inter­vention nocturne et vengeresse des Brugeois. Tout cela, Guy Le Moing le montre très bien.

3En revanche, un certain nombre de lacunes et d’imprécisions doivent être relevées. Tout d’abord, des soucis de présentation : un chapitre 11 qui est plutôt une conclusion, deux annexes qui n’en sont pas. Ensuite, un problème de fond : la non exploitation de certaines archives anglaises, quand bien même « pour une fois [elles] sont moins riches que les françaises » (page 107). L’auteur reconnaît volontiers cette lacune à la note 6 de cette même page, mais ne l’explique pas. Les éléments à l’appui des descriptions de la partie anglaise sont en fait de seconde main, puisés dans une bibliographie respectable certes, mais qui ne saurait se substituer à la consultation et à l’analyse des sources premières. Le pendant anglais de l’annexe 1 aurait été le bienvenu, quand bien même, par un juste souci d’exactitude, une mise en garde quant à la fiabilité des sources aurait été faite. C’est assurément dommage pour la qualité globale de ce très bon travail qui est une longue confrontation des éléments divergents extraits des chroniques plus ou moins contemporaines des événements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Boureille, « Guy Le Moing,  La bataille navale de l’Écluse 24 juin 1340, », Revue historique des armées, 272 | -1, 136.

Référence électronique

Patrick Boureille, « Guy Le Moing,  La bataille navale de l’Écluse 24 juin 1340, », Revue historique des armées [En ligne], 272 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 21 février 2017. URL : http://rha.revues.org/7787

Haut de page

Auteur

Patrick Boureille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org